En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 25 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 2 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 14 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 6 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 6 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 5 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 heures 42 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 15 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 10 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 6 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

Publié le 28 mars 2020
Loïk Le Floch-Prigent évoque la question du confinement et revient sur la défiance à l'égard de la parole publique et sur les mesures de coercition déployées par le gouvernement afin de lutter contre le coronavirus.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent évoque la question du confinement et revient sur la défiance à l'égard de la parole publique et sur les mesures de coercition déployées par le gouvernement afin de lutter contre le coronavirus.

L’ode au confinement total de la population émanant de professionnels de la Santé rejoint un grand nombre de positions prises à propos de beaucoup d’activités humaines depuis des mois, positions liberticides, assumées, à grande échelle. Avant de laisser libre cours à cette évolution lente et déterminée vers plus de contrôle et plus de répression, il serait bon de réfléchir.

Cette mauvaise ambiance, coercitive, punitive, nous la connaissons depuis des mois, elle a atteint d’abord la liberté d’expression et permis à ceux qui veulent faire taire d’utiliser notre arsenal juridique destiné à nous protéger de faire strictement l’inverse, c’est-à-dire nous museler. On ne peut donc pas s’étonner que, devant la peur déclenchée par une pandémie, une grande partie de la population exige plus de punitions, car après les contraintes sur la liberté d’expression, il fallait aussi traiter  la liberté de circuler et les excès répréhensibles devaient être réprimés. Nous nous engageons ainsi mollement, inexorablement, vers une organisation du contrôle uniforme, faussement égalitaire, qui prélude aux dérives autoritaires non plus subies mais désirées. 

Deux éléments, parmi beaucoup d’autres peuvent illustrer mon propos.

Alors que le climat est passé au second plan des préoccupations mondiales, que l’on observe que la décélération de la circulation automobile n’a pas eu les effets escomptés par les millions de militants de l’écologie politique – si la pollution de l’air a clairement décru dans toutes les agglomérations, en particulier les oxydes d’azote, il n’en a pas été de même avec les particules fines , en général associées aux moteurs diesel dont les émissions ont été constantes- la voix de l’ancien Ministre de l’Ecologie est venue nous dire que la pandémie était un rappel de la « nature » que nous avions, nous les hommes, troublée avec notre fonctionnement désastreux. Punis par dame « nature », punis par Dieu, punis de nos péchés, nous devons expier, nous amender, nous vêtir de bure comme les bourgeois de Calais et expier, expier toujours. S’essayer à raccorder ce qui est en train de se passer dans le monde avec la grande peur issue des collapsologues du climat a de quoi surprendre car le lien entre ces deux phénomènes est ténu, il ne réside que dans les conséquences que l’on veut en tirer, un Gouvernement de la planète qui définit le bien et le mal , qui oblige au bien et qui punit le mal, et ceci en écoutant dame Nature qui ne peut pas se tromper bien évidemment. 

Autre incident : ayant constaté une grande diversité du comportement des Français devant les mesures de coercition engagées à travers un confinement dont on avait du mal à prononcer le nom, le gouvernement a demandé au Parlement l’autorisation de durcir les contraventions de manquement à la discipline. En transformant au bout de 4 violations en trente jours la contravention en délit avec la perspective d’une peine de prison de six mois, tous ces responsables n’ont pas compris qu’ils venaient de prendre une mesure hors sol . Les prisons sont bondées, ce sont de véritables bombes depuis que les parloirs sont interdits, chaque jour les Directeurs savent que l’on frôle l’incident majeur et prient pour qu’on réduise le nombre des incarcérés,(cela va être fait discrètement et je m’en félicite). Pourquoi gouvernement et parlement  n’ont-ils tenu aucun compte des réalités ? C’était bien le moment choisi pour convaincre et  non punir ! 

Plutôt que de culpabiliser et sanctionner, dans ces moments très difficiles pour les 65 millions de personnes qui peuplent l’Hexagone, il serait plus efficace de saisir ce qui est vraiment en train de se passer dans notre pays : un soupçon généralisé sur la sincérité de la parole publique d’une part et  une révolte contre l’uniformisation annoncée de règles non appliquées dans les situations de plus grands risques, d’autre part. Cet introspection nous écarterait  des solutions des pays aux modes d’organisation très éloignés de nos traditions et de notre philosophie. Nous sommes restés confondus devant la propension d’hommes politiques supposés démocrates célébrant les mérites de la coercition généralisée  effectuée dans des pays à la démocratie douteuse :c’est vraiment vers là qu’ils souhaitent que nous allions ? 

La parole publique est remise en question, et l’on ne peut que constater les causes de ce phénomène qui ne date pas d’hier mais qui a été amplifié par l’émergence des réseaux sociaux tandis que la médiocrité habitait de plus en plus  les responsables politiques. On voit mal comment dans un temps court on peut porter  remède à cette situation inédite. On peut dire que plus les responsables parlent et plus ils sont susceptibles de dire des bêtises, on les encouragerait volontiers à apprendre à se taire. Un exemple suffit, celui de la pénurie de masques qui a conduit à ne pas pouvoir choisir un confinement à base de masques comme à Taiwan ou Corée du Sud mais a mené à une valse -hésitation jusqu’à envisager le confinement physique de toute la population. « les masques ont été commandés », « les masques arrivent »…qui le croit désormais ? Quand la confiance se perd, c’est pour longtemps. « Les masques étaient inutiles ! » Mensonge : ils n’étaient pas disponibles c’est tout… et c’est trop !

Mais cette défiance à l’égard de la parole publique se double d’une réalité incompréhensible : pendant que l’on ratisse les plages à la recherche de la vieille dame promenant son chien, avec l’aide de drones ,  on sait que dans les banlieues chaudes tout réel contrôle est devenu impossible tandis que dans les aéroports bondés il parait illusoire d’espérer une distance d’un mètre entre chaque individu. Deux poids deux mesures, on a l’habitude, mais on imagine une logique, une cohérence, comme celle d’exécuter les tests de présence de la maladie de préférence chez les grands de ce monde, mais ici rien de tel, simplement l’impuissance, la résignation, on comprendrait l’arbitraire, mais on ne peut plus s’accommoder de la lâcheté. 

C’est là que réside la tentation totalitaire, celle qui a amené des groupes déstructurés, amorphes, prêts à entendre tous les discours conduisant à toutes les transformations et toutes les aventures, prêts sous prétexte d’union nationale à faire taire l’évidence de situations scandaleuses, à obéir à des ordres dont on connait le manque de fondement, dont on sait qu’ils sont contraires à l’efficacité. 

Il est encore temps, il est toujours temps de se réveiller, de faire le constat d’un peuple qui a envie d’aller de l’avant, qui se mobilise dans ses profondeurs, dans ses hommes et ses femmes qui ne sont pas habitués à la lumière et qui triment partout dans le pays avec un patriotisme intact, un engagement dans les entreprises total, une idée que notre pays peut et doit s’en sortir à partir de son héritage, de ses traditions et en s’appuyant sur un projet sans qu’il soit besoin de la glorification de mesures coercitives, liberticides, uniformes et inégalitaires, qui maltraitent inutilement la population épuisée par la bureaucratie et ses technocrates arrogants. Il est encore temps !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bernie800
- 29/03/2020 - 08:56
pandemie
effectivement il faut se réveiller devant la sidération et l'atonie de nos dirigeants. Il n'est pas croyable que notre pays ne puisse à toute vitesse fabriquer les masques et les tests nécessaires pour affronter cette épidémie. Les préconisations de l'IHU Méditerranée doivent être mises en route sans tarder à l'échelle nationale : dépistage de masse par les tests, isolement et traitement des seuls malades (voir leur données quotidiennes ratio malades traités/décès). Cela a marché en Corée du sud à qui nos éditorialistes reprochent l'atteinte aux libertés du fait de la surveillance des téléphones pour tracer la contamination. Est ce mieux d'assigner toute la population à résidence surveillée par le préfet Lallement? Cette consigne générale va détruire pour longtemps notre économie et mener la France a un effondrement durable.
cmjdb
- 28/03/2020 - 17:23
DERIVE TOTALITAIRE
d'accord avec cet article ! MAIS LES IRREDUCTIBLES GAULOIS ONT INVENTE LE SYSTEME "D" POUR LES MASQUES !
Ressortir les anciens grands mouchoirs de nos Grands-Pères : Plier en diagonale, ajuster avec un nœud et un élastique . Le tour est joué, lessiver , repasser, aseptiser, à température maxima après chaque usage.
clo-ette
- 28/03/2020 - 13:40
AFNOR Spec-masque barrières
Sur AFNOR Spec- masques barrières, en donnant son nom et son mail, ils envoient en pdf un modèle pour se confectionner soi même un masque, puisqu'on en vend pas .