En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 17 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 19 heures 35 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 13 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 16 heures 26 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 12 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 15 heures
© TIMOTHY A. CLARY / AFP
© TIMOTHY A. CLARY / AFP
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

Publié le 07 avril 2020
L’Union européenne, malgré ses dissensions internes, ne doit pas oublier qu’elle doit encourager la stabilité économique et démocratique à ses frontières. Bruno Alomar revient sur l'exemple de la Géorgie.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Union européenne, malgré ses dissensions internes, ne doit pas oublier qu’elle doit encourager la stabilité économique et démocratique à ses frontières. Bruno Alomar revient sur l'exemple de la Géorgie.

Si l’Union européenne (UE) affronte ce qui est peut-être la plus grave crise économique de son histoire, son origine se trouve à des milliers de kilomètres de ses frontières. Se trouve ainsi spectaculairement illustrée l’idée exprimée par Edward Lorenz en 1972, qu’ont fait leur les théoriciens du chaos, selon laquelle « le battement d’un papillon au Brésil peut provoquer une tornade au Texas ».

Rien de très nouveau à cela dirait-on. Chateaubriand, déjà, se demandait « comment trouver place sur une terre agrandie par la puissance d’ubiquité, et rétrécie par les petites proportions d’un globe fouillé partout ? ». L’UE a déjà beaucoup éprouvé, avec les évolutions de l’Ukraine, de la Crimée, plus récemment de la Syrie, combien sa sécurité, jusqu’à sa sécurité intérieure, se jouaient hors de ses frontières, dans sa capacité à fonder des relations solides et saines avec ses voisins. C’est tout l’enjeu de sa politique de voisinage, que l’on caricature souvent, comme le versement d’aides à des pays limitrophes de ses frontières.

Qu’il soit permis ici de mettre l’accent sur un exemple bien particulier, celui de la Géorgie. Souligner l’importance géostratégique de la Mer Noire, à la porte de l’UE, relèverait au fond de l’évidence. Évidence telle qu’elle a suscité en août 2016 l’Initiative dites « des 3 mers » (Adriatique, Baltique, Noire), afin, pour ses douze membres, sous le regard favorable de Washington avec la volonté de limiter l’influence russe dans la région, de coopérer en matière d’énergie et de transport. A l’heure où l’UE a, pour l’instant, renoncé à négocier un accord commercial complet tant avec la Chine qu’avec les États-Unis, il faut rappeler qu’elle dispose avec la Géorgie d’un DCFTA (Deep & Comprehensive free trade agreement) qui organise une coopération économique nourrie entre ces deux acteurs.

L’on pourrait également souligner le souhait manifesté par les autorités géorgiennes au plus haut niveau, de devenir membre de l’UE, comme rappelé par Salome Zurabishvili, actuelle Présidente de la Géorgie, et ancienne diplomate française. Il n’est pas si anodin que cela, en cette période marquée par le départ des britanniques et par le peu d’enthousiasme des peuples européens, de constater que l’UE attire encore. D’un point de vue conjoncturel, sans doute faudrait-il souligner – l’UE l’a d’ailleurs fait - en ces temps d’épidémie, la rapidité avec laquelle la Géorgie a su se mobiliser au plan sanitaire, évitant tout décès à date.

Au-delà du passé et des souhaits des autorités géorgiennes relayés par une population pro européenne, sans préjuger de ce que seront les relations futures avec l’UE, il n’est pas inutile, de regarder les performances d’un pays comme la Géorgie. Elles sont plutôt flatteuses, au plan économique et politique.

Au plan économique, la Géorgie peut s’enorgueillir de performances qui se sont significativement améliorée au cours des années récentes, comme l’atteste l’évaluation qu’en fait la Banque Mondiale. Selon cette dernière, les mesures prises par le Gouvernment Georgian Dream a réduit drastiquement son taux de pauvreté, de 32,5% en 2006 à 16,3% en 2017. Plus significatif encore, l’amélioration de l’indicateur « doing business » de la Banque Mondiale la classe en 7ème position dans le monde. Rappelons qu’au sein de l'UE, seul le Danemark (4ème) propose un meilleur environnement pour les entreprises (pour mémoire, l’Allemagne occupe le 22ème rang). 

Au plan politique, les progrès réalisés au cours des dernières années ont été significatifs. Un point essentiel est à retenir : la réduction importante de la corruption. Selon le Business Anti-Corruption Portal (ONG financée par la Commission européenne, les pays germano-nordiques de l'UE, et qui sert de référence aux organisations internationales), la "corruption présente un risque très faible pour les sociétés étrangères désireuses d'investir en Géorgie". Il n’est pas non plus neutre de souligner que selon « l’indice de perception de la corruption » (ONG Transparency International), en 2019, et alors que des élections générales se tiendront en 2020, la Géorgie se situe au même niveau que des États de l’UE comme la Pologne ou la République Tchèque, et très en avance par rapport aux candidats à l’entrée dans l’UE (Serbie, Albanie et Kosovo).

De tout ceci une conclusion émerge. L’UE, malgré ses dissensions internes, ne doit pas oublier qu’elle doit encourager la stabilité économique et démocratique à ses frontières. Lorsque des gouvernements pro-européens émergent, comme en Géorgie, il faut suivre ces évolutions qui doivent être comprises, reconnues et encouragées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires