En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 13 min 38 sec
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 1 heure 16 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 59 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 29 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 19 heures 21 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 34 min 34 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 15 heures 17 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 52 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 19 heures 33 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

Publié le 24 février 2020
Le salon de l’agriculture 2020 va sacrer le succès du bio. Les visiteurs comme les exposants sont polarisés sur le bio qui paraît avoir toutes les qualités pour répondre aux défis des temps modernes. Cela dit, le bio ne fera pas de miracle.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le salon de l’agriculture 2020 va sacrer le succès du bio. Les visiteurs comme les exposants sont polarisés sur le bio qui paraît avoir toutes les qualités pour répondre aux défis des temps modernes. Cela dit, le bio ne fera pas de miracle.

Ne rêvons pas. Alors que tout le monde, il est bio, et beau, et il est gentil... La folie du bio est évidente, mais le bio ne sauvera ni la planète, ni le niveau de vie des agriculteurs.

L’agriculture française est confrontée à des immenses défis, mais l’ensemble de l’agriculture mondiale doit faire face à ces défis qu‘elle a souvent ignorés. Très simple.

L’agriculture doit pouvoir satisfaire les besoins alimentaires des populations, mais elle doit aussi contribuer à la protection de l’environnement dans la mesure où elle utilise massivement des ressources naturelles, et rejette des masses de gaz carbonique dans l’atmosphère.

Parallèlement, l’agriculture doit aussi veiller à ce que les productions alimentaires respectent des normes sanitaires qui ne perturbent pas les équilibres biologiques de l’homme et n‘introduisent pas dans son alimentation des perturbateurs endocriniens dont on sait qu’ils sont à l’origine de nombreuses maladies : de l’obésité à l’apparition de nombreux cancers.

Ces défis sont immenses. Ils sont souvent contradictoires. Pour répondre aux besoins alimentaires, il a évidemment fallu pousser les rendements, ce que les progrès de l’agrochimie ont favorisé en développement tous les engrais et pesticides. Mais en poussant les rendements, on a accru la mécanisation, pour la concentration des unités de production mais ce faisant, on a déclassé une grande partie des populations agricoles et désertifier les campagnes. D’où lesproblèmes sociaux mais aussi le déficit d’équipements collectifs et d’entretien de la campagne.

D‘où le succès des modèles de production alternatifs fondés sur le retour à des pratiques plus naturelles et des circuits plus proches du consommateur. Le bio a évidemment rencontré un succès considérable et rapide. Le bio répond à des normes de production strictes qui impose des modèles d’une agriculture responsable avec très peu d’intrants d’origine pétrochimiques. Il y a encore 15 ans, le bio en France était très marginal. Au début des années 2000, les productions biologiques représentaient à peine 2% des terres cultivées, 2% des exploitations pour un chiffre d’affaires qui ne dépassait pas les 2 milliards d’euros.

Aujourd’hui, l’agriculture biologique concerne environ entre 8 et 10% des surfaces agricoles pour un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros.

Dans le même temps, la consommation a explosé. Au début des années 2000, 2% des Français consommaient des produits bio moins d’une fois par semaine. Aujourd’hui, la moitié des consommateurs achète bio plusieurs fois par semaine, d’où ce chiffre d’affaires de 10 milliards en progression de 15% par an.

Au départ, le bio était distribué exclusivement dans des circuits courts de proximité, aujourd’hui, l’ensemble de la grande distribution s’y est mise pour répondre à la demande des populations urbaines.

Alors ce succès qui ne se dément pas a deux explications évidentes.

D’abord, il répond à une demande du consommateur et notamment des jeunes générations qui ont mis le bio au cœur de la « Food révolution » . Donc on consomme bio pour des raisons de santé, d’hygiène, mais aussi pour des raisons sociétales, politiques et pour certains idéologiques. C’est donc très profond. Le Bio est considéré comme l’arme centrale de la transition énergétique.

Alors la réalité des comportements ne correspond pas toujours au but recherché. Quand le consommateur achète en hiver des fraises bio, il est cohérent avec son intention, sauf que les fraises labellisées Bio ont été importées d’Amérique du sud, ce qui présuppose qu’elles ont un poids de carbone considérable. Mais passons sur ce type d’excès très marginal et on imagine que la grande distribution va finir par se donner un code de bonne conduite.

Ensuite, et c’est la deuxième explication du succès, c’est que cette demande soutient les prix et les prix de vente soutiennent le pouvoir d’achat des agriculteurs. L‘agriculteur bio gagne mieux sa vie que son père.

