En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 35 min 1 sec
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 57 min 45 sec
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 2 heures 8 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 19 heures 21 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 20 heures 10 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 20 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 22 heures 33 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 44 min 30 sec
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 2 heures 8 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 18 heures 50 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 19 heures 48 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 20 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 22 heures 35 min
© Francois Mori / POOL / AFP
© Francois Mori / POOL / AFP
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

Publié le 08 avril 2020
Jean-Yves Archer évoque les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus sur l'économie mondiale et sur l'industrie en France. Cette crise, cette récession est un révélateur de la dépendance à la Chine. Le rapatriement de certaines productions aura un impact sur le consommateur.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer évoque les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus sur l'économie mondiale et sur l'industrie en France. Cette crise, cette récession est un révélateur de la dépendance à la Chine. Le rapatriement de certaines productions aura un impact sur le consommateur.

Au départ, un virus d'un nouveau type a totalement perturbé l'économie chinoise suite au confinement de millions de travailleurs qu'il a imposé. Cela a rapidement entraîné un choc d'offre car nombre d'éléments indispensables à l'assemblage final en Occident ne parvenaient plus de " l'usine du monde " qu'est devenue la Chine en moins de 20 ans. Dans une deuxième phase, la méfiance des consommateurs ( voir le taux d'épargne dit de précaution ) a fait progressivement caler la demande. Nous sommes en présence d'un double choc simultané qui a induit un choc boursier du fait de la méfiance des opérateurs.

Même s'il n'est pas acquis que nous ayons franchi le pic de l'épidémie et que la prudence s'impose, il est légitime de s'interroger sur le " monde d'après " non pas comme certains politiciens en mal de notoriété ( propos de Yannick Jadot ) mais sous l'angle de la micro-économie.

La crise muée en récession sans précédent est un révélateur de notre sino-dépendance et la logique ( le bon sens ? ) voudrait que nous décidions de rapatrier certaines productions, au moins les plus sensibles sinon stratégiques.

Si l'intention est louable, il ne faut pas mésestimer que ceci aura un impact sur le consommateur final. Produire tel ou tel médicament générique en Haute-Marne ou dans le Vaucluse présentera nécessairement une structure de coûts supérieure à celle que peut proposer la Chine ou l'Inde voire le Vietnam.

Payer plus pour produire chez nous

D'ici 5 à 10 ans, serons-nous collectivement prêts à payer plus pour produire local ? La question économique et citoyenne est loin d'être tranchée d'autant que plusieurs études démontrent déjà que notre niveau de vie va rejoindre les chiffres du début des années 2000 en conséquence de la récession des années 2020 et 2021. Car ne nous y trompons pas, 2020 sera terrible mais 2021 sera aussi déceptive. La violence de la chute fait que nous ne rebondirons pas comme le nageur qui reprend une impulsion une fois touché le fond de la piscine. La reprise sera progressive, graduelle et saccadée. Donc plus proche d'un " W " que du fameux " V " dont certains analystes parlent comme pour engendrer une prophétie auto-réalisatrice.

Pour aller plus loin dans l'analyse, il est crucial de s'intéresser au format de notre outil de production. Dans bien des cas, les grands groupes donneurs d'ordre imposent des conditions ( prix, délais, qualité ) à leurs sous-traitants et se soucient peu de leur existence car ils sont fréquemment interchangeables via le grand jeu planétaire. 

La production en morse

Or, la récession va changer la donne en causant de multiples et regrettables faillites qui vont ainsi détricoter le maillage productif. Si les chaînes de valeur étaient pour l'heure cohérentes et continues comme une droite, elles présenteront demain la physionomie d'un texte en alphabet morse. Chaque espace correspondant à une entreprise balayée du paysage par la crise. Il faudra donc du temps pour reconstituer une structure permettant d'optimiser les productions.

Faillites et opportunistes

Au plan micro-économique, c'est une clef de voûte de notre avenir commun et un aspect peu évoqué qui doit ici être abordé. Une faillite c'est d'abord la forte probabilité d'une liquidation judiciaire, quoique des repreneurs opportunistes ne manqueront pas, ici et là, de se manifester au stade du redressement judiciaire. Dans une crise telle que celle que nous vivons, on cherchera péniblement les colombes au milieu des multiples vautours.

Mais surtout, une faillite constitue un effet domino pour les fournisseurs impayés et une dilution du savoir-faire par éparpillement de la main d'œuvre dans cette lessiveuse collective qu'est l'inscription au chômage.

Garantie d'État et aventure

L'État allemand l'a bien compris en tentant de nouer des accords de filières et en dégainant un " plan bazooka " de plus de 1.000 milliards d'Euros ( près d'un tiers du PIB ) qui vise à préserver, le plus possible, l'appareil productif. Si nous avions mis sur la table un tiers du PIB, cela représenterait 800 Mds ce qui n'est pas le format du plan du Gouvernement qui nous embarque dans le début d'une aventure avec le système de prêts garantis par l'État via BPI France qui sera, en cas de gestion bancale, notre nouveau Crédit Lyonnais de 2025 suite au possible jeu de défausse de l'appareil bancaire qui sait parfois cultiver habilement la notion d'effet d'aubaine.

Pertes du savoir-faire des compagnons et collègues, désintégration de la séquence des charnières productives, aléa moral et financements sont des questions de microéconomie. Loin des déclarations présidentielles et d'un hasardeux " quoi qu'il en coûte " non superposable au " whatever it takes " d'un avisé banquier central. Lui peut le dire car il est à la source d'une partie de la création monétaire à l'opposé d'un dirigeant qui ne peut dès lors qu' affirmer dans le vide sans annoncer, en réalité, un flot d'impôts pour après-demain. Il m'avait pourtant semblé qu'un des défis de la France était précisément le consentement à l'impôt et la maîtrise de la dépense publique.

État omniprésent et dépourvu de grille d'analyse

Au total, tout ceci démontre l'exactitude d'une pensée verbalisée par le fondateur d'AXA, Claude Bébéar, dès le siècle dernier :  " L'État écoute trop les macro-économistes et pas assez les micro-économistes " ( le 13 juin 1993, sur France 2 lors d’un passage à l’émission ” L’heure de vérité ” du regretté François-Henri de Virieu

La nouvelle division internationale du travail sera dessinée par le système capitaliste et non par des zélateurs de la dépense publique qui s'affichent depuis 2017 d'autant plus " business friendly " qu'ils ne maîtrisent qu'à la marge les tenants et aboutissants d'une exploitation industrielle ou commerciale pour mieux cacher leur penchant pour l'interventionnisme le plus rustique et le moins fécond. Il suffit de voir les étatisations rampantes de l'Unedic et des retraites pour assimiler derechef le logiciel du Chef de l'État. Là où l'Allemagne fait confiance à la banque KfW, la France agit via la Caisse des Dépôts qui est rarement en désaccord avec la Puissance publique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 09/04/2020 - 11:12
et voila où descend la bêtise humaine
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/sketch-apres-l-attaque-de-romans-sur-isere-le-maire-demande-a-nicolas-canteloup-de-s-excuser-1586261635#xtor=CS1-901
Ce faisant, je ne vise pas Canteloup ( même si la plaisanterie est digne de Guillon- le bouffon de Pol Pot) mais les tricoteuses qui braillent mais qui oublient que le préfet Lallement ( qui a lui un humour de kapo à Treblinka)disait sensiblement la même chose à ce détail près précisément que Canteloup est payé pour faire rire, Lallement pour éborgner!!!!
Et évidemment, c'était sur France Boeux Mayenne....
evgueniesokolof
- 09/04/2020 - 07:26
regardez cet abruti!!!
Cela rappelle le crétin de l'Etoile mystérieuse d'Hergé mais hélas c'est pas de la fiction
https://francais.rt.com/international/73823-pour-pape-epidemie-doit-nous-amener-cesser-abuser-nature
evgueniesokolof
- 09/04/2020 - 07:23
Comme si la débandade ne suffisait pas
revoila Bendidons et sa syntaxe aléatoire à l'image des circonvolutions de son cerveau commis par Dieu un soir de cuite! Mais que fait Brighelli pour le confiner ?
Une chose est certaine: produire en France ne coûtera plus cher que si on produit à technologie inchangée (auquel cas les coûts salariaux sont déterminants) Il en va différemment si l'on investit massivement dans des technologies innovantes et à forte productivité cette dernière compensant les coûts salariaux; à cela deux obstacles: le délabrement de l'éducation nationale et les écolos: eh oui pour ne prendre que cet exemple il faut des OGM et on pourrait multiplier les exemples: mais eu égard à la terreur distillée par les tenants des idéologies régressives ( décroissants, réchauffistes...) le tout ajouté à l'imbécillité des foules c'est plutôt le sous développement qui se profile