En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 23 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 24 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 15 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 53 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 27 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 47 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 50 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 18 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 16 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 50 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 45 min
© Capture d'écran - Sciences po
© Capture d'écran - Sciences po
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

Publié le 20 février 2020
Le 3 mars prochain, les chercheurs français Fariba Adelkhah et Roland Marchal seront jugés à Téhéran pour « collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale » et « propagande contre le système ».Tous deux récusent catégoriquement ces faits depuis le début de leur emprisonnement en Iran en juin 2019.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 3 mars prochain, les chercheurs français Fariba Adelkhah et Roland Marchal seront jugés à Téhéran pour « collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale » et « propagande contre le système ».Tous deux récusent catégoriquement ces faits depuis le début de leur emprisonnement en Iran en juin 2019.

Fariba Adelkhah, anthropologue spécialiste du chiisme possédant la double nationalité française et iranienne, étudiait dans la ville sainte de Qom au moment de son arrestation. Le 5 juin, son compagnon Roland Marchal, scientifique reconnu pour ses travaux sur la Corne de l'Afrique, a été arrêté alors qu'il cherchait à la rejoindre. Enfermés à la prison d'Evin, près de Téhéran, ils subissent depuis lors des conditions de détention très difficiles, Fariba Adelkhah ayant même entamé une grève de la faim fin décembre qui l'a fortement affaiblie. Début janvier, la justice iranienne a écarté l'accusation d'espionnage à leur encontre, mais les a convoqués le 5 février devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran. Tous deux risquent trois à cinq ans de prison.

Loin d'être des faits isolés, ces arrestations arbitraires de chercheurs et de journalistes étrangers par les autorités iraniennes sont relativement fréquentes. Si elles sont toujours entourées d'une grande opacité, on sait néanmoins qu'elles ne répondent pas à la répression classique de faits d'espionnage avérés. En réalité, cette pratique s'inscrit plutôt dans l'art complexe de la pression diplomatique, maniée au gré du contexte géopolitique. Comprendre les motivations derrière ces arrestations reste donc un exercice difficile, tant celles-ci peuvent répondre à plusieurs facteurs.

En premier lieu, l'accusation d'« espionnage », telle que l'entend le régime iranien, prend une dimension particulière et peut s'appliquer aisément à tout ressortissant étranger trop ouvertement critique envers les institutions et la politique de la République islamique. Rapidement accusés de sédition, ceux-ci sont alors considérés comme des agents d'influence de l'étranger et soupçonnés de fragiliser le régime. Sur ce point, le retrait américain de l'accord de Vienne et les nouvelles sanctions imposées par les Etats-Unis ont facilement exacerbé la méfiance et la fébrilité des autorités iraniennes, et plus particulièrement de l'aile dure représentée par les Gardiens de la Révolution.

En l'espèce, le cas de Fariba Adelkhah et Roland Marchal est particulièrement difficile à négocier pour les autorités françaises, toujours très discrètes sur ces manœuvres délicates qui ne répondent, de surcroit, à aucune réglementation internationale. Un contexte sous haute tension et l'identification du bon interlocuteur contribuent essentiellement à bloquer toute avancée en vue de leur libération.

Nul n'ignore que l'arrestation des deux chercheurs a été supervisée par les Gardiens de la Révolution, corps armé placé sous l'autorité immédiate du Guide suprême Ali Khamenei, avec lequel les autorités françaises ne peuvent discuter directement. En outre, d'un point de vue plus politique, les Pasdarans, majoritairement conservateurs, ont toujours eu intérêt à refroidir les relations entre les présidents Hassan Rohani et Emmanuel Macron, et ainsi enterrer définitivement un accord sur le nucléaire auquel ils n'ont de toute façon jamais cru. Les ambiguïtés de la position française vis-à-vis de l'Iran, que ce soit sur le nucléaire iranien – souhait de rester dans l'accord tout en déclenchant le mécanisme de règlements des différents devant le Conseil de Sécurité de l'ONU – ou sur la politique américaine au Proche-Orient, n'ont sans doute pas contribué au choix d'une stratégie plus subtile et diplomate de la part de la faction conservatrice du régime iranien.

Mais plus généralement, les prisonniers retenus en Iran servent de moyen de pression en vue de négociations profitables pour la République islamique, le plus souvent pour obtenir la libération de ses propres ressortissants retenus aux Etats-Unis ou en Europe. Ainsi, Fariba Adelkhah et Roland Marchal ne sont pas les premiers intellectuels étrangers à avoir été détenus durant de longs mois et à servir, éventuellement, de monnaie d'échange. On se souvient en France du cas de l'étudiante Clotilde Reiss, libérée en 2010 en échange d'Ali Vakili Rad, l'assassin de l'ancien Premier ministre du Shah Chapour Bakhtiar. Plus récemment, un autre échange de prisonniers a eu lieu en décembre dernier lorsque Brian Hook, le représentant spécial du Département d'Etat américain pour l'Iran, a supervisé en Suisse le retour d'un Iranien emprisonné aux Etats-Unis contre la libération d'un doctorant de Princeton détenu en Iran pendant trois ans. Tout à fait consciente de cette pratique, la justice américaine vient d'ailleurs de condamner Téhéran à verser 180 millions de dollars d'indemnités à Jason Rezaian, journaliste du Washington Post libéré contre trois prisonniers iraniens après un an et demi de prison, dont la détention aurait été utilisée, selon les mots du tribunal fédéral de Washington, « pour augmenter les moyens de pression dans les négociations en cours avec les Etats-Unis ». Une mesure parfaitement symbolique, et prise essentiellement à des fins « dissuasives »...

Sans disposer de preuves formelles, de nombreux diplomates pensent ainsi que la détention de Fariba Adelkhah et Roland Marchal vise à obtenir la libération de Jalal Rohollahnejad, un ingénieur iranien arrêté à l'aéroport de Nice le 2 février dernier, cible d'un mandat d'arrêt américain pour des tentatives d'exportation vers l'Iran de matériel technologique pour le compte d’une entreprise appartenant aux Gardiens de la Révolution, ce qui, en outre, viole les sanctions américaines contre l'Iran. Bien que la France ait validé l'acte d'extradition, l'ingénieur est pour l'heure toujours détenu au centre pénitentiaire de Luynes dans l'attente du décret du Premier ministre. Il est fort possible que sa libération soit effectivement le but in fine des Pasdarans. Si ce n'était pas le cas, comment comprendre alors que les autorités françaises aient cessé toute protection policière envers l'activiste iranien Rouhollah Zam, qui bénéficiait de l'asile politique en France, pour le laisser se rendre librement en Irak en octobre dernier où il a été appréhendé par les Gardiens de la Révolution et ramené à Téhéran ? Impossible de connaître l'ampleur ni le stade des négociations entre les autorités françaises et iraniennes, même s'il est évident que celles-ci échangent depuis plusieurs mois.

Fariba Adelkhah et Roland Marchal connaîtront donc leur sort le 3 mars. D'ici là, les Iraniens auront voté lors des élections législatives du 21 février, et les probabilités d'une victoire des conservateurs sont grandes. Cela changera-t-il quelque chose ? Deux possibilités se dessinent nettement : le choix de la radicalité, c'est-à-dire, pour des conservateurs et des Pasdarans galvanisés, de ne rien céder et de conserver les deux chercheurs comme moyen de pression, tant que ceux-ci peuvent servir leurs intérêts. Ou bien le choix de la respectabilité, en prouvant qu'une fois de retour au pouvoir, ils peuvent être des interlocuteurs politiques au même titre que les réformateurs. De la part des Gardiens, réputés transgressifs et obéissant à leur propre agenda, cela peut sembler difficile voire improbable. C'est oublier que le contexte, à la fois domestique et international, les fragilise. Après deux ans et demi de sanctions, l'Iran est de nouveau isolé sur la scène internationale, sa population épuisée et excédée par la politique erratique de ses dirigeants. Saisiront ils l'occasion d'envoyer un signal fort à la communauté internationale et aux Iraniens ? Pas plus tard qu'hier, Téhéran a annoncé la libération d'un Allemand condamné à trois ans de prison en échange de la libération d'un Iranien détenu en Allemagne et menacé d'extradition vers les Etats-Unis. Si cette politique conciliatrice se poursuivait avec la libération des deux chercheurs français, ce serait effectivement un signe que Téhéran est prêt à réviser sa stratégie globale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires