En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 12 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 1 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 43 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 5 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 50 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 30 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 51 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 27 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 13 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 16 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 31 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 15 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 12 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

Publié le 04 avril 2020
Joël Blanchard publie "La Fin du Moyen Age" aux éditions Perrin. La fin du Moyen Age est une période forte en contrastes, marquée par la guerre de Cent Ans, les rivalités fratricides entre princes du sang, les pandémies comme la peste noire. Joël Blanchard donne à voir une fin de Moyen Age inspirée, savante, bouillonnante d'idées neuves et traversée d'une rare vitalité créative. Extrait 1/2.
Joël Blanchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur émérite à l'université du Maine, Joël Blanchard est un spécialiste reconnu du Moyen Âge tardif. Il est l'auteur d'une biographie remarquée de Philippe de Commynes (Fayard, 2006), et de très nombreux travaux et éditions de référence sur les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Blanchard publie "La Fin du Moyen Age" aux éditions Perrin. La fin du Moyen Age est une période forte en contrastes, marquée par la guerre de Cent Ans, les rivalités fratricides entre princes du sang, les pandémies comme la peste noire. Joël Blanchard donne à voir une fin de Moyen Age inspirée, savante, bouillonnante d'idées neuves et traversée d'une rare vitalité créative. Extrait 1/2.

Jeanne est fille de la prophétie ; plus particulièrement, elle est fille de la prophétie faite femme, si l’on peut dire. Car, depuis les dix Sibylles grecques et latines jusqu’à Brigitte de Suède (1303-1373), les prophètes sont souvent des prophétesses. En période de crise, il n’est pas rare que les puissants consultent une prophétesse, béguine ou recluse, qui a la réputation d’entendre une ou plusieurs voix, d’entrer en contact avec des anges, des archanges ou la Vierge Marie. L’intervention de Jeanne, dit Philippe Contamine, s’inscrit « dans un environnement mental prompt à un enthousiasme presque messianique ». Il n’en demeure pas moins que son aventure tragique constitue un cas exceptionnel de prophétie réalisée, « directement à l’origine de décisions politiques et militaires à la fois précises et de grande portée ». L’histoire de Jeanne passionna les plus grands auteurs et continue d’alimenter toute une littérature dans le monde entier, tant son passage sur terre est marqué du sceau du mystère. Résumons. Venus du « haut du firmament » – pour reprendre une expression de Joseph Delteil –, l’archange saint Michel, le premier, puis sainte Catherine et sainte Marguerite révèlent sa mission à la Pucelle : relever le royaume de France. La suite est connue. Jeanne s’incline, à Chinon, devant le roi qu’elle interpelle comme l’héritier de la Couronne ; elle devient « chef de guerre », empoignant l’épée et l’étendard, délivre Orléans, Jargeau, Beaugency, Saint-Florentin, Troyes ; assiste Charle VII, sacré le 17 juillet  1429. En 1430, quelque chose se brise. Jeanne, prisonnière, est vendue aux Anglais puis livrée à l’évêque Cauchon. Le 30 mai 1431, elle meurt sur le bûcher. Elle a 1 ans. Son entreprise aura duré trois années. Cependant, peut-on dire de Jeanne qu’elle fut une dissidente ? Certes, elle fut condamnée comme hérétique et relapse par le tribunal de Rouen ; mais, dans son parcours terrestre, rien n’indique qu’elle ait adhéré à un quelconque courant hétérodoxe. La veille d’être suppliciée, elle demanda et obtint la confession et la communion. Il n’importe. Sa transgression des coutumes du temps – elle s’habille en homme, porte l’épée et commande – fait d’elle une figure de révolte et de fierté à laquelle souscrit, enthousiaste, le poète René Char, ancien maquisard, écrivant en 1956 : « J’aurais bataillé avec cette jeune fille, près d’elle, pour elle, car en son temps, son action insurgée et mystique était totalement justifiée. » 

Tout au long de ce chapitre, nous avons essayé de cerner la question de la dissidence en suivant la piste de la prophétie. Car, sans conteste, le système prophétique de Joachim a servi de base théorique à une véritable dissidence, celle d’Angelo Clareno, celle de Roquetaillade, exprimant contre l’Église romaine une soif croissante de renaissance et de rénovation dans les domaines politique, social et scientifique. De plus, l’exemple de Jeanne nous donne à voir que la dissidence n’entre pas tout entière dans le lit de Procuste du joachimisme. En effet, si les prophéties, issues de ce courant, sont aussi utilisées par l’opposition aristocratique, elles se mêlent de prédictions astrologiques et de techniques divinatoires extérieures aux conceptions de Joachim de Flore. Et gardons à l’esprit que Jeanne a mené au combat de grands capitaines comme Dunois, le Gascon La Hire et surtout Gilles de Rais qui, plus tard, aura à demeure un alchimiste. La magie, l’astrologie, l’alchimie semblent, en cette fin du Moyen Âge, converger avec les traditions prophétiques nourrissant le phénomène de la dissidence. 

On le voit : les courants d’idées à la fin du Moyen Âge sont multiformes, mélangés, bariolés. Certes, le socle est intact : nos intellectuels restent toujours profondément attachés à une conception unitaire et organique de la société. Les conceptions dionysienne et augustinienne de la hiérarchie n’ont pas été ébranlées, l’aristotélisme a bien été assimilé, et l’élargissement, l’étirement, l’éclatement des intérêts et des croyances a considérablement modifié le paysage intellectuel. L’influence et l’aura de l’Université sont intactes et profondes. Mais comme toute œuvre agencée, rythmée, harmonieuse, le bel équilibre est attaqué sur ses marges par des courants, des particularismes singulièrement tenaces. Dès lors les prises de parole se multiplient, les débats, ardents, brûlants, passionnés s’installent, entraînent des réactions de défense, des prises de position, des dénonciations fortes, des récupérations. Au sein même des lieux de paroles, les postures, le jeu des rivalités, les comportements opportunistes accentuent les contrastes, les mouvements de retour. Nous voilà revenus au discours et à ses corrélats sémantique et pragmatique. L’« espace public » s’anime. Encore faut-il en définir les contours et les modalités. Les richesses d’expression, leur chevauchement, leur contamination empêchent de dresser une typologie rigoureuse des engagements, de la communication politique. Essayons cependant de cartographier cet espace à géométrie variable.

Extrait du livre de Joël Blanchard, "La Fin du Moyen Age", aux éditions Perrin

Lien vers la boutique : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires