En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 56 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 11 heures 2 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 57 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 29 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 10 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 13 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 54 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 9 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 20 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 33 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

Publié le 27 février 2020
Des candidats LREM seraient rattrapés par leurs positions anti-PMA ou sur le mariage gay dans le cadre des candidatures du parti de la majorité aux élections municipales. L’élu Jérôme Dubus, à qui étaient reprochées ses positions contre le mariage pour tous, a notamment retiré sa candidature lundi.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des candidats LREM seraient rattrapés par leurs positions anti-PMA ou sur le mariage gay dans le cadre des candidatures du parti de la majorité aux élections municipales. L’élu Jérôme Dubus, à qui étaient reprochées ses positions contre le mariage pour tous, a notamment retiré sa candidature lundi.

Atlantico.fr : Jérôme Dubus, ancien élu et cadre des Républicains, a renoncé à sa candidature sous l'étiquette LREM pour les municipales à Paris. La cause, ses positions anti-mariage pour tous en 2013. D'autres élus, ancien LR, pourrait être concernés, notamment en raison de leurs positions contre la PMA ou la GPA. 

Quel est l'objectif du parti présidentiel en rompant avec ces élus qui, sur d'autres sujets, correspondent pourtant à la ligne défendue par LREM ? 

Christophe Bouillaud : Il me semble qu’il s’agit de bien affirmer auprès de l’électorat parisien la nature « libérale-libertaire » du parti présidentiel. Par « libéral-libertaire », j’entends l’acceptation à la fois du libéralisme en matière économique et du libéralisme en matière de mœurs. Ce n’est donc pas illogique de mettre en dehors des listes de LREM des personnalités qui se sont opposées aux évolutions en matière de « mariage pour tous », de PMA ou de GPA. Pour la famille des partis libéraux auxquels appartient LREM officiellement depuis les élections européennes de 2019, avec la création du groupe « Renew » au sein du Parlement européen, les droits et libertés individuelles en matière de sexualité et de reproduction, et plus généralement en ce qui concerne tout ce qui concerne la vie personnelle des individus, doivent être maximisés, et  ces droits ou libertés ne doivent pas tenir compte de la morale traditionnelle défendue au contraire par les conservateurs au nom de la « nature humaine » ou d’une injonction divine.

Cette division entre conservateurs et libéraux sur le front de mœurs admissibles par la loi de l’Etat retranscrit en politique l’existence d’identités sociologiques fortes, par exemple sur l’homosexualité. Pour résumer et pour caricaturer un peu mon propos, LREM ne peut pas avoir à la fois les votes des homosexuels pratiquants et des catholiques pratiquants. Ce choix est donc tout à fait logique. En excluant ces quelques élus trop conservateurs à ses yeux, la nouvelle candidate de LREM rend en fait sa candidature plus cohérente auprès de l’électorat qu’elle entend mobiliser : les Parisiens riches, optimistes, éduqués, libéraux en matière d’argent et en matière de mœurs. Il faut bien noter que ces exclusions sont, après l’abandon d’un certain nombre de projets de B. Griveaux, dont la très ridicule idée de déplacer la Gare de l’Est, un signe du recadrage opéré par LREM pour sauver ses chances de conquérir la mairie de la capitale. 

Le fait de vouloir se dissocier des Républicains à Paris ne va-t-il pas à l'encontre de la stratégie globale d'Emmanuel Macron de "destruction" de l'aile droite du spectre politique français ? 

Non, il faut distinguer les élections, et séquencer les choses. Effectivement, le but stratégique d’Emmanuel Macron est d’absorber complètement l’électorat de la droite dite « républicaine ». Cela lui a plutôt réussi aux élections européennes, et, à Paris même, il est bien évident qu’une bonne part de l’électorat de droite a convergé sur la liste mené par Nathalie Loiseau pour éviter que le RN n’arrive en tête de ce scrutin national. 

Ici, nous sommes dans une élection municipale. La droite républicaine a visiblement trouvé sa candidate dans la personne de Rachida Dati. Il n’y a donc plus grand-chose à récupérer de ce côté-là. Il faut donc se positionner au centre sur une ligne « libérale-libertaire », comme je viens de l’expliquer, pour éviter en plus la concurrence de la dissidence Villani. Ce positionnement permettra peut-être, vue la sociologie parisienne, complètement axée sur les CSP+, de gagner la mairie, ou tout au moins de ne pas être humilié comme menaçait de l’être Benjamin Griveaux. Un bon score de Madame Buyzin permettrait en effet au moins de démontrer que LREM dispose d’une vraie base électorale dans la capitale après deux ans aux affaires du pays. Cela serait au moins une victoire sur le plan du symbole. 

Cette stratégie d’affirmation en 2020 d’une représentation d’un électorat « libéral-libertaire »,  n’empêchera pas ensuite lors de l’élection présidentielle de 2022  Emmanuel Macron de rejouer la partition du « moi ou le chaos », du « parti de l’ordre » pour user d’une vieille référence, qui a séduit l’électorat de droite aux européennes de 2019.  Tout dépendra en réalité de l’existence ou non d’un candidat de droite crédible permettant d’offrir une alternative à Emmanuel Macron comme opposant aux populismes de droite ou de gauche, donc d’un challenger cherchant lui aussi à représenter le « parti de l’ordre ». 

N'est-ce pas là un piège dans lequel LREM risque de s'enfermer ? 

Non, parce que maintenant, ce qui compte, c’est de gagner ou pas ces élections « imperdables » pour LREM  à Paris. En effet, normalement, vu la sociologie parisienne complètement orientée CSP+, vu les scores d’Emmanuel Macron en 2017 et de la liste LREM en 2019 aux européennes, il y a vraiment une opportunité pour le « parti des gagnants de la mondialisation » d’être à la tête de la ville où ces derniers sont surreprésentés par rapport au reste de l’espace français. Il faut donc pour LREM jouer à fond la possibilité de diriger la capitale – et aussi quelques autres métropoles régionales, comme bien sûr Lyon, où là le sortant G. Collomb se trouve être l’un des fondateurs de LREM. C’est donc une pure logique de fiefs et de crédibilité politique pour LREM. Ce n’est pas un enfermement, mais une nécessité de gouverner les villes là où son électorat potentiel est le plus présent. 

Il faut noter en passant que tous les partis en lice auront à subir cette épreuve : gagner ou non ces élections municipales en certains lieux et pas dans d’autres définit au final l’identité réelle du parti. C’est là un gros enjeu pour EELV ou pour le RN, tout comme pour le PS, le Modem, le PCF, ou LR. En dehors de LREM, qui semble il est vrai assez mal parti,  il est bien possible que l’autre grand perdant de ces municipales soit d’ailleurs FI, largement en raison de sa rupture avec le reste de la gauche.  

Paris vaut-il donc tant que cela ?

Il faut distinguer deux plans, celui symbolique et celui purement administratif. 

Du point de vue purement administratif, la mairie de Paris est certes importante. Elle gère une administration nombreuse et bien spécifique par son statut, il s’agit en effet d’une commune qui est aussi un département par ailleurs. Mais ce ne sont là tout de même que 2 millions d’habitants parmi 68 millions de Français, et surtout, la ville de Paris, comme toutes les autres communes de France, est désormais prise dans un empilement de structures administratives (dont bien sûr la Région Ile-de-France) qui détermine largement les politiques publiques locales qui s’y déroulent – sans compter bien sûr le rôle de l’Etat. Le maire de Paris et sa majorité sont donc très loin de décider tout ce qui concerne la vie quotidienne des Parisiens. Le maire d’une petite commune rurale a probablement en pratique plus d’autonomie décisionnelle que le futur maire de Paris. 

Du point de vue symbolique, en raison de l’histoire de France depuis 1789 et plus récemment du rôle qu’a joué le contrôle de la mairie de Paris pour Jacques Chirac, devenu ensuite Président de la République, il reste que cette bataille pour la mairie de Paris comporte une très forte charge symbolique. Comme provincial, je suis certes exaspéré par la place disproportionnée que prend la campagne parisienne dans le compte-rendu médiatique de la campagne des municipales, mais comme analyste, je dois reconnaître le poids symbolique du contrôle de l’Hôtel de ville de Paris par un camp ou par un autre. Ce poids m’apparait d’autant plus symbolique que l’agglomération parisienne est désormais bien plus large et diverse que la seule ville de Paris « intra-muros ». Cette dernière avec son territoire qui n’a plus été redéfini depuis le XIXème siècle, contrairement à d’autres grandes capitales européennes (Berlin, Londres par exemple), est un complet archaïsme, mais, pourtant, cet archaïsme compte à plein dans la vie politique française. Cette illusion partagée par la plupart des partis et des commentateurs en dit aussi long sur l’incapacité de notre pays à se doter de structures administratives en accord avec les réalités socio-économiques de ce début du XXIème siècle. Mais c’est là un autre sujet. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 28/02/2020 - 21:23
En même temps...LREM
Est foutu.
Bobby Watson
- 27/02/2020 - 16:55
Paris perdu
Plombé par la débandade de Griveaux, avec une Buzyn démonétisée par sa gestion calamiteuse des hôpitaux, LREM est aux abois. La presse aux ordres essaie de plomber la campagne de Villani, mais rien n'y fera, Dati arrivera derrière Hidalgo au premier tour...et LREM sera obligée de choisir entre la droite et la gauche. Un comble pour les adeptes du " en même temps" !