En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 11 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 12 heures 24 sec
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 13 heures 42 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 16 heures 4 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 16 heures 49 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 17 heures 29 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 17 heures 50 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 11 heures 26 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 13 heures 12 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 17 heures 14 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 17 heures 47 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 18 heures 11 min
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

Publié le 18 janvier 2020
Jean-Carles Grelier publie "Nous nous sommes tant trompés" aux éditions du Rocher. Depuis 25 ans, l'absence de vision et d'imagination des gouvernements successifs a conduit notre système de santé au bord de l'abîme. Extrait 1/2.
Jean-Carles Grelier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Carles Grelier est Député (LR) de la Sarthe. Il est également porte-parole sur les questions de santé et Orateur du Groupe sur le PLFSS.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Carles Grelier publie "Nous nous sommes tant trompés" aux éditions du Rocher. Depuis 25 ans, l'absence de vision et d'imagination des gouvernements successifs a conduit notre système de santé au bord de l'abîme. Extrait 1/2.

Depuis plus de soixante ans, le ministère de la Santé s’est lui-même enfermé dans un corpus doctrinal pour ne pas dire doctrinaire, dont il semble ne plus pouvoir sortir, faisant peser des risques mortifères sur l’ensemble de notre système de santé. 

Cette doctrine officielle du ministère de la Santé porte un nom : ce sont les ordonnances Debré de 1958. Elles sont l’œuvre de l’éminent professeur Robert Debré, pédiatre de renommée internationale, et ont été mises en œuvre par son fils, Michel Debré, alors premier Premier ministre de la Ve République. 

Elle repose sur deux principes basiques, qui prenaient sens en 1958, mais qui ne sont plus adaptés aux besoins de notre temps. Le premier est que notre système de santé doit être construit par et pour l’hôpital public. L’hôpital doit être la colonne vertébrale sur laquelle viennent éventuellement s’agréger la médecine libérale, mais aussi l’hospitalisation privée. Le second principe tient dans une construction pyramidale de l’hospitalisation publique qui est bien le témoin d’une époque où l’on aimait par-dessus tout ce centralisme jacobin et parisien. Au sommet de la pyramide, on trouve les centres hospitaliers universitaires (CHU) autour desquels doivent graviter les hôpitaux généraux et locaux. L’excellence pour les CHU, la valetaille devant se contenter des structures plus petites et, dans l’esprit des concepteurs de cette organisation, d’une performance réduite. 

« L’hôpital de demain doit être le centre de la santé. » Ainsi le professeur Robert Debré (Discours prononcé à Rennes en 1973, in Extraits des actes du colloque de Caen des 9 et 10 décembre 1996, « La réforme Debré, un tiers de siècle après ») résumait-il d’une simple phrase non seulement sa vision de l’hôpital, évidemment public, mais encore sa vision globale de notre système de santé. 

Et c’est depuis soixante ans sur cette ligne qu’est organisé et que fonctionne notre système de santé. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer comment, au travers des groupements hospitaliers de territoire ou des communautés professionnelles territoriales de santé, l’État entendait accentuer la mise en coupe réglée de l’ensemble de notre organisation en santé sous l’autorité des hôpitaux publics. 

Et, naturellement, lorsqu’il s’est agi d’effectuer des coupes drastiques dans les budgets hospitaliers, la priorité a évidemment été donnée à l’excellence et donc au CHU. C’est au nom de cette excellence, forcément synonyme de performance, que l’on a depuis vingt-cinq ans fermé à tour de bras, dans les petites et moyennes villes, des maternités, des services de chirurgie pour, progressivement, transformer les hôpitaux locaux en EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou en services de soins de suite. Ils étaient pourtant l’incarnation d’une médecine hospitalière de proximité. Et toutes ces fermetures n’ont pas peu contribué au sentiment d’abandon des territoires ruraux et à la création de ce qu’il est désormais convenu d’appeler les déserts médicaux. 

Ce faisant, on n’a eu aucun complexe, dans un pays où l’égalitarisme l’emporte souvent sur l’égalité, à concentrer les soins techniques et performants en milieu urbain. Et tant pis pour ceux qui n’y avaient pas accès, ils n’ont sans doute qu’à assumer leur choix de la ruralité. 

La ville dont j’ai été le maire est encore dotée d’un centre hospitalier qui dispose d’un plateau chirurgical et dont le service d’imagerie est équipé d’un scanner. Le service des urgences accueille un peu plus de 14 000 patients à l’année. Et malgré cela, l’hôpital n’est pas doté d’un SMUR (le SMUR est un service d’urgence qui prend la forme d’un véhicule d’intervention. À la différence d’une ambulance traditionnelle, il déplace un médecin réanimateur et est équipe de matériel de réanimation). En cas d’arrêt cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral, il faut encore attendre l’arrivée du Samu en provenance du Mans, soit une durée d’environ 45 minutes. Le SMUR de La Ferté-Bernard est, enfin, inscrit dans le prochain schéma régional élaboré par l’agence régionale de santé, venant pour moi achever un combat de plus de dix ans. Mais pour sa mise en œuvre, il faudra encore être en mesure de recruter les médecins réanimateurs nécessaires au bon fonctionnement d’un SMUR. Une mission devenue quasiment impossible lorsque l’on mesure que, sur la seule période de l’été 2019, il aura manqué en Sarthe 33 équivalents- temps-plein de médecins urgentistes, contraignant la plupart des services d’urgence à cesser partiellement leur activité. 

Au motif que son activité pouvait la rendre dangereuse pour les parturientes, la maternité de l’hôpital de La Ferté-Bernard a été contrainte de fermer ses portes, comme de nombreuses autres, en 1993. Nos deux derniers enfants sont venus au monde après notre arrivée dans cette jolie ville moyenne. Je ne résiste pas à l’envie de vous partager mes angoisses lorsque par deux fois mon épouse m’a annoncé les premiers signes de la délivrance et qu’il a fallu gérer 45 minutes de route départementale pour rejoindre la maternité, à une vitesse supérieure à la moyenne et en veillant scrupuleusement à ne pas provoquer de chocs susceptibles d’accélérer le cours de l’histoire. Enfin parvenus à la maternité, la première délivrance est celle du père. Lequel comprend évidemment, à cet instant, pourquoi on a fermé la maternité de sa ville au nom de la sécurité de la mère et de l’enfant… 

J’ajoute que le département de la Sarthe et ses 560 000 habitants ne disposent toujours pas d’un hélicoptère sanitaire, alors que le CHU de référence se trouve à plus d’une heure de route du chef-lieu de département. Et je suis bien conscient qu’il ne s’agit pas d’une situation unique et que de nombreux autres territoires vivent ainsi. Dangereusement.

Victimes innocentes d’un système égocentré et que l’on n’a pas su ou pas voulu réformer. 

La question de la santé sur les territoires ne se pose donc plus en matière d’égalité d’accès mais bien plutôt d’équité. Il y a désormais une profonde injustice dans l’accès aux soins ou dans la prise en charge médicale que les Français ressentent douloureusement. Ainsi une étude récente (Ouvrage collectif, Pour l’équité d’accès aux soins en cancérologie, Paris, Éditions Porte-plume, 2018) a-t-elle fait une corrélation entre la catégorie socioprofessionnelle de patients atteints de cancers du poumon récidivant et la proposition faite d’accéder à un protocole innovant. « Selon que vous serez puissant ou misérable… »

Cet échec patent dans l’organisation territoriale de la santé s’est accentué ces dernières années sous les coups de boutoir d’une politique budgétaire uniquement axée sur la baisse de la dépense, faisant fi des effets pervers qu’elle pouvait provoquer, des situations de détresse dans lesquelles elle plaçait les hôpitaux et leurs personnels. Ainsi, si pendant des années les CHU ont bénéficié proportionnellement à leurs activités de plus de subsides que les autres établissements publics, cet axiome a fini par céder sous l’effet d’une orthodoxie budgétaire chaque année plus sévère et plus irresponsable.

Extrait du livre de Jean-Carles Grelier, "Nous nous sommes tant trompés, Plaidoyer pour l'avenir de la santé", publié aux éditions du Rocher

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires