En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 20 min 24 sec
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 1 heure 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 2 heures 31 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 20 heures 11 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 20 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 58 min 26 sec
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 1 heure 21 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 2 heures 32 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 19 heures 44 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 20 heures 33 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 21 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 22 heures 56 min
© LOIC VENANCE / POOL / AFP
© LOIC VENANCE / POOL / AFP
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

Publié le 01 avril 2020
Face à la crise sanitaire du coronavirus, Emmanuel Macron multiplie les visites sur le terrain et sa communication est axée sur la "France unie". Le chef de l'Etat souhaite-t-il tenir à distance ou à "décredibiliser” le droit à la critique indissociable de la démocratie ?
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la crise sanitaire du coronavirus, Emmanuel Macron multiplie les visites sur le terrain et sa communication est axée sur la "France unie". Le chef de l'Etat souhaite-t-il tenir à distance ou à "décredibiliser” le droit à la critique indissociable de la démocratie ?

Atlantico.fr : La communication d’Emmanuel Macron autour de la France unie et ses visites sur le terrain vous paraissent-elles efficaces ? L’affichage de l’action est-il en soi perçu comme de l’action ?

Arnaud Benedetti : Le terrain ne ment pas, lui ... il est visiblement intégré dans une stratégie qui vise à montrer que le Président au plus près des zones sensibles (le "front” de l’Est à Mulhouse, l’arrière à Angers comme pour saluer l’activité de “l’économie de guerre") fait don de sa personne physique à la crise, loin des centres du pouvoir. La scénarisation guerrière n’a d’autre but que de souligner le rôle du chef de l’Etat dans une épreuve pour laquelle in fine nous n’avons pas à ce stade les cadres conceptuels et les mots afin de la caractériser. Il est assez étonnant qu’aucune analyse critique, de mise en question du vocabulaire que s’efforce d’imposer le Président pour signifier la crise ne soit à ce stade développé. Sommes-nous réellement en "guerre" ? Pourquoi l’usage de ce champ lexical alors que la réalité à laquelle nous sommes confrontés, c’est d’abord une catastrophe sanitaire que nous n’avons pas collectivement vu venir... Quoi qu’il en soit, la présence présidentielle sur le terrain a pour fonction de "portraiturer" une énergie combattante là où se déploie la lutte... et de s’efforcer de répondre à la lancinante et dramatique question des moyens par un discours d’auto-justification ! 

Derrière la France unie, entendez-vous seulement une volonté de rassembler les Français et de mettre en avant le positif ou aussi une certaine menace voilée vis-à-vis des dissidents ? 

Macron recourt à un registre mémoriel guerrier pour susciter une unité autour du "charisme fonctionnel" inhérent à son statut. Cette disposition délivre ainsi une représentation spécifique de la situation comme si nous étions agressé par un adversaire , un ennemi identifié, localisable, et surtout animé d’une forme d’intentionnalité. Or, le virus est vivant mais ce n’est pas une armée, un occupant.  Cette "anthropomorphisation" de la situation virale a pour avantage de fournir une référence facilement "appropriable" par l’opinion. Si nous sommes en guerre, il est spontanément "naturel" de se mettre en ordre de marche derrière le chef de la Nation puisque nous sommes... agressés. Encore une fois, la communication de l’Etat use d’une figure connue, "la guerre", pour stimuler dans l’opinion un réflexe d’unité afin sans doute de s’économiser des controverses publiques qu’il n’évite pas forcément par ailleurs. Cette stratégie relève de ce que les publicitaires connaissent bien, un processus de "persuasion clandestine" . On use d’une symbolique qui opère sur notre inconscient afin d’activer en chacun d’entre nous un comportement conforme à l’intention de l’émetteur . L’appel à l’unité vise à tenir à distance , voire à "décredibiliser" le droit à la critique indissociable de la démocratie. On peut s’étonner au demeurant que le pouvoir n’aille pas jusqu’au bout de sa logique : puisqu’il y a "guerre" à ses yeux, pourquoi ne pas proposer un gouvernement d’union nationale ? 

Six anciens ministres de la santé ont signé une tribune exonérant le gouvernement des procès en impréparation et impéritie, efficace ou contreproductif face à l’inquiétude affichée par l’opposition ou sur les réseaux sociaux ?

La parole d’anciens ministres de la santé, dans un contexte de défiance de la parole politique dans son ensemble, tendra à être perçue par une partie de l’opinion comme un réflexe de sauvegarde "corporatiste". Comme s’il s’agissait d’exonérer les pouvoirs successifs de leur propre responsabilité dans la lente dégradation de notre système sanitaire. Tout l’enjeu du moment, on le comprend, est d’inoculer la patience à la France du confinement, alors que la chaîne des moyens reste pour l’instant "tendue" comme le dit le Président, voire défaillante comme lui opposent les esprits les plus critiques. La France de Macron est in fine comme Godot dans la pièce de Beckett : elle attend... Sa résilience est à l’épreuve. L’objet de la communication est aussi de consolider cette résilience afin qu’elle ne bascule pas dans la durée vers la désespérance ou la colère.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 01/04/2020 - 21:35
Exonération
Six ministres incompétents qui en exonèrent d'autres qui le sont autant… Malheureusement le ridicule ne tue pas. Quand à avoir une quelconque unité avec cette bande de paltoquets, c'est un bien plus gros effort que de rester confiné comme des cons.
Bobby Watson
- 01/04/2020 - 18:50
Erratum
fonctionne à plein.
Bobby Watson
- 01/04/2020 - 18:48
Une pâle copie de Clémenceau
Macron a lancé abusivement le concept d'union sacrée, usurpant un terme popularisé par Clémenceau: mais à l'époque, le Tigre dirigeait un gouvernement d'union nationale où la droite de Poincaré soutenait les radicaux socialistes.On ne peut pas en dire de même du gouvernement LREM, qui repose sur une base très restreinte. En réalité, ce qu'a retenu Macron de la Grande guerre, c'est essentiellement la propagande officielle , qui, à l'époque avait chloroformé l'opinion publique, comme aimait à le dire mon professeur d'Histoire en Hypokhâgne. Depuis 2 semaines, les oppositions sont bannies des chaînes d'information, la crise sanitaire est systématiquement minimisée ( personne ne s'insurge contre les chiffres incomplets de Salomon, par exemple), et la censure fonctionne à plain sur les forums des journaux, où il est systématiquement interdit de mettre en doute les paroles du Grand Timonier. On ne remerciera jamais assez M. Ferjou pour l'espace de liberté que demeure Atlantico.