En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 22 min 30 sec
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 40 min 9 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 13 heures 38 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 17 heures 13 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 17 heures 54 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 18 heures 46 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 29 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 59 min 35 sec
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 1 heure 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 13 heures 20 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 15 heures 50 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 17 heures 42 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 18 heures 17 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 19 heures 3 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

Publié le 26 février 2020
Après la vague d’investissement chinois ou japonais, après le Qatar et l’Arabie Saoudite, c’est Abu Dhabi, le fonds souverain d’Abu Dhabi, qui va investir dans les grandes entreprises françaises... avec la bénédiction de l'Etat.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la vague d’investissement chinois ou japonais, après le Qatar et l’Arabie Saoudite, c’est Abu Dhabi, le fonds souverain d’Abu Dhabi, qui va investir dans les grandes entreprises françaises... avec la bénédiction de l'Etat.

Les responsables politiques sont hallucinants. Pendant qu’ils bloquent toute réforme des retraites, qu‘ils refusent becs et ongles la création de fonds de pension dont l’argent pourrait doper l’économie française, pendant qu’ils se mettent en travers du chemin des fonds d’investissement anglo-saxons, qu‘ils vouent aux gémonies Blackrock parce qu‘il serait gérant de retraites privées alors qu’il n’est que gestionnaires d’actifs ( dont certains sont français ). Bref, pendant qu’ils transforment ce pays en champ de bataille idéologique, pendant tout ce temps, ils laissent arriver, sans rien dire, les fonds étrangers venant de Chine, du Japon, de Russie, et surtout des monarchies pétrolières comme le Qatar, l’Arabie Saoudite, et aujourd’hui Abu Dhabi.

Soyons précis : quand cette semaine, Bercy officialise la contribution des Emirats Arabes Unis dans un fonds d’investissement qui sera destiné à investir dans les grands groupes français cotés au Cac 40, Bercy a raison.

L’appareil de production français va ainsi récupérer plus de 4 milliards d’euros dans un premier temps pour passer à 10 milliards assez rapidement. L’objectif, c’est évidemment de renforcer en fonds propres les grandes entreprises françaises, dont 80% du capital est sur le marché financier international et qui sont donc à la merci de fonds spéculatifs dont la vocation est proche de celle des vautours. Ces fonds vautours survolent et fondent sur leurs proies pour parfois les dépecer au profit de leurs propres actionnaires qui sont anglais ou américains. Cette présence un peu encombrante oblige les managements français à privilégier l’optimisation financière à très court terme ce qui n’est jamais excellent pour l’emploi, l’innovation et l’investissement local.

Bercy a raison d’accueillir avec un tapis rouge, l’argent des producteurs de pétrole ou d’Asie. La Chine et le Japon, mais surtout la Russie, l’Arabie saoudite et le Qatar ont besoin d’affecter leurs excédents dans des placements très sécurisés à long terme. Pas question pour ces pays de spéculer dans des hedge funds sur la bourse de Londres ou de New-York.

Les Emirats Arabes unis ont le même objectif. Leurs réserves de pétrole n’étant pas épuisables, il leur faut trouver des ressources alternatives ; d’où l’idée de trouver en Europe des rentes industrielles.

Bercy a raison d’accueillir cet argent, mais Bercy prend aussi toutes les garanties nécessaires. Les fonds seront investis sur le long terme, et les opérations seront gérées par la BPI, le bras armé de la Caisse des Dépôts, donc sous la tutelle de l’Etat français. Avec l’apport de grands établissements financiers français. Quant à l’indépendance des grandes entreprises , elle sera aussi protégée puisque le fonds d’Abu Dhabi ne pourra pas détenir plus de 5% du capital de chaque entreprise.

Ce partenariat renouvelle celui qui avait déjà été signé en 2017 et qui avait permis de renforcer la force de frappe de « la French tech ».

L’objectif est clair, il est identique à celui qui avait été avancé pour justifier l‘apport d’argent des fonds souverains du Qatar, de l’Arabie Saoudite ou même des capitaux chinois ou russes. Il s’agit de contrer les actionnaires activistes qui sont de plus en plus présents dans le ciel de Paris, et il ne s’agit pas de Blackrock comme le croit les animateurs de la France Insoumise qui en fait,  sont à côté de la plaque. Blackrock travaille en toute transparence pour le compte d’institutions financières étrangères. Quand Blackrock intervient, ce qui en France est très rare, elle intervient avec des institutions françaises sous contrôle et elle prévient avant. Quand un fond activiste intervient, on finit par le savoir mais il est trop tard. C’est donc bien contre les fonds spéculatifs qu’il faut se protéger.

Bercy a donc raison d’autant que Bercy n‘a pas le choix, pour une raison très simple c’est que la maison France n’a pas les capitaux pour mener à bien ce type d’opération en fonds propres des entreprises.

La France est encore aujourd’hui la 4e puissance économique mondiale. Les Français sont donc exceptionnels parce qu’ils paient beaucoup d’impôts et ils épargnent énormément. Presque autant que les Japonais. Le problème de la France, c’est que l’essentiel de ce qui n’est pas consommé, est engouffré dans les caisses de l’Etat.

L’argent des impôts va financer les dépenses de l’Etat et ces dépenses sont à 99% des dépenses de fonctionnement (donc du court terme). L‘argent des charges sociales (assurance maladie, assurance chômage, assurance retraite) va financer le modèle social. L’argent de la santé va dans l'hôpital, l’argent de l’Unedic finance les allocations chômages et l’argent des cotisations retraites va financer les pensions de ceux qui ne travaillent plus selon le bon principe de la répartition auquel nous sommes tellement attachés.

Quant à l’épargne volontaire des Français, elle va pour moitié financer son immobilier et pour moitié dans les comptes d’épargne disponible ou assurances vie. Mais à quoi sert en réalité cette épargne ? Elle sert à financer les déficits des dépenses publiques de l’Etat ou des collectivités locales.

En fait, les Français acceptent de plus ou moins bon gré une triple peine : ils paient des impôts à l’Etat, ils paient des charges sociales à des organismes d’Etat. Et ils donnent leur épargne en gestion à ... l‘Etat. Qui dépense tout. La boucle est bouclée.

Il ne reste que très peu de centimes d’euros pour financer les entreprises, leurs investissements, leurs emplois.

On sait donc que si l’Etat dépensait moins et si le modèle social était organisé selon une autre logique que la répartition, on disposerait de marges de manœuvre qui nous permettrait d’assurer l’indépendance des grandes entreprises.

Le comble aujourd’hui, c’est que le débat sur les retraites est évidemment au cœur de cette problématique. En bloquant toute réforme, l’opposition politique empêche tout moyen de sortir de cette asphyxie qui nous oblige à quémander des capitaux étrangers. La réforme par points, couplée à des systèmes complémentaires par capitalisation, permettrait d’investir l’argent des retraites non pas dans des dépenses immédiates mais dans des fonds de pensions investis à long terme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 26/02/2020 - 16:30
Les musulmans achètent la France!
et les musulmans paient moins d'impôts que les Français lors de leurs achats!...Les musulmans ont TOUS les droits en Europe…: ils peuvent TUER ils ne seront pas punis.. Lundi dernier une voiture a foncé sur la foule, en Allemagne, lors d'un carnaval le ''déséquilibré'' a fait 16 blessés, cette fois-ci les Allemands n'ont pas crié : ''Dehors les musulmans'' comme ils avaient crié ''Dehors les nazis'' quand un non-musulman a tué des musulmans!. .Le F.L.N. a ''nationalisé'' les biens des non-musulmans ''nés en Algérie'' et maintenant les membres du F.L.N. achètent des propriétés, en France, avec de ''l'argent sale''! Les musulmans, eux, ont le droit d'être racistes!
ajm
- 26/02/2020 - 16:19
fonds par capitalisation moins pilotables pour l'état.
Je pense même que Macron et son gouvernement sont opposés par principe à la mise en place de régimes par capitalisation dans la mesure où de tels régimes seraient automatiquement soumis à des règles prudentielles très strictes avec un aréopage de professionnels, gestionnaires de risque, actuaires auditeurs non fonctionnaires etc..qui seraient moins malléables aux desiderata de Bercy qu'une grosse caisse étatique gérée comme la SC par des fonctionnaires aux ordres. Les tuyaux de cette caisse seront entièrement dans la main des gouvernements qui pourront créer des déficits à la demande pour justifier des baisses du point. Dans un fonds de pension, la valorisation et le rendement du portefeuille d'actifs, en régime de croisière, déterminent les évolutions futures des pensions alors que le régime par répartition étatique ne distribuera que ce que l'état definirera comme base cotisable à savoir les taux , les exonérations etc..cette base imposable sera manipulée en permanence et aboutira à une baisse tendancielle de la masse à répartir.
foxlynn
- 26/02/2020 - 14:28
Et non
La réforme est nulle et vous le savez .. tout le monde est perdant ! Pourquoi les français épargnent tant parce qu’ils n’ont plus confiance on leur ment .. le financement n’est pas garanti et on vole leur caisse en spoliant ce qu’ils ont économisé sans un sou de l’état ! Oui la tête de Macron sur une pique montre à quel point les français sont écœurés !