En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Dior gère l'après Galliano, John gère ses démons

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 10 heures 59 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 13 heures 24 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 14 heures 37 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 17 heures 14 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 18 heures 13 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 18 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 19 heures 28 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 19 heures 52 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 20 heures 27 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 13 heures 49 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 15 heures 49 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 18 heures 53 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 19 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 19 heures 46 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 20 heures 28 min
© Aleksey Nikolskyi / SPUTNIK / AFP
© Aleksey Nikolskyi / SPUTNIK / AFP
Paradoxe Russe

Offensive sur Idlib : Vladimir Poutine auto-piégé en Syrie ?

Publié le 15 février 2020
La Russie jouerait-elle à un jeux dangereux au Moyen-Orient ? Alors que les troupes russes soutiennent toujours les troupes syriennes de Bachar el-Asad à Idlib, les alliances formées par Moscou au Moyen-Orient semblent de plus en plus improbables voire même précaires.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Russie jouerait-elle à un jeux dangereux au Moyen-Orient ? Alors que les troupes russes soutiennent toujours les troupes syriennes de Bachar el-Asad à Idlib, les alliances formées par Moscou au Moyen-Orient semblent de plus en plus improbables voire même précaires.

Atlantico : En soutenant Bachar el-Asad en Syrie, la Russie a remis sur pieds une alliance scellée il y a plus de 40 ans, entre l'URSS et el-Assad père mais elle a aussi consolidé ses liens avec l'Iran. Par ailleurs, Moscou entretient également une relation diplomatique et économique avec la Turquie, laquelle combat contre les troupes d'el-Assad en Syrie. Comment Moscou est-elle parevenir à maitenir ces alliances jusqu'alors ? 

Cyrille Bret : Le réseau d’alliances reconstruit et développé depuis une décennie par la Russie au Moyen-Orient est proprement étonnant de diversité. Il rassemble aussi bien Israël et l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Turquie, puissances qui sont rivales entre elles. Comment la Fédération de Russie, largement absente de la région durant les années 1990 et 2000 a-t-elle réussit ce retour ? Plusieurs facteurs ont joué : la qualité du réseau diplomatique russe et de ses personnels, l’investissement personnel du président russe dans les relations bilatérales au plus haut niveau mais aussi l’effet repoussoir des Etats-Unis et de leurs campagnes en Irak et en Afghanistan, respectivement à partir de 2003 et 2001. En prenant massivement pied dans la zone, militairement, politiquement et économiquement, les Etats-Unis de l’administration Bush ont inquiété les puissances régionales : Russie, Iran, Turquie et même Chine. Celles-ci ont alors commencé à développer des solidarités ou des actions conjointes pour éviter une hégémonie américaine au Moyen-Orient. C’est ainsi qu’a émergé le trop fameux « Axe » Moscou-Damas-Téhéran. Malgré leurs rivalités, ces trois puissances régionales ont convergé dans la volonté de contrecarrer l’influence américaine dans la région. Autre facteur exogène : le repli trumpien de la zone. Les alliés traditionnels des Etats-Unis, Arabie Saoudite en tête, ont commencé à douter de l’appui américain. Ils ont donc cherché des systèmes de réassurance stratégique locale. Or, la Russie présente bien des avantages pour une politique étrangère : elle fournit des armes de haute technologie sans pour autant s’immiscer dans la nature du régime politique, elle est assez puissante pour soutenir un pays au Conseil de sécurité des Nations-Unies sans avoir la force de frappe économique encombrante de la Chine ou des Etats-Unis. La diversification des réseaux d’alliance russes et leur reconstruction au Moyen-Orient procède d’une approche bilatérale basée sur la défense d’intérêts tangibles : pour la Syrie, la protection du régime Al-Assad contre un point d’appui militaire permanent pour la Russie en Méditerranée orientale ; pour la Syrie, l’appui à une ligne diplomatique distanciée envers l’OTAN en échange d’une participation au processus politique en Syrie, etc.

Plus la bataille d'Idlib dure plus Moscou semble s'être mis dans une situation difficile : ces alliances entre pays tantôt alliés tantôt ennemis (sans oublier l'alliance entre la Russie et l'Arabie Saoudite grand ennemi de Téhéran) peuvent-elle réellement durer ?

Cyrille Bret : Ces alliances peuvent durer car elles sont sectorielles. En s’alliant avec la Russie, la Turquie, l’Arabie Saoudite et l’Iran n’ont pas engagé une fusion politique avec la ligne diplomatique de la Russie. Ces pays conservent leurs propres objectifs, leurs propres contraintes et leurs propres lignes rouges. Avec l’Arabie Saoudite, la coopération est forte dans des secteurs très précis : l’énergie, pour maintenir les cours mondiaux des hydrocarbures ; les armements, pour éviter un monopole américain dans la région ; la lutte contre les réseaux terroristes. Et la coopération s’arrête là. En aucun cas, la Russie ne souhaite organiser une symbiose poussée avec ses alliés : par exemple, elle est très présente en Syrie pour sauver le régime Al-Assad, mais elle n’aura pas la capacité financière de reconstruire le pays. Ces alliances durent parce qu’elles ont des objectifs concrets très identifiés. Qui n’excluent pas des désaccords.

Quelles seraient les conséquences pour Moscou si ce "château de cartes" s'écroulait ? La Russie doit-elle davantage redouter les conséquences éoconomiques qui découleraient, par exemple, de la rupture de son alliance avec la Turquie ou les conséquences politiques et géopolitiques seraient-elles plus lourdes ?

Cyrille Bret : Les relations turco-russes sont sujettes à des variations très fortes. Rivaux stratégiques évidents pour le contrôle de la région, les deux anciens empires sont passés par des phases de forte tension. Avant 2015, la Russie et la Turquie étaient en froid politique : la Turquie soutenait les sunnites et contrait les Kurdes en Syrie. La crise avait culminé quand la défense anti-aérienne turque avait abattu, en 2015, un avion militaire russe. Mais la conjoncture s’était rapidement retournée : les bonnes relations personnelles Erdogan-Poutine, les échanges commerciaux soutenus, les flux touristiques et les convergences contre l’organisation Etat islamique ont abouti à ce que Russie, Turquie et Iran lancent leur propre forum de résolution politique de la crise syrienne, le format d’Astana. Aujourd’hui, cette relation n’est pas assez solide pour être à l’abri d’une nouvelle crise. Si elle se produisait, la Russie pourrait développer davantage encore ses liens avec Téhéran et Damas pour contrer l’influence grandissante de la Turquie dans le nord du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 15/02/2020 - 23:55
Marais putride.
Poutine ferait mieux de s'occuper de ses 45 millions de retraités à moins de 200 euros par mois que de dépenser des milliards dans cette région pourrie, en guerre perpétuelle, incapable de développement humain durable ( sauf Israël, l'intrus en quelque sorte dans ce cauchemar). Si les Américains qui ont des moyens incomparablement supérieurs tentent de se dégager de ce marais putride, ce n'est pas sans raison.
TPV
- 15/02/2020 - 16:04
Un journaliste progressiste
Ça ne peut supporter que l'Occident rêvé du temps d'Obama, Clinton, Trudeau ou Macron, soit potentiellement....mort.
hoche38
- 15/02/2020 - 13:47
On peut toujours rêver!
La politique russe au Moyen-Orient n'est pas une politique d'alliances mais d'accords au cas par cas. Elle a été jusqu'à présent particulièrement efficace et stratégiquement, elle leur a déjà permis de remplacer les Américain dans une zone qu'ils contrôlaient depuis des lustres. Vladimir Poutine a toujours gardé une remarquable capacité à manœuvrer et il est fort probable que "l'écroulement du château de cartes" annoncé par nos journalistes bien informés et indépendants ne reste que du domaine de leurs espérances.