En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 36 min 14 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 7 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 9 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 19 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 49 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 40 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 19 heures 15 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 37 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 12 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 18 heures 53 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 19 heures 45 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

Publié le 21 février 2020
Des retraites aux gaffes de Christophe Castaner en passant par les photos polémiques du président aux côtés d’une femme voilée ou avec un T-shirt dénonçant les violences policières, une succession de couacs atteignent le cœur de la promesse du nouveau monde.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des retraites aux gaffes de Christophe Castaner en passant par les photos polémiques du président aux côtés d’une femme voilée ou avec un T-shirt dénonçant les violences policières, une succession de couacs atteignent le cœur de la promesse du nouveau monde.

Atlantico.fr : Entre les scandales à répétition, les affrontements au sujet des retraites, les violences policières, les Gilets jaunes etc. il semblerait que, depuis quelques jours, le Macronisme a de plus en plus de plomb dans l'aile.

Le Macronisme, basé sur cette idée de "nouveau monde", semble complètement déconnecté des attentes de la population. Pourquoi un tel rejet ? Peut-on dire que la promesse initiale du Macronisme a été rompue ?

Arnaud Benedetti : Le macronisme a agrégé par un subtil marketing ,grâce aussi à la démonétisation des partis de gouvernement et au gré d’un concours de circonstances exceptionnelles toutes les peurs des bien-pensants. Macron a eu la prescience et l’audace de tout miser sur la panique des élites qui après le Brexit et Trump se sont vues emportées par la vague populiste. Il a intelligemment organisé le haut de la société pour répondre à cette menace. En militant astucieux de la pensée unique, il a construit une com’ sémantiquement ajustée à une offre politique qui visait à accélérer l’acculturation du « vieux pays » aux standards de la globalisation. D’où cette rhétorique réduite à quelques slogans dont l’objectif était de transformer le techno-libéralisme qui nous gouverne depuis des décennies en promesses nouvelles, en dépassement des clivages historiques, en mouvement vers un " nouveau monde ".

Or le " nouveau monde " ne changeait rien fondamentalement au projet politique des élites; il était d’abord et exclusivement un instrument d’ingénierie politique qui permettait à ceux qui à gauche et à droite partageaient la même vision de l’avenir de se retrouver enfin par-delà leurs engagements initiaux. Tout ceci s’est construit à partir d’une dénonciation du " vieux monde ", de sa prétendue inaptitude à la transformation et de ses errements éthiques. La déstabilisation mediatico-judiciaire du candidat Fillon a servi de base par ailleurs à un discours de moralisation et de modernisation de la vie publique.

Si le macronisme a échoué, c’est d’abord moralement en reproduisant et en ossifiant parfois les vieilles pratiques. L’affaire Benalla de ce point de vue a été le point de départ de cette déconvenue, le révélateur grossier de ce jeu de bonneteau communicant qui est au cœur du logiciel des marcheurs. Au demeurant dés l’origine les déboires de Monsieur Ferrand et des ministres Modem ont signé cette évidence : le " nouveau monde " n’avait été possible qu’avec l’irrésistible concours des représentants du " vieux monde ". L’autre impasse du macronisme réside dans la symbolisation et la représentation  La resacralisation du pouvoir, indispensable pour susciter adhésion et respect, n’aura duré qu’un temps. Encore récemment en posant avec un tee-shirt rappelant les violences policières lors du salon de la BD à Angoulême, le Président a laissé échappé son surmoi pour se laisser aller à une com’ sans filtre, désinvolte, qui pose des questions, comme pour ses prédécesseurs, sur sa capacité à s’approprier la dimension sacrale de la fonction. La monarchie républicaine n’est pas une soirée entre potes...

Et que dire des déclarations récentes du ministre de l’intérieur sur la vie privée d’un opposant, Olivier Faure en l’occurrence, qui mettent à mal la cohérence d’un discours de l’exécutif qui après la pénible séquence Griveaux en appelaient au respect imprescriptible de la sphère de l’intime...

Existe-t-il un décalage entre ce qui est dit et le réel ? Si oui, de quelle manière se traduit-il ? Pourquoi le gouvernement fait-il semblant de ne pas voir les problèmes actuels ?

