En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 18 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 56 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 36 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 38 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 40 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 34 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 18 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 48 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 43 min
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

Publié le 30 mars 2020
Alors que les Etats-Unis semblent plus que jamais isolées et accaparées par la situation sur leur propre territoire, la Chine qui est parvenue à maîtriser l'épidémie de coronavirus offre de plus en plus son aide à l'Union Européenne.
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Emmanuel Lincot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à l’Institut Catholique de Paris, sinologue, Emmanuel Lincot est Chercheur-associé à l’Iris. Son dernier ouvrage, « Chine, une nouvelle puissance culturelle », a été publié chez MkF.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les Etats-Unis semblent plus que jamais isolées et accaparées par la situation sur leur propre territoire, la Chine qui est parvenue à maîtriser l'épidémie de coronavirus offre de plus en plus son aide à l'Union Européenne.

Atlantico : Face à l'attitude américaine la Chine tente de se montrer sous un jour plus solidaire avec les pays fortement touchés par l'épidémie proposant notamment beaucoup d'aide à la Grèce, l'Italie et l'Espagne. Cette "politique de séduction" peut-elle permettre un rapprochement plus profond entre Pékin et l'Union Européenne ? 

Emmanuel Lincot : Le régime autoritaire de Pékin a su en très peu de temps masquer ses carences, faire oublier ses mensonges, truquer la vérité en tentant de faire accroire que le Covid-19 n’était pas d’origine chinoise (pour conjurer les demandes de réparations sans doute…). Son énorme machine de propagande est à l’œuvre et nous nous retrouvons pris au piège d’un régime coupable de ne pas avoir pris les mesures sanitaires suffisantes à temps et qui désormais, sous couvert d’une politique humanitaire, généreuse et prétendument désintéressée, réussit le plus extraordinaire enfumage de l’histoire : exporter un virus et faire payer à la France notamment l’achat de millions de masques fabriqués à Shenzhen. Outre la monstruosité d'un tel procédé que nous ne devons pas laisser impuni en exigeant du gouvernement chinois des réparations pour la mort économique de nos sociétés et la disparition bientôt de dizaine de milliers de nos concitoyens, nous devons dénoncer les agissements de la Chine à exporter vers l'Espagne, entre autres exemples, un matériel défectueux. Ne soyons pas dupes: Pékin va continuer à nous diviser et détourner les plus fragiles de nos voisins de Bruxelles. « L’opposé coopère » écrivait Héraclite… : puisse cette crise sans précédent se traduire par une totale remise à plat de nos choix à la fois en matière de politique étrangère et économique et revenir à des équilibres plus sains.

Bathélémy Courmont : Il y a deux réponses à cette question. D'une part, la Chine a besoin d'une reprise très rapide de l'activité économique mondiale. Elle est aujourd'hui le principal acteur de la mondialisation, première puissance exportatrice notamment, et elle est donc le pays le plus dépendant de la mondialisation des échanges. Cette reprise est indispensable pour Pékin. C'est aussi une nécessité politique. Le régime chinois puise sa légitimité dans la croissance économique et sociale, et tout ralentissement de l'économie soulève potentiellement le risque d'une crise de légitimité, sorte de rupture du mandat céleste, pour reprendre une terminologie propre à la Chine impériale. Dès lors, la Chine va redoubler d'efforts pour que la crise sanitaire soit la moins longue, et donc la moins douloureuse possible, et cela passe par une assistance apportée aux pays les plus affectés. On parle souvent des aides à des pays comme l'Italie ou la France, mais Pékin se tourne aussi vers les pays africains ou vers l'Asie du Sud-est, car ce sont des partenaires essentiels pour la croissance chinoise.

D'autre part, la Chine s'est engagée depuis près de deux décennies dans une immense opération séduction dont l'objectif est de renforcer son image et d'accroître sa capacité d'influence. En déployant une stratégie de soft power reposant tant sur ses caractéristiques culturelles que des moyens financiers exceptionnels, la Chine parvient à soigner son image. Cette image a été écornée avec la crise du coronavirus et ses origines à Wuhan. Aussi il est désormais indispensable pour Pékin, afin de tourner la page, de se mettre au chevet des pays qui en ont besoin. Enfin, en procédant de la sorte à un moment où les Etats-Unis s'isolent un peu plus, la Chine cherche à renforcer une bataille planétaire pour l'influence, et cherche ainsi à capitaliser sur ses moyens.

Il ne faut évidemment pas négliger la solidarité chinoise, qui est notamment une réponse à la solidarité dont la Chine a bénéficié quand elle en avait particulièrement besoin. Mais aux côtés de cette solidarité, l'opportunité ne saurait non plus être sous-estimée. Attention cependant côté chinois à ne pas confondre réactivité et précipitation. On relève en effet que les stocks de tests envoyés à plusieurs pays européens s’avèrent défectueux. Si de tels problèmes sont persistent, c’est l’image de la Chine qui pourrait en être affectée. Dans cette bataille d’influence, il n’y a pas de place pour l’improvisation.

