En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 51 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 46 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 18 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 59 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 48 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 3 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 44 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 58 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 9 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 22 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
De l’irénisme à l’inquiétude

Macron et la religion, de l’irénisme à l’inquiétude : la religion comme supplément d’âme

Publié le 11 avril 2020
Deux discours à près de deux années d’intervalle permettent d’y voir aujourd’hui plus clair dans la vision que le président Macron a de la et des religions. Yves Michaud les a analysés en détail et montre quelle évolution a connu la pensée du président de la République sur le sujet - et le chemin qu’il lui reste à faire pour aller au-delà des résolutions verbales.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux discours à près de deux années d’intervalle permettent d’y voir aujourd’hui plus clair dans la vision que le président Macron a de la et des religions. Yves Michaud les a analysés en détail et montre quelle évolution a connu la pensée du président de la République sur le sujet - et le chemin qu’il lui reste à faire pour aller au-delà des résolutions verbales.

Le premier discours concerne le catholicisme. Il fut prononcé le 15 avril 2018 devant l’assemblée des évêques de France, peu de temps après l’assassinat du colonel Beltrame par un mahométan radicalisé le 23 mars.

Macron y rappelle d’abord que la laïcité n’est pas une religion d’État tournée contre la religion, mais la garantie de la liberté de croire ou de ne pas croire.

Du catholicisme lui-même, il récuse d’emblée deux visions politiques : celle qui « surjoue l’attachement aux catholiques » en visant un « électorat catholique » qui serait au cœur de l’identité française et qu’il qualifie de position « communautariste » (sic), et celle qui, à l’inverse, diabolise un catholicisme minoritaire et militant – je suppose qu’il vise la Manif pour tous.

La suite du discours est une tentative de dialogue au nom d’un « humanisme réaliste » que seraient censés partager hommes politiques et hommes d’église : le catholicisme, selon Macron, « creuserait le mystère de l’homme » et partant doit apporter sa contribution à une politique de la même bonne volonté.

Il ne vient pas à l’idée de Macron qu’une religion ait à voir avec Dieu et la transcendance. C’est de l’homme et de lui seul qu’il doit être question. Ce qui autorise Macron a lier questions de bioéthique et question migratoire. d’une manière tirée par les cheveux.

Dans la perspective de cet humanisme réaliste, la protection des plus faibles (en l’occurrence des migrants) n’autorise pas le désordre, dit-il. Quant aux questions de bioéthique et notamment de procréation assistée, les situations sont si compliquées, la famille a tellement évolué et le statut de l’enfant aussi que, toujours selon lui, il faut faire place à une casuistique (le mot n’est pas prononcé mais l’esprit est là) où l’église catholique doit apporter sa contribution.

Au nom donc de la complication du réel et du réalisme, Macron demande aux catholiques un partage des incertitudes qui serait leur vocation.

L’expression revient plusieurs fois : l’église est « une source d’incertitude », elle est en quête de sens.

Catholique ou pas, une telle conception de la religion est molle, et même gnangnan. Pour Macron, une religion c’est un supplément d’âme, une source de questionnement et rien d’autre.

Le paradoxe est que pourtant, j’allais dire « en même temps », Macron dénonce le relativisme et le nihilisme de notre société contemporaine.

Sauf qu’on ne voit pas comment le questionnement et les incertitudes viendraient à bout du relativisme. On ne voit pas non plus ce que l’éloge de l’engagement et l’appel réitéré qui y est fait dans la dernière partie (longue et bavarde) du discours peuvent signifier dans une telle situation. L’appel à Simone Weil dans un tel contexte a même quelque chose d’indécent.

Il faut avoir l’honnêteté de dire qu’un tel seau d’eau tiède s’accorde en fait assez bien avec l’électro-encéphalogramme bien ralenti de la pensée catholique en France aujourd’hui et notamment avec le désert intellectuel en matière de théologie.

Elle explique en revanche par avance les difficultés de Macron à comprendre politiquement des religions « pas très catholiques », qui ont, elles, des certitudes plutôt que des questionnements, des programmes politiques plutôt que des « engagements », des croyances fanatiques plutôt que « une vision de l’homme ». Et son appel aussi final que rituel à « initier, entretenir et renforcer » le libre dialogue du catholicisme avec l’Islam a tout des blagues œcuméniques pour ne pas voir les décapitations et crucifixions. Se référant aux chrétiens d’Orient, Macron a d’ailleurs une phrase inepte : « ils payent de leur vie leur attachement au pluralisme religieux ». On aurait plutôt cru qu’ils payaient de leur vie… leur religion tout court. Le colonel Beltrame sacrifia-t-il sa vie pour défendre le pluralisme religieux ? Non, il le fit pour épargner une femme et défendre la République.

Macron servait donc en 2018 un gloubi-boulga intellectuel typique non seulement de ses « en même temps » de campagne, mais plus encore de sa méconnaissance des réalités sociales et religieuses en France et en Europe.

La seconde partie de l'analyse d'Yves Michaud, "Religion islamique et séparatisme", sera publiée demain

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 12/04/2020 - 09:39
Oui toujours bien Michaud mais
Les cathos ( Dieu merci je suis athée) doivent non seulement tout craindre de l'islam, cette "religion de cons" comme le rappelle Houellebecq ( et encore pour être assassin faut pas être trop con!) mas aussi des élucubrations du Pape, qui trouvant que Dieu se vend mal dans les églises a décidé que la Grétasse remplacerait la vierge Marie et que le réchauffement climatique c'était Satan!
Espérons que les prédictions de Malachie soient les bonnes: que ce soit le dernier !
clo-ette
- 11/04/2020 - 12:12
Il ne faut pas oublier
que Macron est diplômé en Philosophie qu'il a étudiée à Nanterre, chacune de ses opinions est une petite dissertation de philo, La religion est une partie de la philo ( la métaphysique , étude de l'homme, esprit Dieu etc )