En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 14 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 52 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 34 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 30 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 13 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 43 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 39 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

Publié le 21 janvier 2020
Le forum de Davos en 2020 s'ouvre aujourd'hui en mettant au centre les enjeux écologiques et environnementaux. Les entreprises semblent globalement de plus en plus intéressées par la notion de responsabilité sociétale.
Joseph Macé-Scaron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Macé-Scaron est écrivain et essayiste. Dernier ouvrage paru : Eloge du libéralisme, Editions de L'Observatoire. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le forum de Davos en 2020 s'ouvre aujourd'hui en mettant au centre les enjeux écologiques et environnementaux. Les entreprises semblent globalement de plus en plus intéressées par la notion de responsabilité sociétale.

Atlantico : Dans quelle mesure, le monde de l'entreprise peut-il être un moteur dans la prise en compte des enjeux climatiques ? 

Joseph Macé-Scaron : L’entreprise n’est pas une pièce rapportée dans la résolution des défis environnementaux. Bien au contraire, en cette période où l’autorité publique s’est retiré d’un certain nombre de domaines qu’elle accaparait sans jamais rien résoudre, elle est un élément essentiel, fondamental, vital, à partir duquel peut se bâtir une réponse responsable et durable à l’urgence écologique. 

Car toute entreprise, y compris celles nées de la révolution numérique, a pour souci si elle veut prospérer et se développer de respecter et protéger l’écosystème dans lequel elle est née. Cela relève du simple bon sens et ce bon sens, apparemment, échappe à certains de nos politiques qui estiment nécessaire d’édicter des lois et des règlements pour obliger l’entreprise à mettre en œuvre ce qui est dans sa nature même !

C’est que le temps de l’économie purement fonctionnelle est, à moyen terme, révolu puisque ce modèle est autophage. Osons le dire puisque le libéralisme ignore les dogmes : Milton Friedman s’est trompé quand il estimait que l’entreprise en allant sur le terrain de l’engagement sociétal sortait de l’univers marchand. Comme si la recherche effrénée du profit était sans conséquence sur les écosystèmes et par ricochet sur les entreprises elles-mêmes. L’entreprise n’est ni morale, ni amorale, elle est pragmatique.

Voilà pourquoi, on entend de plus en plus de voix pour réclamer un capitalisme plus régulé, une modèle d’entreprise plus contributrice, plus inclusive. Il ne s’agit pas ici à proprement parler d’une révolution car ce souci était déjà présent dans des écrits ou des actions à la fin du XIXe siècle ou dans les années 30. Simplement nous l’avions perdu de vu durant ces dernières décennies.

Le libéralisme est souvent accusé d'être incapable de prendre en charge les externalités négatives. Voit-on ici un changement dans le déploiement du marché qui intégrerait de lui-même une régulation non-plus seulement par le prix, mais aussi par un volontarisme écologique et social ? 

On confond trop souvent ce qui provient du capitalisme et ce qui relève effectivement du libéralisme. S’il faut encore s’en convaincre, il suffit de se tourner vers les pays les moins libéraux pour y trouver les atteintes les plus flagrantes et les plus catastrophiques à l’environnement. En voulant accéder le plus rapidement au développement économique, beaucoup de ces pays laissent leur environnement naturel se dégrader. L’Union soviétique hier, la Chine, aujourd’hui, sont à l’origine de catastrophes écologiques de grande ampleur et, sans doute, irrémédiables. 

Ajoutons que quoiqu’en pensent les économistes attitrés, ce n’est pas la collectivisation de l’environnement qui le sauvera. C’est même l’inverse. Si des biens comme l’eau, l’air, certaines forêts ou une partie de monde marin sont, aujourd’hui gravement menacés, c’est en raison de leur gratuité parce qu’ils sont précisément sans propriétaire. En résumé, si parler d’écolibéralisme a presque un caractère redondant, parler d’écosocialisme est assurément un oxymore.

Quelles sont les pratiques dans les entreprises qui se mettent en place pour prendre en charge les dimensions écologiques ? On parle d'audits verts, de quoi s'agit-il ? Comment faire en sorte que cela quitte le registre du gadget ou de l'effet d'annonce ? 

Il n’y a plus de place, aujourd’hui, pour les discours qui essaient de tromper le client/consommateur. La transparence apparente qu’apporte internet est ici redoutable. En quelques clics, ce dernier quand il souhaite acheter un produit et se renseigner ne va pas s’arrêter à son prix, il va regarder aussi comment la marque se comporte puis la société ou le groupe qui la détient. Du coup, la satisfaction des « consomm/acteurs » ne repose plus seulement sur la qualité du produit, du service, de la prestation ou la notoriété de la marque mais également sur le sens de l’achat qu’ils s’apprêtent à effectuer. Les entreprises sont de plus en plus obligées de compter avec des consommateurs engagés. Insatisfaits, ils risquent de propager leur mécontentement. La contrepartie est que, satisfaits, ils sont prêts à adopter l’ADN  de l’entreprise. C’est l’adhésion qui suscite la confiance.

Les seules « bonnes actions » relevant de ce que l’on nomme le « greenwashing » ou des bonnes œuvres sociales sont jugées insuffisantes et insincères car perçues comme dépourvues d’authenticité et, surtout, utilisées comme une simple autopromotion triviale de l’entreprise.

Là aussi, ne pêchons pas par angélisme. L’intérêt de cet engagement sociétal et notamment en faveur de l’environnement est multiple : Il peut permettre d’anticiper les critiques ou les situations de crise en mettant en avant les comportements exemplaires de l’entreprise.

Il s’agit de marquer sa différence et d’en faire un avantage concurrentiel. Ce dernier point n’est pas pris en compte, or la création de sens crée aussi de la valeur. 

Loin du « gadget », il s’agit aussi puisque l’engagement sociétal se trouve placé au cœur de l’entreprise, de constituer une communauté de projet. Dans un passé récent, la seule RSE n’était que l’affaire des équipes dirigeantes. Or, demain, l’engagement sociétal mobilisera l’ensemble des salariés, chacun devenant l’ambassadeur de son entreprise. Cette perspective sera, peut-être, qualifiée d’utopique mais reconnaissons, au moins, que cette utopie-là ne sera pas porteuse de catastrophes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 21/01/2020 - 16:47
Pas convaincu
on entend trop tinter les milliards sortis de nulle part pour vous suivre dans votre raisonnement .Le jour ou les entreprises vivront. de l'écologie sans aides ou subventions grâce à un saut technologique vous m'aurez convaincu .Davos ressemble plus à un club qui salive devant toutes ces tonnes d'argent qui seront disponibles et tant pus pour les GJ actuels et futurs.La
planète a bon dos
ajm
- 21/01/2020 - 12:13
Mélange des genres.
Le mélange des genres est toujours très dangereux. Une entreprise ( une vraie pas un gouffre financier étatique) qui produit du blabla, prétend créer des "valeurs" comme un gourou, se mêler d'enjeux sociétaux à connotation politique c'est dangereux pour la liberté des salariés et inquiétant pour les clients, les actionnaires et, in fine, pour la pérennité de l'entreprise.