En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 18 min 48 sec
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 51 min 31 sec
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 12 heures 53 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 13 heures 25 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 15 heures 54 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 17 heures 2 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 26 min 31 sec
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 13 heures 5 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 16 heures 39 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 17 heures 40 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 18 heures 26 min
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

Publié le 18 janvier 2020
Jean-Carles Grelier publie "Nous nous sommes tant trompés" aux éditions du Rocher. Depuis 25 ans, l'absence de vision et d'imagination des gouvernements successifs a conduit notre système de santé au bord de l'abîme. Extrait 1/2.
Jean-Carles Grelier est Député (LR) de la Sarthe. Il est également porte-parole sur les questions de santé et Orateur du Groupe sur le PLFSS.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Carles Grelier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Carles Grelier est Député (LR) de la Sarthe. Il est également porte-parole sur les questions de santé et Orateur du Groupe sur le PLFSS.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Carles Grelier publie "Nous nous sommes tant trompés" aux éditions du Rocher. Depuis 25 ans, l'absence de vision et d'imagination des gouvernements successifs a conduit notre système de santé au bord de l'abîme. Extrait 1/2.

Depuis plus de soixante ans, le ministère de la Santé s’est lui-même enfermé dans un corpus doctrinal pour ne pas dire doctrinaire, dont il semble ne plus pouvoir sortir, faisant peser des risques mortifères sur l’ensemble de notre système de santé. 

Cette doctrine officielle du ministère de la Santé porte un nom : ce sont les ordonnances Debré de 1958. Elles sont l’œuvre de l’éminent professeur Robert Debré, pédiatre de renommée internationale, et ont été mises en œuvre par son fils, Michel Debré, alors premier Premier ministre de la Ve République. 

Elle repose sur deux principes basiques, qui prenaient sens en 1958, mais qui ne sont plus adaptés aux besoins de notre temps. Le premier est que notre système de santé doit être construit par et pour l’hôpital public. L’hôpital doit être la colonne vertébrale sur laquelle viennent éventuellement s’agréger la médecine libérale, mais aussi l’hospitalisation privée. Le second principe tient dans une construction pyramidale de l’hospitalisation publique qui est bien le témoin d’une époque où l’on aimait par-dessus tout ce centralisme jacobin et parisien. Au sommet de la pyramide, on trouve les centres hospitaliers universitaires (CHU) autour desquels doivent graviter les hôpitaux généraux et locaux. L’excellence pour les CHU, la valetaille devant se contenter des structures plus petites et, dans l’esprit des concepteurs de cette organisation, d’une performance réduite. 

« L’hôpital de demain doit être le centre de la santé. » Ainsi le professeur Robert Debré (Discours prononcé à Rennes en 1973, in Extraits des actes du colloque de Caen des 9 et 10 décembre 1996, « La réforme Debré, un tiers de siècle après ») résumait-il d’une simple phrase non seulement sa vision de l’hôpital, évidemment public, mais encore sa vision globale de notre système de santé. 

Et c’est depuis soixante ans sur cette ligne qu’est organisé et que fonctionne notre système de santé. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer comment, au travers des groupements hospitaliers de territoire ou des communautés professionnelles territoriales de santé, l’État entendait accentuer la mise en coupe réglée de l’ensemble de notre organisation en santé sous l’autorité des hôpitaux publics. 

Et, naturellement, lorsqu’il s’est agi d’effectuer des coupes drastiques dans les budgets hospitaliers, la priorité a évidemment été donnée à l’excellence et donc au CHU. C’est au nom de cette excellence, forcément synonyme de performance, que l’on a depuis vingt-cinq ans fermé à tour de bras, dans les petites et moyennes villes, des maternités, des services de chirurgie pour, progressivement, transformer les hôpitaux locaux en EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou en services de soins de suite. Ils étaient pourtant l’incarnation d’une médecine hospitalière de proximité. Et toutes ces fermetures n’ont pas peu contribué au sentiment d’abandon des territoires ruraux et à la création de ce qu’il est désormais convenu d’appeler les déserts médicaux. 

Ce faisant, on n’a eu aucun complexe, dans un pays où l’égalitarisme l’emporte souvent sur l’égalité, à concentrer les soins techniques et performants en milieu urbain. Et tant pis pour ceux qui n’y avaient pas accès, ils n’ont sans doute qu’à assumer leur choix de la ruralité. 

La ville dont j’ai été le maire est encore dotée d’un centre hospitalier qui dispose d’un plateau chirurgical et dont le service d’imagerie est équipé d’un scanner. Le service des urgences accueille un peu plus de 14 000 patients à l’année. Et malgré cela, l’hôpital n’est pas doté d’un SMUR (le SMUR est un service d’urgence qui prend la forme d’un véhicule d’intervention. À la différence d’une ambulance traditionnelle, il déplace un médecin réanimateur et est équipe de matériel de réanimation). En cas d’arrêt cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral, il faut encore attendre l’arrivée du Samu en provenance du Mans, soit une durée d’environ 45 minutes. Le SMUR de La Ferté-Bernard est, enfin, inscrit dans le prochain schéma régional élaboré par l’agence régionale de santé, venant pour moi achever un combat de plus de dix ans. Mais pour sa mise en œuvre, il faudra encore être en mesure de recruter les médecins réanimateurs nécessaires au bon fonctionnement d’un SMUR. Une mission devenue quasiment impossible lorsque l’on mesure que, sur la seule période de l’été 2019, il aura manqué en Sarthe 33 équivalents- temps-plein de médecins urgentistes, contraignant la plupart des services d’urgence à cesser partiellement leur activité. 

Au motif que son activité pouvait la rendre dangereuse pour les parturientes, la maternité de l’hôpital de La Ferté-Bernard a été contrainte de fermer ses portes, comme de nombreuses autres, en 1993. Nos deux derniers enfants sont venus au monde après notre arrivée dans cette jolie ville moyenne. Je ne résiste pas à l’envie de vous partager mes angoisses lorsque par deux fois mon épouse m’a annoncé les premiers signes de la délivrance et qu’il a fallu gérer 45 minutes de route départementale pour rejoindre la maternité, à une vitesse supérieure à la moyenne et en veillant scrupuleusement à ne pas provoquer de chocs susceptibles d’accélérer le cours de l’histoire. Enfin parvenus à la maternité, la première délivrance est celle du père. Lequel comprend évidemment, à cet instant, pourquoi on a fermé la maternité de sa ville au nom de la sécurité de la mère et de l’enfant… 

J’ajoute que le département de la Sarthe et ses 560 000 habitants ne disposent toujours pas d’un hélicoptère sanitaire, alors que le CHU de référence se trouve à plus d’une heure de route du chef-lieu de département. Et je suis bien conscient qu’il ne s’agit pas d’une situation unique et que de nombreux autres territoires vivent ainsi. Dangereusement.

Victimes innocentes d’un système égocentré et que l’on n’a pas su ou pas voulu réformer. 

La question de la santé sur les territoires ne se pose donc plus en matière d’égalité d’accès mais bien plutôt d’équité. Il y a désormais une profonde injustice dans l’accès aux soins ou dans la prise en charge médicale que les Français ressentent douloureusement. Ainsi une étude récente (Ouvrage collectif, Pour l’équité d’accès aux soins en cancérologie, Paris, Éditions Porte-plume, 2018) a-t-elle fait une corrélation entre la catégorie socioprofessionnelle de patients atteints de cancers du poumon récidivant et la proposition faite d’accéder à un protocole innovant. « Selon que vous serez puissant ou misérable… »

Cet échec patent dans l’organisation territoriale de la santé s’est accentué ces dernières années sous les coups de boutoir d’une politique budgétaire uniquement axée sur la baisse de la dépense, faisant fi des effets pervers qu’elle pouvait provoquer, des situations de détresse dans lesquelles elle plaçait les hôpitaux et leurs personnels. Ainsi, si pendant des années les CHU ont bénéficié proportionnellement à leurs activités de plus de subsides que les autres établissements publics, cet axiome a fini par céder sous l’effet d’une orthodoxie budgétaire chaque année plus sévère et plus irresponsable.

Extrait du livre de Jean-Carles Grelier, "Nous nous sommes tant trompés, Plaidoyer pour l'avenir de la santé", publié aux éditions du Rocher

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires