En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 10 heures 23 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 12 heures 25 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 13 heures 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 17 heures 54 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 18 heures 42 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 20 heures 27 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 12 heures 3 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 13 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 14 heures 44 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 17 heures 43 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 19 heures 26 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 20 heures 31 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

Publié le 27 mars 2020
Les fonctionnaires sont en première ligne face à la crise du coronavirus comme les soignants hospitaliers, mais les préavis de grève ou le retrait des policiers montrent que le feu couve.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les fonctionnaires sont en première ligne face à la crise du coronavirus comme les soignants hospitaliers, mais les préavis de grève ou le retrait des policiers montrent que le feu couve.

Atlantico.fr : La crise du coronavirus est en pleine expansion, et pourtant, la fédération CGT des services publics vient de déposer un préavis de grève couvrant la période du 1er au 30 avril. Qu’est ce que cela révèle de notre service public ? 

Eric Verhaeghe : Je pense qu'il faut prendre le temps d'analyser cet appel à la grève dans toute sa complexité. Regardez en Italie : les syndicats appellent à la grève dans la métallurgie. Il s'agit de couvrir juridiquement tous ceux qui décideraient de ne pas aller travailler et qui se déclareraient en grève ces jours-là. C'est une pratique très courante, qu'on découvre aujourd'hui parce qu'il y a le coronavirus, mais qui se produit de façon pour ainsi dire rituelle. Par exemple, chaque année ou presque les syndicats de l'Éducation Nationale déposent un préavis de grève au moment du baccalauréat pour couvrir les enseignants qui ne souhaitent pas corriger de copies. Ce système est aussi banal que les incendies de voitures dans les banlieues le week-end. Il faut une crise sanitaire pour s'en indigner, mais je vous assure qu'il n'étonne pas les initiés. 

En revanche, il est un bon marqueur de l'état d'esprit dans les services. Beaucoup de fonctionnaires s'estiment aujourd'hui en danger face au coronavirus, spécialement lorsqu'ils sont chargés de l'accueil du public. Et ils peuvent à bon droit arguer du manque de protection de la part de leur employeur. Vous noterez qu'une fois de plus l'État s'est précipité pour imposer des règles draconiennes aux entreprises privées en matière de protection sanitaire, notamment la pose de plexiglas aux caisses de supermarché. Mais il n'a pas fait grand chose pour ses propres salariés, à commencer par ceux des hôpitaux. Il récolte donc la monnaie de sa pièce. 

Pendant ce temps, les personnels soignants et hospitaliers, ne comptant plus leurs heures, sont à bout de souffle. Comment expliquer de telles disparités au sein du service public ? 

Personnellement, je n'opposerais pas les situations. Les soignants, les hospitaliers, sont traités par leur employeur comme tous les autres fonctionnaires, à l'exception de ceux de Bercy et de la haute fonction publique. Ces deux dernières catégories sont protégées par de nombreux privilèges. Mais les autres bénéficient du même mépris de leur employeur que les hospitaliers. Prenez l'exemple des policiers. C'est une catégorie de fonctionnaires où le nombre de suicides est proportionnellement aussi élevé que chez France Télécom à l'époque de Didier Lombard. Examinez la réponse de l'employeur public : elle est quasi inexistante. Peut-on, dans ces conditions, dire que les policiers sont mieux traités que les soignants ? Et que dire des enseignants, sur la productivité desquels il y a beaucoup à dire. Mais reconnaissons qu'en période de confinement, ils assurent globalement le service (même si leur pédagogie me paraît désuète, mais c'est un autre problème), et ils se récoltent des phrases de mépris comme celle de la porte-parole du gouvernement. 

Il faut bien admettre que l'accumulation de ces petites phrases, de ces petits gestes de mépris, de ces maladresses managériales finit par produire des effets négatifs. Au demeurant, l'équipe au pouvoir est probablement l'une des seules au monde à croire que fédérer un pays est une souffrance morale qui s'impose à coups de leçons de morale et de reproches mortifiants. Personnellement, quand j'entends les longues litanies ecclésiastiques du président de la République, je comprends que les fonctionnaires n'adhèrent pas à ce projet-là. 

Pourquoi, selon vous, les fonctionnaires prévoient -ils un "préavis de couverture" ? Multiples droits de retraits peuvent être déposés le mois prochain : serait-ce le témoignage d'un manque de moyens  et/ou plutôt d'un abandon de leur part ? 

On n'a pas assez mesuré combien le management vertical qui est devenu une caricature depuis 2017 décourage ceux qui le subissent au jour le jour. Mettez-vous à la place des soignants en service d'urgence qui n'ont été reçus par Agnès Buzyn (que dis-je, par son cabinet...) que trois mois après le début de leur grève. À l'époque, Édouard Philippe et toute la macronie présentait cette ministre comme une parfaite représentante de la startup Nation. Au mesure aujourd'hui l'imposture que je me sentais bien seul à dénoncer à l'époque. En attendant, quand un employeur fait recevoir un personnel en grève depuis trois mois par des conseillers de cabinet, quand il met six mois à esquisser la première réaction face aux revendications, il doit assumer ses responsabilités après. Nous avons beaucoup de chance que les soignants aient le sens du service public et demeurent au travail. Mais les autres ont bien compris qu'ils ne comptaient que pour du beurre. 

Mais on aurait tort de limiter le phénomène au management de l'État. À Paris, Anne Hidalgo ne traite pas mieux ses fonctionnaires et laisse les situations sociales dans ses services se dégrader sans s'en soucier. Ce mal governo public a une conséquence en cas de crise : les troupes se débandent et désertent. Ou se font porter pâle. Pourquoi voulez-vous que des agents de catégorie C s'exposent à une contamination pour permettre à leur chef de rester confiné au calme, chef qui les méprise ouvertement depuis des années ?

La colère qui monte au sein du service public risque-t-elle, dopée par l'actuelle crise, de prendre de l'ampleur dans les semaines et mois à venir ? Pourrait-elle s'étendre à un plan plus large du service public ?

De mon point de vue, il y a effectivement un risque que la colère qui monte déborde très largement le service public et n'embolise les entreprises. En réalité, ce phénomène est déjà à l'oeuvre puisque de nombreuses entreprises peinent à maintenir leur main-d'oeuvre au travail. De nombreux "cols bleus" n'entendent pas s'exposer au risque de contamination pour permettre aux cols blancs de préserver une vie normale. 

On y verra l'effet de la gestion sociale par le gouvernement depuis plusieurs mois, fondée sur l'autorité et le recours à la force, sans aucune empathie politique. Cette stratégie de la dureté risque de se payer cash aujourd'hui.

Pour retrouver sur Atlantico l'analyse de Didier Maus, de Jean-Philippe Derosier, de Christophe Boutin et d'Eric Verhaeghe sur l'état d'urgence sanitaire, cliquez ICI

Pour retrouver sur Atlantico l'analyse du député LR Philippe Gosselin sur l'état d'urgence sanitaire, cliquez ICI

Pour retrouver sur Atlantico l'analyse de Régis de Castelnau et de Corinne Lepage sur les procédures contre le gouvernement, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 28/03/2020 - 20:21
le se(r)vice publique :
Une partie seulement de la population française est consciente du poids ahurissant des fonctionnaires dans non seulement la destruction de l'économie mais qui plus est dans la structure tellement obèse de l'état que le risque d’explosion à l'instar d'une baudruche n'est pas loin. Il faut considérer les fonctionnaires du terrain ayant un rôle régalien (un tiers des effectifs, à conserver avec revalorisations de leurs salaires) et ceux qui occupent (squattent, envahissent, bloquent) des pans entiers d'activités confisquées aux différents secteurs civils concurrentiels, à ce propos un système de monopole d'état est à l'évidence injuste par rapport au reste de la population sauf exceptions à examiner au cas par cas. On peut comprendre la réaction de peur de perte d'emplois de millions de fonctionnaires qui bien installés dans leur fromage font croire à leur travail utile et harassant à se demander si ils ne suivent pas des cours de comédie (dispensés par leurs syndicats) avec mise à niveau et stages perpétuel pour masquer leur parasitisme géant.
clo-ette
- 28/03/2020 - 13:58
Ganesha, c'est exactement ce que je viens de trouver
et de communiquer sur l' autre fil ( trouvé par hasard ) et ça a l'air plus compliqué que le votre qui est plus joli et plus sympathique !!
Ganesha
- 28/03/2020 - 11:09
Cloette
Avec un peu de persévérance, je viens de recevoir deux PDF de l'Afnor donnant leurs directives pour la fabrication de masque.
Il faut donner son nom, son email et cliquer sur le bouton à côté de ''j'accepte les conditions''.