En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 13 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 12 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 21 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 57 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 25 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 28 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 42 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 40 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 heures 4 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 36 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 7 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 14 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

Publié le 29 mars 2020
Député LR dans la 5e circonscription de Vaucluse. Julien Aubert, secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale, revient pour Atlantico.fr sur la crise sanitaire et politique engendrée par le coronavirus.
Julien Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert est député LR dans la 5e circonscription de Vaucluse. Il est secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Député LR dans la 5e circonscription de Vaucluse. Julien Aubert, secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale, revient pour Atlantico.fr sur la crise sanitaire et politique engendrée par le coronavirus.

Atlantico : Une crise de cette ampleur appelle plus l’union nationale que la polémique mais doit-elle être synonyme de la fin des débats ? C’est contradictoire car à ce moment là, on ne peut plus qualifier l’opposition de réelle.

 

Julien Aubert : On mélange polémique et questions légitimes. La crise sanitaire ne signifie pas la suspension de la démocratie et l’union nationale ne signifie pas d’avoir zéro recul sur la position du gouvernement. Puisque l’époque est aux métaphores guerrières, il y a eu l’union sacrée en 1914 mais cela n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre, entre le pacifiste Caillaux et le belliqueux Clémenceau. Heureusement que les politiques ont fini d’ailleurs par reprendre la main sur la stratégie militaire, car certaines erreurs ont conduit au massacre de centaine de milliers de soldats. C’est une méconnaissance de l’histoire que de vouloir museler l’opposition en l’accusant de blasphème chaque fois qu’elle émet une critique. On peut vouloir la réussite de son pays et pointer, en responsabilité, les incohérences et contradictions de la politique actuelle. A la place du gouvernement, je me soucierais moins de nos observations que de ses propres insuffisances sur la préparation de cette crise. 

 

Comment répondre au gouvernement sans pour autant casser l’union nationale et organiser une nouvelle forme d’opposition ?

 

On peut le faire de manière très constructive. J’ai pris l’initiative, avec une dizaine de parlementaires membres d’Oser la France, d’écrire un courrier à Bruno Lemaire sur l’attitude des entreprises de grande distribution par rapport aux producteurs locaux, ce qui a donné des résultats car elle a changé son attitude dans les quelques jours qui ont suivi. 

 

Nous avons aussi fait un autre courrier au président la République sur la stratégie sanitaire, notamment sur le fait qu’il n’y avait pas de tests massifs, le fait que nous n’autorisions pas la chloroquine, que le comité scientifique était plus divisé qu’il n’y paraissait sur la stratégie de confinement à peu près total sans dépistage. Un vaste débat public a permis à chacun de se faire son idée. Suite à cela, le gouvernement a fait évoluer sa stratégie avec les propositions que nous avions faites avec quelques collègues.

 

Je crois que l’Opposition a joué son rôle car elle a permis au gouvernement de se rendre compte des insuffisances de sa stratégie. Nous avons accéléré leur prise de conscience. À l’heure des médias sociaux, d’ailleurs la moindre décision est aussi disséquée par tous. Les gens ont accès à l’information et l’opposition est là pour porter publiquement les inquiétudes et revendications

 

On ne peut pas passer sous silence les propos incroyables d’Agnès Buzyn qui dévoilent des défaillances graves,  comme l’insuffisance de masques ou l’imprévoyance (l’envoi en Chine de masques alors que nous aurions pu les conserver pour nous). Toute cette série de défaillances font craindre au gouvernement des conséquences pénales et judiciaires qui ont déjà débuté. 

 

Après la crise, on jugera inéluctablement l’action qui aura été conduite. La meilleure manière pour le gouvernement d’atténuer la charge de sa responsabilité, c’est de conduire le pays hors de la zone actuelle en prenant les meilleures décisions.  

 

 

À lire également : Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

 

 

De nombreuses personnes remettent en cause la responsabilité des politiques de façon large depuis 30 ans en les opposants aux experts. Que risque-t-on en se livrant aux experts et en renonçant à la politique ? Le gouvernement actuel tend à faire plus confiance aux experts qu’à la politique, ne serait-il pas important de trouver un juste milieu ?

 

C’est de la foutaise, car tout en politique est facteur d’expertise. Quand vous autorisez un produit phytosanitaire, décidez d’une intervention armée, d’une relance budgétaire, quelque soit le domaine, il y a des experts. On cherche à expliquer aux hommes politiques qu’ils doivent se limiter à faire un peu de théatre à la TV mais surtout pas se pencher sur le fond. Le politique n’est pas là pour répéter ce que disent les experts, il est là pour trancher entre les experts et chercher l’intérêt général. Clémenceau disait en 1887 :  « La guerre est une chose trop sérieuse pour la laisser aux militaires » pour revenir aux métaphores guerrières. Pendant la guerre de 14-18, ce ne sont pas les militaires qui ont fait la politique, c’est le gouvernement. 

 

Actuellement, la crise n’est pas seulement sanitaire : elle est démocratique et économique. Il y a des arbitrages. 

Le politique est élu pour prendre des décisions. Les médecins n’ont pas été élus pour assumer des décisions, ils sont là pour donner un avis médical et d’ailleurs sur certains sujets il leur arrive de ne pas être d’accord entre eux. Le courrier que j’ai fait partir lundi l’a clairement montré. La science n’a jamais progressé par le dogme religieux, en science on tâtonne. Depuis Galilée, c’est comme cela. Tout ceux qui veulent dire qu’il n’y a qu’une seule vérité se trompent. 

 

Dans le comité scientifique, il y a des gens comme Raoult qui ne sont pas du tout d’accord avec le président du conseil scientifique. Cela pose un certain nombre de questions politiques. Il y aurait eu l’unanimité de la profession médicale, le politique n’aurait pas eu à se faire « plus médecin que le médecin » mais à partir du moment où nous avons des argumentaires opposés, c’est au politique de trancher. Si c’était aussi facile que trouver la bonne réponse à une équation de mathématiques, ça se saurait. 

 

 Ce serait une très grave régression que de se retrancher derrière l’avis du comité scientifique pour dire qu’il n’y a pas de responsabilité politique.Donc chacun doit avoir la conséquence de ses actes, de sa responsabilité. Décider de se défausser sur quelqu’un d’autre, c’est une forme de faillite morale. Lorsque Emmanuel Macron a voulu faire sa réforme des retraites ou privatiser ADP, l’opposition était contre et pourtant il a bien décidé le faire. Il est tout à fait capable de décider par lui même.    Celui qui a maintenu le premier tour des élections, ce ne sont pas les médecins, ni l’Opposition, mais le président de la République. Il a fait un choix. Ni Gérard Larcher, ni Christian Jacob. Je me permets de rappeler que l’un des seuls aspects « positifs » de perdre les élections, c’est que vous n’êtes pas responsable ensuite de ce qui se fait, c’est un grand principe de la démocratie.

 

Au passage, puisque l’on parle d’éclairer les décisions publiques, permettez moi quand même de revenir sur la gestion de la crise. Le gouvernement a créé un comité scientifique et a choisi les membres. Je ne sais pas comment ils ont été choisis. Il y a un mode de fonctionnement que je ne connais pas et c’est au gouvernement de le gérer. Je n’ai pas accès aux échanges et il n’y a aucune information de déclaration d’intérêt des membres du conseil scientifique.

 

On a bâti toute une série de règles pour les décideurs publics, le moindre assistant parlementaire doit signaler s’il a un job à coté. Pourtant, ici on a un comité scientifique qui a un rôle majeur dans la crise sanitaire mais on ne lui a strictement rien demandé. On ne sait pas si l’un des membres travaille pour un laboratoire pharmaceutique, par exemple… Si on voulait être totalement transparent et éviter la malveillance, ces informations devraient être dans les mains de l’opposition.

 

À titre personnel, y a-t-il un moment où vous considérez que vous ou votre parti a sous-réagi par rapport à la crise ou à l’inverse a surréagi ?

 

Nous avons tous sous-réagi avant la première allocution du président de la République et cela demande quelques mots d’explication car j’ai une responsabilité morale en tant qu’homme public quand il s’agit de prendre position sur une décision. Il faut bien comprendre que bien que député, je n’ai pas le directeur de la santé qui m’appelle tous les soirs. Je suis obligé de prendre mes décisions avec des informations qui sont complètement réduites par rapport aux ministres.

 

En me basant sur les chiffres de la Corée du Sud, j’ai donc mal interprété l’importance de ce virus : j’ai attribué la faible létalité à sa virulence alors qu’elle était le fruit d’une stratégie sanitaire particulièrement efficace. Quand le Président a annoncé le maintien du premier tour, cela m’a plutôt conforté dans mon idée qu’il avait essayé de faire un coup politique en focalisant toute sa communication sur le virus. J’ai d’autant plus mal compris ensuite les mesures qui ont surgi dès le lendemain dans la bouche du Premier ministre qui venait infirmer ce qu’avait dit le président la veille en accélérant le confinement de la population.

 

J’étais aussi scandalisé car on a conduit un premier tour en disant que l’on pouvait l’organiser mais en faisant en sorte que les gens ne viennent pas. Il y a toujours une forme d’instabilité dans les choix décisionnels, mais cela ne me paraissait pas sérieux. Cela continue d’ailleurs comme on peut le voir avec la chloroquine : elle  était autorisée hier et aujourd’hui il y a un décret qui complète et qui restreint considérablement son utilisation. 

 

En surréaction, maintenant, un autre exemple mais qui est assumé. Avec la chloroquine, lorsque l’on écoutait seulement certains infectiologues, il était malvenu de l’évoquer. Nous avons donc décidé de briser le mur médiatique. Non pas pour surréagir mais pour forcer le gouvernement à se positionner sur ce sujet-là. Il ne faut pas se tromper de débat sur la chloroquine, il y a une différence entre la dangerosité et l’efficacité. La vraie question qui se pose est que si on l’administre y a-t-il un danger ?