« Le réel , c’est ce qui résiste » écrivait Hegel. Le macronisme est l’expression la plus aboutie du sécessionnisme social des élites. Elles ont depuis longtemps troqué le peuple qui est la base de la démocratie pour une représentation hors sol de celle-ci, fondé sur un entre-soi d’ancien régime. La crise des Gilets jaunes a ramené à la visibilité éruptive ce réel qui est dénié par des classes dirigeantes qui participent du même monde et de la même vision du monde. L’oligarchisation continue des élites est la seule réponse, une réponse agressivement défensive, au déclassement social des classes moyennes, à la précarisation des classes populaires et à la dépossession culturelle qui nourrit le sentiment de réactivation identitaire d’une partie de nos concitoyens. Il y a un côté forteresse assiégée dans la réponse macroniste. D’où cette incapacité apparente à ne pas voir les problèmes. Les voir serait reconnaître un décalage que l’on nie ou que l’on réduit à un problème de pédagogie. Le Président a néanmoins entrevue la difficulté lorsqu’il a pris acte dans l’entretien accordé à "The economist" de l’inanité du dogme budgétaire européen ou dans un autre domaine de "la mort cérébrale de l’OTAN". Pour autant il est l’otage pour le moment des courants puissants qui l’ont porté au pouvoir. Le grand homme c’est celui qui s’évade des contraintes, y compris qui sait se détacher des alliances qui lui ont permis d’accéder au pouvoir. De Gaulle en Algérie avait été porté au pouvoir par toute une partie de l’Armée. Il a sacrifié les prétoriens, à tort ou à raison, ce n’est pas la question mais il les a sacrifié terriblement, douloureusement, et violemment. Mais sans doute est-ce plus facile de sacrifier des prétoriens que des... financiers !

Ces nœuds démocratiques présents en France n'illustrent-ils pas la crise actuelle des démocraties occidentales ?  Comment la France peut-elle se redresser ?

Nous vivons une transformation profonde de l’espace public avec les réseaux et internet. La désintermédiation permet l’expression directe et la mobilisation ; elle accélère la crise de la représentation dont les gilets jaunes en France, les populistes ailleurs sont l’une des multiples facettes. Il faut bien comprendre que toute transformation de l’espace public est le prélude à de grands bouleversements - ce fut le cas au 18 ème siècle avec l’émergence des opinions publiques, des philosophes, des clubs et de la presse. Nous vivons avec les réseaux, les activistes de tout poil et autres alternatifs de droite et de gauche une évolution qui n’est pas sans rappeler la fin de l’absolutisme. Cette époque a quelque chose de pré-révolutionnaire. Généralement les transformations de l’espace public annoncent les révolutions. C’est sans doute inquiétant. Mais le fait est qu’au Royaume-uni un représentant des élites a lui compris le phénomène, et il a fait du conservatisme un parti populaire en réorientant le logiciel libéral de celui-ci en un corpus keynesiano-populiste-liberal. Force est de constater l’extraordinaire pragmatisme des dirigeants britanniques, peut-être parce qu’ils sont insulaires, à comprendre leur époque et leur peuple. Tout se passe comme si de l’autre côté de la manche la démocratie se réinitialisait presque d’elle même, alors qu’en France seul un bug généralisé constituait la condition d’un redémarrage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Thierry59
- 24/02/2020 - 09:24
errements ethiques
Belle analyse, mais qui ne va pas assez au fond des choses. Et quelles perspectives pour l'avenir ? "Tout ceci (le macronisme) s’est construit à partir d’une dénonciation du " vieux monde ", de sa prétendue inaptitude à la transformation et de ses errements éthiques." Le macronisme a prétendu instauré la "moralisation et la modernisation de la vie publique". Mais quel salutaire rappel que cette phrase de Hégel : « Le réel , c’est ce qui résiste » . Coté errements éthiques, avec le projet de loi dite de "bio-éthique" , nous sommes servis ! Non seulement la réalité familiale populaire classique (une famille, ça commence avec un père et une mère...) est bien mise à mal, mais le respect de l'humain est perverti ! Mais la prise de conscience progresse ...
spiritucorsu
- 22/02/2020 - 14:47
Quand Borgia perçait sous Machaviel.(suite et fin.)
L'art de la dissimulation de la traîtrise et de l'imposture sont les trois logiciels qui ont permis la prise de pouvoir du monarque président.Après cet éphémère triomphe,sa chute et celle de la macronie n'en seront que plus rapide,c'est le prix à payer quand on s'éloigne autant de la sagesse ,de la raison et de toute éthique au point d'y perdre jusqu'à son âme.
spiritucorsu
- 22/02/2020 - 14:41
Quand Borgia perçait sous Machaviel!
Quelques uns qu'un rien éblouit veulent reconnaître dans la personne du monarque président l'esprit de Machaviel ressuscité.c'est vraiment faire peu de cas du grand stratège et manipulateur de la psychologie humaine,car enfin,Machaviel,se serait-il laisser entraîner dans une affaire aussi grotesque et scabreuse que l'affaire Benalla,n'aurait-il pas pressenti la révolte des gilets jaunes et aurait-il laisser ses ministres et ses favoris dériver comme dans l'affaire Mila ou dans celle de l'ex candidat priapique à la mairie de Pais.Machaviel en la circonstance est surtout très utile pour dissimuler la véritable nature du cabot élyséen qui est bien davantage celle d'un Borgia.le capitaine de pédalo,son père spirituel et bienfaiteur en sait quelque chose qui a cru aux bonnes paroles et aux engagements de loyauté de son protégé qui en retour n'a pas hésité à le poignarder dans le dos pour mieux lui prendre sa place.