En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 12 min 18 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 41 min 43 sec
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 15 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 1 heure 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 2 heures 38 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 18 heures 54 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 20 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 1 jour 52 min
décryptage > High-tech
12 cyber-menaces

Nous avons peur que le Coronavirus fasse dérailler les prochaines élections mais personne ne soucie vraiment des cyber-menaces sur la démocratie qui sont pourtant bien plus graves

il y a 29 min 31 sec
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 58 min 18 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 8 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 18 heures 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 20 heures 58 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 47 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 44 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Le point de vue de Dov Zerah

Le baril met le feu au monde

Publié le 28 avril 2020
Avec Dov Zerah
L’apparition la semaine dernière de prix négatifs pour le prix du pétrole américain a jeté le trouble sur les marchés et éclipsé un moment la crise du Covid-19.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’apparition la semaine dernière de prix négatifs pour le prix du pétrole américain a jeté le trouble sur les marchés et éclipsé un moment la crise du Covid-19.
Avec Dov Zerah

Malgré la complexité du fonctionnement du marché à terme du pétrole brut américain de New York, l’explication est simple. Un opérateur peut acheter du pétrole à terme, c’est-à-dire à un prix donné mais avec une livraison différée. Mardi 21 avril, les acheteurs devaient se décider, soit prendre livraison fin mai du pétrole à condition de le vendre, ou à défaut de le stocker, soit revendre le contrat. Les contrats arrivaient à échéance, et il fallait se décider sous peine d’encourir des pénalités. La faiblesse de la demande et le coût du stockage ont conduit les détenteurs de contrats à un singulier arbitrage : ils ont préféré vendre leurs contrats à perte jusqu’à payer 37,63 $ par baril pour s’en départir.

Pour se convaincre de cet excès d’offre, il suffit de naviguer sur la toile et voir des photos de flottes de tankers au large de certains ports américains. Consommation en berne de 30 %, capacités de stockage utilisées à 90 % et oléoducs saturés, tout s’est conjugué pour conduire à ce phénomène très rare de prix négatifs que l’on avait vu uniquement sur le marché du lait.

Cela ne signifie nullement que le prix du baril continuera à être négatif. Á telle enseigne, le contrat du mois de juin cotait au même moment à 20 %/bl. Il n’en demeure pas moins que l’accident des contrats de mai est tout aussi inhabituel que le fléau. Avec les niveaux actuels, on retrouve les prix obtenus par les pays producteurs depuis le premier quadruplement du pétrole en 1973.

Rappelons que le Fonds monétaire international (FMI) a dernièrement prédit pour 2020 une baisse de 3 % du PIB mondial, avec notamment 7,5 % pour la zone euro, 5,9 % pour les États-Unis, environ 6 % pour l’Amérique latine…Quelques pays pourraient encore avoir une croissance positive comme la Chine avec 1,2 %... Avec une telle récession économique, le prix du baril ne pouvait que baisser.

Au-delà de cette raison fondamentale, le marché du pétrole a été chahuté avec la guéguerre russo-saoudienne. Sur les conseils d’Igor Setchine, patron du géant pétrolier Rosneft, Wladimir Poutine a refusé début mars de ne pas reconduire l’accord conclu, il y a trois ans, avec l’Arabie saoudite et plus généralement l’OPEP, pour organiser une réduction de la production d’or noir. Les Russes auraient voulu mettre en difficulté les producteurs américains dont le coût de revient serait à 40 $/bl, et les faire sortir du marché. « Jeux de guerre » dans le monde du pétrole ? La Russie a-t-elle les moyens d’engager une telle guerre ? C’est autre chose que la Syrie ou la Libye.

Mais, c’était sans compter avec le Prince héritier Mohamed ben Salmane (MBS). Au lieu de patienter et de calmer le jeu, il a ouvert les vannes et fait baisser le prix à moins de 30 $/bl. Malgré la situation délicate dans laquelle se trouve le Royaume (attaques iraniennes sur ses installations pétrolières, revers militaires en Syrie et au Yémen, assassinat du journaliste américano-saoudien Jamal Khashoggi, contestations internes à la famille royale…), MBS n’a pas hésité à adopter une attitude vengeresse peu appréciée des marchés. Certains laissent entendre que l’Arabie saoudite chercherait également à contrarier le développement de la production américaine pour que les États-Unis ne se désintéressent pas de leur sort et surtout de leurs problèmes avec l’Iran. Comme pour la Russie, l’Arabie saoudite a-t-elle les moyens d’une telle guerre ?

Les Russes et les Saoudiens pourront écouler leur production, mais à quel prix ? Cela ne s’apparente-t-il pas à la stratégie de l’arroseur arrosé ?

En tout état de cause, la persistance et l’accentuation des effets du virus a fait le reste pour positionner le prix autour de 20 $/bl. Cette évolution explique l’annonce de Donald Trump sur un plan d’aide aux producteurs américains, et plus particulièrement la cinquantaine d’entreprises impliquées dans le « shale oil ».

Cette baisse des prix des hydrocarbures pénalise tous les producteurs, mais plus les petits que les gros. Le Venezuela va s’enfoncer un peu plus dans la crise. Il en sera de même des pays africains, de l’Algérie au Congo Brazzaville en passant par le Cameroun, le Gabon, la Libye, le Nigéria, le Tchad… Á l’instar du transport aérien, de la construction aéronautique et d’autres secteurs économiques, l’activité pétrolière va traverser une zone de turbulences, et les compagnies ont d’ores et déjà ralenti ou arrêté leurs investissements.

En revanche, les pays importateurs comme ceux du continent européen et la Chine vont profiter de cette situation. Leur facture pétrolière va se réduire, ce qui constitue un élément grandement favorable à la reprise économique.

La guerre pétrolière n’a pas de frontières comme le démontre le Venezuela, champ de confrontation entre Américains et Russes. Le pays est dans une situation catastrophique. Sur fond de guerre civile, le pays connait une crise économique et sanitaire sans précédent. Le régime dictatorial et répressif de Nicolas Maduro ne tient que par le soutien de la Chine et de la Russie et Rosneft. De leur côté, les Américains ont imposé des sanctions au pays et soutiennent l’opposant Juan Guaido.

En septembre dernier, après les attaques iraniennes contre les installations pétrolières du royaume wahhabite, MBS avait prévenu que les cours du pétrole pourraient atteindre des niveaux "incroyablement élevés" si la communauté internationale ne faisait pas front commun face aux activités de l'Iran. Tout en les qualifiant d’actes de guerre, il préconisait plus une solution politique que militaire. Il n’en fût rien.

Et pourtant, le sujet iranien a repris une soudaine actualité. La semaine dernière, le secrétaire d’État Mike Pompeo a haussé le ton. Hier, les échanges entre les deux pays ont été vifs. Les Américains veulent juridiquement démontrer qu’ils sont toujours partie prenante à l’accord nucléaire avec l’Iran pour pouvoir recourir au Conseil de sécurité en vue de prolonger l’embargo sur les armes. Depuis une vingtaine d’années, nous avions perdu l’habitude de voir les Américains respecter le passage par l’instance suprême de l’ONU pour prendre des sanctions.

Et si, certains se mettaient en tête de soulager le marché pétrolier en faisant sortir l’offre iranienne ? Prenons garde, l’histoire de l’humanité est jalonnée de guerres qui ont démarré sur un incident. Souvenons-nous de la dépêche d’Ems, de l’attentat de Sarajevo…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires