En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 28 min 46 sec
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 3 heures 28 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 6 heures 31 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 6 heures 58 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 12 heures 21 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 2 heures 47 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 4 heures 32 sec
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 6 heures 40 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 11 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 12 heures 39 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

Publié le 17 janvier 2020
La grève contre la réforme des retraites entre dans une nouvelle phase : celle de la stagnation, après une confrontation lourde entre les protestataires et le gouvernement. Désormais condamnés à s'amenuiser par une attrition prévisible, les cortèges qui battent le pavé rassemblent les irréductibles dans un face-à-face qui rappelle que le compromis souhaité par Emmanuel Macron n'a pas vu le jour.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grève contre la réforme des retraites entre dans une nouvelle phase : celle de la stagnation, après une confrontation lourde entre les protestataires et le gouvernement. Désormais condamnés à s'amenuiser par une attrition prévisible, les cortèges qui battent le pavé rassemblent les irréductibles dans un face-à-face qui rappelle que le compromis souhaité par Emmanuel Macron n'a pas vu le jour.

Comme on pouvait s’y attendre, les cortèges de manifestants ce jeudi 16 janvier ont rassemblé moins de mondes que les cortèges précédents. La lutte piétine, et les rages s’affadissent. Progressivement, les rues ne devraient plus être secouées que par les plus actifs, les plus déterminés, les plus irréductibles. Mais cet essoufflement n’efface pas le malaise qui règne dans le pays : le gouvernement n’a guère convaincu, et les plaies sont ouvertes et sanguinolentes.

La grève s’essouffle mais continue

Le spectacle des cortèges dans les rues a probablement conforté le gouvernement dans le sentiment (trompeur, de notre point de vue) selon lequel le plus dur est fait. Certes, le compromis rapide appelé de ses voeux à la Saint-Sylvestre par Emmanuel Macron n’a pas eu lieu, et un compromis n’aura probablement pas lieu. Les syndicats contestataires sont toujours vent de bout contre cette réforme, et les états-majors parisiens des syndicats réformistes (UNSA et CFDT) peinent à dissimuler la grogne sur le terrain, en tout cas dans les professions concernées par la suppression des régimes spéciaux. Il n’en reste pas moins que la virulence laisse la place à une sorte de détermination jusqu’au-boutiste, plutôt pacifique pour l’instant (à Paris, il n’y a pas eu de gaz lacrymogènes dans les rues).

Dans la pratique, la grève est loin d’être terminée. Plusieurs signaux indiquent qu’elle s’essouffle d’abord parce que les grévistes viennent à manquer d’argent, beaucoup plus que par la concession d’Édouard Philippe lâchée samedi. Mais il existe encore de nombreux foyers de contestation, et le SNES se félicitait aujourd’hui de la réceptivité des enseignants à la contestation. Le gouvernement aurait donc bien tort de croire que cette victoire tactique arrachée pied à pied soit synonyme d’un permis à tout faire.

Le recul dans le désordre annoncé par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron semble assez conscient de ce faible espace politique qui lui reste, puisque, à l’occasion des voeux à la presse, il a commis une remarque relevée par Le Parisien :

« si vous avez des droits liés au premier enfant, à des tâches pénibles, vous aurez des âges pivots ». Vantant « un système plus transparent, plus intelligent », avec « des règles qui sont les mêmes pour tout le monde », insistant sur la « distinction entre des professions et des fonctions », le président de la République formule ce drôle d'aveu : « Il y aura peut-être 66 millions d'âges pivots. »

On comprend que la logique gouvernementale consiste désormais à éteindre l’incendie compartiment par compartiment, en lâchant des concessions à la demande et sur mesure. Le système qui devait être universel devient peu à peu un patchwork au moins aussi complexe à saisir que son prédécesseur. Les Échos ont répertorié ce matin les différentes caisses autonomes qui survivront à la réforme, particulièrement dans les professions libérales : médecins, avocats, experts-comptables. Mais aussi pilotes de ligne. Le mythe d’un seul régime universel part en fumée, et il faudra de nombreuses années pour faire oublier ces créations historiques, souvent solidifiées par d’épaisses couches de réserves financières.

Un dialogue social qui part en quenouilles

De cette série feuilletonnée sur les retraites, à supposer qu’elle soit terminée (ce qui est loin d’être évident car le débat parlementaire sera long et réservera des surprises), on gardera le sentiment d’un rendez-vous raté du pouvoir exécutif avec les organisations syndicales. Beaucoup cherchent à se rassurer en prêtant au gouvernement l’idée que les syndicats ne sont plus représentatifs et que dialoguer avec eux ne sert plus à rien. Il n’en reste pas moins que, même dans cet état d’esprit, Édouard Philippe s’est livré à des vexations contre-productives qui ont envenimé le débat et largement pénalisé le pays tout entier.

Ces vexations étaient d’autant plus inutiles qu’Emmanuel Macron semble avoir promis la part belle aux organisations syndicales dans la gouvernance du futur système. Alors pourquoi se fâcher avec eux ? On retrouve ici la manie très ancien monde de préférer le passage en force à la négociation, quitte à devoir lâcher bien plus de concessions pour ramener l’ordre que dans une solution négociée. C’est l’absurdité française qui triomphe. Rien ne dit, insistons sur ce point, que les dégâts s’arrêteront là. Le débat parlementaire n’a pas commencé, et la fonction publique n’a pas encore bouclé ses positions. Dans la guerre de tranchées qui commence, nul ne sait les événements qui peuvent encore émailler le parcours du texte.

La fusion des Gilets Jaunes et des syndicats contestataires a eu lieu

Dans les signaux faibles qu’on retiendra, le plus important d’entre eux tient probablement au rapprochement qui a eu lieu entre les différentes composantes de la contestation. À Paris, aujourd’hui, le cortège mélangeait joyeusement Gilets Jaunes et syndicalistes. Cette « convergence des luttes » que beaucoup redoutaient et qui ne venait pas s’est finalement produite. L’événement est pacifique et somme toute d’apparence anodin. Il ne révèle pas moins l’importance des mouvements d’opinion qui se produisent en sous-main : peu à peu, le gouvernement coalise contre lui des mouvements d’opposition virulente.

Le même jour, Bruno Le Maire annonçait une (logique) baisse de rémunération du livret A. Et Édouard Philippe annonçait hier le calendrier des réformes pour les six prochains mois… Celui-ci comporte notamment des mesures à caractère écologique. On attend de voir si ce calendrier plutôt marqué à gauche apaisera les tensions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 17/01/2020 - 22:21
La France,une cocotte minute...(suite et fin.)
Quand à dissoudre l'assemblée,je rejoins j'accuse,le locataire de l'Elysée,sait très que dans une telle perspective ,son assemblés de godillots seraient laminées et ,il en a besoin pour tenir jusque en 2022.Le risque et voir le cabot élyséen se crisper dans ses bottes face aux manifestations qui font se faire de plus en plus nombreuses dans le pays,et la répression qui s'en suivra,passant ainsi de la phase despotiques à la phase tyranniques.D'ici,2022,la France,va beaucoup ressembler à une cocotte minute sans soupapes de sécurité.
spiritucorsu
- 17/01/2020 - 22:04
La France une cocote minute qui boue sans soupape de sécurité.
Excellent analyse de l'auteur,avec une vision très lucide de ce qui s'annonce aujourd'hui pour le pays,avec un dirigeant psychorigide,narcissique en diable,et à l'ego boursouflé,et qui en conséquence,n'a pas le bon logiciel pour être aux manettes.Le monarque président,fort de son élection,par défaut,estime qu'il à la légitimité pour gouverner,quitte à faire n'importe quoi et tout son contraire,comme un roi absolu,il gouverne selon son beau plaisir.Le comportement despotique,n'a pas sa place dans une veille République,un état démocratique,il contribuent très largement à radicaliser le pays.
Ganesha
- 17/01/2020 - 21:51
N'ayez pas peur !
Personnellement, je serais disposé à croire qu'il existe un accord secret entre Marine et le bel Emmanuel
Depuis bientôt trois ans, notre président a vraiment fait de son mieux pour nous montrer les aspects les plus désastreux et répugnants du Néolibéralisme.
Les papys Atlantico sont terrifiés par la crainte qu'on leur confisque leurs modestes économies.
Mais Marine qui ne serait que premier ministre, cela devrait vous rassurer !