En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 14 min 48 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 26 min 56 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 3 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 15 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 16 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 25 min 28 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 57 min 31 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 4 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 57 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 53 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Cette crise de défiance

Fake news : Quand Emmanuel Macron diagnostique un vrai danger mais propose un remède qui pourrait se révéler pire que le mal

Publié le 16 janvier 2020
Emmanuel Macron a renoué ce mercredi avec la tradition présidentielle des "voeux à la presse". Lors de son discours, il a notamment évoqué les prochaines réformes, les municipales de mars 2020 et les violences au sein des récents conflits sociaux.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a renoué ce mercredi avec la tradition présidentielle des "voeux à la presse". Lors de son discours, il a notamment évoqué les prochaines réformes, les municipales de mars 2020 et les violences au sein des récents conflits sociaux.

Ce que les voeux à la presse nous disent du macronisme 

Il y a deux ans, le 3 janvier 2018, nous avions vu apparaître la première fêlure dans la statue du président. Peu de monde y avait pris garde. Mais les journalistes présents aux voeux à la presse il y a deux ans étaient repartis avec une impression de malaise. Le président à qui rien ne semblait résister y avait en effet annoncé ce qui est devenu « la loi contre la manipulation de l’information » en période d’élection, votée le 20 novembre 2018. A première audition, tout semblait naturel, surtout quand on se convainquait de la manipulation des élections occidentales par des puissances étrangères: n’était-il pas naturel de pouvoir contrôler RT ou Sputnik en période d’élection présidentielle? Et puis, soudain, les journalistes présents avaient commencé à se dire qu’une telle loi pourrait censurer leurs médias. Même les plus macronistes des auditeurs présents ce jour-là étaient ressortis avec une impression mitigée. 

Deux ans plus tard, la situation a changé du tout au tout. Le président de la République est affaibli dans les sondages. Il vient d’affronter, coup sur coup, la plus grave crise sociale de la Vè République, le mouvement des Gilets Jaunes; puis une grève qui bat, elle aussi des records de durée, concernant la réforme des retraites. Le nouveau président de l’Association de la presse présidentielle, Olivier Bost,  n’a pas mâché ses mots: les inquiétudes qui perdurent concernant les « fake news », les incidents entre policiers et journalistes, les tentatives du pouvoir de mettre en cause la confidentialité des sources. Tout y est passé. Emmanuel Macron y a-t-il répondu? 

Nous avions affaire, hier, au visage séducteur du Président. Détendu, capable d’un peu d’humour - lorsqu’il a plaisanté sur son expression malheureuse « Il vous suffit de traverser la rue pour trouver un emploi » -, le président a campé sur ses positions, de manière moins raide que d’habitude mais non moins réelle. A propos des journalistes qui se sont vu confisquer leur matériel lors de manifestations, il a surtout parlé de la violence des manifestants; plutôt que de parler de la loi « fake news », il a évoqué les menaces que font peser les GAFA sur le modèle économique de la presse. Sur les fondamentaux de la liberté de la presse, de la loi de 1881 à la protection des sources, le président a évoqué la nécessité, aujourd’hui, de réguler pour protéger le métier de journaliste. 

Tout n’était pas faux dans l’analyse présidentielle, en particulier quand Emmanuel Macron a évoqué la remise en cause profonde, par le numérique, des modèles économiques et des dangers que l’évolution technologique fait peser sur la viabilité des médias, anciens ou nouveaux. Cette question est bien entendu fondamentale et l’on sentait le Président partagé entre la volonté de montrer qu’il avait fait pression sur les partenaires européens pour peser contre les intérêts de Google & Cie et un sentiment d’impuissance. Pourtant, cela fait longtemps que des pistes de travail ont été avancées: les pays européens n’ont jamais travaillé sérieusement sur la question des micro-paiements pour les articles lus; il serait également envisageable de créer des remises fiscales pour les abonnements aux médias. Mais notre président, que d’aucuns s’obstinent à qualifier de « libéral », a apporté encore une fois la preuve, hier qu’il ne dispose pas du bon logiciel pour comprendre et agir sur le monde actuel. 

Le passage le plus frappant de la conférence de presse est celui où Emmanuel Macron évoque le danger que représente la possibilité, pour tout un chacun, de devenir journaliste avec son smartphone. Je suis témoin d’un événement, je filme et je mets la vidéo sur les réseaux sociaux. Pour le Président, cela ne fera jamais de moi un journaliste, au sens d’un professionnel de l’information. A partir de là, on a assisté à une construction intellectuelle alambiquée, tendant à prouver que la vocation du journaliste étant la production d’informations vérifiées, le fait que le reporter improvisé qui met une vidéo sur facebook ne soit pas vraiment un journaliste, empêche que les informations qu’ils relaient soient vraies etc....Et l’on était reparti dans l’expression d’une conviction: les réseaux sociaux sont les principaux pourvoyeurs de Fake News ! 

On donnera juste un exemple pour montrer les limites d’un tel raisonnement: sans les vidéos des missiles frappant l’avion de ligne abattu par les Iraniens au-dessus de leur territoire le 8 janvier 2020, les Etats occidentaux ou l’Iran auraient-ils réagi de la même façon à l’événement? En saurions-nous aujourd’hui autant? Que ferions-nous sans les réseaux sociaux pour savoir ce qui se passe vraiment en Iran, où la propagande officielle, relayée par tous les journalistes anti-Trump du monde occidental, tendait à nous faire croire que la population était unanime à porter le deuil de Suleimani? Les plus gros pourvoyeurs de fake news ne sont-ils pas, historiquement, les Etats? Nos journalistes sont-ils plus menacés par les réseaux sociaux ou par la tendance au conformisme progressiste d’une grande partie de la profession? 

Enfin, il est un sujet que le Président n’a pas du tout abordé: la confiance dans les journalistes est à un point bas dans toutes les enquêtes d’opinion. Celle envers les politiques n’est pas beaucoup plus élevée. Sort-on de cette double crise de confiance en confondant journalisme et information et en voulant réserver aux journalistes professionnels un hypothétique monopole de l’information crédible, en vouant au « commentaire » toutes les personnes éprises de vérité actives sur les réseaux sociaux? L’opposition entre information et commentaire est absurde. Le propre du métier de journaliste est précisément d’aider à analyser et interpréter une information qu’il n’est pas seul à pouvoir constituer. Il y a bien, comme l’a rappelé le Président, des enjeux de déontologie et de professionnalisme. Mais il a oublié la seule question importante: en quoi le beau métier de journaliste permet-il de faire émerger l’information la plus qualitative et la mieux vérifier? Cela ne passe ni par l’exclusion des réseaux sociaux ni par la réédition d’une connivence entre journalistes et gouvernants. 

Il vous faudra encore beaucoup d’efforts, Monsieur le Président, pour comprendre votre époque et sortir des ambiguïtés du « libéralisme d’Etat » à la française. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 16/01/2020 - 17:37
@Ganesha
C'était un 737 (pas de problème particulier), et non un 737 max. (Celui qui tombe).
Bobby Watson
- 16/01/2020 - 13:42
Le journaliste idéal
Pour Macron, c'est Gilles Bouleau qui va faire ce soir la promo de son épouse. ou les journalistes de BFM qui coupent la parole aux opposants. On attend toujours la réaction de la profession...
Ganesha
- 16/01/2020 - 13:33
737
Ce qui m'avait interrogé dans l'affaire de l'avion récemment abattu en Iran, c'est que, dès le premier jour, on ne s'intéressait pas au fait que c'était un Boeing 737, ce modèle qui a été interdit de vol, après de multiples crashes.
Les journalistes savaient-ils depuis le début ?