En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 37 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 25 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 55 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 12 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 33 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 1 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 11 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 31 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 56 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 8 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 14 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 54 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 46 min
© OZAN KOSE / AFP
© OZAN KOSE / AFP
Epée de Damoclès

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

Publié le 29 février 2020
Le président turc menace une nouvelle fois l'Europe d'une déferlante migratoire. Depuis jeudi, la Turquie a ouvert ses frontières et n'empêche plus les migrants de pénétrer en Europe.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de Sciences politiques, Emmanuel Razavi est grand reporter. Spécialiste du golfe persique, il a notamment collaboré avec Planète, Arte, M6, France 24, Valeurs Actuelles, le Figaro Magazine, le Spectacle du Monde et Paris Match. Il est auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Emmanuel Razavi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de Sciences politiques, Emmanuel Razavi est grand reporter. Spécialiste du golfe persique, il a notamment collaboré avec Planète, Arte, M6, France 24, Valeurs Actuelles, le Figaro Magazine, le Spectacle du Monde et Paris Match. Il est auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président turc menace une nouvelle fois l'Europe d'une déferlante migratoire. Depuis jeudi, la Turquie a ouvert ses frontières et n'empêche plus les migrants de pénétrer en Europe.

Atlantico : A quoi joue Recep Tayyip Erdogan ? Il semble appuyer sur les faiblesses de l'Union Européenne, est-ce le cas ?

Christophe Bouillaud : Oui, bien sûr. Depuis 2015, le Président turc a très bien compris que les Européens craignent de voir arriver sur leur territoire une nouvelle vague de réfugiés syriens, ou plus généralement de réfugiés venant de pays musulmans (Afghanistan, Pakistan, etc.). Il a de ce fait extorqué un accord où il s’engage à contrôler les flux migratoires passant par la Turquie à destination des pays européens contre une somme pour le moins importante destinés à financer l’accueil de millions de réfugiés syriens sur le sol turc, et surtout contre une tolérance de fait des Européens face à ses diverses initiatives géopolitiques et à la dérive autoritaire de son régime depuis le coup d’Etat manqué contre lui. Alors que la Turquie aurait amplement mérité de la part de l’Union européenne un régime de sanction en raison de la dérive autoritaire de ses dirigeants et de son intervention intempestive contre nos alliés kurdes syriens dans la lutte contre « Daesh », il n’en a rien été. Erdogan connait le point faible des Européens, il en use et en abuse.

Emmanuel Razavi : Erdogan ne joue pas. Il attendait un soutien de l’Union européenne face aux attaques du régime syrien soutenu par la Russie. Il ne l’a pas eu. Il menace donc de laisser affluer en Europe des dizaines de milliers de réfugiés syriens. Mais si l’on va plus loin, on peut considérer qu’il est dans une stratégie de chantage vis-à-vis de l’Europe qui sert aussi son projet d’expansion. Il se voit comme le nouveau calife d’une grande puissance musulmane qui étendrait son empire sur l’ensemble de la Méditerranée et au Moyen-Orient. A cette fin, il utilise toutes les cartes qu’il a en main contre ses adversaires, et même ses partenaires, dès lors qu’il se sent fragilisé. La question migratoire est l’une d’entre elles. Il considère de toutes façons que l’Europe n’est pas capable de s’opposer à lui autrement que par des incantations. Il tente aussi de jouer sur ses divisions. Il intensifie ainsi la pression, et pousse donc ses pions au maximum, jusqu’au point de rupture.

Que peut-on craindre d'une nouvelle vague d'immigration en provenance de Turquie ?

Christophe Bouillaud : Peut-être pas. Certes, clairement, la menace d’une nouvelle vague est là. Des informations font écho de réfugiés syriens et autres qui seraient littéralement poussés par les autorités turques vers la frontière terrestre avec la Grèce.  Mais, on peut espérer que, de la part d’Erdogan, il s’agit surtout de menacer, de montrer à nouveau son pouvoir de nuisance, et ainsi de racketter encore les Européens, de bloquer ainsi toute action commune des Européens contre ses initiatives politiques pour le moins critiquables, voire même de les obliger à l’aider dans le cadre de son bras de fer avec le régime syrien et la Russie dans la région syrienne d’Idlib. Mais, attention, il ne lui faut pas non plus aller trop loin, au risque de déclencher des rétorsions des Européens contre lui  : en effet, en dehors des aspects économiques qui nous relient encore à la Turquie et à la sympathie qu’on peut nourrir pour tous les citoyens turcs qui s’opposent à Erdogan – tous ces électeurs qui ont fait perdre à l’AKP les mairies d’Istanbul et d’Ankara en particulier -, les Européens n’ont que des motifs de se plaindre de ce voisin au final insupportable. Rappelons qu’Erdogan s’est tout de même lancé, avec l’appui du gouvernement libyen de Tripoli, dans une redéfinition unilatérale des zones de prospection pétrolière et gazière en Méditerranée orientale qui contredit clairement les intérêts grecs et chypriotes dans la région. Il a été aussi très loin dans son rapprochement avec la Fédération de Russie, mettant ainsi en difficulté l’OTAN qui reste le pilier de la sécurité collective des Européens. Il s’en est pris aux kurdes syriens du « Rojava » au nom son combat contre le PKK, au risque de mettre en danger l’éradication de « Daesh ». Bref, je ne suis pas sûr qu’Erdogan ait vraiment intérêt à trop abuser de la patience des Européens, surtout avec une économie aussi fragile que celle de son pays actuellement. Il faut ajouter que le gouvernement grec, dominé par les conservateurs, a déjà tellement de problèmes avec les réfugiés dans les îles grecques, qu’il fera tout pour bloquer une nouvelle vague de réfugiés, et que tous ses partenaires européens lui donneront leur aval quoi que ce gouvernement fasse. Il est probable que l’attitude du gouvernement bulgare soit semblable. Les réfugiés ne passeront pas. Au mieux, s’ils sont coincés devant les murs de l’Union européenne, l’UNCHR devra intervenir pour leur trouver une solution. En effet, contrairement à 2015, il me semble que tous les dirigeants européens sont unis dans le refus complet de toute nouvelle vague migratoire, l’ouverture à la Merkel n’est plus pensable.

Emmanuel Razavi : Proche des Frères Musulmans, Erdogan est parti dans une logique de conquête islamique au Moyen-Orient et en Méditerranée. Il considère que les 3 millions et demi de réfugiés présents en Turquie font partie d’un ensemble d’atouts qui servent son projet géopolitique. Il les utilise pour faire pression sur l’Europe qu’il considère, dans les faits, être une adversaire. Ainsi, malgré les subventions que la Turquie a perçu de l'Union européenne pour surveiller ses frontières, le régime turc a sans cesse menacé d'utiliser les migrants pour inonder l'Europe, notamment via les îles grecques, la Bulgarie ou la Libye. Le flux de migrants depuis la Turquie vers l’Europe s’était pourtant tari suite à l’accord conclu en 2016 entre Ankara et l’Union européenne. Mais jeudi, un haut responsable turc a annoncé l'ouverture de ses frontières avec l'Union Européenne après la mort de 33 de ses soldats dans la région d’Idleb suite aux frappes aériennes menées par le régime syrien.

Erdogan utilisait ces migrants telle une épée de Damoclès. Là, en laissant entendre qu’il met ses menaces à exécution, il semble passer à l’acte, pour autant qu’il aille jusqu’au bout … Il pense ainsi instrumentaliser un flux migratoire volontairement non contrôlé ou manipulé, à l’intérieur duquel peuvent se dissimuler des jihadistes. Il sait que cela fait peur aux européens.

Quelle réaction l'Union européenne pourrait-elle avoir face à une nouvelle secousse tant diplomatique qu'interne ? Faut-il craindre la division de trop ?

Christophe Bouillaud : Logiquement, sur ce dossier migratoire, les Européens devraient être intraitables. Ils ont trop à perdre face à la difficulté de gérer une crise migratoire. Par ailleurs, il ne faut pas négliger la lassitude de l’opinion publique face aux conséquences de la crise syrienne. S’il y a pu avoir dans les premières années, une grande sympathie pour les victimes du régime Assad et de la guerre civile, j’ai bien peur que, désormais, la plupart des Européens soient indifférents au sort de ces populations.

Donc, cela ne sera sans doute pas sur la nécessité de bloquer tous les réfugiés que les Européens vont éventuellement se diviser. Cela sera plutôt sur la nature du soutien à offrir à la Turquie si elle se trouve vraiment en difficulté face à la Fédération de Russie. C’est moins un problème européen stricto sensu alors qu’un problème de l’OTAN : l’Alliance atlantique et son article 5 vaut-elle si un allié fait n’importe quoi ? Doit-on protéger la Turquie des foudres russes, parce que ce pays reste un vieil allié de l’Occident, en dépit même de l’aventurisme et de la duplicité de son dirigeant actuel ? Doit-on laisser tomber les Turcs à cause de leur nouveau « Sultan » ? La décision pourrait être politiquement et moralement difficile et provoquer des divisions entre Européens, surtout qu’en plus il faudra compter avec l’attitude des Etats-Unis de Donald Trump.

Emmanuel Razavi : Je crains surtout que l’Europe soit passée à côté de l’essentiel concernant Erdogan. Elle ne mesure pas assez sa détermination à faire ce qu’il dit. De fait, elle n’affiche pas de positionnement suffisamment ferme vis-vis de la Turquie, préférant les incantations et les tergiversations. Il y a par ailleurs eu une faiblesse réelle de nos institutions face au risque migratoire, d’une part due au politiquement correct, mais aussi et surtout au fait que les Etats européens ne prennent pas suffisamment la mesure de la stratégie d’Erdogan. Il a pourtant très clairement affiché ses intentions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 03/03/2020 - 09:48
Incompetence de nos elites!
Les elites qui mènent l'UE sont incapables de faire face a la situation, empêchées qu'elles sont par le "progressisme" et le politiquement correct. La Turquie d'Erdogan n'est pas une alliée, mais un adversaire civilisationnel qui veut islamiser l'Europe, doucement mais surement, et recréer l'Empire Ottoman! Ce que cet empire n'a pas réussi par les armes, Erdogan espere l’accomplir par l'immigration. Et cela a bien plus de chance de marcher face a une Europe qui ne sait pas se défendre et qui est meme dans le déni.
Gré
- 01/03/2020 - 21:51
Les attaques du régime syrien
Les attaques du régime syrien ? On croit rêver quand on lit ça ! C'est la Turquie qui envahit une partie de la Syrie et ce serait le régime syrien qui "attaquerait" ? Ce serait le comble que l'UE apporte son soutien à une invasion turque. Quant aux migrants qui voudraient forcer les frontières de leur pays, si les gouvernements grec et bulgare décident de recourir à la force contre eux, qui pourra leur donner tort ? Une majorité d'hommes jeunes et bien portants, cela ne s'appelle pas des réfugiés, mais une armée.
Liberte5
- 29/02/2020 - 17:40
100% avec @gerint sauf que les choses étant ce qu'elles sont....
Il n'y a rien à attendre de certains dirigeants de l'Europe. Notamment A. Merkel et E. Macron. Pro islam, pro immigration , ils ne vont pas s'opposer frontalement à Erdogan (ce qu'il sait). Sans être devin, Il y a des chances probables que des centaines de milliers d'immigrés actuellement en Turquie passent en Europe. Où iront-ils? En Allemagne et en France en particulier car il y a là les collabos de l'islam qui sont au pouvoir, et surtout où les immigrés sont le mieux servis (logement, aide financière, soins sanitaires etc.). Je ne crois pas à une grande résistance des populations dans ces deux pays même en cas de vague migratoire importante. Il suffit de voir le comportement des Congolais hier à Paris qui sont maintenant en pays conquit. La gauche immigrationniste en France tient le pays .