En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 14 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 11 heures 30 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 13 heures 3 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 14 heures 45 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 17 heures 7 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 17 heures 52 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 18 heures 32 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 18 heures 53 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 12 heures 29 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 14 heures 15 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 17 heures 18 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 17 heures 33 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 18 heures 17 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 18 heures 50 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 19 heures 14 min
© Pixabay
© Pixabay
Alerte

Tabac - cannabis : face au Coronavirus, le pire ennemi n’est pas celui que vous croyez...

Publié le 21 avril 2020
Alors que le ministère de la Santé a, très opportunément, indiqué que les Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ainsi que les corticoïdes anti inflammatoires étaient contre-indiqués en cas de coronavirose; il a « omis" d’y ajouter le cannabis.
Jean Costentin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Costentin est membre des Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie. Professeur en pharmacologie à la faculté de Rouen, il dirige une unité de recherche de neuropsychopharmacologie associée au CNRS. Président du Centre National de prévention,...
Voir la bio
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le ministère de la Santé a, très opportunément, indiqué que les Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ainsi que les corticoïdes anti inflammatoires étaient contre-indiqués en cas de coronavirose; il a « omis" d’y ajouter le cannabis.

Atlantico.fr : Une étude chinoise et une autre américaine affirmerait que la nicotine contenu dans la cigarette pourrait protéger certains patients du COVID-19. Sur quoi se basent de telles études ? Quels autres dangers y-a-t-il à cautionner de tels pratiques ? 

Jean Costentin : Alors que  le ministère de la Santé a, très opportunément,  indiqué que les Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ainsi que les corticoïdes anti inflammatoires étaient contre-indiqués en cas de coronavirose; il a « omis"  d’y ajouter le cannabis. Drogue oh combien importante dans notre Nation qui, parmi les 28 Etats membres de l’Union européenne, en est, de loin, le plus grand consommateur, avec 1.500.000 usagers réguliers, parmi lesquels 900.000 usagers quotidiens et multiquotidiens.

Serait-ce parce que le ministre, avant de l’être était à l’Assemblée nationale, la figure de proue du cannabis dit « thérapeutique » et qu’il ne voulait pas se dédire, qu’il a oublié de le dire? ;  Cette question mérite d’être posée.

Pourquoi le cannabis doit-il être manifestement contre-indiqué?

1° par ce que son principe actif majeur, le tétrahydrocannabinol / THC,  en agissant sur les récepteurs aux endocannabinoïdes, du type périphérique , CB2, déprime la machinerie immunitaire, en d’autres termes est immunodépresseur; en réduisant l’activité des macrophages,  de certains types de lymphocytes, et de diverses autres cellules impliquées dans la lutte anti-microbienne.

2° parce que la combustion de la résine de  cannabis, élève la température de combustion de l’élément végétal (cannabis ou tabac) qui lui est associé, de 200°; ce qui pousse plus avant leur décomposition thermique, la pyrolyse, engendrant (selon la façon de « tirer » sur le « joint » ou sur le « pétard ») de 6 à 8 fois plus de goudrons, très  irritants pour l’arbre respiratoire; le fragilisant à l’action du Covid19.
 
3° parce que cette combustion engendre la production de 6 à 8 fois plus d’oxyde de carbone (CO)  gaz éminemment toxique ( à ne pas confondre avec le gaz carbonique, CO2). Sa toxicité est due à sa fixation sur l’hémoglobine, le pigment sanguin qui confère à nos hématies leur teinte  rouge intense. Le CO, se fixant sur l’hémoglobine,  là où se fixe normalement l’oxygène (O2) capté par les poumons, il s’ensuit une diminution de la capacité de capter cet oxygène au niveau des poumons pour l’amener aux tissus qui le consomment. Quand les capacités respiratoires sont amputées par l’infection virale, y ajouter une réduction du pouvoir oxyphorique de l’hémoglobine est particulièrement malencontreux.

4° Le cannabis  est  utilisé  associé au tabac, souvent après un long passé de tabagisme, dont on sait qu’il affecte très significativement l’état du poumon, situation qui culmine dans la broncho pneumopathie chronique obstructive. 

Stéphane Gayet : Il s'agit d'études épidémiologiques qui ont mis en évidence le fait que, dans la population de personnes malades de la CoVid-19, il y avait une proportion de fumeurs de cigarettes plus faible que dans la population générale. La différence est significative, mais ce n'est encore à ce stade qu'une corrélation négative : le tabagisme est corrélé de façon négative à la tendance à s'infecter par le virus SARS-CoV-2 responsable de la CoVid-19. On peut simplement formuler des hypothèses.

