En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 6 min 5 sec
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 1 heure 8 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 2 heures 35 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 51 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 21 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 19 heures 13 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 27 min 1 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 15 heures 10 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 45 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 19 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

Publié le 17 février 2020
Daniel Markovits nous explique comment les grandes entreprises ont tuée les classes moyennes en supprimant le rôle et la fonction du "cadre moyen".
Daniel Markovits
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Markovits est professeur de droit Guido Calabresi à la Yale Law School. Il travaille sur les fondements philosophiques du droit privé, de la philosophie morale et politique et de l'économie comportementale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Markovits nous explique comment les grandes entreprises ont tuée les classes moyennes en supprimant le rôle et la fonction du "cadre moyen".

Atlantico : Dans votre article, vous expliquez que des entreprises comme McKinsey ont tué la classe moyenne en supprimant le rôle et la fonction du "cadre moyen". Pouvez-vous expliquer ce mécanisme et les conséquences qu'il a eues sur la main-d'œuvre et sur l'économie en général ?

Daniel Markovits: Voici ce qu'il s'est passé dans les grandes lignes. Les grandes entreprises américaines du milieu du siècle dernier étaient dirigées par une hiérarchie élaborée de cadres. Le PDG avait donc sous ses ordres des chefs de division et des sous-chefs qui avaient sous leurs ordres des personnes chargées de fonctions particulières qui avaient sous leurs ordres des personnes chargées des ateliers etc.  Et même au plus bas de l'échelle, le travailleur de production, parce qu'il avait probablement un emploi à vie et parce qu'il avait reçu une formation sur son lieu de travail, était en quelque sorte un manager. Cela signifie que les bénéfices économiques de l’entreprise étaient répartis entre tous et cette distribution était une composante essentielle des revenus de la classe moyenne. Ce que McKinsey ou d'autres ont fait, c'est qu'ils ont développé de nouvelles méthodes de gestion de l'entreprise en privant tout le monde de son pouvoir discrétionnaire, sauf les cadres dirigeants. En bouleversant la hiérarchie interne de la société, les cadres supérieurs ont mis en place des formes élaborées de contrôle et de surveillance sur les cadres moyens. Avant McKinsey, la différence entre un grand PDG et un cadre moyen n'était probablement pas très grande. Le PDG ne pouvait pas prendre de décisions radicales sinon les gens l'en empêchait et le cadre moyen ne pouvait pas faire beaucoup d'erreurs puisque l'entreprise se dirigeait elle-même. Aujourd’hui c’est l’inverse. Cette différentiation a également été accentuée par les nouveaux régimes juridiques qui régissent les marchés des capitaux avec des entreprises qui financent leurs nouvelles activités directement sur les marchés des capitaux, souvent par l'emprunt. De plus, les actionnaires disposent de techniques juridiques pour évincer les dirigeants dont le comportement ne leur plaît pas, ce qui signifie que les propriétaires ont la mainmise sur le contrôle de l'entreprise.

Pour vous, le problème est-il de donner les pleins pouvoirs aux actionnaires, de céder aux marchés financiers devenus trop puissants ou de la technologie contre qui nous ne pouvons pas lutter ?

Dans mon article, je mentionne l'observation de Carl Icahn sur ces bureaucrates qui gèrent d'autres bureaucrates et de fait, détruisent la méritocratie. Je raconte l'histoire de Safeway, première entreprise introduite en bourse. Par cette action, Safeway a modifié la structure de sa propre organisation managériale interne, en éliminant de nombreux cadres moyens, ce qui a permis à ses nouveaux propriétaires de réaliser d'énormes bénéfices. De plus, ces entreprises ont décidé de se servir de sociétés spécialisées en conseils algorithmiques et qui visent spécifiquement à remplacer les cadres moyens et inférieurs par des ordinateurs et des algorithmes. Donc, tout comme les robots remplacent les ouvriers de production, ce que ces sociétés essaient de faire, c'est de remplacer les cadres par des algorithmes afin que les travailleurs de la production ne voient pas un être humain au-dessus d'eux. Au lieu de recevoir des ordres d’un manager, ils reçoivent leurs instructions d’un ordinateur. Les anciens cadres moyens se font licencier de manière générale. Certains d'entre eux sont parfois sollicités pour revenir en tant que sous-traitants ou que consultants, avec moins d'heures, moins d'avantages sociaux et un plus petit salaire. Il peut arriver qu’on demande à certains d'entre eux de quitter le secteur… En réponse, certaines personnes ont été tenues comme pénalement responsables d'avoir réduit les effectifs de cette manière impitoyable comme ce fut le cas à France Telecom par exemple. Pour moi, le plus dangereux est la primauté de l'actionnaire car elle leur permet de déployer les technologies que j'ai décrites.

Vous expliquez que des personnalités de haut rang peuvent passer par des entreprises comme McKinsey, comme ce fut le cas de Pete Buttigieg. Vous listez son CV (Harvard etc.) et montrez qu’il a participé à cette reproduction des élites. Son électorat peut-il se sentir trahis par ce passé ?

Chez Pete Buttigieg, comme chez Elizabeth Warren, on peut voir qu'un CV élitiste n'est pas rédhibitoire lorsque l'on tente de défendre les classes moyennes. Je pense que la question centrale du Parti démocrate aujourd'hui est de savoir si l'Amérique doit rétablir les arrangements économiques et politiques qu'elle avait avant Donald Trump. Le Président actuel est le symptôme d'un problème structurel profond. L'Amérique doit s'attaquer à ce problème et se transformer par le biais des politiques. Pour cela, il faudrait qu’ils deviennent plus éclairés, plus justes, plus publics. Ceux qui sont du côté de cette restructuration pensent que nous avons besoin de moins de hiérarchie, de plus d'égalité et que nous devons redistribuer le pouvoir. Pete Buttigieg explique que si l'élite existante se comportait mieux et avait de meilleures politiques, elle serait moins prise à partie et nous résoudrions les problèmes auxquels la société et l'économie américaines sont confrontées aujourd'hui. Pour lui, il est normal d'avoir une hiérarchie tant que celle-ci est éclairée. Or, beaucoup de gens à gauche pensent que ce n'est tout simplement pas vrai avec Bernie Sanders qui veut plus d’horizontalité.

Par certains aspects, Pete Buttigieg ressemble à Emmanuel Macron…

Ils sont similaires car ils confondent tous les deux la méritocratie avec le fait d'être déjà - et depuis des années - dans le système. Pour eux, faire partie des élites est une bonne chose parce qu'ils pensent pouvoir en tirer profit pour leurs électeurs. Il y a trois choses. La première est que la France et les États-Unis se ressemblent le plus à cet égard de tous les pays du monde. La France possède le système éducatif le plus hiérarchisé d'Europe, tout comme les États-Unis. Maintenant, en France, ce sont des institutions publiques, mais elles sont toujours extrêmement exclusives et élitistes. Je pense que les français ont tout à fait raison de dire que Macron est un pur produit de l'éducation de l'élite française tout comme Buttigieg l'est chez nous. De plus, les deux ont tendance à confondre la méritocratie et l'égalité des chances. Vous pouvez avoir une véritable méritocratie certes, mais si les gens riches reçoivent plus d'éducation que les autres, alors il ne peut exister d'égalité des chances. Et en fait, la méritocratie elle-même peut être la chose qui bloque l'égalité des chances. En effet, si seuls les enfants riches reçoivent une éducation de luxe, il s'avérera que seuls ces enfants-là réussiront. Il y a un réel problème de structure.  Une véritable méritocratie peut donc être compatible avec une inégalité structurelle des chances. La troisième chose, et peut-être la plus controversée, c'est qu'une des conclusions que vous pourriez tirer de la deuxième réflexion est que l'égalité des chances n'est pas du tout suffisante. Nous avons besoin d'une égalité des résultats. Et c'est là que, par exemple, Bernie Sanders et les professeurs de sciences humaines ne sont pas d'accord non plus. C'est une idée philosophique très profonde qu'ils ne partagent pas.

Propos recueilli par Edouard Roux 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Life57
- 18/02/2020 - 14:29
simpliste
J'ai travaillé longuement dans 2 entreprises à deux extrèmes du spectre managérial: EDF et Amazon. Je prends le contrepied complet de cet article:
- A EDF, les cadres moyens n'ont absolument aucune marge de manoeuvre, aucun pouvoir de décision. Ils dépendent des cadres dirigeants pour la moindre décision significative. Cela en devient Kafkaïen avec des dépressions, des burn-out ou bore-out
- A Amazon, les cadres moyens ont une énormé autonomie décisionaire sur leur périmètre, et énormément de marge de manoeuvre. Il est attendu d'eux qu'ils prennent des initiatives et contribuent à la définition de la stratégie de leur entité.
Bref, cet article donne une explication simpliste
ajm
- 17/02/2020 - 14:01
Filières élitistes universelles.
L'affirmation que la France et les USA ont le système éducatif le plus hiérarchisé du monde est extrêmement discutable. Des pays comme la GB, le Japon, la Chine, entre autres, ont des filières d'élites exactement comme la France , même si la spécificité française des grandes écoles est manifeste. Dans presque tous les pays il y a des lycées, collèges et universités plus élitistes que d'autres. La question c'est l'accessibilité financière de ces filières. Justement en France cette accessibilité financière était manifeste, c'est la grande différence mais on peut subodorer que justement elle volera en éclat sous des prétextes fumeux et démagogiques.
Gastoch
- 17/02/2020 - 13:50
Pas clair
Lost in translation? La dernière phrase ne permet pas de comprendre la position de Bernie Sanders. Est il pour l'égalité de résultats, contre la méritocratie de Pete Buttigieg?