En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 38 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 58 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 5 heures 13 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 8 heures 9 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 10 heures 20 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 24 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 33 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 47 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 10 heures 21 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Ce gouvernement qui angoisse les Français
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Ce gouvernement qui angoisse les Français
Annonces en escalier

Covid-19 : Ces mécanismes de l’angoisse que ne semble pas comprendre le gouvernement

Publié le 18 mars 2020
Alors que la crise du coronavirus franchit un nouveau seuil, l'angoisse des Français face au confinement s'étend. Et les annonces au compte goutte du gouvernement ne font qu'aggraver cette angoisse.
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la crise du coronavirus franchit un nouveau seuil, l'angoisse des Français face au confinement s'étend. Et les annonces au compte goutte du gouvernement ne font qu'aggraver cette angoisse.

Atlantico : En répondant étape par étape à la crise du coronavirus, le gouvernement ne risque-t-il pas de décupler les angoisses des Français ? Ne commet pas-là une erreur stratégique ? 

Edouard Husson: Il y a un évident problème de gouvernement et d’autorité. La Vè République ne peut donner son plein rendement que dans la mesure où à chaque niveau on assume ses responsabilités. De Gaulle mettait ses ministres en situation de responsabilité. La seule chose qui mérite d’être commentée dans l’entretien accordé par Madame Buzyn au Monde, c’est le sentiment d’impuissance qu’elle donne: elle n’avait rien à dire dans la discussion. Vrai ou faux, c’est très symptomatique d’une façon de pratiquer les institutions où il y a un hyperprésident (vite épuisé par sa surexposition), un Premier ministre qui se sent superflu sauf à se prendre pour le Secrétaire Général du Gouvernement et des ministres qui ne sont guère que des super-directeurs de cabinet. Il aurait fallu faire le contraire. Si Madame Buzyn avait été en position de responsabilité, jamais on n’aurait pu l’envoyer ainsi à la bataille de Paris. Et puis, la crise montant en puissance, il y a un moment où le Premier ministre doit intervenir. C’est celui où il devient évident que la coordination entre les ministères devient essentielle. Ministère de l’Economie, Ministère de l’Intérieur, Ministère de la Défense, Ministère des Affaires étrangères auraient dû être mobilisés et coordonnés beaucoup plus tôt. Le Premier ministre propose une stratégie et une coordination qu’il propose au président. Ce dernier ne doit pas intervenir trop tôt. D’une part parce que la montée en puissance de l’Etat rassure. Ensuite parce que la parole présidentielle doit être la plus rare possible pour rester efficace. Il n’y a rien de pire que le discours présidentiel qui manque son effet. C’est arrivé une fois à de Gaulle, le 24 mai 1968, il lui a fallu ensuite son génie stratégique pour simuler sa disparition et reprendre le contrôle. Au contraire, les deux derniers présidents, de loin les plus médiocres de la Vè République, sont coutumiers du fait. Rien de plus angoissant pour un pays. 

Pascal Neveu:  Une majorité de Français savent que les politiques mentent… tout cela remontant à Machiavel qui défendait l’idée politique du règne par cette fameuse phrase « La fin justifie les moyens ! ». Les études et écrits sur la psychanalyse de la politique montrent la difficulté de l’exercice de communication, du côté de l’émetteur, du récepteur et des enjeux politiques ou sociétaux. D’ailleurs les communicants connaissent parfaitement les différentes théories qui doivent permettre de choisir le meilleur canal de diffusion d’un message qui ne doit pas être perdu ou mal interprété. Face à la pandémie actuelle, et les angoisses profondes rattachées à la maladie et la mort, l’exercice ne me semble pas aisé. Il nécessite du temps de parole, d’écoute et d’échange, en fait une pédagogie reposant sur la répétition et l’enseignement. Car face à des angoisses profondes provoquées par une annonce inattendue, abrupte, le risque de développer, outre une méfiance, un mécanisme de défense psychique tel le déni est très fort. La conscientisation d’une menace, l’adaptation à une situation exceptionnelle, à un danger n’est pas la même chez tout un chacun. Certains pourront immédiatement le gérer psychiquement et émotionnellement et penser leur vie en fonction. D’autres auront besoin d’un temps d’assimilation et de digestion d’une sorte de choc de l’annonce, afin de reprendre pied dans la réalité. Nous ne sommes pas égaux dans cet acte mental pour des raisons émotives, éducatives, sociales... En effet, avoir évolué dans un environnement, tout comme avoir vécu par le passé des moments de précarité, avoir été malade, accompagner des aînés souffrants, être personnel médical… sont énormément de paramètres singuliers que le corps politique et la communication politique ne peuvent gérer au cas par cas. 

