En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 heure 27 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 heures 17 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 heures 49 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 7 heures 15 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 7 heures 24 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 7 heures 45 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 heures 7 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 56 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 heures 33 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 5 heures 48 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 8 heures 1 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Gouvernement sans confiance populaire

La France en panne d’avenir : quand la crise de défiance se double d’une crise d’identité

Publié le 22 avril 2020
La confiance des Français envers Emmanuel Macron ou dans le gouvernement est anormalement basse en comparaisons avec les dirigeants de la plupart des démocraties occidentales. Quel rôle la communication adoptée par l’exécutif français joue-t-elle dans cette anomalie ? Comment Emmanuel Macron peut-il briser le cycle de la défiance ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La confiance des Français envers Emmanuel Macron ou dans le gouvernement est anormalement basse en comparaisons avec les dirigeants de la plupart des démocraties occidentales. Quel rôle la communication adoptée par l’exécutif français joue-t-elle dans cette anomalie ? Comment Emmanuel Macron peut-il briser le cycle de la défiance ?

Atlantico.fr : En comparaison aux leaders de la plupart des démocraties occidentales, la confiance des Français en Emmanuel Macron ou dans le gouvernement est anormalement basse alors même que d’autres pays connaissent aussi des difficultés face à la crise du Coronavirus : quel rôle la communication adoptée par l’exécutif français joue-t-elle dans cette anomalie ? Quel est le trou dans la raquette ?

Chloé Morin : La crise que nous vivons depuis plusieurs années n'est pas une simple crise de confiance dans les "élites" et la politique, comme c'est le cas de nos voisins. Elle se double, chez nous, d'une crise d'identité, d'une sorte de panne d'avenir - je rappelle que notre pays est parmi les plus persuadés qu'il est "en déclin" et les plus pessimistes, selon de nombreuses études internationales. Avec la crise du coronavirus, c'est cette crise du "nous" qui est amplifiée. Nous ne savons plus ce que nous sommes, ni ce que nous voulons être et faire ensemble. Par conséquent, je ne crois pas que tout repose sur les failles de la communication gouvernementale, même si l'on peut beaucoup en dire... je crois que ce que révèle la défiance particulière vis à vis de nos élites, c'est que nous avons avant tout un doute sur notre capacité à faire face au virus et aux épreuves en général en tant que collectif solidaire. Je suis ainsi frappée de ce que, dans mes études, il y a certes des critiques très virulentes vis à vis les "dirigeants" - le gouvernement aurait agi trop tard, trop peu, incapable d'anticiper et camouflant son incompétence par une communication parcellaire et condescendante ou infantilisante -, mais il y a AUSSI, et ça on en parle trop peu, une défiance abyssale sur le plan horizontal. C'est à dire que quantitativement, les Français sont aussi nombreux à critiquer leurs concitoyens, "indisciplinés", incapables de solidarité, prenant des libertés avec la contrainte collective, qu'à critiquer le gouvernement... 

Quelque chose se joue-t-il autour du en-même-temps contradictoire du « j’assume » (déclamé sur un ton très fier à bras) et de l’allergie à la responsabilité issue de la culture technocratique française ? 

Dans les autres pays, lorsqu'un dirigeant dit "j'assume", il en tire ensuite des conclusions pour lui-même - souvent, d'ailleurs, en démissionnant, y compris pour avoir payé une barre chocolatée avec les deniers publics... En France, assumer, c'est à la fois endosser sa propre responsabilité, et fermer la porte aux critiques. Puisqu'un dirigeant assume, nous devons souvent comprendre "tournons la page, circulez il n'y a rien à voir"... 

En l'espèce, l'on sait qu'une enquête interviendra un jour sur les dysfonctionnements dans cette crise, mais quand? La commission d'enquête en cours est bien peu médiatisée, et l'on attend toujours des révélations sur les failles qui ont pu conduire aux retards constatés sur les masques et les tests... dès lors, dire "assumer" sans que cela ait la moindre conséquence paraît factice. C'est vrai que l'on peut rapprocher cela d'une tradition de l'irresponsabilité organisée au niveau des hauts fonctionnaires, dont on sait que rares sont les sanctionnés - beaucoup plus rares, en tout cas, que ce n'est le cas dans la sphère politique, où l'élection vaut toujours, in fine, sanction. 

De même, la contradiction entre le centralisme et la volonté de contrôle total affiché par la technocratie française et les multiples « nous ne savons pas » mis en avant par Édouard Philippe lors de conférences de presse fleuves peuvent-elles affaiblir la communication gouvernementale ?

De fait, le gouvernement est confronté à une situation où non seulement "il ne peut pas tout", comme les Français ont déjà du mal à l'accepter depuis toujours - on se souvient de Jospin -, mais où parfois, on a bien le sentiment qu'il ne peut pas grand chose. Depuis le début de la crise, les exemples abondent où l'Etat a été à la remorque ici des Maires, là des Présidents de région, ou encore ici à la remorque des syndicats de salariés qui signalaient des abus ou bien des entreprises qui prenaient le lead sur des initiatives de conception de gel ou de masques... Dès lors, pour Philippe, avouer ce qu'il ne sait pas me semble bien préférable à l'alternative, qui serait de prétendre être omniscient et omnipotent alors même que chacun peut constater au quotidien que ce n'est pas le cas. Certes, cela revient à dire "le roi est nu", mais la franchise en la matière permet de restaurer un semblant de confiance si ce n'est dans la puissance publique, du moins dans la sincérité des autorités dans leur volonté de faire au mieux compte tenu des contraintes du moment. Les français ont intégré que cette période était une période d'incertitude radicale. Cela ne rend pas la situation plus acceptable en matière de gestion publique, mais cela rend la communication de Philippe, dont l'humilité est appréciée même lorsqu'elle renvoie à un sentiment d'impuissance, plus acceptable.

Dans le registre des leaders « raisonnables », Angela Merkel par sa communication précise et scientifique ou encore Jacinda Ardern, la première ministre de Nouvelle-Zélande, dans un registre très empathique bénéficient du soutien massif de leur population. La communication française semble être un "entre-deux" (pas aussi scientifique que celle de Mme Merkel, pas aussi empathique que celle de de Mme Ardern- est-ce la raison pour laquelle ne convainc pas autant ? En France, une communication basée sur l'un de ses deux modèles étrangers fonctionnerait-elle ? 

Aucun des deux ne fonctionnerait car dans la communication, le messager compte au moins autant que le message. Or, nous sommes entrés dans cette crise avec un gouvernement et un Président frappés d'une grande défiance. Et au moment où ils auraient pu ressouder autour d'eux, la polémique des masques, combinée à un discours manquant à la fois d'humilité et de transparence, a épuisé le ressors spontané de l'union nationale. Par conséquent, ils naviguent depuis comme ils le peuvent, avec un capital de confiance très faible - 35% hier selon BVA, malgré l'allocution présidentielle et primo-ministérielle, soit encore 2 points de moins que le dimanche avant le discours du Président...

Alors que la confiance sera un élément clé du déconfinement et du reste de la crise -puisqu’un retour à la normale est probablement une question d’années plus que de mois- comment Emmanuel Macron et son gouvernement peuvent-ils casser le cycle de la défiance (et comment) ou le lien est-il irrémédiablement rompu ? 

Paradoxalement, cette crise pourrait nous permettre de renouer avec un semblant d'unité et de cohésion. Cela paraît optimiste, bien sûr, de dire cela, mais force est de constater que cette période éprouvante a ramené chacun d'entre nous à quelques interrogations essentielles et fondamentalement politiques : de qui avons nous besoin, de quoi avons nous besoin pour vivre, qu'est ce qui nous rend heureux et qu'est ce qui, au contraire, est superflu? Quelles sont les valeurs qui nous auront permis de traverser la crise? Comment voulons nous consommer, travailler demain? De ces interrogations et bien d'autres, nous pourrions tirer les ferments d'une projection dans un avenir nouveau, un avenir où chacun retrouverait une place, et un peu plus de maîtrise sur sa propre vie. Bien sûr, ceci suppose que l'on ne ferme pas la parenthèse en s'en lavant les mains dès le 11 mai. Cela suppose que les autorités, au plan local et national, organisent cette réflexion, et qu'ils sachent en tirer, avec les corps intermédiaires, élus, réseaux associatifs, les bonnes conclusions... Finalement, le grand débat fut une occasion ratée. On dit souvent que l'histoire ne repasse pas les plats, mais Emmanuel Macron pourrait trouver ici une occasion de se rattraper, en ouvrant un véritablement espace de refondement politique collectif.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 23/04/2020 - 10:37
35% mais où vont ils chercher "LEURS" sondés ?
Macron est détesté obligé de faire des montages par sa PRESSE PRÉSIDENTIELLE qui, seule,l 'accompagne comme à kremlin Bicêtre où elle l'a montré en train de se faire applaudir
par des infirmières alors que juste avant, avait lieu une sérieuse altercation avec des Infirmières qui pour couper court avaient demander d' applaudir le corps médical (et non MACRON)!!!! .......ce que la "PRESSE PRÉSIDENTIELLE" a retourné au profit du Prince en coupant ce qui les arrangeait. Voir article sur le PARISIEN car, bizarrement, très peu de média en parle même pas la clique socialistes "C à vous" aux ordres eux aussi. Comment peut on tolerer un émission où ne sévissent QUE des socialistes ? ou est la contradiction? drole de service public où il est difficile de trouver des journalistes de droite !!! finalement, le service public se paie une TV payée par TOUS les français pendant que les moutons bêlent !!!
clo-ette
- 23/04/2020 - 09:20
@gorille
en effet , c'est la "fondation Jean Jaures" d'obédience socialiste pur jus ( Pierre Maurois), pas de quoi se rouler par terre de joie, ni s'enivrer d'euphorie .
Le gorille
- 23/04/2020 - 08:34
Salon
Et dire qu'il n'y a pas si longtemps, ça courait les rues : salon de Mme Untelle, cercle de je ne sais qui, réunions au café.... Bref on parlait français. Maintenant, on se met dans un réservoir ou une citerne. On y met de l'eau. Et elle y croupit souvent, comme les idées.