En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 11 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 48 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 28 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 27 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 10 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 40 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

Publié le 21 janvier 2020
Le baromètre de l'attractivité industrielle publié par Ernest & Young montre que la France reste encore le pays le plus attractif d'Europe, du moins pour 2018.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le baromètre de l'attractivité industrielle publié par Ernest & Young montre que la France reste encore le pays le plus attractif d'Europe, du moins pour 2018.

Atlantico : Cette attractivité peut-elle s'expliquer par les initiatives d'Emmanuel Macron dans le champ de la communication, à l'image de "Choose France" qui se déploie sous nos yeux à Versailles actuellement ? 

Mathieu Mucherie : Déjà en tant qu'économiste, j'ai un problème avec le concept d'attractivité. De même que tous les économistes professionnels ont de gros problèmes avec le concept de compétitivité, qui en règle générale, est considéré comme un terme cousin. Il y a de grosses difficultés avec ces termes journalistiques qui sont très marqués et très mal définis, dont les périmètres changent aux grès des agences de consulting ou de communication. Il vaut donc mieux préférer la méthodologie macroéconomique. Si nous suivons les indicateurs d'attractivité, la France est un Eldorado. Dans ce cas-là, on ne comprend pas très bien ce que font les gens dans la rue à manifester, que ce soit les gilets jaunes ou les autres... On ne voit pas non-plus très bien pourquoi les classes d'actifs françaises restent si basses, avec des taux d'intérêt japonisant d'un côté, et des actions qui ont accumulé un retard d'attractivité - pour le coup - depuis dix ans, par rapport aux autres indices mondiaux. Donc pour moi l'attractivité peut se percevoir d'un point de vue macroéconomique. Est-ce que la France fait de la croissance ? Est-ce que les perspectives nominales et réelles sont convenables ? Est-ce que l'emploi est sur une bonne voie ? Ensuite il y a une attractivité que l'on peut percevoir par certaines classes d'actifs, une attractivité plus financière qui peut indiquer éventuellement une meilleure attractivité macroéconomique. Dans aucun de ces domaines, la France ne fait de bonne performance - ni avant Macron, ni après Macron. Il n'y a d'ailleurs aucun changement. 

Je pense que cette méthode est la plus sérieuse. Après qu'il y ait des efforts du pouvoir en place, déjà depuis 2014-2015, pour que quelques entreprises considèrent mieux la France et pour que notre pays, d'un point de vue de politique étrangère, soit considéré comme un peu plus "attractif" dans le sens vague du terme, oui, il y a sans doute de véritables efforts. Le CICE est à ce niveau-là. Les résultats sont malheureusement assez insignifiants du point de vue macroéconomique. Il faudrait aussi faire une évaluation contra-factuelle et une évaluation en net de ces politiques, puisque de gros efforts sont faits pour attirer financièrement quelques entreprises, mais quels sont les retours en net, ce que cela donne n'est pas évident. En tout cas, tout cela ne joue qu'à la marge puisque la France est un pays où la croissance est essentiellement domestique. Les investissements directs étrangers ne jouent que très marginalement. Il s'agit donc principalement d'un thème de communication et de politique étrangère. 

Mais pour un économiste, le vrai enjeu de compétitivité et d'attractivité se résume à un positionnement de taux de change nominal et de taux de change réel. La question sérieuse se pose donc : avons-nous un euro surévalué ou pas ? Il est très probablement que nous ayons un euro surévalué, puisque nous avons une inflation qui est en dessus de la cible depuis deux décennies. Deuxième élément, est-ce que la France fait un effort dans le domaine réglementaire, dans le domaine fiscal, pour ne pas gâcher des opportunités, et là tout indique qu'il y a de sérieuses marges d'amélioration. Ce n'est pas en recevant à Versailles que tout cela changera. 

Le volontarisme de Macron finira-t-il par se heurter aux mouvements sociaux hostiles qui se sont déployés en France ? Est-ce que ces derniers jouent peuvent effrayer les investisseurs ?

C'est très compliqué à évaluer. La confiance des investisseurs ne se manipule facilement, ne se contrôle pas facilement, et ne se traduit pas nécessairement par des actes. Par exemple, l'attractivité de la France qui a l'air de se renforcer depuis quelques années est-elle le résultat des politiques des gouvernement Hollande et Macron, ou s'agit-il plutôt d'un effet de la dégradation de la situation de nos trois grands voisins ? On ne peut pas trop savoir ; les choses vont assez mal en Italie et en Espagne, il y a le dossier du Brexit, un modèle allemand qui doit se redéfinir. La France apparaît actuellement comme le seul grand pays de l'Europe pro-business. Sans vouloir diminuer les efforts internes de nos gouvernements, il y a un facteur international fort. 

Deuxièmement, la confiance est un élément composite. On peut avoir plus de confiance quand un train de réformes structurelles sont mises en place. Mais les investisseurs restent des profils sceptiques. Il faut les rassurer dans le temps, et leur indiquer qu'il y a de faibles probabilités de troubles politiques - comme l'élection de Marine Le Pen, qui reste un risque possible pour 2022. Il faut leur indiquer que les vraies réformes dont la France a besoin peut se mener et s'imposer dans la durée. Ce qui n'est pas le cas de la réforme des retraites actuellement par exemple. Il y a des réformes que les investisseurs attendent de la France et qui ne sont pas du tout engagés. En premier lieu, une véritable simplification de l'administration et de la fiscalité, que l'on attend maintenant depuis des décennies. En second lieu, une réforme de l'urbanisme qui serait aussi très utile. 

Par conséquent, la confiance est multifactorielle et comparative, donc très variable dans le temps. Cela peut donc se fonder sur un malentendu et sur des cycles cours. 

Quelles sont alors les véritables réformes clés qui pourraient donner plus de solidité aux décisions d'investissement en France ?  

Macron devrait probablement consacrer moins d'énergie pour recevoir des grands patrons à Versailles et plus pour négocier un taux de change de l'euro plus favorable à l'économie française. S'il n'y a pas d'inflation en zone euro, c'est que l'euro est surévalué. C'est la responsabilité du Conseil des ministres en Europe, l'ECOFIN. Le ministre français des finances devrait défendre une réforme de la politique monétaire. La France devrait se battre pour une véritable détente monétaire. On pourrait imaginer un jour que la France un jour pour le bien commun et ses intérêts, donc pour une détente monétaire qui ferait beaucoup de bien à nos entrepreneurs, à nos exportateurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 21/01/2020 - 12:25
Attractivité.
Attractivité pour quoi faire ? Quelle drôle de question ? Si le plombier du coin qui était salarié avant se met à son compte et embauche un apprenti puis un salarié confirmé après ce n'est pas pour les beaux yeux de Macron mais bien parcequ'il espère bien que cela va lui rapporter plus d'argent que de rester salarié. C'est le principe de base d'une économie libre de marché. Sinon on fait des soviets et on partage la pénurie. L'extrême fiscalisation et réglementation de notre économie ne nous rend pas très attractif pour les investisseurs étrangers mais aussi et surtout Français, malgré de petits progrès dénoncés d'ailleurs par toute la clique socialisante de ce pays.
Gpo
- 21/01/2020 - 12:12
langue française....
Utiliser un terme anglais alors que notre langue est si riche ..même les québécois se moquent de nous car eux sont des puristes..
Et le Palais devient une foire d'expo...pour appâter l'étranger avec des ristournes, des subventions, crédits d'impôts? des défiscalisations..alors quenos propres entreprises plient sous le poids des taxes..
Et pas un politique tel Mignon 1er ou son sbire lemaire, ne s'est ému de l'extinction de la pantoufle charentaise et on vient nous vanter le savoir-faire hexagonal..
Pauvre pays dirigé par des vendus aux lobbies..
J'accuse
- 21/01/2020 - 10:59
Attractivité... pour quoi faire ?
Quand des capitalistes viennent investir en France, ce n'est pas pour favoriser la croissance économique du pays, mais la leur !
Quand un ministre nous annonce des milliards qui vont être investis, ce ne sont que des promesses pas souvent réalisées, et pour en retirer des profits pour les investisseurs et pour personne d'autre; les milliers d'emplois espérés sont aussi des promesses qui restent à tenir, et de toute façon une goutte d'eau dans un océan de chômage.
Macron s'enorgueillit de décisions pour lesquelles il n'est pour rien, à part arroser de subventions publiques pour inciter à venir en France.
Cette attractivité profite-t-elle aux Français ? On ne voit pas en quoi. Il n'y a d'ailleurs pas d'instruments économiques pour en mesurer les bienfaits: devinez pourquoi !