En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

06.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 7 heures 30 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 9 heures 55 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 11 heures 8 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 13 heures 45 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 14 heures 44 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 15 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 15 heures 59 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 16 heures 23 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 16 heures 58 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 10 heures 20 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 12 heures 20 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 15 heures 45 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 16 heures 59 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

Publié le 17 janvier 2020
La grève contre la réforme des retraites entre dans une nouvelle phase : celle de la stagnation, après une confrontation lourde entre les protestataires et le gouvernement. Désormais condamnés à s'amenuiser par une attrition prévisible, les cortèges qui battent le pavé rassemblent les irréductibles dans un face-à-face qui rappelle que le compromis souhaité par Emmanuel Macron n'a pas vu le jour.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grève contre la réforme des retraites entre dans une nouvelle phase : celle de la stagnation, après une confrontation lourde entre les protestataires et le gouvernement. Désormais condamnés à s'amenuiser par une attrition prévisible, les cortèges qui battent le pavé rassemblent les irréductibles dans un face-à-face qui rappelle que le compromis souhaité par Emmanuel Macron n'a pas vu le jour.

Comme on pouvait s’y attendre, les cortèges de manifestants ce jeudi 16 janvier ont rassemblé moins de mondes que les cortèges précédents. La lutte piétine, et les rages s’affadissent. Progressivement, les rues ne devraient plus être secouées que par les plus actifs, les plus déterminés, les plus irréductibles. Mais cet essoufflement n’efface pas le malaise qui règne dans le pays : le gouvernement n’a guère convaincu, et les plaies sont ouvertes et sanguinolentes.

La grève s’essouffle mais continue

Le spectacle des cortèges dans les rues a probablement conforté le gouvernement dans le sentiment (trompeur, de notre point de vue) selon lequel le plus dur est fait. Certes, le compromis rapide appelé de ses voeux à la Saint-Sylvestre par Emmanuel Macron n’a pas eu lieu, et un compromis n’aura probablement pas lieu. Les syndicats contestataires sont toujours vent de bout contre cette réforme, et les états-majors parisiens des syndicats réformistes (UNSA et CFDT) peinent à dissimuler la grogne sur le terrain, en tout cas dans les professions concernées par la suppression des régimes spéciaux. Il n’en reste pas moins que la virulence laisse la place à une sorte de détermination jusqu’au-boutiste, plutôt pacifique pour l’instant (à Paris, il n’y a pas eu de gaz lacrymogènes dans les rues).

Dans la pratique, la grève est loin d’être terminée. Plusieurs signaux indiquent qu’elle s’essouffle d’abord parce que les grévistes viennent à manquer d’argent, beaucoup plus que par la concession d’Édouard Philippe lâchée samedi. Mais il existe encore de nombreux foyers de contestation, et le SNES se félicitait aujourd’hui de la réceptivité des enseignants à la contestation. Le gouvernement aurait donc bien tort de croire que cette victoire tactique arrachée pied à pied soit synonyme d’un permis à tout faire.

Le recul dans le désordre annoncé par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron semble assez conscient de ce faible espace politique qui lui reste, puisque, à l’occasion des voeux à la presse, il a commis une remarque relevée par Le Parisien :

« si vous avez des droits liés au premier enfant, à des tâches pénibles, vous aurez des âges pivots ». Vantant « un système plus transparent, plus intelligent », avec « des règles qui sont les mêmes pour tout le monde », insistant sur la « distinction entre des professions et des fonctions », le président de la République formule ce drôle d'aveu : « Il y aura peut-être 66 millions d'âges pivots. »

On comprend que la logique gouvernementale consiste désormais à éteindre l’incendie compartiment par compartiment, en lâchant des concessions à la demande et sur mesure. Le système qui devait être universel devient peu à peu un patchwork au moins aussi complexe à saisir que son prédécesseur. Les Échos ont répertorié ce matin les différentes caisses autonomes qui survivront à la réforme, particulièrement dans les professions libérales : médecins, avocats, experts-comptables. Mais aussi pilotes de ligne. Le mythe d’un seul régime universel part en fumée, et il faudra de nombreuses années pour faire oublier ces créations historiques, souvent solidifiées par d’épaisses couches de réserves financières.

Un dialogue social qui part en quenouilles

De cette série feuilletonnée sur les retraites, à supposer qu’elle soit terminée (ce qui est loin d’être évident car le débat parlementaire sera long et réservera des surprises), on gardera le sentiment d’un rendez-vous raté du pouvoir exécutif avec les organisations syndicales. Beaucoup cherchent à se rassurer en prêtant au gouvernement l’idée que les syndicats ne sont plus représentatifs et que dialoguer avec eux ne sert plus à rien. Il n’en reste pas moins que, même dans cet état d’esprit, Édouard Philippe s’est livré à des vexations contre-productives qui ont envenimé le débat et largement pénalisé le pays tout entier.

Ces vexations étaient d’autant plus inutiles qu’Emmanuel Macron semble avoir promis la part belle aux organisations syndicales dans la gouvernance du futur système. Alors pourquoi se fâcher avec eux ? On retrouve ici la manie très ancien monde de préférer le passage en force à la négociation, quitte à devoir lâcher bien plus de concessions pour ramener l’ordre que dans une solution négociée. C’est l’absurdité française qui triomphe. Rien ne dit, insistons sur ce point, que les dégâts s’arrêteront là. Le débat parlementaire n’a pas commencé, et la fonction publique n’a pas encore bouclé ses positions. Dans la guerre de tranchées qui commence, nul ne sait les événements qui peuvent encore émailler le parcours du texte.

La fusion des Gilets Jaunes et des syndicats contestataires a eu lieu

Dans les signaux faibles qu’on retiendra, le plus important d’entre eux tient probablement au rapprochement qui a eu lieu entre les différentes composantes de la contestation. À Paris, aujourd’hui, le cortège mélangeait joyeusement Gilets Jaunes et syndicalistes. Cette « convergence des luttes » que beaucoup redoutaient et qui ne venait pas s’est finalement produite. L’événement est pacifique et somme toute d’apparence anodin. Il ne révèle pas moins l’importance des mouvements d’opinion qui se produisent en sous-main : peu à peu, le gouvernement coalise contre lui des mouvements d’opposition virulente.

Le même jour, Bruno Le Maire annonçait une (logique) baisse de rémunération du livret A. Et Édouard Philippe annonçait hier le calendrier des réformes pour les six prochains mois… Celui-ci comporte notamment des mesures à caractère écologique. On attend de voir si ce calendrier plutôt marqué à gauche apaisera les tensions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 17/01/2020 - 22:21
La France,une cocotte minute...(suite et fin.)
Quand à dissoudre l'assemblée,je rejoins j'accuse,le locataire de l'Elysée,sait très que dans une telle perspective ,son assemblés de godillots seraient laminées et ,il en a besoin pour tenir jusque en 2022.Le risque et voir le cabot élyséen se crisper dans ses bottes face aux manifestations qui font se faire de plus en plus nombreuses dans le pays,et la répression qui s'en suivra,passant ainsi de la phase despotiques à la phase tyranniques.D'ici,2022,la France,va beaucoup ressembler à une cocotte minute sans soupapes de sécurité.
spiritucorsu
- 17/01/2020 - 22:04
La France une cocote minute qui boue sans soupape de sécurité.
Excellent analyse de l'auteur,avec une vision très lucide de ce qui s'annonce aujourd'hui pour le pays,avec un dirigeant psychorigide,narcissique en diable,et à l'ego boursouflé,et qui en conséquence,n'a pas le bon logiciel pour être aux manettes.Le monarque président,fort de son élection,par défaut,estime qu'il à la légitimité pour gouverner,quitte à faire n'importe quoi et tout son contraire,comme un roi absolu,il gouverne selon son beau plaisir.Le comportement despotique,n'a pas sa place dans une veille République,un état démocratique,il contribuent très largement à radicaliser le pays.
Ganesha
- 17/01/2020 - 21:51
N'ayez pas peur !
Personnellement, je serais disposé à croire qu'il existe un accord secret entre Marine et le bel Emmanuel
Depuis bientôt trois ans, notre président a vraiment fait de son mieux pour nous montrer les aspects les plus désastreux et répugnants du Néolibéralisme.
Les papys Atlantico sont terrifiés par la crainte qu'on leur confisque leurs modestes économies.
Mais Marine qui ne serait que premier ministre, cela devrait vous rassurer !