En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 5 heures 7 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 9 heures 54 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 11 heures 8 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 14 heures 33 sec
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 9 heures 43 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 10 heures 10 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 12 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 14 heures 7 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 14 heures 2 min
© Daniel SORABJI / AFP
© Daniel SORABJI / AFP
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

Publié le 24 février 2020
Face au dollar, la monnaie unique est tombée au plus bas niveau depuis avril 2017. L'euro est confronté notamment aux craintes liées à la propagation du coronavirus. Jean-Paul Betbeze revient sur les différentes raisons qui expliquent cette réalité entre l'euro et le dollar.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face au dollar, la monnaie unique est tombée au plus bas niveau depuis avril 2017. L'euro est confronté notamment aux craintes liées à la propagation du coronavirus. Jean-Paul Betbeze revient sur les différentes raisons qui expliquent cette réalité entre l'euro et le dollar.

L’euro est actuellement à 1,08 par rapport au dollar, le plus bas depuis des mois. Où va-t-il s’arrêter dans sa chute depuis 15 mois ? Va-t-il se reprendre ? L’histoire de l’euro est en effet parlante : il monte beaucoup quand le dollar, lui, fait très peur mais baisse beaucoup quand il fait peur et énormément quand il fait très peur. Où en sommes-nous : l’euro fait-il aujourd’hui peur, ou très peur ? 

De fait, l’euro a eu beaucoup de hauts et de bas depuis son lancement le 1er janvier 1999 à 1,1789 dollar,au début avec ce plongeon de crédibilité qui a suivi et l’a amené à 0,85 fin 2001. C’est l’euro qui fait très peur. Maiscomme il n’explose pas, il se met à remonter jusqu’à son sommet historique à 1,6, mi 2008. En vérité, ce n’est pas dû à son mérite, mais à la crise américaine des subprimes. C’est le dollar qui fait très peur ! A ce moment, l’euro devient la monnaie refuge ! Mais, comme le système américain n’explose pas non plus, bien sûr, l’euro se remet à baisser à partir de 2014 jusqu’à 2017, avec la crise des dettes publiques de la zone. Il faudra le whateverittakes salvateur de Mario Draghi fin juillet 2017 pour le sauver. Une  remontée apparaît alors jusqu’à 1,25 début 2015, avant la pente actuelle, préoccupante, et la chute depuis janvier 2020, 15 mois bientôt. Cinqraisons s’ajoutent derrière cette glissade, sans que le Président Trump n’ait (encore) à crier à une manipulation qui favoriserait les exportations européennes.

Première raison, la zone euro ne croît plus : 0,9% de croissance sur un an en zone euro, contre 2,3% aux États-Unis. Les États-Unis sonten fait une économie fermée, très liée à la consommation des ménages, à la construction et à des investissements d’entreprises largement home made. La zone euro est bien plus ouverte et sensible à l’environnement extérieur dans ses échanges, notamment par son industrie. Même si l’on peut se poser des questions sur les effets de l’épidémie chinoise sur la croissance américaine, les cours boursiers faisant par exemple un large écho aux messages d’Apple sur ses difficultés d’approvisionnement en composants, elle vient surtout de la hausse des salaires et du moral des ménages, avec un taux de chômage au plus bas. Par différence, la croissance de la zone euro, singulièrement plus faible que l’américaine depuis des mois, avec un taux de chômage à 7,4% contre 3,6% aux États-Unis, se trouve bien plus affectée par ses exports qui baissent vers la Chine et la région.

Deuxième raison, l’euro ne paye plus, il coûte plus !Un placement à 10 ans rapporte -0,4% en bons du trésor allemand, -0,4 néerlandais, -0,2 français, à comparer à 1,5% aux États-Unis. Si l’on veut tenir compte de l’inflation instantanée, tous les placements à terme sont perdants : -2,1% en Allemagne et aux Pays-Bas, -1,7% en France contre -1% « seulement » aux États-Unis. Et les écarts sont plus nets encore à court terme, les taux étant négatifs en zone euro et entre 1,5 et 1,75% aux États-Unis. C’est bien pourquoi la zone euro exporte son épargne, et sa croissance avec, vers les États-Unis : ils croissent plus, même avec un dollar qui croît plus.

Troisième raison : l’Allemagne inquiète, économiquement et politiquement. Elle est l’économie majeure de la zone, autrefois son rempart, aujourd’hui la plus affectée par le COVID-19 chinois, les menaces américaines et le Brexit. Ses points forts, l’industrie et notamment l’automobile, sont au carrefour de la baisse de la demande chinoise, des menaces américaines et des interrogations sur les sites de production post-Brexit. Politiquement, le parti d’Angela Merkel n’est plus majoritaire et se déchire, l’alliance avec le SPD ne suffit plus. Et, en finance, il faudra bien savoir ce qui se passe avec Deutsche Bank, Commerzbank et les centaines de banques coopératives et caisses d’épargne dont les coûts de structure sont trop élevés. Et si l’Allemagne inquiète, la France étant sous pression, on peut penser que l’influence du « couple franco-allemand » est plus faible, et au sud et à l’est.

Quatrième raison : le Brexit va mal se passer. Le temps de la diplomatie plus ou moins feutrée va laisser place à une montée des tensions entre RU et EU, l’Union refusant la proposition du schéma Canada, en disant qu’elle n’est pas assez précise, ce qui rendra de plus en plus difficile un accord rapide. Le RU va menacer et tenter de diviser, l’atmosphère s’envenimer.

Cinquième raison : les marchés parient sur Trump aux élections et ne savent pas pour la zone euro. Qui en Allemagne, en Italie, en Espagne et en France dans un, deux ans ou plus ? En revanche, aux États-Unis, il semble bien que Joe Biden est out (trop mou ou bien est-ce l’effet retardé des interrogations sur le rôle bien payé de son fils en Ukraine, révélé par l’affaire de l’empeachment) ? Mike Bloomberg pourra-t-il se faire une place modérée, en lieu et place de Pete Buttigieg (cemodéré trop intelligent mais surtout jugé trop tendre), alors qu’il est trop riche : 55 milliards de dollars dit-on ? Car Bernie Sanders ne cesse de monter avec le soutien des jeunes et une position très à gauche, proposant plus d’impôts pour les (très) riches qui financeraient son programme très social. Le risque est une fracture au sein des Démocrates, face à Donald Trump qui regarde, tweete et propose encore moins d’impôts.

Jusqu’où donc la baisse de l’euro ? Jusqu’au moment où il aura suffisamment baissé pour que les investisseurs américains (ou en dollars) se rendent compte que le CAC 40 (par exemple) est bien moins cher que le Dow Jones, rapporte au moins 4% par ses dividendes et que les actions y sont bradées ! Et ce sera pareil avec les bonnes entreprises en zone euro, décidément moins chères. Moralité : l’euro va baisser jusqu’au moment où les marchés jugeront qu’il a trop baissé. Souhaitons que ce soit le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 24/02/2020 - 13:51
et les dettes des Etats du sud de l'Europe?
France comprise , alors que la dette des pays du Nord se réduit. Allemagne sous les 60%.Certes les US ont aussi une forte dette mais comme disait l'autre " c leur devise et notre problème".
Soit dit en passant , j'aimerais bien que la France ait des "problèmes" comme l'Allemagne.
Chômage à 4%, excédent budgétaire structurel, excédent commerce extérieur 7% du PIB etc etc...