En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 11 heures 12 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 14 heures 30 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 15 heures 59 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 17 heures 13 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 20 heures 4 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 20 heures 4 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 20 heures 5 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 15 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 16 heures 16 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 17 heures 27 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 18 heures 11 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 20 heures 5 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 20 heures 8 min
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

Publié le 18 février 2020
Marine Le Pen a déclaré vouloir prouver la capacité de rassemblement du RN en soutenant la candidature aux municipales de l'ex-président LR de l'Hérault à Sète. Elle a pourtant démenti toute prise de position en faveur de l'union des droites.
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen a déclaré vouloir prouver la capacité de rassemblement du RN en soutenant la candidature aux municipales de l'ex-président LR de l'Hérault à Sète. Elle a pourtant démenti toute prise de position en faveur de l'union des droites.

Atantico : Le soutient de Marine le Pen à Sébastien Pacull n'était-il pas seulement conjoncturel, expliquant ce qui aussi s'apparenter à un revirement éclair ?

Guillaume Bernard : Il me semble qu'elle s'enferre par son démentis dans sa stratégie du ni droite ni gauche. Pour autant, le RN est confronté a une vraie difficulté pour présenter des listes aux municipales. Il a de nombreux électeurs mais très peu de candidats, d'élus et de collaborateurs d'élus... Elle doit donc consentir à porter son soutien à d'autre listes non RN sans pour autant accepter l'idée d'une unité de la droite.

La stratégie du RN n'est-elle pas en définitive plus portée sur la prédation de l’électorat et des élus LR ? Etant donné la fragilité actuelle de ce dernier, n'est-ce pas une stratégie potentiellement plus payante ?

Je crois que le RN aurait tout intérêt d'essayer de capter l’électorat et les élus locaux de droite qui refusent la convergence Macron, étant donné que les digues psychologiques sont tombées. Maintenant elle fait partie de ce personnel politique, à l'image de Nicolas Dupont-Aignant, qui confond l'union avec la fusion/absorption. Dans cette optique, elle veut des ralliés et non pas des alliés. Et c'est toute la limite de sa stratégie. 
 
Elle parie effectivement sur le l'implosion à moyen terme de LR. Mais elle sait aussi qu'elle n'est pas nécessairement la candidate naturelle à droite. A ce titre, le fait qu'elle se soit annoncée comme candidate pour 2022 si tôt est selon moi le signe d'une certaine fébrilité. Dès lors, sa prise de position à Sète m’apparaît plus comme un cas d’espèce plus qu'un revirement dans sa stratégie. Quand à l’implosion de LR, c'est effectivement une possibilité. Il faut toutefois rester prudent : c'est un parti qui a encore beaucoup d'élus locaux. S'il aura certainement des difficultés avec la présidentielle, en revanche, les élections locales peuvent être un moyen de survie pour ce parti. En tout état de cause il ne va pas disparaître tout de suite.

Derrière la question des élus qui peuvent ou non vouloir trouver des accords avec le RN, il demeure la question de l’électorat. Pour pouvoir l’emporter au second tour des présidentielles il faut d'abord rassembler son camp et ensuite élargir. Or comme je l'ai dit, il me semble que Marine le Pen s'enferre dans d'idée que le clivage droite/gauche a disparu. Que ce clivage ait évolué dans ses définitions intrinsèques, c'est une chose, mais le spectre politique dans un clivage droite/gauche demeure et les imaginaires qui vont avec aussi. Marine Le Pen s'imagine qu'elle peut trouver du patriotisme à droite comme à gauche. Or le logiciel idéologique de la gauche demeure internationaliste malgré les saillie patriotiques d'un Jean-Luc Mélenchon. Car la LFI n'en finit pas de se laisser tenter par la dialectique communautariste/indigéniste. Elle persiste à confondre le sociologique et l'idéologique :  certes elle peut rallier des électeurs de gauche ponctuellement, mais cela ne signifie pas que les clivages idéologiques profonds sont indépassables et cela elle ne peut le nier. 

Outre l’aspect purement politique et électoral, quel intérêt idéologique aurait Marine Le Pen à soutenir des listes d'union des droites ? Les deux appareils RN/LR s'estimant être définitivement irréconciliables sur de nombreux points ?

C'est dans la continuité de mon précédent raisonnement. Derrière le clivage souverainiste/mondialiste il demeure des imaginaires politiques irréconciliables. On peut mettre d'accord des gens contre une menace commune, c'est relativement aisé. mais c'est autre de chose de les faire adhérer à un programme commun. Si Marine Le Pen parvenait à se faire élire, et elle le peut, sans véritable bloc à droite elle pourrait se retrouver paralysée dans son action. L'opposition qu'elle utilise entre mondialistes et patriotes est réelle mais cette opposition se décline sur de nombreux autres sujets : protectionnisme, identité, immigration, bio-éthique... . Or sur ces thèmes là, le clivage demeure très fort voire antagoniste entre droite et gauche. On ne peut pas bâtir un programme présidentiel sur une convergence de façade qui omet des thèmes centraux qui eux ne font pas l'unité dans le "bloc souverainiste". Pire, dès lors elle ne prend pas la peine proposer un discours sur l'ensemble de ces thèmes. Elle se focalise un seul et néglige les autres. C'est ce qui à l’origine de son refus obstiné de viser l'union des droite. Elle ne pourra gagner qu'en réalisant, au-delà des structures partisane, une convergence idéologique avec des thèmes propres à la droite : autorité de l'état, sécurité, souveraineté comme instrument et pas comme finalité, libertés économique et sociale, principe de subsidiarité dans la société civile, refus de la marchandisation de la personne et bien sûr la question de la défense de l'identité française. Ces thèmes peuvent résumer la droite actuellement au-delà de ses divergences. Ces idées sont partageables par plus de 80% de l’électorat RN/LR/DLR. Cela pourrait représenter, potentiellement, 35 et 40% de l’électorat dés le premier tour. Au lieu de cela, les meneurs des partis droite continuent de raisonner en terme de structures partisanes. Ils n'envisagent pas de dépassement de ces structures. C'est d'ailleurs à ce titre que je préfère parler d'unité de la droite plutôt que d'union des droites. 
 
Si Marine Le Pen avait profité de l’occasion des municipales pour modifier sa ligne stratégique elle aurait pu couper l'herbe sous le pied de ses concurrents possibles pour 2022 tels que Marion Maréchal, Zemmour ou Poisson. Au lieu de cela elle se cornerise. Car il y aura des tentatives de propulsion de candidatures alternatives à la sienne. Attention je ne dis pas que la candidature d'un de ses trois noms est une certitude, je ne suis pas dans leur tête. Mais des personnalités cohérente et sans langue de bois comme Zemmour ou ayant pris le soin de se mettre à l'écart de du RN comme Marion Maréchal, bénéficiant en outre d'une importante visibilité médiatique, pourraient s'imposer comme des figures fédératrices. Marine le Pen, malgré d'évidentes qualité et des résultats historiques aux présidentielles n'est pas parvenusà s'élargir à droite.
 
Il n'y aura jamais d’alliance entre les deux formations politiques RN/LR c'est très clair. Soit l'une des deux forces, a priori le RN, sera capable d’absorber l'autre soit il n'y aura d'autre solution que le dépassement de leurs structures respectives. J'estime moi qu'aucune des ces forces n'est en capacités de réaliser l'union avec ses propres forces. Il faut donc impérativement dépasser les structures pour atteindre une convergence d'ordre psychologique (enracinement, notion de limites...), idéologique et programmatique. Présentées en aveugle, les idées de droite sont majoritaires dans le pays mais dés lors qu'elles sont étiquetées elles échouent. Les grands partis de droite ont échoués à rassembler autour d'eux. En revanche ils peuvent parvenir à construire une union au-delà d'eux.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 19/02/2020 - 17:15
Quelle est dure, la réalité des équations politiques!
Surtout quand: RN + LR = 1 + 0
cmjdb
- 18/02/2020 - 15:55
RN/LR
Pour les Municipales, les candidats , sensés être de droite LR, la "jouent honteuses" sous des étiquettes fantaisistes "Alliance des Maires" "Maires de Provinces" etc... Les ralliements du 2ème tour seront facilement "attrape tout" et au 3ème tour , opportunistes de tout poil , devenus "Grands Electeurs" donneront le ton au Sénat ! PAUVRE FRANCE ! PAUVRE DEMOCRATIE !
JG
- 18/02/2020 - 14:49
Bonne analyse
D'autant plus que l'ensemble des médias "mainstream" étant tenus par la gauche et l'extrême gauche, son refus (et celui de LR, il ne faut pas tout lui imputer) d'alliance la transforme en bouc émissaire idéal, machine à faire élire n'importe quel candidat qualifié contre elle au deuxième tour.