En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 1 heure 4 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 2 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 5 heures 2 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 5 heures 43 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 7 heures 56 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 8 heures 52 sec
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 4 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 5 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 6 heures 25 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 7 heures 56 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 7 heures 58 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 20 heures 8 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

Publié le 17 janvier 2020
Ce mercredi, la Chambre des représentants a transmis au Sénat l'acte d'accusation contre Donald Trump. Le procès pour destitution du Président américain devrait ainsi débuter mardi prochain.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi, la Chambre des représentants a transmis au Sénat l'acte d'accusation contre Donald Trump. Le procès pour destitution du Président américain devrait ainsi débuter mardi prochain.

Atlantico : Mercredi 15 janvier, alors que les Démocrates lançaient véritablement leur procédure d'impeachment, Donald Trump annonçait avoir trouver un accord commercial avec la Chine. Ces deux moments historiques, se déroulant en même temps, les chaînes télévisées américaines se sont vus contraintes de coupe leur écran en deux. Les Démocrates avaient-ils fait un choix stratégique en transmettant l'acte d'accusation au Sénat le jour où Donald Trump annonçait un accord avec la Chine ?

Eric Branaa : Assurément. C’est vrai que les journalistes n’ont plus su où donner de la tête, et les observateurs non plus, il faut bien l’avouer. La volonté de Nancy Pelosi de retenir pendant un mois l’envoi des articles d’Impeachment a donc abouti à cette impression de chaos, et ce n’est pas un hasard. Le 15 janvier, on a assisté à un moment totalement irréaliste puisque, dans exactement le même temps, il y a eu deux événements d’importance majeure, et qui s’entrechoquaient puisqu’ils racontaient un narratif opposé l’un par rapport à l’autre : les deux protagonistes, très conscients non seulement de la présence médiatique mais également que leur intervention « cannibalisait » celle de l’autre camp, ont fait durer le plaisir : Nancy Pelosi a allongé son discours autant que possible et Donald Trump a remercié un à un tous les élus présent dans la salle, remerciements qui ont tout de même duré une demi-heure !

Au final, c’est bien les démocrates qui ont joué là à un jeu dangereux qui pourrait se retourner contre eux. Car le mieux est l’ennemi du bien, comme le dit l’adage, et il faut savoir faire baisser la tension à un moment donné pour obtenir l’adhésion du public. Le risque est bien entendu que les Américains considèrent que cette opposition menée à Donald Trump est trop systématique et qu’ils ne finissent par voter contre lui dans les urnes.

Se faire omniprésent sur les télévisions nationales alors que le Président signe un accord temps attendu n'était pas là user des mêmes ficelles de communication que le camps Républicains ? En se faisant plus omniprésents que Trump lui-même les Démocrates espèrent-ils capter l'attention et convaincre ? Cette stratégie peut-elle fonctionner ? 

C’est vrai que la stratégie de la communication à tout prix est une stratégie du camp républicain ou, plutôt, de Donald Trump lui-même. Il a beaucoup expliqué en 2015 que le plus important est d’être présent dans les médias, quoi que l’on puisse dire de vous. Cela s’est traduit par une campagne pleine de provocations mais qui a été vraiment très efficace : à chaque fois, il prenait la première place dans les premières pages de tous les journaux et était au centre des conversations, et donc du jeu. En saturant l’espace médiatique, il n’a plus laissé aucune place à ses adversaires, qui ont tous été défaits un par un. 

Les démocrates ont visiblement voulu retourner l’arme contre celui qui l’a brandie. Mais le résultat n’est peut-être pas celui qui était attendu, et certainement pas le même que celui atteint par Donald Trump en 2015. Car, par leur stratégie d’attaques tout azimut, les démocrates finissent par ne parler que de celui qui prétendent combattre et, ce faisant, en arrive même à étouffer leurs propres primaires. Les jeunes pousses du Parti ont souffert de ce manque d’exposition médiatique et ont fini par jeter l’éponge. Plus grave peut-être : les primaires ne permettent pas aux candidats de faire connaître leurs propositions. On en reste à un classement quasi-hippique, puisque tout ce qu’en relate les médias dans le peu d’espace qu’il leur reste est un classement entre les deux ou trois candidats de tête, au gré des sondages qui tombent. 

A ce jeu-là, Trump ne peut que gagner : ses propositions pourraient bien faire mouche et convaincre, parce qu’elles seront les seules audibles lorsqu’il entrera en scène pour la campagne générale, en septembre. On reparlera alors de frontière, de mur, et peut-être de rien d’autre. C’est lui qui imposera le tempo, parce que les démocrates auront négligé de la faire avant lui.

Toujours au moment de l'accord commercial, les Démocrates ont également publié des documents en provenance du cabinet de Rudy Giulani, lesquels pourraient nuire à la défense du Président. Si l'issue du procès en destitution de Donald Trump fait peu de doute, cette omniprésence, ces choix tactiques pourraient être gagnants pour les Démocrates en leur permettant de rafler la victoire aux Républicains ? Tout compte fait, le choix de lancer une procédure d'impeachment un an avant des élections présidentielles était-il si maladroit ? 

Les révélations autour de « l’affaire Ukrainienne » continuent à être nombreuses, en effet. Certains observateurs se jettent dessus comme s’il s’agissait de pain béni et font de longs commentaires par lesquels ils expliquent tout le mal qu’ils pensent de ce président. Mais on ne peut pas crier au loup indéfiniment. Pour la très grande majorité des Américains, l’affaire a déjà été instruite par la Chambre des représentants et on est maintenant dans un autre temps, celui du procès. En ajoutant de nouveaux éléments, les démocrates ou ceux qui les soutiennent, ne font que brouiller le message et ajoutent de la crédibilité à la défense de Donald Trump qui crie au complot, à la chasse aux sorcières. La capacité de tout un chacun à recevoir et traiter des informations est forcément limitée : le trop plein entraine un rejet. On retrouve la même lassitude que celle qui a été enregistrée avec l’affaire russe. L’accumulation des affaires contre Donald Trump décrédibilise l’ensemble des attaques menées contre lui. C’est une des raisons qui plaide en faveur de l’hypothèse que la procédure d’Impeachment, pas plus qu’une autre affaire, n’aura de poids dans le futur scrutin. Pas plus qu’une autre en tout cas. Une écrasante majorité d’Américains savent déjà pour qui ils vont voter alors qu’il reste encore 290 jours pour se décider !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henir33
- 17/01/2020 - 11:46
la vérité
la réalité c'est que le dossier établi par les démocrates de la Chambre peut se résumer ainsi : il faut destituer Trump parce que ... il est Trump et l'affaire Ukrainienne n'est en fait qu'un scandale démocrate (le fils de Joe Biden embourbé dans une sordide affaire de corruption) que les démocrates ont tenté de retourner en accusations anti-Trump