En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

05.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

06.

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 27 min 40 sec
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 37 min 2 sec
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 1 heure 36 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 2 heures 4 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 2 heures 21 min
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 16 heures 50 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 20 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 23 heures 15 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 34 min 42 sec
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 59 min 3 sec
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 2 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 18 heures 29 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 19 heures 49 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 22 heures 22 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 23 heures 23 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
RÉVÉLATION

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

Publié le 26 mars 2020
La décrue des forces de police connait une décrue importante, notamment dans le grand Paris, petite couronne et intra-muros compris. Un épiphénomène inquiétant de la gestion très contestable de cette épidémie par le gouvernement.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La décrue des forces de police connait une décrue importante, notamment dans le grand Paris, petite couronne et intra-muros compris. Un épiphénomène inquiétant de la gestion très contestable de cette épidémie par le gouvernement.

De ce qu'affirment, préoccupées, des sources sûres, les effectifs sur Paris intra-muros de la préfecture de police connaitraient depuis quelques semaines une forte décrue, du fait de la crise sanitaire-pandémie COVID 19, ressentie ou crainte par les policiers et leurs familles.

Pour qui n'est pas le préfet (et encore), connaître les effectifs policiers précis du grand Paris a toujours été une gageure ; on sait cependant que sur un total de quelque 33 000 policiers, seuls 20% sont, d'ordinaire, affectés à l'opérationnel (sécurité publique... commissariats, etc.). Or aujourd'hui, seuls encore 20% ces peu ou prou 6 000 effectifs, seraient désormais mobilisables par cycle de 24 heures ; soit quelque 1 300 policiers opérationnels, pour une capitale de deux millions d'habitants.

Bien sûr, cette dégradation affecte aussi la "petite couronne" parisienne, où la préfecture de police de Paris a aussi autorité. Hauts-de-Seine, Val-de-Marne et Seine Saint-Denis : là, la préoccupation croit encore car, par rapport à Paris même (38 policiers/10 000 habitants)  la quotité de policiers actifs, tous corps considérés (Cour des Comptes, décembre 2019), passe à 20/10 000 en Seine Saint-Denis, à 16/10 000 dans le Val-de-Marne et 14/10 000 dans les Hauts-de-Seine (derniers chiffres publics).

D'où, sans doute, le "confinement light", dans la périphérie parisienne et autres secteurs "chauds" (Marseille... Lille-Roubaix-Tourcoing), qu'annonce le Canard Enchainé, citant le secrétaire d'État Laurent Nuñez.

Comme indiqué récemment, une période de confinement est défavorable à la quasi-totalité des actes criminels, qui pour s'opérer, pour guetter ou pour fuir, exigent l'abri de la masse, de la foule. "Comme un poisson dans l'eau", disait jadis Mao du révolutionnaire voulant agir caché. Même exigence bien sûr pour tout criminel en action.

Exemple tout récent : un premier bar clandestin, à Stains (93) - façon prohibition américaine - a vite été repéré par la police du fait d'un suspect attroupement voisin.

Mais de tels repérages ne sont possibles que si confinement il y a bien, et si l'ordre public est toujours maintenu sérieusement. Or la crise sanitaire est loin d'être finie et le nombre de personnels des forces de l'ordre atteints par le virus peut augmenter dans le proche avenir - d'autant que leur protection (masques et gants efficaces en nombre... gel désinfectant...) a été négligée, côté gouvernement, au début de la crise.

Le 26 février écoulé, avant le confinement, un haut fonctionnaire disait à l'auteur que la pandémie était inévitable, qu'on ne savait ni la soigner, ni la stopper vraiment ; et qu'il faudrait, en cas de crise sanitaire grave, 220 millions de masques pour le seul personnel de l'État au sens large (fonctionnaires en contact avec le public, personnel hospitalier, etc.). Ce, du fait qu'un masque n'est efficace que trois heures et doit ensuite être détruit  - donc deux par porteur sur une vacation de six heures, etc.

S'ajoute à cela le progrès de la pandémie dans la gendarmerie nationale ; avec le souci spécial que la plupart des gendarmes (hommes et femmes) vivent dans des casernes, où les logement sont modestes, avec famille et enfants. A présent, leur taux de contamination n'est pas le pire, mais à y regarder de près, la grande couronne parisienne et la partie orientale du sud-est de la France, proche de l'Italie, commencent à voir leurs gendarmes plus durement affectés qu'ailleurs.

De plus, la désolante annonce par Mme Belloubet de l'élargissement prochain de 5 000 détenus - envoie un second message négatif aux malfaiteurs de tout poil - d'abord, les zones hors-contrôle ou vous résidez d'usage sont moins confinées qu'ailleurs, mais vous-même pouvez y retourner plus vite que prévu.

Ultime souci pour un gouvernement dont l'amateurisme transpire toujours plus. Le 23 avril (à 24 heures près) commencera le Ramadan 2020. Déjà, des fanatiques profèrent que la maladie "des blancs" ou "des mécréants" ne doit pas inquiéter les fidèles ; que les prières collectives ne sont pas un risque sanitaire, mais protègent les bons musulmans. Si leur point de vue s'impose dans les zones à confinement-light, quelle sera la réaction de Castaner & co. ? Et quels effectifs pourront-ils mobiliser pour y mettre bon ordre ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 28/03/2020 - 09:41
UNE MAUVAISE RECHERCHE DU SENSATIONNEL
Ces titres aguicheurs où l'on tronque le titre pour réserver au corps de l'article la donnée principale participent sans doute d'une visée marketing, mais ils sont indignes d'une présentation sérieuse de l'information à l'intention de lecteurs avertis qui savent parfaitement choisir les articles qui les intéressent. Malheureusement cette pratique détestable qui uniformise les titres, tend à s'étendre en dépossédant le plus souvent l'auteur de l'article du titre de son article au profit de plumitifs tout venants , qui trop souvent en dénaturent ou en rétrécissent le sens ou la portée.
JG
- 27/03/2020 - 12:05
Et quand les racailles de banlieue déferleront d'ici à 15 jours
sur les hôpitaux des centres villes pour se faire soigner, eux et leurs parents, agressant physiquement les soignants pour être pris à la place des autres, qui protègera nos hôpitaux et ceux qui y travaillent ?
Et quand les grands magasins seront pillés par cette même racaille car il n'y aura plus assez de chauffeurs-livreurs debout pour les alimenter, qui les protègera ?
Ce virus est un révélateur, je vous dis, mais la révélation risque d'être cruelle pour tous ceux qui ont voté pour les canailles qui nous gouvernent depuis 1974...J'en fais hélas partie ...donc je bats ma coulpe même si j'ai arrêté cette funeste erreur depuis 2012 ...mais je me désole de voir nombre de mes amis encore si peu lucides sur ce système économique et politique insensé qui gouverne l'occident depuis 40 ans.
Donnez nous un Poutine, vite !! Il semblerait que c'est dans les pires instants de la France que des hommes de la trempe d'un De Gaulle émergent en France... Prions !!
JG
- 27/03/2020 - 11:59
Il est plus facile de taper sur des gilets jaunes rassemblés
Que sur de la racaille qui ne veut pas se confiner, n'est pas Mr Castaner ?
Ce virus est un révélateur des faiblesses et du cynisme de nos gouvernants depuis 40 ans, mais dormez (définitivement pour certains d'entre vous...), une fois le virus passé, tout va revenir comme avant et les français voteront comme un seul homme, pour un seul homme, Macrounet II, qui les protégera du "chaos" que pourrait déclencher cette "vilaine de MLP".
Chaos qui serait bien sûr bien pire que ce que les 6 mois à venir avec 400 milliards d'euros jetés par la fenêtre pour avoir négligé de produire masques et tests qui auraient coûté à peine quelques millions d'euros., des milliers de petites PME au tapis et des centaines de milliers de chômeurs en plus...
Ils n'auront que ce qu'ils méritent, la mort ET le déshonneur !