En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

07.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 14 heures 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 57 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 19 heures 31 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 21 heures 31 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 54 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 20 heures 20 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 20 heures 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 21 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 21 heures 31 min
© DR / Medium
© DR / Medium
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

Publié le 25 février 2020
Selon une étude anglaise, 8 employés sur 10 travaillant dans le monde de la culture et des arts se disent réticents à partager des opinions politiques conservatrices dans un environnement globalement à gauche.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude anglaise, 8 employés sur 10 travaillant dans le monde de la culture et des arts se disent réticents à partager des opinions politiques conservatrices dans un environnement globalement à gauche.

Atlantico.fr : Une étude anglaise révèle que 8 employés sur 10 travaillant dans le monde de la culture et des arts se disent réticents à partager des opinions politiques conservatrices dans un environnement globalement à gauche. En effet, d'après cette étude conduite par ArtsProfessionnals, alors que le milieu de l'art se dit tolérant la réalité serait toute autre. Ainsi, les professeurs et professionnels de l'art de droite seraient mis de côté pour leurs visions jugées "politiquement incorrecte". Une situation qui fait écho au cas Français.

Interviewée sur France Inter, lundi matin, l'éditorialiste Caroline Fourest qui a beaucoup enseigné à Sciences Po s'est dit souvent surprise par la susceptibilité de ses élèves. En effet, de nombreux thèmes de réflexions et auteurs étaient perçus comme étant choquant car en désaccords avec le politiquement correct actuel. En quoi la situation décrite par le sondage anglais est-elle également une réalité en France ? Dans quels milieux cet injonction au politiquement correct est-elle la plus répandue ?

Yves Michaud : C’est bien pire qu’une simple injonction au politiquement correct ! 

En France, les milieux les plus touchés sont 1) l’université en lettres et sciences humaines, 2) le journalisme, notamment dans le vivier des pigistes « intellectuels précaires » - en fait il faudrait surtout mettre des guillemets à « intellectuel ». 
Dans l’université, de petits groupes activistes radicalisés interdisent les débats, déclenchent des campagnes de lynchage via facebook, font annuler des colloques. On l’a vu pour la représentation des Persesmontée par Philippe Brunet à Paris-Sorbonne en mars 2019 empêchée sous prétexte de black face, pour une conférence de Sylviane Agacinski à Bordeaux en octobre dernier, de Carole Talon à la villa Arson à Nice en janvier 2020. C’est du fascisme pur et simple, qui s’exerce avec la complicité des Présidents d’université ou des directeurs d’établissement dont le courage n’est pas le fort. Cette dictature se nourrit d’une ignorance et d’une nullité académique abyssales dont le lit a été fait par la bureaucratisation égalitariste des institutions universitaires et la force de l’impérialisme culturel américain. Nos petits singes et petites guenons font ce que les Grands blancs américains ont fait il y a vingt ans. Donald Trump et Judith Butler, même combat.

Dans les médias, la situation n’est pas meilleure : surtout aboyer avec les chiens, ne pas avoir d’idées à soi et faire preuve d’une bienveillance universelle. Écoutez les bulletins quotidiens des radios : on vous dénonce un scandale puis on vous fait un reportage sur une bonne action, ou l’inverse.Regardez les pages débat. Même au Figaro, il ne faut rien dire de choquant. Regardez l’incroyable silence actuel sur les livres de Daeninck (pourtant pas tellement de droite) et de Szeftel sur la pénétration du mahométanisme radicalisé dans les banlieues ! Que Bobigny soit administré par le Gang des barbares ne gêne apparemment personne. A quand Youssouf Fofana air ?

Ensuite, ça déborde en dehors de l’université et des médias et tout un chacun a peur de passer pour un imbécile ou tout simplement de se faire attaquer. La majorité silencieuse n’est pas silencieuse comme avant par respect et timidité : elle fait attention à ce qu’elle dit par peur.

Comment expliquer que la même gauche qui se bat pour que Julian Assange puisse s'exprimer librement, interdisse la libre pensée lorsqu'elle ne suit pas certains codes ?

Ce qu’on appelle « la gauche » et qui souvent n’en est absolument pas, est fondamentalement manichéiste. Je vois que les Anglais sont aussi atteints que nous ! On stigmatise des déclarations de Zemmour et admet des plaintes pour islamophobie contre lui, mais dans le même temps la sanctification de l’appel au meurtre de Mila par Abdallah Zekri, délégué général du dit CFCM (« elle l’a cherché, elle assume. Qui sème le vent récolte la tempête ») n’indigne personne. Il y a les affreux Serbes et les gentils Bosniaques, les affreux populistes italiens et les gentils Podémistes espagnols (surtout ne pas dire qu’Iglesias est un léniniste avoué purgeant son parti à chaque congrès truqué). Marine Le Pen est une affreuse fasciste mais Mélenchon un démocrate. Quelle explication donner en dehors de la sottise pure et simple ? Le besoin de se rassurer dans un monde noir et blanc, la fabrication des images (la vareuse ouvrière chic de Mélenchon) et surtout une immense paresse intellectuelle. Et comme l’ignorance progresse de manière vertigineuse dans les milieux intellectuels qui passent leur temps sur les studios de télé, ça ne risque pas de s’améliorer. Il est tellement plus rassurant de japper en meute.

Ce phénomène est-il nouveau ? Y-a-t-il comme le souligne Caroline Fourest une "explosion" des micro-vexations ?

Le phénomène est nouveau quantitativement et communicationnellement. Je suis en train de lire Octave Mirbeau, écrivain anarchiste et mondain de la fin du XIXème siècle, il fulminait déjà contre ce que nous dénonçons – sauf que ça restait dans la société parisienne-bourgeoise. Dans les années 1960, la dictature de la pensée d’extrême-gauche maoïsto-trotskiste était totale. Il était interdit de lire Raymond Aron, un agent américain. L’inénarrable Glucskmann était aux premières loges avec l’inénarrable Krivine : c’était déjà le règne de la terreur intellectuelle – si on était un peu craintid. Aujourd’hui n’importe quel imbécile qui affirme avoir bac+5 fonde un groupe de recherches décoloniales ou transgenre, donne son avis sur tout et est invité comme expert. Regardez les pauvretés de la pensée de Paul-Béatrice Preciado dans Libération, lui qui est maintenant penseur(seuse) officiel au Centre  Pompidou. A mourir de rire ! 

Permettez-moi quand même d’ajouter une chose : si on ne se laissait pas impressionner par ces « micro-vexations », elles auraient beaucoup moins de succès. Il faudrait se souvenir de la phrase de Léon Bloy : « ma religion m’interdit le duel, mais pas le coup de pied au cul »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jaune78video
- 26/02/2020 - 18:20
C'est partout aussi dans les entreprises !
Vous n'avez pas remarqué comme la "pensée de gauche" s'invite dans les politiques RH? La diversité, l'égalitarisme à tout crin Hommes/Femmes sans discernement, le LGBT, la bienveillance obligatoire envers les collaborateurs les plus nuls surtout s'ils sont issus des "minorités", et j'en passe ! Cette p... de gauche nous a envahi depuis 40 ans. Et la faute à qui? Et bien à 200% à la droite qui est devenue totalement schizophrène entre le besoin de plaire à ses électeurs couilles molles (le Modem et les Juppéistes en particulier) et surtout pas être assimilés et ostracisés s'ils disaient des vérités partagés par le FN. Résultat: la droite est morte ! J'en pleurerais tellement ça me déprime de voir à quel point on a baissé notre culotte devant ces "révolutionnaires" fascistes de gauche...Et en plus maintenant ils sont immigrationnistes quand ils ne sont pas purement et simplement représentés par des immigrés qui se permettent de dire ce qu'ils pensent (en mal) du pays qui les nourrit...Affligeant et révoltant !!!
Loupdessteppes
- 26/02/2020 - 15:50
Et Tartuffe ?
Ils ont bien compris Molière - ou bien mal compris ! La gamelle avant tout...
COUKOUCéMOI
- 25/02/2020 - 18:14
Pas franchement un scoop !
La gauchiesque a TOUT compris depuis des lustres, de ce qu'il fallait détenir comme leviers pour manipuler et asservir les humanoïdes: la culture et l'enseignement (ah ! la jeunesse ! miam miam !!!). L'étape supplémentaire en cours c'est "la science" (les scientifiques....par exemple au travers du Giec). Carton plein, l'infiltration est en marche ! La démagogie, le démago-populisme, il n'y a que ça de vrai !!!!! Option gagnante, mais le pire est encore à venir. La décadence sociétale est l'oeuvre de cette gauchiesque malsaine et perverse.