En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 2 heures 1 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 3 heures 32 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 8 heures 29 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 9 heures 32 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 1 heure 49 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 7 heures 57 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 9 heures 4 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 10 heures 11 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 10 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 11 heures 14 min
© DR / Capture d'écran / Instagram
© DR / Capture d'écran / Instagram
#Mila

Génération lâcheté : ils ont le choix entre le déshonneur et la guerre, ils choisissent le déshonneur… et pavent le chemin de la guerre (civile)

Publié le 06 février 2020
Entre lâcheté et aveuglement, les réactions de nombre d’élus, tout comme celle des Français, sur le droit de blasphème indiquent une profonde dégradation du climat politique du pays.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre lâcheté et aveuglement, les réactions de nombre d’élus, tout comme celle des Français, sur le droit de blasphème indiquent une profonde dégradation du climat politique du pays.

Atlantico.fr : Un sondage IFOP-Charlie Hebdo publié le 4 février montre que 50% des 2.005 personnes interrogées sont contre le droit au blasphème et que 53% d'entre eux soutiennent Mila. De plus, des personnalités publiques comme Abdallah Zekri (délégué général du CFCM) se sont montrées virulentes à l'encontre de l'adolescente, utilisant l'expression "qui sème le vent récolte la tempête" pour dédouaner les détracteurs de Mila ou encore Damien Abad - élu Les Républicains -  qui a dit sur LCI : "Je souhaite la liberté d'expression la plus totale, mais quand elle est détournée pour créer de la haine anti-religieuse, alors oui, il y a une barrière à mettre."

Que pensez-vous de ce sondage ? Est-il inquiétant que 50% des français se prononcent contre le droit au blasphème ? Qu'est-ce que cela dit de l'état de la liberté d'expression en France ?

Edouard Husson : Nous devons faire un peu d’histoire. La Révolution Française a été, essentiellement, anti-chrétienne. Comme l’a montré Jean Dumont, dans son ouvrage Les Prodiges du sacrilège , que je considère comme le meilleur livre jamais écrit sur la Révolution, tous les autres sujets de la Révolution auraient pu être résolus pacifiquement; mais la lutte des révolutionnaires avec l’Eglise a envenimé les relations entre les Français. La République a mis le rejet du christianisme au coeur de son programme, à partir des années 1880 comme en 1792. C’est pourquoi la notion de laïcité est profondément ambiguë. Théoriquement, la laïcité française, qui stipule que « la République ne reconnaît aucun culte », devrait signifier la stricte distinction entre l’Etat et les confessions. La laïcité est aussi liée à la notion de paix civile, depuis les Edits pris par Henri IV, Louis XIII et Louis XVI. C’est d’ailleurs dans l’état d’esprit qui fut celui de paix civile inventée par la monarchie que les catholiques ont pu accepter la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Mais la gauche n’a au fond jamais renoncé à « bouter le catholicisme hors de France ». En 1981, François Mitterrand a été élu sur un programme de remise en cause de l’enseignement privé catholique. Il a reculé en 1984, devant l’ampleur de la révolte populaire. 

Depuis les Lumières, la gauche vit, parallèlement à sa détestation du catholicisme et de son antijudaïsme spontané (pensez aux pages infâmes écrites par Voltaire), une fascination infantile pour l’Islam. Pensez aussi à la manière dont Napoléon se rêvait en empereur oriental respectant l’Islam ou à l’éloge de la révolution iranienne par Michel Foucault. Tout ceci est bien puéril mais éminemment dangereux aussi. Car l’Islam, à la différence du judaïsme et du christianisme, ne fait pas de distinction entre le religieux et le temporel. Au fond, la République, qui se rêve sans religion chrétienne sur son territoire, est fascinée par une religion qui se pense sans vie politique sur son territoire. L’intolérance républicaine est fascinée par l’intolérance musulmane. Elle est prête au contraire à écraser les croyants pacifiques et essentiellement tolérants que sont les Juifs et les Chrétiens. Tout comme l’Islam les a soumis, partiellement tolérés ou exterminés. 

Il faut lire les résultats du sondage IFOP/Charlie Hebdo à la lumière de notre histoire complexe. Au fond, les Français n’aiment pas l’insulte vis-à-vis de la religion - de celle que la Révolution et les Républiques ont volontiers pratiquée vis-à-vis du christianisme. Ils sont donc partagés sur le « droit au blasphème », dans un contexte où, la France étant déchristianisée, on ne fait plus bien la différence entre la religion dont le fondateur, Jésus, a déclaré « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »; et une religion dont le fondateur a aboli la distinction entre religieux et temporel, dans un e terrible régression par rapport au christianisme et au judaïsme. Mais les Français tiennent aussi à la liberté d’expression, fondement de notre ordre démocratique. C’est pourquoi ils soutiennent Mila à une courte majorité. Je npense que cette majorité serait plus large si notre classe politique avait fait son devoir et défendu la jeune fille contre les immondes menaces dont elle est l’objet. 

Yves Michaud : Première remarque : je trouve ce sondage typique de la confusion des idées actuelles. On demande aux gens de se prononcer en confondant droit à critiquer une religion et haine contre ceux qui croient les sornettes religieuses. Ce qui est encore plus accablant, c’est l’interprétation qu’en donnent les médias : on qualifie de « droit au blasphème » le droit de critiquer une religion, en ne faisant aucun cas de la différence entre ceux qui sont « plutôt pas favorables » et ceux qui sont « pas du tout favorables » à ce « droit ».

Cela dit, même si on laisse de côté ces biais, la tonalité de l’ensemble du sondage est accablante. 

C’est un fait que les Français sont très peu attachés à la liberté d’expression, ne comprennent rien à la liberté de conscience et serrent les fesses quand ils croisent un mahométan convaincu. La tolérance ambiante aux atteintes répétées à la liberté d’expression, les bondieuseries anti-Dieudonné, les pleurnicheries du style « tout le monde peut croire ce qu’il veut dans un monde gentil gentil » (ce qu’a dit Macron devant les évêques le 14 janvier dernier au collège des Bernardins), la singulière tolérance envers les manipulateurs mahométans qui cherchent à imposer un délit d’islamophobie, autant de faits qui rendent le sondage peu surprenant. Nous sommes partagés entre intolérance dogmatique et tolérance de lâcheté, entre la gauche dénonciatrice style Badiou-Pol Pot et le « en même temps » spiritualiste à la Macron-Ricoeur. C’est très inquiétant pour l’avenir. Surtout quand on voit que « les jeunes » sont dans ce sondage aux avant-postes de la résignation et de l’ignorance des valeurs républicaines.

Si les violences employées par les uns leur permettent d'avoir un statut protégé, n'y a-t-il pas un vrai danger d'escalade de la violence de la part des autres ? En refusant d'accepter le droit au blasphème, ces 50% de français ne sont-il pas en train de rentrer dans une logique de peur et, de fait, de renforcer ses détracteurs ? Pourquoi un tel consentement ?

Edouard Husson : Je ne m’en prendrai pas d’abord aux Français. Nous vivons dans la confusion des esprits depuis des décennies. Le Général de Gaulle avait eu une formule claire pour motiver le renoncement à l’Algérie: « Je ne veux pas que mon village Colombey-les-deux-Eglises, devienne Colombey-les-deux-Mosquées ! ». Georges Pompidou a maintenu les contingentements mis en places par son prédécesseur sur le recours à une main d’oeuvre immigrée venue des pays musulmans. Valéry Giscard d’Estaing a d’abord commis l’erreur du regroupement familial puis il a inversé le tendance, en fin de septennat, en signant des accords avec l’Algérie et le Maroc pour rapatrier des travailleurs immigrés. A partir des années 1980, la gauche a bloqué le débat sur la question de l’immigration venue des pays musulmans, intimidant la droite post-gaulliste et post-giscardienne et diabolisant le Front National. Nous ne sommes pas sortis de cette constellation. Mais elle s’aggrave parce que, plus les années passent, plus il y a d’immigrés d’origine musulmane, moins il devient facile de leur imposer le respect de la laïcité. La cohabitation avec des musulmans est possible, leur assimilation, même, à condition qu’ils soient un petit nombre. L’existence, désormais, de groupes musulmans importants en Europe conduit à l’établissement de zones où la tentation est forte pour des populations musulmanes homogènes d’abolir la distinction entre le religieux et le temporel. 

 Il y a quatre ans, des centaines de milliers de Français sont descendus manifester en affichant « Je suis Charlie ». Pourquoi refuseraient-ils au fond de dire « Je suis Mila »?  Mais ils sont jetés dans une confusion plus grande encore, par rapport aux dernières décennies, par la lâcheté de nos responsables politiques. Lorsque j’entends Damien Abad, élu LR, expliqué qu’il faut limiter l’expression éventuelle d’une critique de l’Islam, qu’il appelle, comme un poltron, « haine anti-religieuse », je ne peux que constater que la logique de soumission envisagée par Michel Houellebecq est en train de devenir réalité. 

Yves Michaud : Ma conviction, déjà plusieurs fois exprimée, est que face à la lâcheté générale, à commencer par celle des juges, le terrorisme mahométan a gagné.

Personne ne s’avisera plus jamais de caricaturer Mahomet et Mila se fera certainement assassiner. Quand ? Pas forcément tout de suite, mais souvenons-nous que les caricatures du prophète sont parues dans Charlie en 2006 et que les caricaturistes n’ont eu « ce qu’ils méritaient », pour reprendre les paroles de l’exquis Abdallah Zekri, délégué général du CFCM, que 9 ans après. Entre parenthèses, si la France avait une magistrature digne de ce nom, le dit mahométan aurait dû immédiatement faire l’objet de poursuites pour appel au meurtre. En guise de quoi, c’est Mila qui a fait l’objet d’une enquête préliminaire pour incitation à la haine raciale... 

Le fait est que les frères Kouachi et Coulibaly – et leurs commanditaires (qui ? question à creuser en cherchant du côté de l’Arabie saoudite, du Qatar, bref de tous ceux que nos politiciens adorent) ont gagné. Personne n’a envie de se faire dépecer au kalachnikov pour sa liberté de conscience ni d’expression. Le sondage est un beau témoignage de notre capitulation.

A la suite de ses propos, Mila a dû être déscolarisée et n'a toujours pas été accueillie dans un nouvel établissement. Peut-on parler de lâcheté de la part de l'éducation nationale ? Pourquoi un tel silence autour de ce problème ?

Edouard Husson : C’est consternant ! Comment ne pas penser à la célèbre formule de Churchill après les accords de Munich: « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ! ». Nos gouvernants ont le déshonneur. Et ils auront la guerre civile. 

Peut-on constater autre chose qu’une logique de soumission, d’appeasement, qui ne fera que renforcer les islamistes dans leur résolution à faire reculer toujours plus la République? A moins que nos élites souhaitent une partition territoriale sur le territoire national ou même la création d’une République islamique en France, il faudra tôt ou tard réagir: fermer les frontières à toute nouvelle immigration musulmane, couper les financements étrangers des mosquées, retirer leur droit de séjour aux imams radicaux, arrêter la construction de nouvelles mosquées, rétablir la laïcité stricte dans l’école publique, passer au crible les recrutements de musulmans dans la police et dans l’armée, supprimer la double nationalité et bien d’autres mesures encore. Plus on attendra pour prendre de telles mesures, plus elles seront difficiles à mettre en oeuvre et risquent de se déployer dans un climat de guerre civile. 

Yves Michaud : Le ministère de l’éducation nationale ne peut pas tout faire et n’est absolument pas la première institution concernée. 

Je pense, moi, qu’une protection policière lourde est plus urgente, plus importante et plus difficile à mettre en place qu’un simple « soutien scolaire ».  Les Anglais ont réussi à protéger Salman Rushdie mais ils y ont mis les moyens, ces moyens que nous n’avons pas mis pour Charlie. Faudra-t-il que Mila soit assassinée pour qu’on se rende compte que la situation n’est même pas sérieuse : elle est dramatique. Nous avons affaire à des assassins, pas à des enfants de chœur. Notre chic, c’est d’être très bons dans les condoléances et les funérailles. Moi, je préfère les terroristes mahométans morts et le courage commence par la résolution de ne jamais rien laisser passer. De ce point de vue, notre classe politique, de Royal à Beloubet ou Abad, a montré son vrai visage : celui de la sottise intellectuelle et de la lâcheté morale.

Propos recueillis par Edouard Roux pour Atlantico

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 09/02/2020 - 18:25
Merci Clo-ette
J'irai sur votre site. Mais point n'est besoin d'un longue liste : elle ne sera jamais complète. Un seul argument suffit : j'existe, je vous parle ainsi qu'aux autres, et pour que j'existe, il y a un univers. Le reste, c'est du remplissage, voire que l'on est pas sûr de la pertinence de tous les arguments précédents. En pratique, je dénie à la nature de s'être faite elle-même : il faut une pensée, un ordre, une méthode, de la mémoire, un objectif pour que tout ce que l'on voit existe. Le Big Bang ou le Gros Boum est le premier acte d'une volonté. Le reste est une intervention persévérante, où le hasard n'a pas sa place.
clo-ette
- 09/02/2020 - 11:57
@Le Gorille
Il existe un wikipedia intitulé "arguments sur l'existence de Dieu " , La liste est longue, c'est assez complet , il y a aussi ceux de l'église catholique ( étonnant ), enfin c'est à lire (à tête reposée ) !
Le gorille
- 09/02/2020 - 02:30
Je préfère le hamac
@edac44: c'est plus confortable.
Je dispose de documents (sérieux, cela va sans dire) où je lis : "Le judaïsme plonge ses racines dans une histoire très ancienne qui a pour origine l'Alliance conclue par Dieu avec un Chaldéen des années 1850 av. J.C., Abraham..." Qu'un rituel se soit établi progressivement ensuite, avec de nombreux aléas historiques, cela ne donne pas un acte de naissance autorisé de 950 av. J.C., soit la construction du Temple de Salomon. Non. Ni même 538 av. J.C., retour à Jérusalem des Juifs libérés par Cyrus...
J'ai regardé le site... Je crois qu'il nécessite certaines corrections. Le tout est de savoir ce que les auteurs appellent ceci ou cela. En particulier pour deux religions. Le reste est donc frappé du sceau de la suspicion.
Sinon, je connais une personne qui m'a tenu le même raisonnement que vous (vos dernières lignes). Il va de soi que ne lirai pas le lien que vous donnez : je ne peux partager une telle approche.
Ne devriez-vous pas vous poser la question autrement : le fait qu'il y ait tant de religions ne serait-il pas significatif en soi ? Je reste dans mon hamac, avec mon régime à portée de main.