En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

"On ne peut pas devenir Français uniquement en respirant l’air français"

02.

Chabal ne jouera pas

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 50 min 53 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 39 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 9 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 26 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 47 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 15 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 25 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 45 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 10 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 22 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 28 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 13 heures 24 sec
© Nazeer al-Khatib / AFP
© Nazeer al-Khatib / AFP
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

Publié le 29 février 2020
Depuis le début de la guerre, la province d'Idlib s'est peu à peu remplie et cette région est devenue surpeuplée et gérée par de nombreux groupes rebelles. Cette population est aujourd'hui au coeur des combats.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de la guerre, la province d'Idlib s'est peu à peu remplie et cette région est devenue surpeuplée et gérée par de nombreux groupes rebelles. Cette population est aujourd'hui au coeur des combats.

Atlantico : Quelqu'un peut-il sauver les syriens de la province d'Idlib ? Ou sont-ils condamnés à subir les combats jusqu'à leur fin ?

Alain Rodier : Il y a effectivement environ trois millions de personnes dans la province d'Idlib. La moitié sont des "réfugiés" qui ont quitté ces trois dernières années des zones de combats situées ailleurs en Syrie car les forces gouvernementales avaient le dessus. Damas autorisait alors les combattants rebelles assiégés à rejoindre la zone d'Idlib (décrétée "zone de désescalade" suite aux accord de Sotchi signé entre les Russes et les Turcs)  avec leurs familles et leurs armes légères. Sur l'instant, cela évitait un "bain de sang" de part et d'autre. Résultat, Idlib s'est peu à peu remplie et cette région est devenue surpeuplée et gérée par de nombreux groupes rebelles.

Globalement, soit ils dépendent de la Turquie via la coalition du "Front National de Libération" (FNL créé en 2018), soit d'Hayat Tahrir al-Cham (HTC) fondé en 2017 mais dont des composantes initiales étaient placées sous la tutelle d'Al-Qaida "canal historique" jusqu'en 2016.

Il existe aussi de nombreux groupuscules plus ou moins indépendants comme le "Firqat al-Ghouraba" du Français Omar Omsen (donné pour mort à plusieurs reprises), le "Ansar al-Din", le "Ansar al-Islam", le "Houras al-Din", etc. La difficulté pour suivre ces groupes tient au fait qu'ils changent souvent d'appellations et que des activistes peuvent appartenir à plusieurs mouvements simultanément.

Si Daech se fait discret, au moins dans ses communiqués, il est probable que de nombreux groupuscules se revendiqueront de lui si la situation redevient plus favorable.

Vous parlez de "civils" mais la différence entre combattants, leurs familles et les habitants locaux est aussi difficile à faire. En dehors des combats filmés pour la propagande, les activistes d'arborent pas d'insignes distinctifs et se fondent dans la population.

J'ai donc peur que les civils innocents n'aient à subir les combats tant qu'ils vont durer. Aucune fin n'est actuellement envisageable.  

La question des civils peut-elle être la raison d'une intervention d'autres puissances hors Turquie et Russie ? 

Les immenses camps de déplacés qui sont en train de se constituer adossés à la frontière turque (Ankara n'ouvre pour le moment pas ses frontières car la Turquie a déjà du mal à gérer les 3,6 millions de réfugiés présents sur son sol) vont avoir besoin de l'aide internationale, en particulier des organisations humanitaires comme le HCR et le Croissant Rouge. Des négociations pour que ces organisations humanitaires bénéficient de droits de passage ont certainement déjà lieu, la Turquie étant habituée à ce type de situation depuis 1991, la première Guerre du Golfe qui avait poussé des milliers de Kurdes irakiens sur sa frontière.

Mais en dehors de l'aide humanitaire, aucun pays (en dehors de ceux qui y sont déjà présents) ne devrait s'engager militairement dans ce bourbier où personne ne sait vraiment qui est qui... Toutefois, le président Erdoğan menace de laisser passer ces réfugiés ... pour qu'ils rejoignent l'Europe. Sans doute un coup de poker menteur dont il a le secret mais la Grèce et la Bulgarie ont doublé leurs patrouilles le long de leurs frontières orientales.

Quelles sont les forces en présence sur le terrain ? Comment évoluent les combats ? 

Population à Idlib : trois millions (dont 1,5 million de déplacés).

Combattants rebelles : entre 30.000 et 60.000 éclatés en plusieurs coalitions, groupes et groupuscules. Toutefois, ils parviennent occasionnellement à s'entendre au sein de postes de coordination éphémères pour mener une opération commune.

Armée turque : 9.000 hommes surtout localisés au nord de la province. Ces forces sont blindées et mécanisées avec de l'artillerie et des forces spéciales (pour se faire une idée, 5.100 militaires français couvrent le Sahel d'une superficie égale à l'Europe).

Armée syrienne plus milices chiites (qui au départ n'avaient pas été engagées à Idlib car le major général Qassem Soleimani qui les supervisait était réticent à les lancer dans ce qu'il considérait comme étant un "bourbier". Son successeur ne prend pas les même précautions) : 20.000 à 30.000 combattants mais avec la supériorité aérienne fournie par Moscou. Les rebelles auraient reçu en catastrophe des missiles sol-air portables à courte portée fournis par la Turquie. Cela pourrait légèrement changer la donne sur le terrain une fois que les opérateurs aient été formés (à moins que ce ne soit des militaires turcs).

Les forces régulières syriennes ont pour premier objectif d'ouvrir l'autoroute M5 qui relie Alep à Damas.

Elles y était parvenues jusqu'à ce que le Hayat Tahrir al-Cham (HTC) ne reprenne le carrefour de Saraqeb (où se rencontrent l'autoroute M5 Alep-Damas et M4 Alep-Lattaquié) lors d'une opération conjointe menée de nuit le 26 février avec plusieurs autres groupes mais avec une constante : la bannière d'Al-Qaida "canal historique" déployée en certains endroits. Les forces loyalistes ont abandonné sur place de nombreux matériels, armements (dont des blindés) et munitions. À leur décharge, elles sont complètement "usées" par neuf ans de guerre et les remplacements humains sont difficiles car la conscription fonctionne mal. C'est pour cette raison qu'elles sont incapables pour l'instant de reprendre militairement l'ensemble de la province d'Idlib.

Les 33 militaires turcs annoncés tués lors de bombardements syriens (Ankara s’est bien gardé de désigner les Russes) dans la nuit du jeudi 27 février (ce qui fait plus d'une cinquantaine de morts depuis le début du même mois) vraisemblablement dans le cadre d'une tentative de contre-offensive lancée par les forces syriennes sur la position stratégique de Saraqeb, ont provoqué la colère d'Erdoğan. L'armée turque a ensuite pilonné les positions syriennes.

Plusieurs questions se posent : des unités du FNL accompagnaient-elles le HTC dans la région de Saraqeb ? Les Turcs ont fourni des transports de troupes blindés M-113 au FNL ce qui ne permet pas aux forces syriennes de savoir qui se trouve à l’intérieur : des "terroristes" du FNL ou des militaires turcs ? Que font les militaires turcs au plus près des combats voire au sud de la ville d'Idlib - en clair sont-ils des "observateurs" comme cela était prévu dans les accords de Sotchi ou des combattants - ? 

Les négociations qui avaient débuté avec les Russes ont été interrompues. Moscou accuse d'ailleurs Ankara de violer les accords de Sotchi en soutenant des "groupes armés illégaux" par des tirs d'artillerie et des drones. Les relations Poutine - Erdoğan sont donc en train de se détériorer une nouvelle fois... jusqu'à la prochaine réconciliation. Erdoğan a d’ailleurs baissé d'un ton affirmant qu'il rencontrerait son homologue russe très rapidement. Il n'empêche que les frégates Amiral Grigorovitch et Amiral Makarov équipées de missiles de croisière Kalibr ont quitté le 27 février leur port de Sébastopol en Crimée pour rejoindre la flotte russe de Méditerranée. Ces unités navales armées de missiles mer-sol et mer-air représentent une force de dissuasion importante avec laquelle il faut compter, surtout contre un corps mécanisé qui présente des cibles bien définies. Parallèlement, Moscou a demandé à Téhéran l’autorisation de réutiliser la base aérienne d’Hamedan pour que ses bombardiers à long rayon d’action Tu-22M et Sukhoi Su-34 puissent s’y ravitailler. En effet, cette possibilité avait été fermée en août 2016.

Mais il ne faut pas se faire d'illusions, si la IIème Armée turque (qui est déployée tout le long de la frontière syrienne et irakienne) fait un "déboulé" de chars, les forces légalistes syriennes ne feront pas le poids, mais alors, quelle sera l'attitude de la Russie ? Les politiques semblent jouer à se faire peur mais un dérapage sur le terrain est tout à fait possible! Il n’empêche que le professeur Mesut Hakki Casin, conseiller auprès de la présidence turque, a déclaré "nous avons combattu la Russie à seize reprises dans le passé et nous la combattrons de nouveau". Il avance le fait que l’importante population de religion musulmane présente en Russie pourrait se retourner contre le Kremlin. Il évoque même la fermeture éventuelle du détroit des Dardanelles et l'interdiction de l'espace aérien turc aux forces russes. Cela représenterait un casus belli dont les conséquences sont totalement imprévisibles. 

La guerre va donc perdurer avec des développements imprévisibles. L'OTAN a été contacté par Ankara pour enclencher l'Article 4 qui prévoit que : "tout allié peut demander des consultations chaque fois que, de l’avis de l’un d’entre eux, son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité sont menacées". Comme cela a été évoqué plus avant, pour faire pression sur ses "alliés", Erdoğan menace d'ouvrir un couloir humanitaire pour les réfugiés syriens massés à sa frontière qui déboucherait en Europe. Cela est techniquement difficile à réaliser mais pas totalement impossible. L'OTAN a assuré Ankara de son soutien, a condamné l'offensive syro-russe mais, pour l'instant, sans traduction opérationnelle directe (on reparle d'une zone d'exclusion aérienne au dessus de la province d'Idlib).

En ce qui concerne les civils, les Occidentaux refusent de participer à la reconstruction de la Syrie pour ne pas apporter leur "aide" au "dictateur sanguinaire" Bachar el-Assad. Résultat, le pays va rester en ruines, la crise humanitaire va perdurer, les réfugiés à l'extérieur ne vont pas rentrer  et la population va continuer à payer le prix fort. Seule la Chine avait les reins assez solides pour participer à la reconstruction du pays. Dans l’immédiat, elle a bien d'autres soucis à régler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Idlib, Syrie, Turquie, guerre, combats
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

"On ne peut pas devenir Français uniquement en respirant l’air français"

02.

Chabal ne jouera pas

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 01/03/2020 - 12:45
il ne sert a rien d'exiger
et de plus l'avis de l'UE tout le monde au Proche Orient s'en moque eperdument.
Meme si Assad a de nombreux defauts que je ne lui enleve pas, je regrette pour la population syrienne la situation dans laquelle se trouve ce pays. Je me souviens que mes amis qui avaient pu avant la guerre se rendre dans ce pays vantainet la gentillesse de la population, leur accueil chaleureux et la diversite des confessions ... meme si la police et l'armee veillait.
Aujourd'hui on est dans une situation inextricable avec des etats qui tirent a hue et a dia pour conforter leurs avantages pas du tout lies a la survi de la Syrie en tant qu'etat souverain.
La Russie pense a ces 2 bases et a l'acces a la Mediterranee,
L'Iran pense a se rapprocher d'Israel pour l'encercler
La Turquie pense a se reserver une zone pres de sa frontiere pour lutter toujours contre les Kurdes et ... un peu aider les rebelles.
Vivement que la Turquie et l'Iran rentrent chez eux, que les djihadistes surtout etrangers disparaissent, que les migrants syriens puissent regagner leur pays meme si cela sera tres complique en attendant la reconstruction et la reconnaissance des droits immobiliers de certains (opposants)
hoche38
- 01/03/2020 - 06:28
"L'UE exige l'arrêt de l'offensive de Damas sur Idleb"!
C'est un coup de tonnerre sur la Syrie. La force et la détermination de cette déclaration de Bruxelles, a du terroriser les Russes et les Syriens. Les Turcs et les djiadistes vont pouvoir souffler un peu. Mais le ton de cette intervention n'est-il pas un peu violent, venant d'un organisme connu pour ses valeurs humanistes?