Il existe peut-être, dans la fumée de cigarette, un ou plusieurs produits qui auraient une action antivirale sur le SARS-CoV-2. Il faut savoir que cette fumée contient une quantité industrielle de molécules chimiques. Parmi elles, plusieurs sont des biocides bien connus : la nicotine est herbicide et insecticide, le naphtalène est antimite, le dichloro-diphényle-trichloro-éthane (DDT) est insecticide, tandis que l'acétaldéhyde, le méthanol et le phénol ont des propriétés virucides et que l'acide cyanhydrique et l'arsenic sont des poisons violents. On a trop tendance à résumer la fumée de cigarette à la nicotine, au monoxyde de carbone (CO) et aux goudrons.
Dans la liste de tous les composants de cette fumée de tabac, il est fort probable que l'un ou plusieurs d'entre eux puissent exercer une action antivirale sur le SARS-CoV-2 : par exemple soit en dénaturant son enveloppe ou peplos, soit en inhibant l'adsorption des virions (particules virales) aux cellules de la muqueuse respiratoire.

Il est permis aussi d'évoquer, non sans quelque pointe d'humour, un possible facteur confondant : les individus qui sont de gros fumeurs de cigarette, ont une haleine qui dissuade de s'approcher d'eux (distanciation physique).

En tout état de cause, il n'en reste pas moins vrai que les personnes malades de la CoVid-19 et fumeuses ont un risque plus élevé de développer une forme d'infection grave (pneumonie avec insuffisance respiratoire aiguë), que les personnes non fumeuses. Ce facteur de risque est fort : dans le foyer épidémique initial à Wuhan, il y avait, parmi les malades qui ont dû être hospitalisés, un grand nombre de gros fumeurs, facteur de risque venant s'additionner à la pollution atmosphérique importante de la ville.

Il est bien sûr impensable – est-il nécessaire de le préciser ? – de conseiller de fumer pour se protéger du SARS-CoV-2.

Fumer du cannabis ne serait-ce qu’occasionnellement cause l’inflammation des bronches et cette toux si distinctive des fumeurs d’herbe pourrait être confondue avec celle provoquée par le Covid-19. Que sait-on pour le moment de l’impact du cannabis sur un patient atteint du Covid-19 ? 

Stéphane Gayet : On s'appuie sur les connaissances que nous avons de l'action du cannabis sur la santé. La fumée de cannabis se révèle très irritante pour la muqueuse des voies respiratoires : elle provoque une inflammation chronique des bronches qui n'a rien à envier à celle provoquée par la fumée de cigarette. Du reste, les fumeurs réguliers de cannabis ont une toux avec une plus grande fréquence que les fumeurs de cigarette. Cette toux témoigne de l'irritation bronchique et de l'inflammation qui en résulte. Fumer du cannabis régulièrement est de nature à favoriser l'évolution d'une CoVid-19 vers une forme grave, de la même façon qu'avec la fumée de tabac ; il semble de surcroît que la fumée de cannabis soit encore plus dangereuse que la fumée de tabac vis-à-vis des formes graves.

Par ailleurs, la consommation de cannabis en fumée ne semble pas protéger vis-à-vis de l'infection à SARS-CoV-2 de façon générale, contrairement au tabagisme.

Ainsi, la fumée de cannabis consommée régulièrement exposerait nettement aux formes graves de CoVid-19. De surcroît, la toux chronique des fumeurs de cannabis gêne le diagnostic de l'infection à SARS-CoV-2, étant donné que la toux sèche est l'un des premiers signes cliniques. Par ailleurs, on connaît la toxicité neurologique du cannabis : les individus qui ont commencé à en fumer dès l'adolescence ont un risque fort de schizophrénie. Sans aller jusque-là, les effets psychiques de la fumée de cannabis peuvent parfois être confondus avec la confusion mentale modérée qui s'observe dans certains cas de CoVid-19, ce qui peut là encore gêner le diagnostic médical ; de plus, s'ils sont marqués, ces effets psychiques peuvent aussi perturber le consentement éclairé du malade grave, dont l'état nécessite des soins invasifs.

Lorsque l’on sait que parmi les 28 États membres de l’Union-Européenne, la France est le plus grand consommateur de cannabis, n’y-a-t-il pas un danger de ne pas informer la population des effets de la consommation de cannabis lors de la crise du Covid-19 ? 

Stéphane Gayet : On peut logiquement se dire qu'il existe un danger en effet à ne pas les en informer. Cependant, les fumeurs de cannabis sont des adolescents et des adultes jeunes, parfois des adultes d'âge moyen ou mûr, qui se trouvent un peu en marge de la population, étant donné le caractère illicite et aliénant de cette toxicomanie. Ils sont, par voie de conséquence, des sujets peu sensibles ni attentifs aux conseils et aux recommandations, surtout venant des autorités de santé.

Leur perception du risque de CoVid-19 est sans doute différente de celle de la population générale. Si l'on s'adonne à cette consommation régulière de cannabis, c'est que l'on accepte déjà – souvent inconsciemment – les risques qui en découlent et que l'on a adopté une certaine philosophie concernant les différents risques de l'existence. Et puis cela n'arrive qu'aux autres, bien sûr. Donc, alerter les fumeurs de cannabis que leur consommation régulière de cette drogue les expose d'une façon plus élevée que la population générale, à une forme grave de CoVid-19, risque de ne pas être efficace.

Mais il faut tout de même les mettre en garde, en effet. C'est un devoir indéniable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires