En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 2 heures 40 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 5 heures 10 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 7 heures 37 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 8 heures 23 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 9 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 11 heures 32 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 12 heures 7 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 2 heures 59 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 6 heures 34 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 7 heures 14 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 8 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 9 heures 1 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 10 heures 56 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 11 heures 38 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 12 heures 20 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 13 heures 20 min
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
Bras de fer

Baisse du cours du pétrole : comment la Russie tente de résister à l'Arabie saoudite au sein de l'Opep

Publié le 09 février 2020
Au sein de l'Opep, la Russie et l'Arabie saoudite ont des intérêts communs mais aussi des divergences d’opinion.
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au sein de l'Opep, la Russie et l'Arabie saoudite ont des intérêts communs mais aussi des divergences d’opinion.

Atlantico : Le cours du pétrole est à son plus bas niveau depuis un an et menace de poursuivre sa baisse avec la crise du coronavirus en Chine. Comment la Russie réussie-t-elle à tirer avantage de la situation ? 

Francis Perrin : Comme tous les pays fortement dépendants du pétrole et des hydrocarbures (pétrole et gaz naturel), la Russie est affectée par la baisse des prix du pétrole, qui est de l’ordre de 20% depuis le 6 janvier de cette année. Une forte réduction des cours a un impact négatif sur ses recettes d’exportation, sur ses recettes budgétaires et sur sa croissance économique. Certes, nous parlons d’une période assez courte, de l’ordre d’un mois, et ces impacts négatifs ne sont donc pas majeurs. Mais c’est d’ores et déjà un sujet de préoccupation à Moscou.

Deux éléments rendent cependant la situation de la Russie moins délicate que celle d’autres pays pétroliers. Bien qu’importante, sa dépendance par rapport à l’or noir est moindre que celle de plusieurs autres pays producteurs. De plus, le prix du pétrole nécessaire pour équilibrer le budget russe est moins élevé que celui requis pour d’autres pays. La Russie est donc vulnérable face à la chute des cours du brut mais moins que d’autres producteurs.

 En 1985, l'URSS avait perdu des sommes colossales d'argent en raison du choix Saoudien d'augmenter considérablement la production de barils (faisant ainsi chuter les prix), ce qui avait précipité sa fin. Serait-ce une forme de revanche de la Russie qui se joue actuellement ? 

L’URSS avait effectivement payé un prix financier et politique très lourd suite à la guerre des prix du brut lancée par l’Arabie Saoudite et ses alliés au sein de l’OPEP au milieu des années 1980. Cette guerre avait fait tomber le cours du pétrole à moins de $10 par baril en juillet 1986 alors qu’il était de l’ordre de $40/b au début des années 1980. Ce fameux ‘’contre-choc pétrolier’’ avait considérablement affaibli l’Union Soviétique alors engagée dans une vaine compétition avec les Etats-Unis de Ronald Reagan dans la décennie 1980.

On ne peut cependant pas vraiment parler de ‘’revanche’’ de la Russie sur l’Arabie Saoudite car les deux Etats coopèrent depuis la fin 2016 en vue de tenter de stabiliser le marché pétrolier mondial. Cette coopération s’inscrit dans le cadre d’un ensemble plus large, qui est la coopération entre l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP, 14 pays membres actuellement) et dix pays non-OPEP dont la Russie, soit 24 Etats. Rappelons par ailleurs que cette coopération est le résultat de l’effondrement des prix du brut entre l’été 2014 et le début 2016 et que le refus de l’Arabie Saoudite et de l’OPEP de réduire leur production en 2014 ou en 2015 avait conduit la Russie et d’autres pays non-OPEP à accepter de diminuer leur production en association avec l’OPEP. La Russie et l’Arabie Saoudite sont respectivement les deuxième et troisième producteurs mondiaux de pétrole après les Etats-Unis.

Quel avenir pour l'Opep si l'organisation de peut plus prendre de décision sans l'aval des pays de l'Opep+ et notamment de la Russie ? 

Il ne faut pas enterrer trop rapidement l’OPEP qui fêtera en 2020 son soixantième anniversaire, ce qui n’est pas rien. Les Etats membres de l’organisation contrôlent plus de 70% des réserves prouvées mondiales de pétrole et représentent environ 35% de la production pétrolière totale. C’est un poids très significatif. Cela dit, l’OPEP et la Russie font face à certains problèmes délicats. L’un des plus importants est la croissance continue de la production pétrolière des Etats-Unis grâce à leurs bruts non-conventionnels. Cette tendance dure depuis plus de dix ans et la progression de la production américaine n’est pas achevée. Or, les Etats-Unis ne sont jamais impliqués dans des discussions visant à limiter leur production. Face à cette montée en puissance de Washington dans le secteur pétrolier, la coopération entre l’OPEP et dix pays non-OPEP (ce que l’on appelle souvent l’OPEP+) est un plus pour l’Arabie Saoudite et pour la Russie.

Cela ne signifie pas que cette coopération soit un long fleuve tranquille. La Russie est souvent réticente lorsqu’il s’agit de réduire sa production et, lorsqu’elle le fait, comme actuellement, cette réduction est assez faible. L’Arabie Saoudite souhaite que les 24 pays producteurs évoqués ci-dessus diminuent rapidement leur production pour enrayer la baisse des prix du brut liée à la lutte contre le coronavirus alors que la Russie fait de la résistance. Ces deux pays producteurs ont des intérêts communs mais aussi des divergences d’opinion. Et l’Arabie Saoudite reste un allié clé des Etats-Unis, ce qui n’est évidemment pas le cas de la Russie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires