En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 2 heures 20 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 7 heures 35 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 7 heures 51 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 10 heures 4 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 3 heures 7 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 4 heures 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 7 heures 27 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 10 heures 4 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

Publié le 01 avril 2020
Joséphine Staron évoque les difficultés en Europe face au coronavirus. L’état de santé de l’Union européenne se détériore rapidement.
Joséphine Staron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joséphine Staron est doctorante en philosophie politique (Sorbonne Université) et administratrice de Synopia, l’observatoire des gouvernances.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joséphine Staron évoque les difficultés en Europe face au coronavirus. L’état de santé de l’Union européenne se détériore rapidement.

Symptômes

L’UE semble être victime du même virus qui touche plusieurs centaines de milliers de personnes dans le monde : le COVID-19. Elle en montre du moins tous les symptômes. Les marchés économiques et les États toussent : les bourses s’affolent, les liquidités s’échappent, le modèle capitaliste s’enrhume, les démocraties se confinent. La toux gagne aussi les institutions européennes et leurs représentants dont la voix ne porte plus : ils sont aphones.

La fièvre monte du côté des États membres de l’UE qui adoptent des comportements égoïstes, à mille lieux de « l’esprit de solidarité » inscrit dans les traités européens : les frontières intérieures se ferment les unes après les autres, sans concertation ni décision commune, au moment même où la Turquie décide d’ouvrir la sienne et de laisser pénétrer des milliers de réfugiés sur le territoire Grec, faisant fi de l’accord passé en 2016 avec l’UE.

Cette fièvre généralisée provoque panique et désorganisation : des États européens subtilisent du matériel médical destiné à leurs voisins ; l’afflux migratoire en Grèce est passé sous silence (qu’ils se débrouillent !) ; l’Italie n’a d’autre choix, face au manque de solidarité européenne, que de se tourner vers la Chine pour obtenir l’aide dont elle a besoin.

L’état de santé de l’Union européenne se détériore rapidement. Elle est en insuffisance respiratoire, à bout de souffle, étouffée par ses symptômes qui ne semblent pas prêts de se résorber. C’est désormais officiel : son pronostic vital est engagé.

Diagnostic

Si ces symptômes ressemblent à ceux du COVID-19, un diagnostic plus précis nous pousse à identifier le mal chronique dont souffre l’Union européenne et que la crise sanitaire actuelle n’a fait que confirmer : l’absence flagrante de solidarité.

En effet, ce n’est pas la première fois (et peut-être pas la dernière non plus), que ces symptômes apparaissent : la construction européenne, si elle constitue une entreprise de solidarisation des États, a connu de nombreux épisodes ou crises qui ont, soit résulté dans une avancée en matière de solidarité européenne (la crise économique de 2008 par exemple), soit dans un recul et un repli sur des positions égoïstes, non solidaires (comme dans le cas de la crise migratoire depuis 2015).

Mais cette-fois ci, la crise du COVID-19 (celle de trop ?) a envoyé l’Union européenne directement en réanimation : les symptômes étaient trop forts, l’absence de solidarité trop visible. Contrairement à l’illusion qui a longtemps accompagné la construction européenne, la crise actuelle révèle une douloureuse vérité : l’UE n’est pas immunisée face aux menaces, elle n’est donc pas immortelle.

Si elle n’a pas été capable d’adresser une réponse commune et de mettre en place des actions coordonnées, ce n’est pas faute d’une compétence « santé », mais bien parce qu’elle est devenue structurellement incapable d’anticiper une situation de crise et les actions nécessaires pour y faire face. En d’autres termes, elle ne remplit pas sa mission première, celle qui lui conférait sa légitimité : assurer la protection et la sécurité des Européens.

Si l’UE ne protège pas, alors à quoi sert-elle ? C’est la question que se poseront de nombreux Européens à l’issue de cette crise, et à laquelle il faudra rapidement trouver une réponse si l’on souhaite réanimer le projet européen.

Traitement

Quelle que soit l’issue de la crise sanitaire, le chemin de la guérison sera long, pour l’UE bien sûr, mais aussi pour les États.

Dans un premier temps, et les institutions européennes semblent l’avoir compris, les efforts doivent se concentrer sur l’objectif de faire baisser la fièvre. En suspendant ses règles d’or budgétaires pour faire face aux conséquences économiques de la crise, l’UE a démontré sa faculté d’adaptation, elle serait donc moins « butée » qu’elle n’y parait.

Mais pour donner un sens au concept de solidarité européenne et démontrer sa valeur ajoutée, l’UE devra être en mesure à l’avenir de sanctionner les manquements des États à leurs devoirs de solidarité. Le comportement égoïste de certains pays ne peut être toléré. Pour que le système européen redevienne légitime et fasse la preuve de son efficacité, chacun (État, citoyen, entreprise) doit pouvoir faire l’expérience de la solidarité européenne et des conséquences de son absence.

Le deuxième temps de la guérison, une fois le gros de la crise passé, sera donc nécessairement celui de la reddition des comptes et celui des sanctions. Car nous oublions souvent que l’appartenance à l’Union européenne n’implique pas uniquement de nouveaux droits. Elle implique aussi des devoirs.

Mais la reddition des comptes ne devra pas uniquement concerner les attitudes des États pendant la crise. Ceux-ci, tout comme les institutions européennes, devront être en mesure d’expliquer pourquoi personne, ni au niveau national, ni au niveau européen, n’a été en mesure de prévoir un tel scénario ? Pourquoi les préconisations du rapport de Michel Barnier (que tous semblent découvrir pour la première fois alors qu’il a été remis aux institutions européennes en 2006), n’ont-elles pas été appliquées ou du moins plus longuement débattues ? 

Ces questions interrogent le modèle politique, économique et social des États européens, ainsi que l’orthodoxie économique européenne, qui ont conduit à prioriser certains risques au détriment d’autres, ayant notamment pour conséquence un affaiblissement général et progressif des systèmes nationaux de santé et de solidarité sociale.

Ce deuxième temps de la guérison est central puisqu’il impliquera une sorte d’introspection, une évaluation de la construction européenne, de ses écueils, de ses succès, et surtout de ses finalités. Ce que la crise sanitaire aura révélé, c’est l’incapacité de l’Europe à prévenir les risques transnationaux, et le besoin désormais vital de renforcer son autonomie dans des secteurs d’intérêt stratégique.

Ce n’est qu’après ce temps de l’évaluation qu’un projet européen renouvelé peut voir le jour, tirant les leçons de la crise actuelle et des crises passées. En l’état actuel, ce nouveau projet pourrait prendre trois directions différentes : l’Europe-marché ; l’Europe-fédérale (hautement improbable), l’Europe-souveraine, condition de l’Europe-puissance. C’est cette troisième voie qu’il faut espérer et encourager.

L’appartenance à l’Union européenne doit permettre aux Européens d’être souverains, c’est-àdire de maitriser leurs conditions d’existence, d’être en capacité de prendre des décisions et d’agir afin de défendre et protéger leurs préférences politiques, économiques, sociales, mais aussi culturelles et identitaires.

C’est ce que recherche chaque État européen et qui constitue la promesse initiale de la construction européenne : donner à l’Europe les moyens de sa souveraineté, donc de son autonomie, dans un contexte de dépolitisation accrue du marché et des acteurs économiques, de crise du multilatéralisme et de remise en cause de l’équilibre géopolitique tel que nous le connaissons, de multiplication des défis et des risques transnationaux contre lesquels les États ne peuvent, seuls, se prémunir (comme l’a démontré la crise sanitaire).

Mais ce que la crise du COVID-19 aura également révélé, c’est que la souveraineté et l’autonomie individuelle (de chaque État membre) dépendent de la souveraineté collective ou européenne (de tous les États membres). L’unique moyen pour les États de maitriser efficacement leurs conditions d’existence réside ainsi dans le renforcement de la solidarité européenne.

Espérons qu’une fois la fièvre retombée, les États européens perçoivent et acceptent cette réalité. Sinon, nombreux sont ceux qui sauront tirer avantage de notre aveuglement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 02/04/2020 - 01:30
L'UE du traité de Lisbonne ne
L'UE du traité de Lisbonne ne s'occupe que de commerce et d'économie. Elle travaille pour les multinationales et se fiche comme d'une guigne du "citoyen européen". Les Etats, "grâce" à l'UE, ont été obligés de couper dans toutes les dépenses et le social est passé à la trappe. De même, Schengen et Frontex sont des insultes à la raison : il n'est jamais arrivé autant d'illégaux. On voit aujourd'hui le résultat en Grèce, excepté ceux qui devrait le voir ! Alors, l'UE encore ? Peut-être mais en tout cas, pas avec les mêmes et pas avec les mêmes règles du jeu. Par pitié, débarquez Charlot et Ulla, tellement déconnectés qu'en pleine crise, ils se félicitent à l'idée d'un élargissement. Et que le couple franco-allemand la ramène également, car les autres pays commencent à l'exécrer ! C'est à lui d'ailleurs que l'on doit le départ des Anglais.
spiritucorsu
- 01/04/2020 - 19:26
Les croque-morts de l'UE
Les grands idéaux d'humanisme,de progrès social,de solidarité,portés par les pères fondateurs de l'UE ont été trahis depuis des décennies par ses vrais maître d'une UE qui n'est plus qu'une association de malfaiteurs regroupant des politiciens véreux des financiers corrompus et des eurocrates en mal de légitimité,jutes bons à asservir les peuples et à les exploiter.La crise sanitaire actuelle à mis à nu les comportements déliquescents de cette caste mafieuse.C'est leur fond de commerce qui rend l'âme aujourd'hui sous leur regard affolé.La gangrène était déjà bien amorcée,la putréfaction s'accélérant sous l'effet de la crise,ils ne seront plus demain que les croques-morts d'un service de pompes funèbres associer à la mise en terre de ce qui aura été un beau projet,une belle idée.De profondis pour l'U.E.
evgueniesokolof
- 01/04/2020 - 18:38
et....
https://www.marianne.net/politique/pour-prevenir-la-penurie-le-gouvernement-s-engage-distribuer-aux-francais-engrais-et
De plus en plus pitoyable!!! manque plus que Cohn Bendit, alias Dany Braguette pour apprendre aux écolier comment utiliser la courgette