En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 6 heures 55 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 10 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 13 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 13 heures 36 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 14 heures 26 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 14 heures 44 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 15 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 15 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 8 heures 34 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 9 heures 54 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 12 heures 27 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 16 heures 35 min
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

Publié le 03 avril 2020
Le coronavirus nous a pris par surprise. Le plus important est de rattraper notre retard dans la gestion de la pandémie en organisant une sortie réussie du confinement et une reprise de nos activités économiques et sociales. Les autorités ne parviennent pas à anticiper rapidement les éléments de blocage.
Cécile Philippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le coronavirus nous a pris par surprise. Le plus important est de rattraper notre retard dans la gestion de la pandémie en organisant une sortie réussie du confinement et une reprise de nos activités économiques et sociales. Les autorités ne parviennent pas à anticiper rapidement les éléments de blocage.

Le coronavirus nous a pris par surprise. Cela n’aurait pas dû être le cas si les avertissements décrits dans nombre de témoignages et de documents mis à la disposition de nos autorités au fil des années avaient été intégrés. Mais peu importe à ce stade de la crise. Le plus important est de rattraper notre retard dans la gestion de la pandémie en organisant une sortie réussie du confinement et une reprise de nos activités économiques et sociales. Or, nombre d’éléments indiquent que nous gardons systématiquement un temps de retard et que nos autorités ne parviennent pas à anticiper rapidement les éléments de blocage.

Comme nous l’avons écrit à de nombreuses reprises, faute d’avoir organisé une capacité de test en amont de l’épidémie, il faut s’en doter le plus rapidement possible. C’est un élément indispensable d’une gestion de crise efficace. C’est la clé pour organiser un confinement ciblé, le temps d’avoir des moyens thérapeutiques (vaccins ou médicaments) qui permettront de limiter le nombre de patients et d’éviter la saturation des structures de santé. La Corée du sud est donnée en exemple mais plus près de nous, l’Islande ou l’Allemagne pratiquent le dépistage massif.

En parallèle à l’augmentation du nombre de lits de réanimation, des efforts intenses devraient être consacrés à la création rapide de capacités massives de test en France. Cela nécessite du matériel, de l’organisation et du personnel. Côté matériel, il faut des masques, des combinaisons, des gants, des charlottes, des kits de test. Côté organisationnel, il faut des structures susceptibles d’accueillir les patients potentiellement contaminés dans le cadre de circuits séparés des autres personnes qui ne le seraient pas. Il faut enfin du personnel formé pour administrer les tests et les analyser.

Ces derniers points supposent une coordination, entre le secteur public et le secteur privé de la santé, qui a fait défaut au début de la crise. Les médecins de ville – dont un grand nombre a du mal à se fournir en masques – n’ont été associés à leur juste valeur que tardivement. Il a fallu attendre un décret du 7 mars pour que les laboratoires de ville soient habilités à faire des tests et c’est au prix d’une discrimination économique, avec un tarif à 54 euros au lieu de 150 dans le public. Leur capacité reste limitée par les difficultés à se procurer du matériel de protection ou les kits de test. Le réflexe « le public d’abord » dans un pays où l’offre de soins privée est importante montre que le logiciel mental n’évolue pas assez vite. Cela n’aide pas la France à répondre à une situation qui se dégrade rapidement et nécessiterait, justement, une grande agilité. Des problèmes qu’on ne rencontre pas outre Rhin. Comme l’explique Christian Drosten, directeur de l’institut de virologie de l’hôpital de la Charité de Berlin dans le Huffington Post, « Nous avons une culture ici en Allemagne qui ne soutient pas un système de diagnostic centralisé ».

Ce manque d’agilité se retrouve aux détours d’une myriade d’éléments qui devraient être contournés pour agir vite et nous doter d’une capacité de test à grande échelle. Dans ce cadre, l’achat de moyens de protection est clé. La France n’étant pas en mesure de produire l’ensemble des masques dont elle a besoin, elle doit en acheter notamment à la Chine. Or, dans le domaine des achats, la France est handicapée par des règles publiques tatillonnes et inadaptées. Les paiements des organismes publics nationaux n’interviennent généralement qu’après que le service soit rendu et l’on ne peut pas ou ne sait pas faire autrement dans les collectivités. Le Président de la région PACA, Renaud Muselier, a ainsi déploré récemment que « notre mode de compatibilité fait en sorte qu'on est obligé de payer en trois tiers alors qu'eux peuvent payer en cash là-bas ».  

Certes, un décret du 6 juin 2016 a assoupli les règles de comptabilité concernant les prestations dont le paiement peut intervenir avant prestation. Peu nombreuses, les exceptions ne comprennent cependant pas le matériel de protection dans le domaine de la santé. Si les collectivités locales ont plus de marge de manœuvre que l’Etat, il n’en demeure pas moins qu’elles n’en ont pas autant que d’autres pays qui peuvent payer immédiatement des matériaux de première nécessité.

L’assouplissement de ces règles devrait être une priorité dans un pays qui, dans le même temps, immobilise l’initiative privée par un contrôle des prix mal pensé et des réquisitions qui détruisent le marché sans apporter de solution alternative.

La phase de confinement à laquelle s’est soumise la population française ne doit pas être gâchée. Elle doit nous donner le temps de retrouver une capacité d’accueil des malades dans les structures de santé. Elle doit être mise à profit pour donner aux autorités les moyens de lever le confinement sans courir le risque de relancer la propagation de l’épidémie. Pour ce faire, il nous faut faire la chasse à toutes ces règles bureaucratiques mortelles qui nous empêchent de déployer nos atouts et notre créativité dans la production, l’achat, la distribution, le dépistage et la délivrance des soins.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 04/04/2020 - 09:53
C'est un texte
anti bureaucratie , anti paperasse, maux qui sont des spécialités 100% françaises .
Loupdessteppes
- 03/04/2020 - 22:30
Texte très étrange, plat, sans âme...sans opinion.
Ce post ressemble ressemble à un devoir de vacances (peut-être le confinement). Sans âme, une suite de platitudes, des énumérations. Yaka, il faut que etc... ad nauseum.. Un texte de commande, à coup sur... La France va mal, très mal...
Cerise sur le gâteau, l'intro : "nous avons été pris par surprise"... Tu parles, Charles...
Ganesha
- 03/04/2020 - 18:56
Boucs Emissaires
Voici un titre aux relents... quelques peu pestilentiels !
La droite ''scrogneugneu'' a besoin d'un ''bouc émissaire'' pour détourner les peuples des véritables responsables.
L'antisémitisme étant devenu illégal, les fonctionnaires sont desormais les coupables idéaux.
Alors qu'ils ne font que mettre en oeuvre la politique néo-libérale à laquelle tous les gouvernements, quelle que soit leur prétendue couleur politique, se sont raliés, en échange d'un répugnant enrichissement personnel de nos politicards, toujours avides de pots-de-vin et autres retro-commissions.
Voyez Balladur, Balkany, Sarkozy…