D’autre part, il ne faut pas oublier des prises de décisions qui relèvent du politique français mais également mondial. Mais également la bonne connaissance de l’évolution d’une situation de crise, et une sincère volonté de ne pas angoisser la population afin d’éviter des phénomènes de groupes. Sur ce plan nous avons tous pu voir certains comportements que certains trouvent excessifs. Tout comme le gouvernement peut se comporter tels des parents face aux enfants de la patrie, les enfants peuvent face à la gravité des événements douter de la sincère parole délivrée et fantasmer, sombrer dans des angoisses terrifiantes. Quel parent n’aborderait pas les choses graves et sérieuses progressivement en voyant la réaction de son enfant, même si les citoyens ne doivent pas être considérés comme des enfants mais des personnes responsables ? L’exercice qui relève de la communication de masse me semble en ce sens très compliqué. Car il est question d’âges, de générations, de référentiels tellement différents… et de conséquences qui ne peuvent qu’angoisser la population est des catégories socio-professionnelles à la fois fragiles émotionnellement, financièrement, médicalement. On le voit dès le début face au champ lexical utilisé dans la communication mais également sur les réseaux sociaux, les parodies… Mais également dans le « Nous sommes en guerre ! »… qui ne peut en revanche qu’angoisser certains, ou au contraire nous pousser à nous rassembler dans une démarche de soutien et de fraternité. Les mots ont un sens. La communication est complexe et doit répondre de plus en plus à l’immédiateté. Les faits sont là et désormais la communication, que tout un chacun peut critiquer positivement ou négativement, doit laisser place à l’information claire et précise, scientifique et médicale, directe, franche avec des projections à moyen et long termes.

En effet, en groupes les individus ne réagissent-ils pas mieux à une information, même très inquiétante, lorsqu'ils la connaissent en sa totalité ? En d'autres termes, l'incertitude n'est-elle pas plus néfaste que la plus inquiétante des certitudes ?  Depuis l’enfance nous avons « biberonné » à l’école du mensonge. En effet, afin de nous protéger, mais aussi parce que nous ne possédions pas la maturité psychique suffisante pour comprendre certains faits de vérités, nos parents, et de manière globale le monde adulte ne nous disait pas tout, travestissait la réalité, dans notre intérêt. Cela pouvait aller de la réalité violente du monde, de la conception des enfants, de problèmes de couple, d’angoisses professionnels mais aussi de la mort de grands parents…  Puis en nous développant, entre 3 et 7 ans, enfants nous avons vécu une période d’affabulation, nous inventant un monde parallèle, des faux amis, réalisant que la nuit est peuplée de rêves qui ne sont pas la réalité… Aussi, un ancrage au mensonge (mens-songe… le songe de l’esprit) existe au fond de nous de manière consciente et inconsciente. Cela explique notre propension à être en quête permanente de vérité, dynamique positive de réflexion, mais également à être capables de doutes profonds, jusque penser le complot permanent, quand ce n’est pas développer des attitudes mythomanes, lorsque nous ne sommes en lien avec la réalité. Aussi il reste en nous cette sensibilité au mensonge qui nous fait douter de la vérité. Or face à ce virus, tout scientifique n’a aucune certitude et s’inscrit depuis le début dans une démarche d’expérimentations, de soins, de guérisons et d’éradication de la pandémie. Tout comme le politique ne peut s’autoriser des vérités et s’entourer d’un collège d’experts, et prendre des mesures et des décisions les meilleures. Or, la dernière déclaration de l’ancienne ministre de la santé risque de fragiliser l’édifice de la croyance. Le gouvernement va devoir faire montre de pédagogie de la connaissance médicale envers la population qui se sent cloîtrée et emprisonnée chez elle, non libre de mouvements, non libre de pensée, non libre de son avenir.

Au travers de l'histoire, n'avons-nous pas des exemples démontrant qu'un peuple réagit mieux lorsque l'information, aussi tragique soit-elle, et la stratégie qui est envisagée pour y faire face lui sont annoncées d'un bloc et non étape par étape ? 

Edouard Husson: En fait, je ne pense pas que ce soit la première question. Regardez les Allemands en juin 1919. Ils avaient attendu plus de six mois les conditions de la paix proposées par les vainqueurs de la guerre. Elles leur ont été révélées d’un coup. Et ce fut l’indignation de tout un peuple humilié. Mais pourquoi ont-ils aussi mal réagi? Parce que l’autorité n’était pas encore clairement établie dans le pays depuis la chute de la monarchie. C’est donc la légitimité du pouvoir qui joue le premier rôle. Un pouvoir légitime peut se permettre des hésitations ou des erreurs. Boris Johnson se sortira de la crise du Coronavirus parce qu’il est doté d’une énorme légitimité. Alexis Tsipras avait été hésitant dans les premières semaines de son gouvernement en 2015 mais les Grecs lui ont su gré de l’organisation du référendum. C’est à partir du moment où il s’est couché devant l’Allemagne et l’Union Européenne que Tsipras a été dévalorisé. Même ce qu’il a pu faire de courageux n’a plus été pris au sérieux.

Pascal Neveu:  De mon côté, je pense aux Chefs d’Etat qui ont du annoncer une déclaration de guerre, notamment les deux guerres mondiales et l’impact qui n’est dès lors pas maîtrisé. Les signaux d’alarme étaient pourtant présents… puis le pire est arrivé. Mais le Monde s’était préparé, puis d’autres étapes inattendues se sont greffées. Qui peut prédire un plan parfait de la vie humaine et des réactions, ainsi que les effets boule de neige ? La communication a changé. Dominique Wolton spécialiste des medias et de la communication l’explique depuis plus de 20 ans, annonçant un tournant et un tourment de l’information… et une réception de celle-ci qui entrera en concurrence avec nos croyances et défiances ainsi que notre capacité à la recevoir et l’analyser.

Au regard de ces exemples historiques, ne pensons-nous pas que les Français réagiraient mieux, en groupe, seraient moins pris de panique, si la stratégie de lutte contre le virus leur était annoncée d'un coup et non sous forme de chapitres réguliers ? 

Edouard Husson: Plus que la soudaineté de l’annonce, c’est la vérité du discours politique qui est nécessaire. Et c’est ce qui fait le plus défaut. Emmanuel Macron incapable de prononcer le mot confinement, le 16 mars au soir, c’est encore plus terrible et dévastateur qu’Emmanuel Macron ne réussissant pas à maintenir les élections municipales. D’une manière générale, le président comme son premier ministre sont incapables de donner à leur parole un poids politique. Ils sont longs, verbeux (surtout Macron)et confondent les ordres. Le président qui nous dit qu’on est en guerre, six ou sept fois, et qui en même temps nous conseille de prendre un bon polar à la maison ! Nous sommes quand même dans une drôle de guerre, où une partie de la population est démobilisée. En même temps, c’est normal: on ne teste pas les gens; donc ils ne savent pas; et comment voulez-vous qu’ils se battent s’ils ne savent pas? C’est très différent de la Corée, où le plus de personnes possibles ont été testées, ce qui a responsabilisé et permis un confinement individuel et un traçage, par les réseaux sociaux, à partir des personnes testées positives: chacun se responsabilise et prévient les autres personnes avec qui il a été en contact, qui se font à leur tour tester. Le plus angoissant, en fait, dans la situation actuelle n’est pas de ne pas savoir ce que le gouvernement dira demain ou après-demain. C’est de ne pas savoir pour soi ce qu’il en est.

Pascal Neveu: Comme toute annonce qui peut être vécue brutale, il faut l’accompagner par un débrief afin de s’assurer que le message complet est passé, qu’il n’a pas été mésinterprété. Combien de personnes, comme vous et moi, sont susceptibles de ne retenir qu’une partie d’un discours et non la totalité ? Répéter à tout va pourrait revenir à « Trop de communication tue la communication » voire s’entendre dire qu’il s’agit d’orientation de l’esprit et par certains de « propagande », et donc être contre-productif. Gérer la communication auprès de 67 millions de Français, qui ont accès aux informations mondiales et réseaux sociaux, face à une crise sanitaire sans précédent, et le souvenir pour certains du H1N1, n’est pas le même exercice qu’une campagne électorale.

C’est une épreuve très complexe. Il s’agit de santé, de nombre de morts, d’engorgements des hôpitaux, de vie citoyenne, d’économie, de comportements civiques… En ce sens, oui l s’agit bien d’un état de guerre que nous vivons symboliquement, même si incomparables aux guerres militaires. Pour autant qui serait capable de gérer au mieux la communication face à tous ces paramètres sur lesquels tos les experts, tous les fonctionnaires, les personnels de santé… travaillent, j’en suis sûr, sans relâche depuis le début. A nous citoyens également d’expliquer le message vrai, d’entourer nos proches, d’échanger avec celles et ceux angoissés. Une nation ne doit pas oublier que le Monde est impacté, vit la même chose, et se doit d’un devoir et d’une démonstration de soutien, d’humanité et de fraternité afin d’en sortir au plus vite sans trop de dommages de santé physique et psychologique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 18/03/2020 - 15:29
Questions sans réponses.
Dans l'hystérie actuelle entretenue par les médias, les raisonnements élémentaires sont inaudibles. Par exemple, quid du taux de mortalité de ce virus qui varie étrangement suivant les pays ? Comment certains pays ( Corée du Sud, Taiwan, Japon) ont-ils réduit très fortement l'impact de cette " pandémie " sans confinement généralisé de la population ? Pourquoi les stocks de masques , gels et tests sont-ils si faibles et si peu distribués en France ? Pourquoi les courbes ascendantes de mortalité sont-elles si divergentes alors que les courbes de malades officiels le sont beaucoup moins ( exemple Allemagne et France, cas Italien) ?
spiritucorsu
- 18/03/2020 - 14:59
Jusque là ,tout allait bien...)suite et fin)
Sauf qu'il suffit souvent d'un grain de sable pour bloquer les mécanismes les plus parfaits,les mieux huilés.Un grain de sable de ceux que l'on a pas prévu et qui est comme la marque du destin.Une ex ministre de la santé au bord de la crise de nerfs écrasée sans doute par le poids de sa conscience et rongée par le remord,mais plus sûrement ne voulant pas porter le chapeau à la place des deux têtes de l'exécutif pour le désastre sanitaire en cours se répandait dans la presse en de très accusations contre ces derniers pour leur gestion irresponsable de l'épidémie.Un coup de tonnerre dans le ciel glauque de la macronie.Non seulement Jupiter et son bras droit avait failli à tous leurs devoirs,mais en plus ils n'avaient pas hésité en toute conscience circonstance aggravante, à exposer au danger de la contamination les citoyens
spiritucorsu
- 18/03/2020 - 14:45
Jusque là tout allait bien...
Jusque là tout allait bien,un peu comme l'histoire du gars qui tombe du 50ème étage et qui arrivé au 30ème,s'écrie jusqu'ici tout va bien.Le monarque président,le 1er sinistre,sa cour et les thuriféraires du régime,étaient bien au chaud,bien à l'abri derrière les murs épais de leurs palais et leurs serviteurs s'activaient à exaucer leurs moindres désirs,ils ne risquaient rien de cette populace contaminée à outrance,les chiens de garde féroces y veillaient.Encore une fois tout allait bien,malgré de lourdes et dommageables erreurs dans dans la gestion de la crise sanitaire entre autres tous les principes de précaution ayant été bafoués et les moyens moyens mis à disposition cruellement absents(masques de protection),ils pouvaient donc continuer à mener le troupeau à l'abattoir.