En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 48 min 6 sec
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 4 heures 2 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 5 heures 15 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 7 heures 55 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 9 heures 24 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 12 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 13 heures 25 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 1 heure 43 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 4 heures 43 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 7 heures 46 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 8 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 13 heures 36 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

Publié le 22 janvier 2020
Jean-Yves Archer évoque la réforme des retraites et revient sur les difficultés rencontrées par Emmanuel Macron.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer évoque la réforme des retraites et revient sur les difficultés rencontrées par Emmanuel Macron.

Le projet de réforme des retraites, conçu de manière approximative, a déjà été dénaturé : il est désormais aussi bancal que complexe à l'infini. Compte-tenu des frustrations sociales engendrées, depuis celles des cheminots aux avocats en passant par les marins-pêcheurs, il va être un sparadrap durable et urticant pour Emmanuel Macron. Une sorte de bourbier à fort retentissement électoral.

Jamais – d'ici à 2022 – le président Macron ne sortira de son chaudron de l'échec sociétal et social dans laquelle le destin et surtout son obstination stérile l'auront plongé. Sa popularité apparente écornée masque un fort rejet dans les tréfonds de notre Nation et son incompétence à traiter les questions sociales est désormais bien connue. Demandez aux riverains de la gare de Lyon qui ont subi la fin de l'acte 62 des Gilets jaunes dont on ne voit précisément pas la fin ! Quel est ce Pouvoir qui ne réussit pas à apaiser le terrain social depuis plus d'un an malgré une injection de 17 milliards de fonds publics ?

Initialement un projet de réforme des retraites a été concocté dans le secret de bureaux où l'air n'est manifestement guère renouvelé. Puis, du fait des pressions du peuple français et des élus, le projet a été modifié. Alors, les forces vives directement concernées sont entrées en jeu et ont contraint le Pouvoir à bouleverser son projet : je parle ici des professions et non des diverses postures syndicales. Nous connaissons tous le résultat : si cette funeste mascarade aboutit, la France sera dotée d'un régime universel dénaturé par des dérogations multiples. Les régimes spéciaux seront devenus spécifiques au terme d'une palabre spécieuse.

On aura donc inventé le passage d'un régime qui avait fait ses preuves à un objet bizarre où les exceptions ( militaires, pompiers, policiers, contrôleurs aériens, marins-pêcheurs, etc ) le disputeront au concept magique, plus que sérieusement crédible, d'universalité.

Ce qui était, en 2017, un propos de campagne électorale destiné à séduire quelques bobos de gauche amoureux du système par points va déboucher sur une horreur économique.

Pardon pour cette évidence, mais qui dit retraites dit questions de financement. Or, le président Macron ne voit pas de problème institutionnel à proposer que le Parlement délibère – fin Février – sans production préalable d'une véritable étude d'impact. Il sera par conséquent demandé, en procédure accélérée, au Parlement de voter un texte crucial sans en connaître les modalités précises de l'équilibre financier. Du jamais vu !

A cet égard, la lecture du projet de Loi est stupéfiante. Maintenant, on y voit clair et nos craintes – qui forment notre rejet de ce projet – sont fondées. L'Exécutif avait bel et bien pour plan d'équilibrer le nouveau régime de retraite par une captation du contenu des caisses autonomes ( avocats, etc ) incluant les 70 milliards de réserves de l'AGIRC-ARRCO. Donc, en bon franglais, il s'agit d'une spoliation King size de ressources privées issues d'appels de cotisations à valeur prudentielle pour participer autoritairement au financement des déficits publics structurels. 

Les caisses tenues par des fourmis devraient payer pour des déséquilibres démographiques et des avantages exorbitants hérités d'un autre âge.

Pour l'heure, chacun a compris deux premiers points d'ancrage. Le premier est né d'un rapport de force et de près de 50 jours de grève – qui auront coûté un peu plus d'un milliard au secteur public ferroviaire et près de 1,5 milliard au secteur privé – et concerne la non-dissolution des régimes spéciaux. Des arrangements de coins de table avec la SNCF et la RATP éloignent du projet initial d'éradication pure et simple de certains avantages acquis désormais abusifs. Tout n'était pas à briser dans les régimes spéciaux mais de là à continuer à assurer leur prospérité sur le dos des Finances publiques, il y a plus qu'une marge.

Deuxième point d'ancrage, malgré les silences de ce " cher " Monsieur Delevoye pendant 18 mois, il a fallu attendre la dernière minute pour réaliser que le changement d'assiette de calcul des retraites ( la carrière pleine par opposition aux actuels 6 derniers mois ) aurait un coût très significatif pour les enseignants. Le prudent et avisé Jean-Michel Blanquer a parlé de 10 milliards sur 10 ans. Désormais, plusieurs experts tablent sur 15 milliards sans même évoquer près de 5 milliards additionnels pour les personnels de la Recherche. Je rappelle, au passage, qu'avec cette seule somme on équilibrait jusqu'à 2030 le régime actuel selon les estimations énoncées par le C.O.R ( Conseil d'orientation des retraites ). 

En clair, avec 15 mds on passait le cap de 2030 en peaufinant une réforme paramétrique socialement appropriée plutôt que de se lancer, à corps perdu, dans une innovation systémique dont les coûts de transition sont prohibitifs.

Mais avec Emmanuel Macron, nous savons désormais qu'il faut toujours plus de ronds…. Ainsi, les légitimes dérogations accordées aux militaires, policiers, pompiers auront un impact de plusieurs milliards. Puis, il y a cette noble promesse de verser a minima 0,85% du SMIC ( soit environ 1.000 Euros ) à tous les retraités ayant une carrière complète.
La CFDT et d'autres demandent que ce minima soit calé sur le montant de 100% du SMIC ce qui augmentera l'ardoise de 2 milliards additionnels.

La légitime revalorisation des retraites servies aux femmes n'explique guère le futur sort des pensions de réversion qui seraient calées sur un plafond de 75% des revenus du couple ce qui est moins avantageux que maintenant.

Arrive alors un serpent de mer – lui aussi légitime mais complexe - : les bonifications résultant de la pénibilité. Là-dessus, aucun accord gravé dans le marbre n'a été atteint à ce jour. Autant dire que le tourniquet du concours Lépine va continuer de fonctionner entre l'État, l'Assemblée, le Sénat et les syndicats.

Pas de chance pour le président Macron, le président Larcher a une compétence indéniable en matière de droit social. Il va être le Monnerville du Général de Gaulle. Sauf qu'Emmanuel Macron n'est pas De Gaulle : on l'aurait vu depuis deux ans et demi que nous subissons ces interjections déplacées et son goût pour l'étatisation : voir le secteur de l'assurance-chômage.
D'ailleurs, la fin prévisible de la future Conférence du financement a de fortes chances de se conclure par une étatisation de la gouvernance du système des retraites et par une détermination autoritaire du montant du point.

Vous croyez que l'État version Macron va se laisser déposséder du pouvoir de " jouer " avec la valeur du point et le confier aux seules forces vives de la Nation ? Évidemment non.
C'est en cela que cette réforme trop compliquée et faussement idyllique est un piège. Elle l'est car trop de données sous-jacentes risquent fort d'être réglées par ordonnances durant l'été 2021.

Sur le plan du schéma d'ensemble, je ne peux adhérer au dispositif gouvernemental qui n'aboutira pas du tout au slogan de la promesse présidentielle initiale : 1 euro servi pour 1 euro cotisé. Sur ce point, le Pouvoir sait déjà qu'il ment.

Ce schéma, s'il aboutit tel que connu à ce jour, va coûter un peu plus de 30 milliards car on ne saurait oublier l'impact du rehaussement des traitements dans les 3 fonctions publiques. Oui, il y a la question hospitalière à résoudre et là, peu se risquent à un chiffrage prévisionnel pas même le Premier ministre.

C'est dire que nous sommes face à une équipe qui a bizarrement élaboré son dossier et que " la mère des réformes " a en fait une drôle de tête.

L'arrogance de la conception du nouveau régime de retraites aboutit à un Rubik's cube qui sera générateur de pressions considérables sur les Finances publiques et sur les cotisations du monde du travail.

Le temps d'aligner toutes les faces du cube, on aura aligné les milliards.

On aurait pu croire que le président Macron serait un bon gestionnaire. Il en avait la formation et l'allure générale. En fait, il a trahi la Nation en différant la réforme de l'État et en laissant filer les déficits.  

Au troisième trimestre de 2019, la dette s'est accrue de 39 milliards d'euros soit la moitié du rendement de tout l'impôt sur le revenu. La trajectoire des Finances publiques n'est nullement respectée.

Cette bassine de dettes pour nos générations futures va s'alourdir de la boîte à claques qu'est la réforme des retraites.

En plus, là où nous sommes un pays formidable, vous savez bien que les principaux – sinon la totalité – des candidats à l'élection présidentielle de 2022 nous proposeront de revenir sur cette réforme.  Alors d'ici là, je ne peux conclure positivement sur cette réforme à valeur de tapage et à perspectives instables.

Tout simplement, car nous savons bien que notre situation économique d'ensemble n'est pas si florissante pour que nous puissions forcer notre Nation à subir une telle destruction de valeurs.

Ultime point largement passé sous silence par le Pouvoir, le coût des migrations informatiques que la réforme va entraîner. Là encore, on parlera en milliards et on ne peut que former le vœu d'avoir plus de succès qu'avec le logiciel de paye des Armées nommé Louvois.

Au total, cette réforme Macron, c'est déjà le début d'un Trafalgar sur le fond et une future gabegie insoutenable au plan financier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 22/01/2020 - 22:34
C'est mieux que rien
Au moins, il y a un peu de progrès dans cette réforme. Ce qui peut réduire un peu les avantages iniques des régimes spéciaux et rapprocher les régimes du public et du privé est bon à prendre. Le régime de retraite par répartition n'est plus soutenable dans notre société actuelle (sauf pour ceux qui veulent en bénéficier sans en supporter le financement). Les charges sur les salaires devraient être diminuées drastiquement. L' augmentation des salaires en résultant permettrait un choix quant à son projet de vie ( en encadrant par la loi les possibilités de retraite par capitalisation).
ajm
- 22/01/2020 - 15:21
Équation du diable.
Plus le temps passe et plus on réalise que cette réforme est calamiteuse: elle ne règle pratiquement aucune des faiblesses existantes mais ajoute à l'équation déjà complexe de notre système de retraite de multiples et nouvelles inconnues qui seront autant de mines qui exposeront dans les années qui viennent.
zen-gzr-28
- 22/01/2020 - 14:09
Ganesha, mon commentaire précédent
vous concerne