En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

05.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

06.

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 32 min 59 sec
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 42 min 21 sec
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 1 heure 41 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 2 heures 9 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 2 heures 26 min
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 16 heures 55 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 20 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 23 heures 20 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 40 min 1 sec
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 1 heure 4 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 2 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 18 heures 34 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 19 heures 55 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 22 heures 28 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 23 heures 28 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Unité ?

Retard à l’allumage : l’union nationale face au Coronavirus doit-elle laisser de la place à la critique constructive ?

Publié le 13 mars 2020
Le gouvernement d'Emmanuel Macron semblait dépassé par l'ampleur de l'épidémie du Coronavirus dans les premiers jours de la crise, notamment sur la question du manque de masques de protection. La crise sera-t-elle mieux gérée après le discours du président et quel pourrait être le rôle de l'opposition ?
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement d'Emmanuel Macron semblait dépassé par l'ampleur de l'épidémie du Coronavirus dans les premiers jours de la crise, notamment sur la question du manque de masques de protection. La crise sera-t-elle mieux gérée après le discours du président et quel pourrait être le rôle de l'opposition ?

Atlantico.fr : Manque de masque, SAMU débordé, hôpitaux désorganisés ... Le gouvernement d'Emmanuel Macron semble totalement dépassé par l'ampleur qu'a pris l'épidémie de coronavirus. L’opposition doit-elle rester inaudible et respecter "l’union nationale", ou au contraire doit-elle se faire entendre sur la désorganisation du gouvernement face à l'épidémie ?

Maxime Tandonnet : Nous vivons une crise d’une extrême violence, peut-être la première panique planétaire issue de la globalisation qui combine une grande peur sanitaire, un effondrement financier et un désastre diplomatique majeur dans le monde occidental. Dans ce contexte dramatique, l’attitude la plus responsable consiste à s’abstenir de polémiques inutiles ou excessives. Nous avons des dirigeants qui tentent de faire face à leur responsabilité à tous les niveaux. Pendant que cette crise dure, critiquer leur action consacrée aux mesures concrètes, de manière systématique ou excessive, peut leur compliquer la tâche. En outre, certains métiers et services publics sont particulièrement exposés à l’épidémie : sapeurs-pompiers, médecins, personnels hospitaliers. Ceux-là sont à leur poste et font leur devoir. Ce serait manquer au principe de solidarité envers eux que de développer, pendant le déroulement de la crise, une attaque qui pourrait les atteindre, même indirectement, sur une supposée désorganisation.  

Christophe Bouillaud : Il me semble que les oppositions, à l’exception de l’extrême-droite qui reste cependant à ce stade beaucoup trop généraliste dans ses considérations pour porter vraiment, restent trop timides dans leurs critiques. Même dans de telles situations, le rôle des oppositions demeure. Que ce soit publiquement ou dans le secret des rencontres avec le pouvoir, il est en effet vraiment important que ce dernier reçoive des critiques, fondées ou non d’ailleurs, sur son action de la part de ceux qui aspirent à le remplacer. De fait, en démocratie, les opposants sont un peu payés pour faire ce travail. La faiblesse des critiques de la part des oppositions tient sans doute au fait qu’elles ne disposent guère elles-mêmes en interne des capacités d’analyse nécessaires en matière de lutte contre les épidémies, et qu’elles en sont réduites à s’en remettre à des spécialistes ou des organismes comme l’OMS, et qu’elles sont aussi  visiblement trop obsédées par les aspects purement économiques de l’épidémie pour tenir un discours vraiment en rupture avec celui du pouvoir.

On peut même se demander à ce stade, par comparaison avec la situation italienne, si les oppositions n’ont pas négligé de jouer leur rôle en ne poussant pas plus le gouvernement à agir vite et fort contre cette épidémie, dont le Président vient à juste titre de déclarer hier soir qu’elle est historique. Tous les partis d’opposition ou au moins la majorité d’entre eux auraient poussé à prendre des mesures drastiques il y a quinze jours nous aurions peut-être limité le désastre. Il est vrai que ces mêmes partis n’avaient guère envie d’arrêter net leurs campagnes pour les municipales. 

En prenant la parole, l'opposition ne se laissera-t-elle pas tenter par une récupération purement politique de la crise, en particulier à l'approche d'enjeux électoraux ?

Maxime Tandonnet : On peut être dans une opposition franche et résolue à la politique actuelle – sur les déficits publics, les impôts, les retraites, la sécurité, l’éducation, et, en période de crise aussi dramatique, respecter l’action des autorités. Il me semble que toute arrière-pensée politique, dans une période aussi cruciale, serait inadmissible qu’elle vienne de pouvoir lui-même, exploitant une situation, ou des oppositions. Mettre à profit, aujourd’hui, en pleine calamité, la peur collective pour des raisons électoralistes, serait un signe express de démagogie, de la part des uns comme des autres. Cette attitude reviendrait à rajouter du chaos sur le chaos. Elle sera ressentie comme de la démagogie et se paiera plus tard dans les urnes. Il en sera tout autrement par la suite, une fois engagée la sortie de crise. Quand la période difficile sera derrière nous, il sera temps de faire un bilan de poser les bonnes questions et d’établir les responsabilités des uns et des autres et de sanctionner par les urnes des choix inadaptés ou toute forme de démagogie qu’elle vienne du pouvoir ou des oppositions. 

Christophe Bouillaud : Plus simplement, on peut peut-être dire que chaque parti lira cette épidémie, ses causes et ses conséquences, à la lumière de sa propre vision du monde, de son idéologie préalable. C’est ainsi certain que les partisans d’un Etat-Providence et d’un fort financement public de la santé et de l’emploi vont voir dans cette crise la preuve de la justesse de leurs thèses. On voit bien aussi à quel point l’extrême-droite, en France et ailleurs dans le monde, y voit une conséquence des mouvements humains mal régulés entre pays, avec son obsession réaffirmée de rétablir les frontières. Et Emmanuel Macron n’a pas manqué lui-même de leur rétorquer que cette crise ne devait pas être un prétexte pour la xénophobie et le repli sur soi. Donc il ne s’agit pas d’une récupération, mais simplement de l’expression de la sensibilité politique de chacun. 

Par ailleurs, je pense que, même s’il n’y avait pas d’élections municipales dimanche prochain, les réactions des oppositions seraient largement les mêmes. Les identités idéologiques de chacun ressortiraient. 

La prise de parole hier d'Emmanuel Macron avait pour but de rassurer les Français. Son discours vous a-t-il convaincu de la compétence de ce gouvernement à gérer la crise ? En fermant les écoles et en laissant les municipales se poursuivre, Emmanuel Macron n'a-t-il pas coupé l'herbe sous le pied de l'opposition ?

Maxime Tandonnet : Il est difficile de le juger à chaud. Quoi qu’il dise, on lui reprochera de faire trop ou pas assez. Sa communication était longue et touffue pour une communication solennelle. Seul l’avenir permettra de porter un jugement objectif. On ne peut qu’approuver le fait d’avoir consulté M. Larcher et renoncé à sa demande à suspendre le processus électoral des municipales. En décidant la fermeture des établissements scolaires, il tente de se garder du reproche d’inaction ou d’indécision. Mais comment vont faire les familles, les pères et les mères qui travaillent ? Comment financer les mesures d’accompagnement annoncées ? Même si l’opposition doit s’abstenir de fustiger systématiquement l’action gouvernementale, il est aussi de son devoir de poser ce genre de question. Elle doit surtout mener une réflexion sur la dimension historique des événements pour en tirer les leçons. Dans quelle mesure la mondialisation et l’effacement des frontières ont-t-ils favorisé la rapidité de la propagation de cette épidémie ? Quelles précautions eût-il fallu prendre ? Quelles pratiques ont favorisé l’effondrement de la finance et de l’économie mondiale comme un château de carte ? Comment restaurer un système hospitalier prêt à faire face à toute situation d’urgence. Et au-delà, poser la question de la confiance des Français envers leur classe dirigeante, une confiance qui fait cruellement défaut dans des circonstances aussi tragiques. 

Christophe Bouillaud : De toute façon, le fait que les municipales aient finalement lieu, en dépit du caractère peu responsable de cette décision face à une telle épidémie, tient largement au fait que les oppositions n’ont pas elles-mêmes demandé leur report au gouvernement il y a quinze jours. Si tous les gagnants annoncés de ces municipales avaient demandé à sursoir, le perdant annoncé au pouvoir aurait sans doute pu sursoir, et proposer à la représentation nationale une loi à voter d’urgence à l’unanimité des partis pour repousser légalement ces municipales. Mais comme cela ne lui a pas été demandé, et que toute remise à plus tard de ce rendez-vous électoral aurait été interprétée comme une manœuvre de sa part pour ne pas perdre et pour empêcher la victoire des opposants, il ne lui reste plus qu’à les maintenir. Vu cette situation, je doute que les opposants osent ensuite se plaindre de ce maintien. Encore que personne ne sait la situation sanitaire dans laquelle le pays sera le dimanche 22 mars… Personne ne voudra sans doute être co-responsable de ce choix. 

Pour ce qui est de la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités, c’est évidemment la bonne solution selon ce qu’on peut savoir de la manière un tant soit peu efficace de lutter contre cette épidémie inédite. Tous les pays concernés le font, la liste des pays appliquant cette mesure s’allonge de jour en jour, et je ne vois pas pourquoi la France ne l’aurait pas fait. Du coup, il sera très difficile aux oppositions de dire leur mot là-dessus, sinon pour regretter que cette décision n’ait pas été prise plus tôt. Par contre, Emmanuel Macron s’est laissé aller à promettre quelque chose de contradictoire avec la raison même de cette fermeture : une garantie de garderie pour les enfants de la part de l’Etat. C’est totalement idiot. Je me demande bien quel conseiller lui a soufflé une telle idée bouffonne. Ce n’est pas comme une grève des enseignants qu’il faut gérer au mieux pour les parents qui travaillent en assurant un service minimum d’accueil. De fait, la fermeture des écoles, c’est une stratégie pour faire en sorte que les enfants de différentes familles ne soient plus en contact les uns avec les autres. Il faudra donc bien que les parents les gardent ou les fassent garder par des proches. Il aurait fallu assumer cette fonction de ralentissement de la vie sociale d’une telle fermeture des écoles. Il est probable que les oppositions se mettent du coup à souligner les difficultés des parents à faire garder leurs enfants. Il aurait fallu assumer dès le début que cela voulait dire mobiliser les parents à domicile. De la même façon, laisser croire comme le Ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, celui qui niait encore le matin de l’allocution présidentielle la possibilité de cette mesure, que tous les jeunes concernés vont apprendre la même chose via Internet qu’en classe n’est qu’une vaste blague, destinée à faire semblant que tout cela n’a pas d’impact sur la scolarité, cela sans doute pour rassurer le parent « consumériste » type préparant son enfant à entrer à l’X ou à Science-Po Paris. Il ne faut pas se leurrer sur l’impact sur la scolarité de ces derniers, mais il ne faut pas surestimer non plus ce qu’une telle interruption représente dans la scolarité d’un élève de 3 ans à 18 ans. 

Pour le reste, nous ne sommes sans doute qu’au début des mesures à prendre, et désormais les oppositions pourront toujours dire qu’elles auront été prises trop tard. Enfin, il est assez fascinant d’avoir vu hier soir Emmanuel Macron se mettre à nous faire tout d’un coup du « Sarkozy cuvée Toulon 2008 » sur l’Etat-Providence et sur les limites du tout-marché. Ce virage pour le moins subit ne manquera pas de laisser prise à quelques critiques de la part des oppositions sur sa sincérité. Emmanuel Macron devra sans doute dès le 23 mars, voire avant, changer les titulaires de nombreux ministères pour mettre ses actes en accord avec ces rodomontades sociales-démocrates d’hier soir. 

Propos recueillis par Mark Samba

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 14/03/2020 - 11:54
Tous les nigauds
qui auront soutenu "l'unité nationale", comme s'il était plus important de lutter contre la "panique" que contre le virus lui même seront emportés par la Macronie dans sa chute.
Demain ils seront tous, Macronie ou pas, l'ancien monde décrédibilisé, démonétisé .
Il va y avoir des places à prendre.
assougoudrel
- 13/03/2020 - 10:22
Au secours! Reviens-nous
Roseline Bachelot!