 

Tous les médecins connaissent ce médicament et les pathologies associées. L’efficacité, on ne la connait pas mais au pire on verra que ça ne marche pas. Maintenant, j’ai dans mon entourage des cas personnels qui montrent que ça marche. Quand on a une arme, on l’utilise, surtout à la guerre !

 

 

À lire également : Alain Madelin : "S’il est normal de donner des pouvoirs forts à l’Etat par temps de pandémie, il est aussi essentiel de le contrôler"

 

 

Le jour d’après, la question de la responsabilité politique va se poser. Peut-on balayer facilement d’un revers de la main cette question sur ceux qui nous gouvernent ? La question des comptes à rendre se pose déjà et elle va prendre davantage de place des années après la crise. Dans quel cadre cela va-t-il se dérouler, le gouvernement semble balayer cela du revers de la main, n’est-ce pas irresponsable ?

 

Ce n’est pas pendant la crise que l’on doit mettre la responsabilité du gouvernement sur la table. Aujourd’hui, bon ou mauvais, exceptionnel ou incompétent, à l’exception d’un gouvernement dont l’objectif serait d’aller à l’encontre du bien général, je ne soupçonne ni Emmanuel Macron, ni Edouard Philippe, de vouloir mal gérer la crise du coronavirus. Ils le font avec les moyens du bord même si ils se sont sans doute trompés. Il y a des choses qu’ils auraient dû faire. Reste qu’aujourd’hui ils ont été élus pour guider le pays au milieu des rochers, ce n’est pas le moment de changer de capitaine ou de l’attacher prisonnier dans sa cabine.

 

Une fois que nous aurons passé la crise sanitaire et que nous serons revenus à un fonctionnement plus calme, là oui on parlera de la responsabilité. Si je devais prendre une métaphore, ce serait celle d’une embarcation dans la tempête. Lorsqu’un capitaine dirige son gouvernail, le rôle du « matelot de l’opposition » c’est de lui dire « mon capitaine nous avançons sur les flots mais faites attention il y a un rocher sur notre chemin ». La responsabilité de l’opposition est d’avoir averti le gouvernement.

 

Une fois que nous serons sortis, nous verrons bien si nous avons fait naufrage et que nous sommes sur une île déserte, ou si nous sommes sortis tous entier matelots compris hors de la tempête. C’est là où nous pourrons juger le capitaine.

 

Cela se fera de diverses manières, vraisemblablement. D’un côté la responsabilité judiciaire et de l’autre la responsabilité politique. La responsabilité judiciaire, ce sont les recours qui ont été déposés auprès de la cour de justice de la République ou les juridictions pénales. C’est elles qui se prononceront. Ensuite, il y a celle politique qui se posera auprès du parlement par une motion de censure ou une commission d’enquête. Elles vont éclairer le mécanisme de prise de décision. Et puis enfin il y aura le contexte des élections nationales, présidentielle et législatives.

 

Aujourd’hui, l’opposition ne se prépare pas à cela. Elle a posé sur la table, à travers ce qu’a proposé Damien Abad, une proposition de commission d’information qui va être mise en place pendant la crise du coronavirus et qui pourrait se transformer en commission d’enquête après. C’est une manière de préparer l’avenir et d’encadrer le débat. Je souhaite que celle-ci fasse toute la transparence sur des choix très confus et contradictoires comme la question des masques, sans tomber dans le lynchage. 

 

Maintenant, je crois que personne n’a idée de l’état économique, moral et politique dont nous sortirons de cette crise, et probablement que le monde de demain sera très différent de ce que nous avons vécus. Puisse Marianne sauver la République.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 30/03/2020 - 10:14
Bien que j apprécie Mr Aubert
J aimerai lui rappeler que ce sont les politiques qui ont pris des décisions catastrophiques entraînant la mort de milliers de soldats et non pas les militaires eux même ! Je sais que la tendance des politiques est de vouloir récupérer toutes les manettes décisionnelles et les plus faciles sont bien entendu celles de l armée condamnée au silence total mais lorsque votre propre vie est en jeu ce qui est leur cas ,qui mieux que l un des leurs peut prendre une décision en connaissance de cause ?? Car contrairement à ce qui est dit dans l article,c est un métier ,sanctionné par des diplômes, des expériences, des formations et une prise de décisions quotidiennes qui justement doit contrairement à d autres métiers évaluer les risques de pertes humaines .De même qu' un médecin !! Que les politiques arrêtent de croire qu ils sont les seuls habilités à prendre des décisions importantes, ils s en arrogent le droit et les autres paient le prix sans qu' ils soient sanctionnés ! C est de tout ça qu' on en a ras le bol . On aurait bien aimé que la France gère la situation comme l Allemagne avec des tests massifs et l isolation des seuls malades entraînant moins de morts !!!!
Frangipanier123Tours
- 29/03/2020 - 16:58
En lisant ce témoignage, mesuré mais pugnace, de Julien AUBERT..
.... on se dit que les citoyens qui habitent sa circonscription de Vaucluse ont bien de la chance, au contraire de ceux qui doivent se contenter de LREM ou MODEM "main sur la couture du pantalon", de LFI braillards et décérébrés, ou même de LR tendance "ventres mous mondialistes" !!!