En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 min 44 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 4 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 7 heures 44 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 8 heures 59 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 41 min 14 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 7 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 6 heures 44 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 7 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 11 min
Municipales

Covid-19 : l’incompréhensible retard des pouvoirs publics

Publié le 16 mars 2020
Pourquoi les pouvoirs publics ont-ils suivi ces mesures relativement douce tout en refusant de prendre des mesures plus radicales? Vincent Tournier tente de répondre à cette question à partir de trois explications : l’idéologie, l’impopularité et la médiocrité.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi les pouvoirs publics ont-ils suivi ces mesures relativement douce tout en refusant de prendre des mesures plus radicales? Vincent Tournier tente de répondre à cette question à partir de trois explications : l’idéologie, l’impopularité et la médiocrité.

Dans son allocution de jeudi dernier, Emmanuel Macron a indiqué que la France affrontait la pire crise sanitaire qu’elle ait connue depuis un siècle, en l’occurrence depuis la grippe espagnole de 1918 qui a fait 50 millions de morts dans le monde, dont 2,5 en Europe.

Cette affirmation n’est guère discutable : nous sommes bel et bien face à une crise majeure dont les conséquences pourraient s’avérer dramatiques pour le pays, à la fois sur le plan humain (on annonce entre 300 000 et 500 000 morts).

Mais dans ce cas, pourquoi le président a-t-il attendu le 12 mars pour faire cette déclaration et ordonner les premières mesures drastiques telles que la fermeture des établissements scolaires et universitaires ? De même, pourquoi a-t-il fallu attendre deux jours après cette intervention, soit le samedi 14 mars, pour que le premier ministre annonce la fermeture de tous les lieux publics « non indispensables » ? Et, plus généralement, pourquoi les pouvoirs publics ont-ils suivi ce qui ressemble fort à une logique des petits pas en adoptant d’abord des mesures relativement douces, puis en les durcissant (comme l’interdictions des rassemblements au-delà de 5000 personnes, abaissée par la suite à 1000 personnes) tout en refusant de prendre des mesures plus radicales (comme l’arrêt des transports en commun), lesquelles seront probablement annoncées dans la semaine ?

S’il est bien sûr trop tôt pour comprendre tout ce qui se joue dans cette crise, on peut tenter de répondre à ces questions à partir de trois explications : l’idéologie, l’impopularité et, risquons le mot, la médiocrité.

L’idéologie

L’idéologie est le facteur le plus évident. On voit bien que le président et son gouvernement ont été viscéralement hostiles à l’idée d’instaurer des restrictions drastiques aux libertés individuelles, Cela tient au fait que ces libertés ont été érigées en normes sacrées, du moins lorsqu’elles vont dans le sens de l’idéologie dominante. On a même vu une philosophe expliquer sur le service public que les mesures de quarantaine ne font que stigmatiser les malades et diviser la population. Un point a suscité un blocage particulier : la question de la fermeture des frontières, érigée en véritable tabou sans doute parce qu’il ne faut rien céder à cette « lèpre nationaliste » que fustige le président. L’idée même que les frontières puissent être fermées a été jugée totalement impossible, comme l’avait affirmée Agnès Buzyn lorsqu’elle était ministre de la santé. Son successeur Olivier Véran est sur la même ligne puisqu’il a soutenu que la fermeture de la frontière n’avait « scientifiquement aucun intérêt ». Quand on se souvient que, voici à peine quelques jours, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, a refusé de fermer les écoles en disant qu’une telle mesurer serait « contreproductive », on se dit que tout est encore possible, d’autant que de nombreux pays ont annoncé qu’ils fermaient dorénavant leurs frontières, y compris en Europe avec la Norvège ou l’Allemagne.

L’impopularité

La deuxième raison tient à l’impopularité du pouvoir. Jusqu’à présent, cette question n’a pas été prise au sérieux par la classe politique et par les médias. Elle n’a pas été vue comme un véritable problème démocratique, mais tout au plus comme un désagrément acceptable. En somme, on peut faire avec. C’est factuellement exact : l’impopularité n’a pas empêché de gouverner, ni d’adopter des mesures impopulaires.

Sauf qu’un gouvernement impopulaire s’avère très fragile en cas de crise grave. Il lui est notamment très difficile d’exiger des citoyens qu’ils changent radicalement leurs comportements. Ce manque de popularité se retrouve dans les réactions des gens qui, au mieux ignorent les appels à rester chez soi, au pire voient les consignes comme une manifestation supplémentaire de l’arrogance du pouvoir.

Ces attitudes récalcitrantes tiennent au fait que l’impopularité du gouvernement a alimenté le complotisme et les fausses informations, créant ainsi un terreau délétère qui peut prendre une tournure dramatique en cas de crise comme aujourd’hui. Cela n’est pas sans lien avec la décision qu’a prise Emmanuel Macron de maintenir les élections municipales. Annuler ces élections faisait courir le risque de se voir accusé de manipuler la démocratie. Une telle accusation aurait été absurde (reporter ce scrutin secondaire de quelques mois n’avait rien de dramatique), mais le gouvernement n’était pas en mesure d’y faire face.

Bref, à force de ne pas prendre au sérieux la crise de la démocratie, on en arrive à cette situation terrifiante où les citoyens préfèrent se mettre en danger, et même aggraver la crise de leur pays, plutôt que d’accorder le moindre crédit au président. C’est pour tenter de casser cette logique redoutable que le ministre de la Santé se voit aujourd’hui contraint de créer en urgence un « Conseil scientifique », espérant de cette façon donner plus de crédit à la parole gouvernementale.

La médiocrité

Reste une troisième raison : la médiocrité. Certes, il est toujours facile de donner des leçons ou de faire la morale, mais cette question de la médiocrité ne peut plus être ignorée. Si le problème n’est pas nouveau, il s’est amplifié au cours du temps. Le nombre de boulettes, de gaffes, d’énormités, voire de mensonges éhontés de la part de ce gouvernement a atteint un seuil impressionnant. On pourrait citer Sibeth Ndyaie qui annonce avec le plus grand sérieux qu’un référendum sur les retraites nécessiterait 65 référendums, ou Nicole Belloubet (pourtant ancien membre du Conseil constitutionnel) qui affirme que l’injure à une religion porte atteinte à la liberté de conscience, ou encore Agnès Buzyn qui soutient que l’euthanasie en Belgique est ouverte aux personnes bien portantes.

C’est la même Agnès Buzyn qui, au tout début de l’épidémie, a tenu un discours très optimiste sur un virus « moins grave que ce que l’on craignait au départ », osant même affirmer que la France est « extrêmement préparée » et « prête à faire face à l’épidémie ». En somme, il ne manque pas un bouton aux blouses de nos médecins. En signant de tels propos, l’ancienne ministre est assurée de rester dans les annales, mais on ne peut manquer de s’interroger : soit elle n’avait pas compris la menace réelle que représentait le coronavirus, ce qui pose la question de sa compétence (alors qu’elle est médecin) ou de la qualité de son entourage ; soit elle était consciente de la gravité de la situation et, dans ce cas, elle aurait dû exiger des mesures plus draconiennes, quitte à mettre sa démission dans la balance. C’est une question qu’il faudra poser lorsque viendra l’heure d’établir les responsabilités.

Cependant, l’enjeu dépasse les cas individuels. La façon dont la réforme des retraites a été menée, plongeant le pays dans une profonde crise sociale juste après le mouvement des Gilets jaunes, illustre le fait que le dysfonctionnement est plus profond. On voit bien, depuis quelques années, que des problèmes graves se posent sans que ceux-ci ne soient anticipés, analysés et médités. Que ce soit pour la crise des migrants, les attentats islamistes ou maintenant les épidémies, le même scénario de candeur ou d’aveuglement se répète. A chaque fois, les gouvernements donnent le sentiment de découvrir les problèmes alors même que les signes annonciateurs ont été nombreux. Combien a-t-il fallu d’attentats pour que la question de l’islamisme soit prise au sérieux, et encore l’est-elle vraiment ? L’épidémie de coronavirus aura au moins une vertu : celle de révéler crument à quel point nos sociétés mondialisées sont devenues fragiles, tant sur le plan sanitaire que sur le plan économique. Espérons qu’on saura en tirer les conséquences qui s’imposent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 16/03/2020 - 19:13
Ont ils fait leur job ?
"Il n'y a rien que des mauvais ou des très mauvais gouvernements." Charles Bukowski.
La question se pose effectivement. Après tout personne ne les a obligé a être là ou ils sont !
Certains ont le sens du devoir, d'autres n'ont que l'arrogance pour cacher leur fébrilité.
Alain Proviste
- 16/03/2020 - 14:47
Les frontières
Je me suis fait la même réflexion sur la question des frontières. On sent que ça bloque tout de suite à ce sujet, au mépris du bon sens et pour-ne-pas-faire-le-jeu-de... Et s'il s'avérait que fermer les frontières était possible et efficace ?
Patyz
- 16/03/2020 - 14:43
Est ce que des mesures
Est ce que des mesures sanitaires afin d éviter une terrifiante propagation sur le territoire ont été prises dans les camps où sont entassés des migrants ? Personne ne parle de cela alors que les politiques ne cessent de répéter que seule l hygiène, se laver les mains même si dans certaines écoles des enseignants se plaignaient d absence de savons et de torchons dérouleurs, tous les pays voisins nous regardent de travers parce que nous ne portons pas de masques, ils s imaginent que c est par coquetterie, les médecins n ont pas pu tester des centaines de patients présentant des symptômes inquiétants et qui sont repartis chez eux , ce qui se passe en France est un scandale sanitaire puissance XXL , le nombre de morts le prouvera, c est une roulette russe diabolique