En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

07.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 10 min 38 sec
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 43 min 21 sec
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 12 heures 45 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 13 heures 17 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 15 heures 46 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 16 heures 53 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 18 min 21 sec
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 12 heures 57 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 17 heures 32 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 18 heures 18 min
© AFP
© AFP
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

Publié le 19 janvier 2020
Oman a mené un important travail de conciliation entre sunnites et chiites, mais a été largement ignoré au profit de l'Arabie Saoudite.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oman a mené un important travail de conciliation entre sunnites et chiites, mais a été largement ignoré au profit de l'Arabie Saoudite.

Dans l'effervescence inquiète qui a entouré la mort du général iranien Ghassem Soleimani et l'escalade des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis, un autre décès, qui ne sera pourtant pas sans conséquences pour la géopolitique du Moyen-Orient, est passé relativement inaperçu. Le 10 janvier, Qabus Ibn Saïd, sultan d'Oman, est décédé à l'âge de 79 ans, après cinquante ans de règne absolutiste et éclairé, au cours duquel il a fait passé son sultanat de la pauvreté à la modernité. Si la Grande-Bretagne, qui possède des liens historiques avec Oman, a promptement réagi à la nouvelle, les Etats-Unis se sont contentés pour leur part de commentaires de circonstance plus tardifs. Si le fait n'est pas étonnant, il est cependant à déplorer. Depuis le début du mandat de Donald Trump, et bien que les Etats-Unis soient alliés de longue date du sultanat, Washington a clairement choisi son camp au Moyen-Orient. Oman, pourtant l'un des rares, si ce n'est le seul, pays arabe proche d'Israël, mais victime de son travail de conciliation entre sunnites et chiites et d'un rapprochement trop marqué avec l'Iran, a ainsi été largement ignoré au profit de l'Arabie Saoudite.

On ne saurait cependant réduire l'influence et l'importance de la diplomatie omanaise à ces seules caractéristiques. Dès le début de son règne, Qabus Ibn Saïd a fait d'une certaine forme de diplomatie discrète et conciliatrice le cœur de sa politique étrangère, et de son pays une terre de médiation entre des ennemis a priori irréconciliables. Mascat, sa capitale, a pu ainsi recevoir successivement le président iranien Hassan Rohani et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, chose impensable dans n'importe quel autre pays du Golfe Persique. En novembre dernier, le sultan accueillait des négociations entre Saoudiens et émissaires houthis dans l'espoir de trouver une solution à la guerre au Yémen. Mais son plus grand fait d'armes est d'avoir favorisé de façon déterminante le rapprochement irano-américain qui a débouché sur l'accord de Vienne le 14 juillet 2015. Dès le début de la présidence Obama, Oman s'est proposé comme intermédiaire entre les deux pays ennemis, ce qui a permis d'abord la libération de trois prisonniers américains, puis les premières discussions en vue d'un éventuel accord sur la question nucléaire. L'opportunité offerte par l'élection du réformiste Hassan Rohani en 2013 a permis d'accélérer le processus de médiation, avec le succès que l'on sait. Alors qu'aujourd'hui, Iraniens et Américains ont abandonné l'accord de Vienne et dansent dangereusement au bord du précipice, les analystes se plaisent à rappeler qu'en 1979, lors de la prise d'otage de l'ambassade américaine à Téhéran, Qabus Ibn Saïd avait déjà offert sa médiation pour régler le différend entre les deux pays, sans succès alors.

Des raisons historiques et culturelles peuvent expliquer cette remarquable prédilection en matière de dialogue. En succédant en 1970, grâce à la Grande-Bretagne et au Shah d'Iran Mohammad-Reza Pahlavi, à son oncle, Qabus Ibn Saïd s'est immédiatement imposé comme un dirigeant résolument moderne, à l'inverse de ses voisins arabes de la péninsule arabique, avec pour objectif de sortir son pays de l'obscurantisme et de la pauvreté. En quelques années, utilisant la manne pétrolière pour investir dans les infrastructures, l'éducation et le tourisme, le sultan, fin lettré et humaniste, a fait d'Oman une oasis de stabilité, de diversité et de tolérance religieuse, fait assez remarquable au Moyen-Orient. Plaque tournante du commerce maritime mondial depuis des siècles, Oman compte une population cosmopolite, avec des minorités baloutches, indiennes, pakistanaises et iraniennes, et même swahilies. L'obédience du sultan et de la majorité de la population omanaise à l'ibadisme, une branche très minoritaire de l'islam qui prône depuis toujours un rapprochement entre sunnites et chiites, et plus globalement avec les autres religions, a sans doute beaucoup contribué à cet équilibre et explique ce rôle d'intercesseur volontairement recherché par Qabus Ibn Saïd tout au long de son règne.

Pour autant, cette paix relative s'est aussi établie au prix d'un gouvernement sans partage, le sultan cumulant toutes les fonctions régaliennes. Si cet absolutisme a permis d'éviter toute apparition de l'extrémisme religieux à Oman, il a également pu au fil des ans mécontenter une population jeune – plus de la moitié des Omanais a moins de 25 ans – qui réclamait plus de liberté. Pour étouffer son « printemps arabe » en 2011, le sultan a dû déléguer davantage de pouvoir et promettre la création de 50 000 nouveaux emplois, tout en restreignant davantage la liberté d'expression et en faisant arrêter blogueurs et activistes. 

Le décès de Qabus Ibn Saïd, personnalité largement méconnue hors des cercles politiques et diplomatiques, soulève pourtant nombre d'inquiétudes et de questionnements à un moment plus sensible que jamais pour le Moyen-Orient. Alors que la péninsule arabique laisse la part belle aux autocrates tels Mohammed Ben Salmane, la singulière monarchie absolue de Qabus Ibn Saïd, ouverte aux dialogues entre les religions et au cosmopolitisme, lui survivra-t-elle ? Mort célibataire et sans descendance, le sultan est succédé par son cousin Haitham ben Tariq. Choisi parmi plus de 80 membres de la famille royale, on peut espérer qu'il poursuivra la diplomatie apaisée de son prédécesseur.

Néanmoins, certains analystes craignent que le nouveau sultan ne possède pas l'envergure de Qabus Ibn Saïd, alors qu'Oman fait face à plusieurs défis cruciaux pour son avenir. Le pays souffre du taux de chômage des jeunes le plus catastrophique du Golfe Persique – près de 50% -, d'une économie dépendante des hydrocarbures qui elles-mêmes se raréfient, et d'un sentiment d'insécurité et de mécontentement croissant au sein de la population étouffée par le poids de la censure.

D'un point de vue régional, le dédain affiché par les Etats-Unis pour Oman est également de mauvais augure. On se souvient qu'en 2017, lors de sa première visite à l'étranger réservée à l'Arabie Saoudite, Donald Trump avait trouvé le temps d'échanger avec tous les membres du Conseil de Coopération du Golfe... excepté Oman. L'administration Trump semble ignorer que la position stratégique du sultanat sur le détroit d'Ormuz pourrait garantir aux Américains une base arrière pour un déploiement militaire (notamment autour du port de Duqm), ainsi que la sécurisation du détroit par lequel transite 25% du pétrole mondial. Alors que les tensions s'accroissent dans la région, il serait surtout souhaitable qu'Oman puisse conserver son très utile rôle de conciliateur. Qabus Ibn Saïd disparu, c'est non seulement Oman qui est orphelin, mais aussi son art de la diplomatie neutre et habile, qui a réussi à désamorcer bien des conflits et n'a pas trouvé de successeur à l'heure actuelle, alors que le Moyen-Orient en aurait cruellement besoin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

07.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 21/01/2020 - 11:52
En parlant du figaro ...
Marie E, en plus en retournant sur le figaro, vous n'aurez pas le désagrément d'avoir des contradicteurs, visiblement le propriétaire du figaro ne supporte pas de critiques d'Israël de près ou de (très) loin, par exemple lors de l'élimination de Soleimani, on pouvait voir tout les commentaires critiques pourtant initialement validés par la modération nettoyés au fur et à mesure,apparemment pour Dassault critiquer la politique de Trump au proche-orient c'est au minimum de l'anti-sionisme, même les commentaires notant seulement que Trump avait menacé de s'en prendre à des sites culturels Iraniens et que c'était contraire au doit international semblaient trop "extrémistes" pour ne pas être nettoyés. Par contre si des énergumènes écrivaient qu'il fallait vitrifier l'Iran, là çà passait.
Marie-E
- 19/01/2020 - 19:21
La c'est plus possible
J'ai craqué au milieu de l'article.
Si pour les articles sur l'Iran les Usa et le Proche Orient, il n'y a que Amir asdani et Betbeze, je vais retourner lire le Figaro...