En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Un Américain à Paris

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 8 heures 23 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 10 heures 53 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 12 heures 45 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 13 heures 20 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 14 heures 6 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 15 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 17 heures 14 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 17 heures 49 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 8 heures 41 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 12 heures 16 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 12 heures 57 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 13 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 14 heures 44 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 16 heures 38 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 17 heures 21 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 19 heures 3 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Lycées français

Impact du coronavirus : le terrible abandon des parents d'élèves français de l'étranger

Publié le 30 avril 2020
La révolte gronde chez les parents d’élèves des lycées français de l’étranger. Avec la crise, des milliers d’entre eux ont perdu une partie de leurs revenus et ne peuvent plus faire face aux frais de scolarité de leurs enfants. Leur crainte : être obligés de les déscolariser.
Francis Mateo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Reporter, écrivain, acteur et grand voyageur... Francis Mateo est journaliste indépendant et auteur de nombreux récits de voyages à travers le monde sous forme de reportages ; il a également publié le livre « Mon associé Fidel Castro » (éd. Histoire d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La révolte gronde chez les parents d’élèves des lycées français de l’étranger. Avec la crise, des milliers d’entre eux ont perdu une partie de leurs revenus et ne peuvent plus faire face aux frais de scolarité de leurs enfants. Leur crainte : être obligés de les déscolariser.

Face à leurs préoccupations, l'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l’Étranger) reste muette. Un manque de compréhension de la situation et d’empathie envers les familles dénoncé par nombre d´entre elles. Un mépris ressenti comme une injustice par une partie de ces deux millions de Français qui vivent à l’étranger mais restent profondément attachés à leur culture. Des Français souvent pourvoyeurs d’emplois et de stages pour leurs compatriotes, alors qu’ils ne bénéficient pour autant d’aucune aide sociale de l’État Français.

 

Les parents d’élèves du Lycée Français de Barcelone n'en peuvent plus du « silence assourdissant » de l'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l’Étranger), gestionnaire direct de l’établissement qui compte parmi les 522 structures d’enseignement en français dans le monde.

Un silence d’autant plus étonnant que les parents ont plusieurs fois demandé une révision des frais de scolarité, certaines familles en difficulté, du fait de la crise sanitaire et économique, se retrouvant dans l’impossibilité de faire face (la scolarité s’élevant à environ 7.000 € par enfant et par an ).

La colère des parents du lycée de Barcelone n'était en fait, au départ, qu’une inquiétude bien légitime née de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques. Dans une ville dont l'économie est liée au tourisme, la paralysie du confinement a frappé de plein fouet de nombreuses familles françaises. Pour beaucoup, la chute du niveau de revenus a été immédiate, dès le mois de mars.

Les mesures de continuité pédagogique prises par la quasi-totalité des systèmes éducatifs imposent par ailleurs des contingences supplémentaires puisque les parents sont forcément parties prenantes de cette éducation à domicile. Cela d’autant plus que les conditions de confinement ont été particulièrement strictes en Espagne, où les enfants n'ont pas eu le droit de sortir avant le 26 avril.

À Barcelone comme ailleurs, les établissements internationaux d'enseignement ont presque immédiatement répercuté leurs économies (moindres coûts de fonctionnement et mise au chômage partiel d'une partie du personnel), à l'instar du groupe espagnol La Salle qui a baissé de 70% ses frais de scolarité en maternelle, ou du lycée allemand qui a limité les cotisations mensuelles à 150 €. Mais pour les établissements du réseau de l'AEFE, pas question du moindre geste !

Face cette intransigeance, l'Association des Parents d’Élèves (APE) du Lycée Français de Barcelone a appelé ses adhérents à suspendre collectivement le paiement des frais de scolarité « jusqu’à obtenir une solution, et l’ouverture d’un dialogue fondé sur la solidarité mutuelle avec l'AEFE ».

Il n'est sans doute pas inutile de rappeler que près de deux millions de Français vivent à l’étranger, qu’ils sont souvent pourvoyeurs d’emplois et de stages pour leurs compatriotes, et qu’ils ne bénéficient pour autant d’aucune aide sociale de l’État.

Solutions proposées inappropriées

Les parents du Lycée Français de Barcelone bénéficient, comme tous établissements dans le monde, de la procédure de « bourses élargies » permettant de réviser les dossiers des élèves boursiers ou d'analyser de nouveaux cas d'ici le mois de juin. Une procédure « largement insuffisante », selon Hélène Monard Leroy, vice-présidente de l'APE : « Il y a quelque chose d'un peu cynique et injuste à renvoyer uniquement au mécanisme des bourses, qui sont prévues pour gérer des difficultés structurelles alors que nous sommes ici face à une crise ». 

D'autant que les critères d'attribution des bourses, complexes, ne changent pas ; ce qui exclue les candidats possédant un patrimoine mobilier de plus de 100 000 € ou un patrimoine immobilier de plus de 240 000 €, même si la crise du Covid-19 les a laissés sans revenus !

De fait, même dans des conditions normales, nombre de familles renoncent au « parcours du combattant » que représente une simple demande de bourse. Pour preuve de ce découragement : un établissement comme le Lycée Français de Barcelone ne compte que 223 bousiers sur 3000 élèves. Et le volume de bourses mis à disposition via l'AEFE l'an dernier n'a même pas été attribué dans sa totalité. Sans compter que les bourses ne s’adressent qu'aux familles françaises (60% des effectifs).

La solution face à la crise du coronavirus passerait donc par des aides directes, qui pourraient être puisées à Barcelone dans le fonds de solidarité entièrement alimenté par les familles ; « Mais les 132.000 € disponibles seraient également insuffisants », déplore l'APE. Même si l'établissement abondait en y ajoutant les économies réalisées pendant la période de fermeture du lycée, il faudrait encore l'aval de l'AEFE. Et ici, contrairement à l'adage, le silence de son directeur Olivier Brochet ne vaut pas consentement !

Volonté de céder à terme la gestion de l’enseignement français à des fonds privés ?

Car c'est un paradoxe des EGD (Établissements en Gestion Directe) de l'AEFE : ils sont financés à 60% par les parents, sans possibilité de contrôle pour les familles. « Nous disposons d´un conseil d'établissement et non d´un conseil d’administration », rappelle le proviseur du Lycée Français de Barcelone, Dominique Duthel : « Nous ne sommes pas décisionnaires s'agissant des tarifications ou des remises... Une réduction concernant toutes les familles relève donc de l'AEFE et d’elle seule ». Autrement dit : malgré toute la bonne volonté mise en œuvre par le proviseur et ses équipes dans cette affaire, la marge de manœuvre pour la direction reste extrêmement mince.

D'où le sentiment de mépris ressenti, exprimé par  Marta Climent, présidente de l'APE dans sa lettre adressée à Olivier Brochet le 26 avril : « L'AEFE fait preuve d’un manque évident de compréhension de la situation et d’empathie envers les familles, se bornant à donner pour instruction l’envoi de la facture pour le troisième trimestre sans répondre aux propositions formulées ». 

À cela s'ajoutent des éléments de confusion sur les moyens de l'agence, qui a gelé - pour cause de crise - les 6 M€ d'investissements immobiliers prévus à Barcelone pour les six prochaines années.

Olivier Brochet ne répondant pas plus aux journalistes qu'aux enseignants, nous avons dû nous contenter des réponses du service de communication de l'AEFE sur ses possibilités de transferts des crédits face à la crise. Mais la réponse tourne en boucle : « Nous dépendons du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères et nous ne pouvons rien annoncer tant que les décisions ministérielles ne seront pas prises ».

Une décision annoncée par le Ministère des Affaires Etrangères le 30 avril indique qu´une avance France Trésor (donc un prêt) de 100 M€ devrait être débloquée pour permettre à l'AEFE de faire face à des besoins de trésorerie, et une enveloppe « estimée à ce stade à 50 M€ » (afin de consolider les bourses), selon le communiqué ... dont la majorité parlementaire avait annulé il y a quelques jours des amendements du Sénat demandant une rallonge de 45 M€ pour venir en aide aux parents français de l'étranger ! Ce qui ne rassure pas la sénatrice (LR) Jacky Deromédi sur la stratégie gouvernementale : « On a surtout l'impression que le gouvernement veut se débarrasser de toute dépense concernant les Français de l’Étranger ». Rappelons que l’État débourse, dans le même temps, 7 milliards d'euros pour soutenir Air France, et que plusieurs sources font état de la volonté d’Emmanuel Macron de permettre à des fonds d’investissements privés de prendre en charge la gestion de l’enseignement français à l’étranger.

Des conséquences graves pour les familles

Il y a confusion jusque dans la façon dont l'AEFE se défausse sur son ministère de tutelle pour justifier l'absence de geste sur les frais de scolarité. Sinon comment expliquer les interventions directes dans certains établissements ? Un exemple : l’AEFE s’est impliquée financièrement au Lycée français de Moscou (également un EGD)  ces dernières semaines pour diminuer d'un tiers les frais de scolarité en raison de la dévaluation du rouble et de la chute des prix du pétrole. Depuis Barcelone, l'APE rappelle que « l’Espagne perdra jusqu’à 8% de son PIB à cause de la crise du coronavirus, ce qui correspond à 3% de pertes supplémentaires par rapport à la Russie ». Étrange « deux poids deux mesures ».

Pendant ce temps, au Lycée Français de Barcelone, la situation s'aggrave : « Il faut savoir qu'il y a aujourd'hui des familles qui nous ont envoyé en copie les lettres de désinscription de leurs enfants à cause de cette absence de dialogue », ajoute Hélène Monard Leroy. La direction l'établissement prévoit d’ailleurs déjà des baisses d'effectifs pour la rentrée prochaine. Et le directeur de l'AEFE est toujours aux abonnés absents.

« Si le directeur ne répond pas, c'est parce qu'il n'a rien à annoncer de concret pour l’instant, mais on ne voudrait pas donner l'impression que l'on a quelque chose à cacher », justifie le service de communication de l'AEFE. C'est pourtant bien le risque pour une agence qui a déjà du faire face, par le passé, aux remontrances de la Cour des comptes concernant l’opacité de sa gestion, ainsi au’à des plaintes…

Une enquête de Francis Matéo pour GlobalGeoNews et Atlantico

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires