En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 6 heures 22 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 7 heures 55 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 10 heures 12 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 14 heures 4 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 14 heures 34 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 15 heures 55 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 16 heures 54 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 17 heures 8 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 7 heures 20 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 8 heures 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 14 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 15 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 16 heures 32 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 17 heures 17 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Effet boule de neige

Le gouvernement est-il allergique au principe de responsabilité ?

Publié le 27 mars 2020
Selon des informations du Monde, Edouard Philippe serait mécontent des plaintes déposées contre le gouvernement et des possibles recours à des enquêtes parlementaires sur la question de la gestion de la crise sanitaire du coronavirus par le gouvernement.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon des informations du Monde, Edouard Philippe serait mécontent des plaintes déposées contre le gouvernement et des possibles recours à des enquêtes parlementaires sur la question de la gestion de la crise sanitaire du coronavirus par le gouvernement.

Edouard Philippe voudrait-il échapper à ses responsabilités? 

Si l’on en croit le Journal « Le Monde », le Premier Ministre serait mécontent de plaintes judiciaires déposées contre le gouvernement par des médecins ou des particuliers ou de l’annonce de partis d’opposition, qui ont l’intention de déclencher des enquêtes parlementaires sur les décisions et les actions du gouvernement face au Coronavirus. Cela ajouterait de la pression au gouvernement en lutte contre la diffusion de l’épidémie en France. 

Depuis des années, nos hommes politiques s’écoutent beaucoup. Imagine-t-on Michel Debré, Georges Pompidou ou François Mitterrand se plaindre de ce qu’une pression indue pesait sur eux? Beaucoup aspirent à de hautes fonctions mais les prétendants d’aujourd’hui ont oublié la belle formule des « plus hautes responsabilités ». Quand la dérive a-t-elle commencé? Peut-être lorsque Laurent Fabius a expliqué, dans l’affaire du sang contaminé, qu’il était « responsable mais pas coupable »; ou lorsque Valéry Giscard d’Estaing a cru opportun de se mettre publiquement sur un divan et de proposer à ses concitoyens de le psychanalyser après qu’il eut publié « Le Pouvoir et la Vie ». Toujours est-il qu’en France les politiques n’assument plus que rarement leurs responsabilités. Quand on ne communique pas, on gère le stress ! 

Les générations arrivant au pouvoir après 1968 ont gobé toutes les modes du néo-individualisme. Et de génération en génération, la difficulté à comprendre la nature des institutions politiques ne cesse de grandir. Une conséquence redoutable s’est mise en place, d’ailleurs: nos hommes politiques sont de plus en plus incapables d’accepter que le suffrage universel ne soit pas simplement un moyen d’arriver au pouvoir; qu’ils aient à rendre des comptes, régulièrement, devant les électeurs, par le jeu normal des élections. C’est l’une des raisons du gigantesque cafouillage autour des élections municipales: il faut avoir l’insoutenable légèreté de l’être politique moderne pour jouer avec le suffrage au point de maintenir un premier tout et de reporter le second, à quelques jours d’intervalles. Nos ancêtres savaient que l’élection est un moment sacré de l’histoire d’une nation, qui ne se prête pas aux manipulations. 

Cela fait longtemps que nos politiques jouent avec le feu. Les cohabitations ont permis à nos présidents de ne pas remettre leurs mandats en jeu, contre l’esprit des institutions créées par le Général de Gaulle. L’Union Européenne a été un formidable moyen de se défausser et de refuser d’assumer des responsabilités. Et puis on a organisé un grand théâtre d’ombres où, à chaque fois que le peuple grondait, on lui désignait l’épouvantail, le Front National. Tout cela a marché le temps d’une génération. Les élections de 2017, avec l’éviction de François Fillon par son propre parti et l’élection par effraction d’Emmanuel Macron ont constitué un avertissement. Mais tout à l’ivresse de leur triomphe inattendu, les macroniens n’ont pas compris la gravité de l’heure. L’Union Européenne, empilement de défaussements des dirigeants nationaux, apparaît pour ce qu’elle est: une machine encore plus irresponsable que les dirigeants qui l’ont créée. La diabolisation du Rassemblement National fonctionne de moins en moins. Surtout la politique échappe à nos apprentis-sorciers, comme l’a montré la crise des Gilets Jaunes. 

Et les juges, direz-vous, ne jouent-ils pas dans tout cela un rôle utile? J’aurais plutôt tendance à les voir comme le symptôme le plus éclatant de la crise de la légitimité démocratique. François Mitterrand ayant manipulé les esprits, entre 1986 et 1986, pour ne pas remettre en jeu son mandat et même se faire réélire, il a fallu l’acharnement de juges courageux pour traquer l’immense corruption du parti socialiste. Jacques Chirac, celui qui déclarait pendant les manifs de l’automne 1995, « Je m’en f..., je suis là pour sept ans ! » a été, après son départ du pouvoir, douze ans plus tard (donc cinq de cohabitation ! ) le premier ancien président à comparaître devant des juges. Avec les années, les juges ont acquis un pouvoir démesuré et qui est devenu pervers lui-même car l’influence disproportionnée du syndicat de la magistrature a profondément politisé et perverti l’exercice légitime du pouvoir judiciaire. La France est aujourd’hui prisonnière de plusieurs douces folies: celle de nos jeunes et de moins en moins sémillants technocrates qui nous expliquent, « en même temps », que rien ne leur résiste et que le pouvoir est infiniment stressant. Et des juges qui veulent « se faire » les politiques puisqu’ils pensent avoir le soutien de l’opinion pour le faire. 

Edouard Philippe est en train de découvrir à ses dépens que les Français auraient beaucoup pardonné à ceux qui auraient tenu, depuis le début, un discours de vérité, d’abord en expliquant que l’impact du virus est plus terrible que prévu. Mais l’exécutif n’a pas choisi une parole rare et vraie. Le Président et son, premier ministre nous accablent à quelques jours d’intervalle et de manière récurrente d’une rhétorique creuse et d’explications obscures. Comme les actions ne suivent pas et comme le gouvernement ne fait pas confiance aux Français, à leur créativité, aux forces entrepreneuriales, aux capacités d’organisation de leur peuple, le schéma désormais bien en place se remet en place: des citoyens se tournent vers la justice et l’opinion bruisse de plus en plus fort du grand règlement de compte à venir. Sentant le vent tourner, les autres partis se mettent à crier de plus en plus fort avec la foule. S’il avait un peu de culture politique, à défaut d’avoir l’instinct de l’action publique, Emmanuel Macron se dirait qu’il est peut être encore temps de sacrifier son Premier ministre au mécontentement populaire - cela suffirait-il? 

Edouard Philippe aurait raison d’avoir peur. Cependant il peut se dire aussi qu’un Président qui n’a pas su imposer sa volonté sur le report des municipales au Président du Sénat, n’est pas très dangereux pour lui. En fait, les deux têtes de l’exécutif sont entrées dans une phase où elles cherchent de plus en plus évidemment à gagner du temps, à repousser le moment fatidique où il faudra « rendre des comptes », soit dans les urnes soit devant un tribunal.  En attendant, des Français, en particulier parmi les plus âgés, meurent des suites de l’imprévoyance gouvernementale. 

Pour retrouver sur Atlantico l'analyse de Régis de Castelnau et de Corinne Lepage sur les procédures contre le gouvernement, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 28/03/2020 - 10:26
INCONSCIENCE OU INCOMPETENCE ?
Les problèmes ne peuvent être résolus par ceux qui les ont crées ! Qui va décider de supprimer le statut public qui tue bien plus que les virus
assougoudrel
- 27/03/2020 - 17:00
Celui qui a son pressoir en panne, alors
qu'il vient de faire une bonne récolte d'olives, pourra utiliser les fesses de Philippe pour produire son huile; ça se peut qu'il ne le fera même pas réparer, content de cet appareil de remplacement.
Bobby Watson
- 27/03/2020 - 15:06
Il se plaint ???
Le pôvre... Il a trahi son parti, et ses électeurs, pour aller à la soupe. Il fait, surtout ces jours-ci, en réalité depuis 2017, la preuve de son incompétence. De quoi se plaint-il ? Dans la moindre des démocraties, son gouvernement aurait été renversé. Nous allons subir ce triste sire encore 2 ans , n'en déplaise à notre ami l'éléphant. Macron n'a pas de solution de rechange, à part l'inénarrable Valls, revenu tout piteux et rampant de son aventure barcelonaise. Ce n'est pas lui qui se plaint, mais les Français, horrifiés par sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire.