En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 40 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 17 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 29 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 29 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 21 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 21 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 21 min
© MANDEL NGAN / POOL / AFP
© MANDEL NGAN / POOL / AFP
La chronique de Dov Zerah

La grande purge de la Mecque

Publié le 11 mars 2020
Avec Dov Zerah
Dov Zerah revient cette semaine sur la situation en Arabie saoudite. Des arrestations ont été menées au sein de la famille royale saoudienne. Mohammed ben Salmane semble ainsi vouloir renforcer son pouvoir avant le futur G20 , organisé à Riyad le 21 et le 22 novembre prochain.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dov Zerah revient cette semaine sur la situation en Arabie saoudite. Des arrestations ont été menées au sein de la famille royale saoudienne. Mohammed ben Salmane semble ainsi vouloir renforcer son pouvoir avant le futur G20 , organisé à Riyad le 21 et le 22 novembre prochain.
Avec Dov Zerah

Il se passe quelque chose de grave au Royaume d’Arabie saoudite, des règlements de compte dans la famille dynastique. Le frère du Roi, le prince Ahmed ben Abdelaziz al-Saoud et le neveu du monarque, qui était encore successeur jusqu’en juin 2017, le prince Mohammed ben Nayef, et d’autres membres de la famille royale, ont été arrêtés au motif ou prétexte qu’ils fomentaient un attentat contre le Prince héritier, Mohamed ben Salmane, également dénommé MBS.

Cela fait suite au remaniement ministériel du 25 février dernier, avec le limogeage du ministre de l’économie et la création de trois ministères, tourisme, sport et investissements.

Depuis cinq ans, la lutte pour le pouvoir à la Mecque est sans merci.

Un peu d’histoire peut permettre de comprendre l’enjeu de ces révolutions de palais. Le pays a été créé en 1744 par une alliance entre un chef de tribu, Mohamed Ibn Saoud et un prédicateur musulman, Mohammed Ibn Adel Wahab marqué par le radicalisme de sa doctrine et la violence de ses partisans, sur la base d’un pacte simple, à la famille la responsabilité des affaires, aux ecclésiastiques, la responsabilité de la conduite de la religion.

Le XIXème siècle et la première moitié du XXème ont été marqués par des luttes terribles au sein de la tribu. Il faut attendre Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud, également dénommé Ibn Saoud qui laisse de nombreux héritiers potentiels. Á sa mort, en 1953, s’établit un équilibre systémique entre les princes. Á chacun sa part du pouvoir, un département ministériel, une entreprise, un secteur d’importations…un partage du pouvoir où chacun y trouve son compte

Quand en 2015, le Roi Salmane, 79 ans, arrive est intronisé, il remet en cause cette tradition, et organise une concentration du pouvoir d’abord en privilégiant la famille directe au clan. Il choisit son neveu Mohammed ben Nayef comme héritier et son fils préféré MBS comme second. Le 23 juin 2017, MBS écarte Mohammed ben Nayef, et le met aujourd’hui en prison. MBS est suspecté de mener une répression implacable contre toutes les voix discordantes ; l’assassinat du journaliste américano-saoudien, de Jamal Ahmed Khashoggi dans un consulat saoudien en Turquie constitue un bon exemple. Chaque situation, privilège ou monopole est remis en cause.

Le projet du Roi et de son fils MBS est de faire évoluer le pays, à le faire entrer dans le XXIème siècle, notamment en accordant de nouveaux droits aux Saoudiennes (le plus emblématique et visible étant la capacité à conduire des automobiles), ou en accueillant le « Paris-Dakar », en ouvrant le pays au tourisme, en attirant des stars mondiales... Cela entraine des tensions avec le clergé.

Treizième pays au monde avec une superficie de plus de 2 200 000 km², l’Arabie saoudite a une faible densité avec moins de 35 millions d’habitants. Néanmoins, il regorge de ressources notamment pétrolières.

Avec sa « Vision 2030 », MBS cherche à réduire la dépendance du pays au pétrole, à diversifier ses activités économiques. Remise en cause de certaines subventions, d’exonérations fiscales, introduction de la TVA, libéralisation de nombreux secteurs économiques, mobilisation des ressources sur le numérique et la haute technologie, construction de la ville la plus intelligente au monde…

Un des projets les plus emblématiques est l’introduction à la Bourse de l’ARAMCO, la société pétrolière nationale, ou l’ouverture de son capital avec des placements privés pour 1 000 à 2 000 Md$.

La remise en cause des deux piliers du Royaume intervient alors qu’il doit faire face à une profonde modification de la géopolitique proche-orientale avec :

- Le désengagement américain

- L’intervention russe en Syrie

- La confrontation avec l’Iran et les Chiites. Le grand voisin a réussi en une vingtaine d’années à prendre le contrôle de l’Irak d’après Saddam HUSSEIN, à s’installer en Syrie directement et avec le Hezbollah, ainsi qu’au Yémen

- L’opposition au sein du monde sunnite avec les frères musulmans dont les parrains sont la Turquie et le Qatar.

Cela a conduit l’Arabie saoudite à s’armer, se surarmer… Le Royaume est entré dans une course aux armements avec l’Iran, notamment lorsqu’après la signature de l’accord sur le nucléaire en juillet 2015, le voisin chiite multiplie ses dépenses militaires par 2,5 en consacrant 5 % de son budget à la défense. L’Arabie saoudite est un des plus grands acheteurs d’armes au Monde ; elle assure 5,2 % des dépenses mondiales, plus que la Russie pour un résultat très faible, voire nul. Ni l’intervention au Yémen, ni celle en Syrie n’a été concluante. Pis, les Iraniens n’ont pas hésité à frapper le pays en détruisant la moitié de sa capacité de production pétrolière. Cela a démontré que malgré ses 230 000 hommes, ses collections de 760 chars, 440 avions de combat, 220 hélicoptères, le Royaume n’est pas en capacité de se défendre…

Fragilisée, la monarchie islamiste n’hésite pas à se tourner vers Israël pour se protéger, et, de facto, à sacrifier la cause palestinienne. Cela sera-t-il suffisant ?

Malgré la situation délicate dans laquelle se trouve le Royaume, MBS n’a pas hésité à faire chuter le cours de l’or noir à 30 $le baril. Le refus de la Russie de baisser sa production d’hydrocarbures pour faire face à la baisse de la demande a entrainé une réaction vengeresse de l’Arabie saoudite d’augmenter la sienne. Le cours s’est effondré., ce qui n’a pas amélioré la situation des marchés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 12/03/2020 - 15:06
suite des Hachemites
Hussein devint roi avec l'accord tacite des Anglais qui continuaient à entretenir un autre allié, Ibn Seoud, ennemi de Hussein, à la conquête de la péninsule. En 1925, Ibn Seoud prit La Mecque, mettant fin à presque un millénaire de chérifat hachémite.
Fayçal fut proclamé roi de la Grande Syrie en 1920, mais c'était sans compter sur les accords Sykes-Picot : la conférence de Sanremo plaça la Syrie sous mandat français, ce qui aboutit à la bataille de Maysaloun. Fayçal dut s'exiler au Royaume-Uni. Le gouvernement britannique qui administrait l'Irak décida d'y établir un royaume et il devint roi d'Irak en 1921. Il réussit à rendre ce pays pleinement indépendant en 1932, avant de mourir en 1933. Son petit-fils Faycal II fut déposé et assassiné lors du coup d'État du général Kassem le 14 juillet 1958. La dynastie Hachémite d'Irak est aujourd'hui encore prétendante au trône.
Abdallah Ier de Jordanie, un autre des fils de Hussein Ibn Ali, monta sur le trône de l'émirat de Transjordanie en 1921, qui devint en 1946 le royaume de Jordanie, où les Hachémites règnent encore.
http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Hach%C3%A9mites/fr-fr/
Marie Esther
- 12/03/2020 - 14:58
rien a dire sur les Hachemites ?
Originaires de la péninsule arabique, les Hachémites sont, selon la tradition, les descendants en droite ligne de l'arrière-grand-père de Mahomet, Hashim ibn Abd al-Manaf (mort en 510), appartenant comme lui à la tribu des Quraychites qui dominait La Mecque au VIIe siècle.
Depuis le Xe siècle, les chérifs et émirs de la Mecque furent des Hachémites, voyant se succéder les empires Fatimide, Seldjoukide ..., et surtout Ottoman, tout en conservant leur autorité.
Lors de la Première Guerre mondiale, les Français et les Britanniques cherchèrent à s'allier avec les arabes pour lutter contre l'Empire ottoman. Ce fut l'objet de la correspondance Hussein-Mac-Mahon, Hussein Ibn Ali étant chérif de la Mecque. Le chérif, de plus en plus en opposition avec les Jeunes-Turcs, déclencha la « grande révolte arabe » en 1916 avec l'aide de ses fils, contre la promesse d'un royaume arabe. Les fils de Hussein, Fayçal en tête, réussirent l'exploit de réunir les tribus arabes du Hedjaz jusqu'à la Syrie pour atteindre Damas en 1918 avec les les troupes du général Allenby. Fayçal devint en 1920 Fayçal Ier, roi de Syrie.
À la chute de l'empire Ottoman, Hussein devint roi d'un Hedjaz indépendant.