Les rendements sont moindres mais la valeur créée est plus forte et donc les prix plus élevés.

La nouvelle PAC en discussion à Bruxelles actuellement tient compte de ce phénomène. Cette PAC va porter moins de subventions à la production et plus de rémunération consacrée à la protection de l’environnement et à la transition écologique.

Le mouvement engagé va donc dans la bonne direction, ce qui explique d’ailleurs en partie l’amélioration du climat politique et social des populations agricoles.

Les sujets sensibles ne sont pas réglés. L’après glyphosate n’est pas écrit, la revitalisation des campagnes n’est pas garantie. Mais les dossiers sont sur les bureaux à Paris ou à Bruxelles. Cette mutation incontournable a deux gros obstacles à surmonter.

1er obstacle. L’agriculture biologique ne permettra pas d‘assurer l’alimentation du monde entier. Cette question n’obsède pas les écologistes radicaux, mais les risques de famine dans le monde ne sont pas écartés. Il faudra donc accepter la cohabitation entre une agriculture de proximité bio, une agriculture différente mais avec des rendements considérables. Les fermes de 1000 vaches oui, mais les usines de production de protéines végétales, il y en aura forcément encore plus.   Parce que l’industrie de la protéine végétale est plus productive et moins chère que la production de protéine animale.

2e obstacle, il faudra que les marchés dégagent des pouvoirs de dépenser dans l’alimentaire beaucoup plus généreux qu’actuellement. Pendant un demi-siècle, la part de dépenses consacrées à l’alimentaire n’a pas cessé de baisser dans les budgets familiaux au profit du logement, de l’équipement de la maison, des transports, des loisirs et de la communication. Il est évident que dans les trente prochaines années, il faudra augmenter les dépenses alimentaires, parce que les prix de revient vont forcément augmenter. Le bio, le vrai restera cher. Qu’on le veuille ou non !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 26/02/2020 - 11:56
l'oubli permanent
le cout du made in France pour le Bio et le reste des productions n'est jamais mentionné . cela signifie que désormais la concurrence intra européenne ou extra européenne jouera également ...conséquence la pomme de terre bio allemande , Polonaise sera moins chère que la production française ,du coup il y aura une tension sur le négociations avec le monde paysan français qui ne pourra pas jouer sur de meilleurs rendements chimiques ou mécaniques;Bref un marche se développe mais cela ne règlera pas le problème compétitif des agriculteurs pendant des salaires charge sociales
et fiscales
COUKOUCéMOI
- 25/02/2020 - 20:32
Le bio...dégradé !
En abordant la question de l'alimentation par d'autres focales.
Se nourrir aujourd'hui est totalement déconnecté des besoins physiologiques de l'espèce humaine.
L'alimentation est un marché.
Le "bio": sous réserve de la réalité vertueuse de la méthode, demeurant dans une logique de marché davantage que de besoin physiologique, sa production de masse pour le profit est contraire à la raison et au bon sens. Dés lors que la grande distrib' s'engouffre dans le créneau, le qualitatif s'effacera devant le quantitatif. Le "bio"est par trop, un outil marketing.
Quant à dire que les jeunes sont accros au bio, il faut m'expliquer la cohérence avec la bouffe des fast food et autres saloperies industrielles de masse vendues dans les hypers et stations services, et dont ils raffolent...
La surconsommation alimentaire et le gaspillage sont hautement graves, les importations de contrées lointaines complètement débiles.
Le réchauffement devrait pouvoir permettre des cultures locales plus diverses...toute l'année... et là où les glaces vont fondre, on cultivera....Hum, c'est de la mal-pensance ça !
Inspirons-nous des espèces animales.... Manger pour vivre et non vivre pour manger !!
SD..
- 25/02/2020 - 14:13
Arvensis
Dans votre commentaire, je conteste fortement plusieurs choses :
1- le bio est moins productif quelque soit le type de culture ou le lieu. Sinon à moins de traiter TOUS les agriculteurs d'imbéciles, ils s'y seraient déjà mis ! (Produire plus et vendre plus cher = bons revenus)
2- ramener les bobos des villes à la campagne et leur donner un binette: A mourir de rire cette idée, à moins d'une situation genre Pol Pot et là c'est beaucoup moins drôle !
3- le conventionnel ou non bio est à vos yeux réservé aux imbéciles, c'est néanmoins ce qui fait que vous avez mangé à votre faim toute votre vie et vous ne savez pas ce qu'est un ticket de rationnement. Les derniers tickets ne sont pas si vieux, ma Grand Mère m'a montré celui qu'elle a gardé et qui date de la fin des années 40 !