En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 15 min 59 sec
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 47 min 42 sec
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 2 heures 17 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 3 heures 15 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 14 heures 19 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 14 heures 51 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 33 min 11 sec
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 3 heures 4 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 14 heures 31 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 15 heures 44 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 18 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

Publié le 21 janvier 2020
Le baromètre de l'attractivité industrielle publié par Ernest & Young montre que la France reste encore le pays le plus attractif d'Europe, du moins pour 2018.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le baromètre de l'attractivité industrielle publié par Ernest & Young montre que la France reste encore le pays le plus attractif d'Europe, du moins pour 2018.

Atlantico : Cette attractivité peut-elle s'expliquer par les initiatives d'Emmanuel Macron dans le champ de la communication, à l'image de "Choose France" qui se déploie sous nos yeux à Versailles actuellement ? 

Mathieu Mucherie : Déjà en tant qu'économiste, j'ai un problème avec le concept d'attractivité. De même que tous les économistes professionnels ont de gros problèmes avec le concept de compétitivité, qui en règle générale, est considéré comme un terme cousin. Il y a de grosses difficultés avec ces termes journalistiques qui sont très marqués et très mal définis, dont les périmètres changent aux grès des agences de consulting ou de communication. Il vaut donc mieux préférer la méthodologie macroéconomique. Si nous suivons les indicateurs d'attractivité, la France est un Eldorado. Dans ce cas-là, on ne comprend pas très bien ce que font les gens dans la rue à manifester, que ce soit les gilets jaunes ou les autres... On ne voit pas non-plus très bien pourquoi les classes d'actifs françaises restent si basses, avec des taux d'intérêt japonisant d'un côté, et des actions qui ont accumulé un retard d'attractivité - pour le coup - depuis dix ans, par rapport aux autres indices mondiaux. Donc pour moi l'attractivité peut se percevoir d'un point de vue macroéconomique. Est-ce que la France fait de la croissance ? Est-ce que les perspectives nominales et réelles sont convenables ? Est-ce que l'emploi est sur une bonne voie ? Ensuite il y a une attractivité que l'on peut percevoir par certaines classes d'actifs, une attractivité plus financière qui peut indiquer éventuellement une meilleure attractivité macroéconomique. Dans aucun de ces domaines, la France ne fait de bonne performance - ni avant Macron, ni après Macron. Il n'y a d'ailleurs aucun changement. 

Je pense que cette méthode est la plus sérieuse. Après qu'il y ait des efforts du pouvoir en place, déjà depuis 2014-2015, pour que quelques entreprises considèrent mieux la France et pour que notre pays, d'un point de vue de politique étrangère, soit considéré comme un peu plus "attractif" dans le sens vague du terme, oui, il y a sans doute de véritables efforts. Le CICE est à ce niveau-là. Les résultats sont malheureusement assez insignifiants du point de vue macroéconomique. Il faudrait aussi faire une évaluation contra-factuelle et une évaluation en net de ces politiques, puisque de gros efforts sont faits pour attirer financièrement quelques entreprises, mais quels sont les retours en net, ce que cela donne n'est pas évident. En tout cas, tout cela ne joue qu'à la marge puisque la France est un pays où la croissance est essentiellement domestique. Les investissements directs étrangers ne jouent que très marginalement. Il s'agit donc principalement d'un thème de communication et de politique étrangère. 

Mais pour un économiste, le vrai enjeu de compétitivité et d'attractivité se résume à un positionnement de taux de change nominal et de taux de change réel. La question sérieuse se pose donc : avons-nous un euro surévalué ou pas ? Il est très probablement que nous ayons un euro surévalué, puisque nous avons une inflation qui est en dessus de la cible depuis deux décennies. Deuxième élément, est-ce que la France fait un effort dans le domaine réglementaire, dans le domaine fiscal, pour ne pas gâcher des opportunités, et là tout indique qu'il y a de sérieuses marges d'amélioration. Ce n'est pas en recevant à Versailles que tout cela changera. 

Le volontarisme de Macron finira-t-il par se heurter aux mouvements sociaux hostiles qui se sont déployés en France ? Est-ce que ces derniers jouent peuvent effrayer les investisseurs ?

C'est très compliqué à évaluer. La confiance des investisseurs ne se manipule facilement, ne se contrôle pas facilement, et ne se traduit pas nécessairement par des actes. Par exemple, l'attractivité de la France qui a l'air de se renforcer depuis quelques années est-elle le résultat des politiques des gouvernement Hollande et Macron, ou s'agit-il plutôt d'un effet de la dégradation de la situation de nos trois grands voisins ? On ne peut pas trop savoir ; les choses vont assez mal en Italie et en Espagne, il y a le dossier du Brexit, un modèle allemand qui doit se redéfinir. La France apparaît actuellement comme le seul grand pays de l'Europe pro-business. Sans vouloir diminuer les efforts internes de nos gouvernements, il y a un facteur international fort. 

Deuxièmement, la confiance est un élément composite. On peut avoir plus de confiance quand un train de réformes structurelles sont mises en place. Mais les investisseurs restent des profils sceptiques. Il faut les rassurer dans le temps, et leur indiquer qu'il y a de faibles probabilités de troubles politiques - comme l'élection de Marine Le Pen, qui reste un risque possible pour 2022. Il faut leur indiquer que les vraies réformes dont la France a besoin peut se mener et s'imposer dans la durée. Ce qui n'est pas le cas de la réforme des retraites actuellement par exemple. Il y a des réformes que les investisseurs attendent de la France et qui ne sont pas du tout engagés. En premier lieu, une véritable simplification de l'administration et de la fiscalité, que l'on attend maintenant depuis des décennies. En second lieu, une réforme de l'urbanisme qui serait aussi très utile. 

Par conséquent, la confiance est multifactorielle et comparative, donc très variable dans le temps. Cela peut donc se fonder sur un malentendu et sur des cycles cours. 

Quelles sont alors les véritables réformes clés qui pourraient donner plus de solidité aux décisions d'investissement en France ?  

Macron devrait probablement consacrer moins d'énergie pour recevoir des grands patrons à Versailles et plus pour négocier un taux de change de l'euro plus favorable à l'économie française. S'il n'y a pas d'inflation en zone euro, c'est que l'euro est surévalué. C'est la responsabilité du Conseil des ministres en Europe, l'ECOFIN. Le ministre français des finances devrait défendre une réforme de la politique monétaire. La France devrait se battre pour une véritable détente monétaire. On pourrait imaginer un jour que la France un jour pour le bien commun et ses intérêts, donc pour une détente monétaire qui ferait beaucoup de bien à nos entrepreneurs, à nos exportateurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 21/01/2020 - 12:25
Attractivité.
Attractivité pour quoi faire ? Quelle drôle de question ? Si le plombier du coin qui était salarié avant se met à son compte et embauche un apprenti puis un salarié confirmé après ce n'est pas pour les beaux yeux de Macron mais bien parcequ'il espère bien que cela va lui rapporter plus d'argent que de rester salarié. C'est le principe de base d'une économie libre de marché. Sinon on fait des soviets et on partage la pénurie. L'extrême fiscalisation et réglementation de notre économie ne nous rend pas très attractif pour les investisseurs étrangers mais aussi et surtout Français, malgré de petits progrès dénoncés d'ailleurs par toute la clique socialisante de ce pays.
Gpo
- 21/01/2020 - 12:12
langue française....
Utiliser un terme anglais alors que notre langue est si riche ..même les québécois se moquent de nous car eux sont des puristes..
Et le Palais devient une foire d'expo...pour appâter l'étranger avec des ristournes, des subventions, crédits d'impôts? des défiscalisations..alors quenos propres entreprises plient sous le poids des taxes..
Et pas un politique tel Mignon 1er ou son sbire lemaire, ne s'est ému de l'extinction de la pantoufle charentaise et on vient nous vanter le savoir-faire hexagonal..
Pauvre pays dirigé par des vendus aux lobbies..
J'accuse
- 21/01/2020 - 10:59
Attractivité... pour quoi faire ?
Quand des capitalistes viennent investir en France, ce n'est pas pour favoriser la croissance économique du pays, mais la leur !
Quand un ministre nous annonce des milliards qui vont être investis, ce ne sont que des promesses pas souvent réalisées, et pour en retirer des profits pour les investisseurs et pour personne d'autre; les milliers d'emplois espérés sont aussi des promesses qui restent à tenir, et de toute façon une goutte d'eau dans un océan de chômage.
Macron s'enorgueillit de décisions pour lesquelles il n'est pour rien, à part arroser de subventions publiques pour inciter à venir en France.
Cette attractivité profite-t-elle aux Français ? On ne voit pas en quoi. Il n'y a d'ailleurs pas d'instruments économiques pour en mesurer les bienfaits: devinez pourquoi !