Une fois le gros de la crise sanitaire derrière nous, et malgré la responsabilité de Pékin dans la propagation de l'épidémie, ce rapprochement peut-il perdurer ? En d'autres termes, l'épidémie va-t-elle marquer un tournant dans la relation entre les Etats-Unis et l'Europe, un tournant qui annoncerait un rapprochement entre l'UE et Pékin ? 

Emmanuel Lincot : Pékin n’est pas à l’abri d’un « China bashing » qui, de Los Angeles à Bruxelles, pourrait réveiller l’ensemble de l’Occident. Paradoxalement, Donald Trump va être réélu parce que les Américains ont la faiblesse de croire que la souffrance est source de rédemption et que sa politique dure à l’encontre de la Chine était de toute façon la meilleure. N’oublions jamais non plus que la nation américaine des pères fondateurs s’est construite contre l’Europe. C’est aussi un pays d’immigrés qui pour les premières générations ayant quitté l’Europe avaient le vieux continent en détestation. Donald Trump, Allemand d’origine, représente encore tout cela pour beaucoup d’Américains. Que l’Europe sombre, c’est son problème, pour répondre abruptement à votre question, et non celui des Américains. Bref, il n’y aura pas de corridor humanitaire entre les Etats-Unis et l’Europe. Et que la Chine espère en tirer bénéfice, c’est évident tout comme les Européens pourront difficilement renoncer à la politique de charme que lui avanceront les Chinois. Ils y répondront en ordre dispersé tandis que les opinions exigeront de leurs dirigeants un retour à la nation.

Bathélémy Courmont : D'une certaine manière, la crise actuelle ne fait qu'accentuer une dérive entre l'Europe et les Etats-Unis qui est ancienne, mais s'est renforcée après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump et les guerres commerciales qu'il a engagées avec Pékin mais affectent dans le même temps la relation transatlantique. Il suffit de relire les articles de Paul Krugman dans le New York Times pour constater l'inquiétude que cette attitude soulève dans les milieux intellectuels américains. Au-delà des effets négatifs de l'administration Trump dans la relation de confiance entre l'Europe et les Etats-Unis, il convient de s'interroger sur le sens à donner à la relation transatlantique de nos jours. S'agit-il d'une communauté de défense, incarnée par l'OTAN? Mais pour faire face à quelle menace, à quel ennemi? S'agit-il d'un groupe de pays occidentaux, ce qui est culturellement et politiquement contraire aux valeurs véhiculées par la plupart des Etats qui en font partie? S'agit-il d'un partenariat fondé sur l'habitude, pour ne pas dire les traditions, mais qui ne signifie plus grand chose quand les valeurs portées par lesdits partenaires semblent désormais diverger? Dans ses articles très critiques des guerres commerciales de Trump, Krugman met en avant le risque de voir l'Europe se détourner des Etats-Unis et aller vers de nouveaux partenaires, la Chine en tête. Mais n'est-ce pas déjà le cas dans les faits? Oui et non. D'une part, le lien transatlantique reste fort, et survivra à la présidence Trump - celle-ci pouvant prendre fin dès janvier prochain, rappelons-le. L'Europe n'est donc pas en train de basculer d'un "grand frère" vers un autre, et se montre par ailleurs lucide mais méfiante vis-à-vis de la Chine. A l'inverse, il est indiscutable que les intérêts européens et chinois connaissent actuellement une convergence. Mise en avant de la multipolarité, enjeux globaux comme le réchauffement climatique, ou encore défense du libre-échange… La liste est longue, là où les relations avec Washington sur ces différents sujets sont devenues très tendues. En bref, l'Europe n'a pas vocation à s'aligner sur une grande puissance, mais à trouver sa place en restant fidèle à ses valeurs. Et si elle doit pour les appuyer trouver des partenaires en Washington ou Pékin, selon les circonstances, elle ne doit pas s'en priver. Mais clairement, le fait que les pays européens puissent désormais se tourner vers les Etats-Unis ou la Chine est un immense revers pour Washington, un signe de déclin, relatif mais réel.

Les Etats-Unis sont accaparés par l'épidémie de coronavirus dont la propagation s'est accélérée ces derniers jours sur leur territoire. Se faisant, ils semblent de plus en plus réfractaires à collaborer avec d'autres Etats en vue de luter de lutter contre le virus.  En ce sens, l'épidémie de coronavirus ne marque-t-elle un nouveau tournant dans la politique isolationniste des Etats-Unis ?

Emmanuel Lincot : Cette crise montre surtout la nullité de l'administration américaine à comprendre le danger qui, depuis des semaines déjà, se profilait. Conséquences : en moins de cinq jours, on est passé d'une société de plein emploi à trois millions de chômeurs. Le plan de relance de plus de 2000 milliards de dollars ne suffira guère à amortir le choc dans une société extrêmement vulnérable, avec un système de santé encore plus défaillant que le nôtre, et où le welfare State s'est en grande partie désengagé. Ce à quoi nous assistons est un "courage fuyons généralisé" et les déclarations surréalistes d'un Donald Trump espérant que les Américains se retrouveront bientôt dans les églises pour célébrer Pâques prêtent cyniquement à sourire surtout à Pékin qui profite de ce désarroi  abyssal pour multiplier, depuis ces derniers jours, les provocations dans le sud de la mer de Chine ou à l'encontre de Taïwan.

Bathélémy Courmont : Elle ne fait que confirmer la politique extérieure de Donald Trump, qui s'est évertué depuis son arrivée au pouvoir à ériger des murs autour de son pays. Il aurait été surprenant, presque impensable, qu'il opte pour une coopération internationale accrue. L'isolationnisme américain ne doit plus être vu comme un mythe ou un repoussoir, c'est une réalité que de multiples initiatives unilatérales, le retrait de grandes institutions ou traités, ou encore une préférence nationale martelée n'ont fait que renforcer. La décision de Trump d'interdire aux Européens d'entrer en territoire américain semble loin désormais, tant les développements de la crise du coronavirus furent nombreux depuis, et tant l'immense majorité des pays a adopté des mesures semblables. Mais elle s'est accompagnée dans le cas américain de l'identification d'un virus "étranger", d'une Europe qualifiée de "nouvelle Chine", et donc devenue indésirable, et d'une absence manifeste de considération pour le développement de la pandémie ailleurs que sur le sol américain - comparer les discours du président américain avec ceux des dirigeants d'autres grandes puissances est à ce titre édifiant. Au-delà du fait que la crise a été très mal gérée et que les Etats-Unis sont désormais le principal foyer de l'épidémie, cette attitude a un peu plus creusé un fossé entre Washington et le reste du monde, y-compris ses amis et partenaires de longue date. En terme d'image, c'est une catastrophe dont les effets seront durables, et il faudra un autre locataire de la Maison-Blanche que Donald Trump pour recoller les morceaux. Cette crise sera aussi politique, comme en témoigne le bras-de-fer dans lequel plusieurs gouverneurs se sont déjà engagés avec l'Administration et un système fédéral qui montre ses limites. Mais pour l'heure, les Etats-Unis s'enlisent dans une gestion unilatérale de la plus grave crise sanitaire que ce pays ait connu, et ce sont les Américains qui sont le plus à plaindre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
L'eveillé
- 01/04/2020 - 13:19
merci la Chine
C'est quand meme bizarre que les Italiens avec un niveau de Pib (Lombardie : l'un des 2 ou 3 niveau de pib par habitant le plus elevé au monde après les Luxembourgeois et les Suisses) ,les plus élevés au monde aient autant de morts quand les Chinois d'une province lointaine de Pekin,probablement moins bien lotis en système de soins aient un nombre aussi faible de morts .Ils nous ,(vous )prennent vraiment pour des pipes !!!
D'autre part leurs livraisons amicales et néanmoins non conformes de masques offerts aux Espagnols laisse un peu à réfléchir sur leur prétendue solidarité.
Moi qui ait visité ce pays il ya qq années sait de quoi je parle surtout de leur altruisme et encore moins de leur empathie ni entre eux et encore moins envers nous
Il sera impossible de me convaincre que leur gouvernement communiste n'a pas volontairement masqué la dangerosité de cette épidémie au début .La réalité de cette contagiosité se voit aujoud'hui et les malheurs qui en découlent touchent maintenant toute l'Humanité.
Pour moi Xi au gibet ou au minimum aux poubelles de l'histoire et surtout pas prix Nobel de la Paix
L'Imprécateur
- 31/03/2020 - 04:52
L'Europe et la grippe chinoise
« L’'Europe n'a pas vocation à s'aligner sur une grande puissance, mais à trouver sa place en restant fidèle à ses valeurs », dit Barthélémy Courmont.
Encore faudrait-il que cette Europe en montre dès maintenant quelques effets : ainsi que fait l’Europe face à la pandémie du COVID-19, notamment en Italie ? Et que fait l’Europe pour aider la Grèce à contenir les hordes barbares lâchées par Erdogan contre l’Europe justement ?
zelectron
- 31/03/2020 - 00:47
les chinois : commerçants retords
Les chinois sont spécialistes de l'ajout de mélamine en poudre dans le lait : les nourrissons n'aiment pas.
Un bon contrat avec un occidental pour un chinois c'est celui qui une fois signé permet d'uriner dessus.
Les thermomètres à visée laser qui coûtaient le mois dernier entre 5 et 10 € sont affichés désormais sur leurs sites marchands de 40 à 50 € (question d'être encore plus tordus ceux qu'ils envoient sont les "seconds choix, quand il ne s'agit pas de reliquats en panne)