En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 4 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 29 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 49 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 30 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 48 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 55 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 52 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 42 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 17 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 55 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 37 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 14 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

Publié le 09 avril 2020
Le maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains, Gaël Perdriau, livre son analyse sur la crise du Covid-19 et de ses conséquences pour le pays. Gaël Perdriau évoque la nécessité de se mobiliser pour le jour d'après et lance un appel pour surmonter cette épreuve.
Gaël Perdriau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Perdriau est maire de Saint-Etienne et vice-président du parti Les Républicains. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains, Gaël Perdriau, livre son analyse sur la crise du Covid-19 et de ses conséquences pour le pays. Gaël Perdriau évoque la nécessité de se mobiliser pour le jour d'après et lance un appel pour surmonter cette épreuve.

Il aura suffi d’un simple organisme, des milliards de fois plus petit que chacun d’entre nous, pour que toute notre société bascule. Un virus, dont la simplicité effrayante n’a d’égal que sa raison d’être : survivre en tuant. Aujourd’hui, les décideurs, dans tous les domaines sans exception, doivent, au-delà de la gestion quotidienne de la crise, s’interroger sur l’après. Car il y aura un «jour d’Après». 

Plus que jamais, en tant que responsables politiques, notre devoir moral est de tracer, tous ensemble, les contours d’une nouvelle société rompant avec le culte du court terme pour renouer avec le sens de l’histoire. Une société qui ne ferait plus du lendemain son seul horizon temporel et de l’opinion le seul critère décisionnel. Une société sachant décliner tous les âges de la vie et acceptant, enfin, cette évidence : nous sommes tous mortels. Une société dont il faudra définir une nouvelle dynamique, comme le fit le Général de Gaulle, avec le programme du CNR, au lendemain de la guerre. 

En effet, jamais la France, depuis «l’Etrange défaite» de 1940, n’aura connu pareille humiliation. Les images des combattants des temps actuels, les soignants, livrant une lutte héroïque, avec parfois de faibles moyens, contre un ennemi invisible, viennent s’entrechoquer avec celles des gens fuyant les villes. Le sépia des images de mai 1940 cède le pas à l’instantanéité colorée de celles saisies par les téléphones portables.  

Il faudra attendre la fin de cette crise pour interroger un pouvoir jacobin aujourd’hui exsangue, presque à l’agonie, pour comprendre ses mécanismes et sanctionner, au besoin, une nouvelle «trahison des clercs».

Aujourd’hui, les élus locaux, dont le pouvoir central semble soudainement apprécier une utilité trop longtemps dédaignée, doivent gérer une situation devenue quasiment incontrôlable faute d’une réelle évaluation et anticipation par un pouvoir exécutif aveuglé par sa propre morgue. Comment interpréter autrement les volte-face successifs de l’exécutif sur le port généralisé ou pas des masques ?

Au-delà de l’instant présent, nous devons déjà penser à la nouvelle France qui, pour surmonter le traumatisme collectif provoqué par le COVID19, devra, tant au niveau national que local, s’employer à relever trois défis incontournables, comme je l’ai fait à Saint-Etienne, dans le projet municipal proposé, il y a trois mois, aux Stéphanois : le bien-être social, le développement durable et les valeurs de la République.

Un triptyque qui, à la lumière de l’actuelle crise sanitaire, a pris tout son sens et qui devrait servir de fondement à l’action de l’Etat et des collectivités locales.  

Le bien-être social doit cesser d’être la variable d’ajustement d’une société faisant du profit immédiat sa seule référence. La société existe par un projet collectif, prenant forme par la Nation, proposé à chacun afin de lui permettre d’exprimer son talent. Le capitalisme, pour efficace qu’il puisse être, n’est qu’un instrument d’allocation des ressources pas une fin, et ne saurait donc être le seul horizon du citoyen.

Depuis 40 ans, les gouvernements ont placé de fait, au nom de la lutte contre l’inflation, la finance au cœur de toute décision. Les banques centrales sont devenues les supplétifs d’un système faisant de la spéculation le cœur du progrès économique et social, sans que les résultats soient au rendez-vous. L’hyper-capitalisme moribond finira-t-il par donner raison au cadavre desséché du marxisme ? Cessons de nous aveugler et plaçons, comme le voulait  me Général de Gaulle, l’homme au centre du système. Nous devons faire de ce dernier l’objectif de toute politique à commencer par le champ économique en rappelant ce principe inscrit, en 1942, dans la Déclaration de Philadelphie : «Le travail n’est pas une marchandise» !

Il est d’abord et avant toute chose un prolongement de l’homme et de son esprit. Il est une des manifestations concrètes de sa dignité qui doit être protégée, à chaque instant par la République. C’est là tout le sens de notre mission d’élu au service de la Nation et du projet collectif dont elle est porteuse. 

Un projet collectif qui doit, et c’est là le second pilier, faire du développement durable un des pivots essentiels des politiques publiques. Nous ne pouvons plus continuer à exploiter, tels des prédateurs sans foi ni loi, notre planète. En ce début d’années 2020, que ce soit en Australie, ravagée par les incendies, ou en Asie, avec ce virus, la Terre ne cesse de manifester son épuisement demandant aux hommes d’être enfin responsables de leurs actes. En renouant avec le long terme, comme horizon temporel de toute décision, qu’elle soit politique, économique ou sociale, nous quitterons cette vulgate du gain immédiat pour retrouver le chemin d’une culture qui privilégie une vision historique de la société. 

L’Homme doit, à nouveau, admettre que la terre nous a été léguée par les générations futures et que nous devons travailler avec elles, par touches imperceptibles, faisant de nous les humbles ouvriers de l’avenir, tels des jardiniers zen capables de penser que tout sera parfait dans 1000 ans, c’est-à-dire bien après leur mort.

Pour relever ces deux premiers défis, nous devrons cesser de tout espérer d’un Etat dont la crise actuelle met à nu les terribles carences qui affaiblissent les valeurs de la République. Sans doute aussi la faillite d’une supposée «élite», issue des mêmes moules niveleurs, au sein de laquelle domine le court terme devenu le synonyme élégant d’intérêt personnel. L’Etat Jacobin se meurt devant nos yeux pour avoir tout voulu décider et n’avoir jamais voulu faire des collectivités territoriales et de la société civile de véritables partenaires.

Le temps est venu pour un projet politique et institutionnel faisant des élus locaux et de la société civile, dont le désir de solidarité s’est encore manifesté avec force depuis le début de la présente crise, de véritables décideurs disposant de leviers d’actions d’autant plus puissants qu’ils correspondront à un véritable partage des compétences avec l’Etat. 

Le modèle Girondin doit désormais régir les principes de notre action publique car le bien-être social et le développement durable, intimement liés, ne pourront devenir une réalité que si les  collectivités sont, en s’appuyant sur la société civile locale, capables d’agir aux côtés d’un Etat redevenu, enfin, stratège puisque s’occupant de l’essentiel : l’avenir de la Nation.

«Les civilisations sont mortelles», la nôtre n’échappe pas à cette évidence énoncée par Paul Valéry et l’actuelle crise du COVID19 vient nous le rappeler avec une rare violence. Saurons-nous trouver la force pour construire cette nouvelle société imposée par la nécessité ? Ou «Aurons-nous besoin de chance?» comme le demande, en s’adressant aux hésitants, Brecht. De la réponse que nous construirons ensemble, en dépassant enfin certains clivages devenus vains, dépendra l’avenir de la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 09/04/2020 - 19:42
Il n'y a pas que les élus dans la vie !
Référendum, votations, fédérations régionales, votations populaires seront à l'honneur. Marre de ces partis minables et dociles qui n'aboutissent à rien. Marre de ces policards, de leurs communicants et conseillers qui n'entretiennent que l'illusion ! Marre de ces bateleurs inutiles et de leur arrangements ! Le peuple est absent de leurs discours. Ils ont trahis de Gaulle en renonçant à leur propre gaule ... Quand aux girondins on ne les entend pas beaucoup soutenir le commerce local... mais trahir en construisant gratis des ronds-points et zones commerciales... Une façon comme une autre de sucer les Lerclerc, Auchan, déqutrecons et compagnie...
evgueniesokolof
- 09/04/2020 - 17:30
une chose est certaine:
le virus ne viendra pas à bout de la merde: elle se porte à merveille et vit son confinement à l'Obserfoireur!
https://francais.rt.com/france/73841-covid-19-ecrivain-sylvain-tesson-nargue-les-gilets-jaunes
ajm
- 09/04/2020 - 15:21
Raffarin.t
Cela commence par un pseudo discours du 18 juin par radio Saint-Etienne, pour se terminer par un discours girondin qui pourrait être signé Raffarin.