En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 14 min 29 sec
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 1 heure 23 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 4 heures 54 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 5 heures 33 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 7 heures 28 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 7 heures 47 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 1 heure 3 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 2 heures 2 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 6 heures 20 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 7 heures 22 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 7 heures 38 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 7 heures 58 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

Publié le 25 janvier 2020
Vincent Jauvert publie "Les Voraces, les élites et l’argent sous Macron" chez Robert Laffont. Jamais sous la Ve République les élites qui dirigent notre pays n'ont été aussi riches et obnubilées par l'argent. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi la situation a-t-elle empiré sous Emmanuel Macron ? Extrait 1/2.
Vincent Jauvert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand reporter à L'Obs, Vincent Jauvert est notamment l'auteur des Intouchables d'État (Robert Laffont, 2018).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Jauvert publie "Les Voraces, les élites et l’argent sous Macron" chez Robert Laffont. Jamais sous la Ve République les élites qui dirigent notre pays n'ont été aussi riches et obnubilées par l'argent. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi la situation a-t-elle empiré sous Emmanuel Macron ? Extrait 1/2.

À l’aube de la Ve République, Charles de Gaulle lançait aux élèves de l’ENA : « Vous avez choisi la plus haute fonction qui soit dans l’ordre temporel : le service de l’État. » De ce sacerdoce républicain, il ne reste plus grand-chose. Pour les membres des grands corps, l’aller-retour entre le secteur public et le privé, le pantouflage et le rétropantouflage, est devenu un sport de masse, pratiqué de plus en plus jeune. Avec son lot d’innombrables conflits d’intérêts. 

Le phénomène existe depuis plusieurs années, il s’est accentué pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, mais il a pris une ampleur inédite après l’élection présidentielle de 2017. Ce n’est pas un hasard. L’exemple vient du sommet. Pour la première fois dans l’histoire, les quatre patrons de l’exécutif à l’Élysée et à Matignon sont eux-mêmes des « pantoufleurs » et des « rétropantoufleurs ». Comme chacun sait, l’inspecteur des Finances Emmanuel Macron a très vite rejoint la banque d’affaires Rothschild, tandis qu’Édouard Philippe, membre du Conseil d’État, a fait du lobbying pour Areva et a été avocat d’affaires dans un grand cabinet anglo-saxon. 

Ce n’est pas tout : le secrétaire général de la présidence, Alexis Kohler, et le directeur de cabinet du Premier ministre, Benoît Ribadeau-Dumas, deux énarques eux aussi, ont également fait plusieurs allers-retours lucratifs entre le public et le privé. Du jamais-vu. 

Comment s’étonner alors que, dans les dix-huit mois qui ont suivi l’installation de ces quatre personnalités au pouvoir, pas moins de quarante conseillers ministériels, s’inspirant de leurs modèles, aient demandé à rejoindre le privé (chiffre donné le 2 avril 2019 par Matignon en réponse à une question écrite de la députée socialiste Cécile Untermaier) ? Une hémorragie sans précédent. Sans parler des hauts fonctionnaires en poste ailleurs dans l’État dont le nombre de départs n’est pas comptabilisé. Tous ou presque pantouflent évidemment dans des secteurs régulés où ils peuvent monnayer – cher – leur connaissance intime de l’État, de ses décideurs et de ses faiblesses. Si bien que, oui, il faudrait un nouveau Zola pour raconter cette nouvelle élite – les hauts fonctionnaires enrichis dans le privé – qui n’est peut-être pas tellement éloignée de celle du Second Empire décrite de manière si cruelle dans La Curée. 

Les cas récents les plus emblématiques concernent les filiales françaises des Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon). En 2017, Benoît Loutrel, directeur général de l’Arcep, l’autorité de régulation des communications, devient, du jour au lendemain, directeur des affaires publiques, autrement dit lobbyiste, de Google. L’année suivante, c’est Yohann Bénard, maître des requêtes au Conseil d’État, qui devient, lui aussi du jour au lendemain, lobbyiste en chef d’Amazon France. Et cela au moment même où le gouvernement cherche à taxer les Gafa, projet que les deux géants d’Internet entendent évidemment combattre. 

Il y a le secteur bancaire aussi. Dorothée Stik est une jeune femme particulièrement brillante. Louis-le-Grand, Normale sup, ENA, elle est l’incarnation de la méritocratie française. Très vite repérée par l’establishment, elle rejoint le cabinet d’Emmanuel Macron en 2014. Elle participe à sa campagne présidentielle tout en travaillant à la direction du Trésor. Mais un mois après la victoire de son candidat, elle choisit la banque d’affaires, celle de l’inspecteur des finances Jean-Marie Messier, active dans de nombreux deals impliquant l’État. 

Salim Bensmail est sorti de l’ENA en 1999. En 2014, il devient monsieur Partenariat public-privé (PPP) de l’État. Pendant cinq ans, il a conseillé les ministères et les collectivités qui veulent financer leurs infrastructures par des fonds privés. Il connaît donc parfaitement tous les décideurs publics, tous leurs projets. En 2019, il passe de l’autre côté. Il pantoufle comme patron de la stratégie du groupe britannique John Laing, un géant des… PPP qui veut se développer en France, notamment dans les éoliennes. Toujours dans le bâtiment, prenez Régine Engström, secrétaire générale de plusieurs ministères dont celui du Logement qui, en septembre 2019, est débauchée par Nexity, le leader de ce secteur très régulé. 

Voici enfin le cas de ces deux très proches conseillers d’Emmanuel Macron qui étaient avec lui pendant toute la campagne et qui, deux ans après la prise du pouvoir, sont retournés dans le monde des affaires – et pas n’importe lequel. Ismaël Emelien était le conseiller spécial du candidat puis du Président. À l’Élysée, ce Sciences Po de trente-deux ans occupait de fait le poste de numéro trois, derrière le chef de l’État et son secrétaire général, Alexis Kohler. Après avoir été mêlé à l’affaire Benalla, il s’est éclipsé pour créer une société de conseil. Son premier client : le P-DG du géant du luxe LVMH, Bernard Arnault – le quatrième homme plus riche du monde, selon Forbes. 

L’ancien conseil en communication d’Emmanuel Macron, Sylvain Fort a lui rejoint le troisième milliardaire le plus riche de France, François Pinault, dont il gère désormais l’immense collection d’œuvres d’art.

Extrait du livre de Vincent Jauvert, "Les Voraces, les élites et l’argent sous Macron", publié chez Robert Laffont 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 26/01/2020 - 16:25
Il y a déjà longtemps qu’on sait cela
Les lanceurs d’alerte ne manquent pas depuis au moins l’épique de Mitterand avec Montado par exemple. Mais le phénomène s’est amplifié et actuellement le chef de l’Etat lui-même n’est plus attaché qu’au service servile de ce type d’intérêts.
evgueniesokolof
- 25/01/2020 - 17:34
oui fort bien
mais aller chercher quelqu'un qui grenouille à l'Obserfoireur pour nous raconter cela , c'est comme si on chargeait Joe Dalton de la collecte pour la fondation Abbé Pierre ( je ne dis pas que celui qui le fait est une blanche colombe). Ce n'est pas l'ENA qui est responsable mais la proximité avec le pouvoir...Dans ma promo de l'ENA les pantoufleurs sont peu nombreux...à l'inverse, comment le fils Bachelot , avec sa tête de dernier de la classe est il devenu directeur d'ARH. Eric Besson qui aurait plutôt été élève de l'école nationale des ânes, surtout connu pour être le Iago du PS s'est trouvé une sinécure et on pourrait multiplier les exemples . Analysez l'affaire Fillon et réfléchissez!!!!