En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Le chanteur Christophe serait en réanimation à Brest
il y a 24 min 8 sec
pépite vidéo > International
Rêve de nombreux pays
Thaïlande : des distributeurs automatiques de masques ont été installés à Bangkok
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Europe
Epicentre de l'épidémie

Une crise migratoire que cette crise sanitaire ne saurait nous faire oublier

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Politique
Principales leçons

En France, le virus tue. Et les Amateurs apprennent la communication…

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Santé
Contrefaçon

La crise du Coronavirus fait flamber la circulation de faux médicaments

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Or noir

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

il y a 5 heures 24 min
décryptage > France
Obstacles

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 7 heures 16 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 17 heures 19 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 18 heures 36 min
pépites > Défense
Alerte générale
Coronavirus : cinquante cas positifs ont été recensés à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle
il y a 1 heure 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mademoiselle lève le doigt et quand la tortue se prépare à voyager : c’est l’actualité pascalement confinée des montres
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Europe
Même sans corona-bonds

Réponse économique au Coronavirus : l’Europe avance plus qu’il n’y paraît

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Défense
Silence des armes après le déluge de feu ?

Le Coronavirus, candidat au prix Nobel de la Paix ?

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Education
Peut mieux faire

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Economie
Nouvelle étape dans la guerre commerciale ?

Dé-mondialisation passagère ou profonde ? Les entreprises américaines ont commencé à se désengager de Chine

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 6 heures 53 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 16 heures 43 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 17 heures 41 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 19 heures 11 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Réforme

Conférence de financement des retraites : mais de quoi vont-ils donc pouvoir vraiment parler ?

Publié le 15 janvier 2020
Selon Edouard Philippe la conférence de financement avec les partenaires sociaux doit proposer d'ici au mois d'avril une "mesure d'âge" destinée à équilibrer le système des retraites.
Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie MP Meyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Edouard Philippe la conférence de financement avec les partenaires sociaux doit proposer d'ici au mois d'avril une "mesure d'âge" destinée à équilibrer le système des retraites.

De quoi vont bien pouvoir parler les partenaires sociaux lors de la Conférence sur l’équilibre et le financement des retraites suggérée par la CFDT et acceptée par le Premier ministre Édouard Philippe samedi 11 janvier dernier si « l’âge pivot » qui fâchait tant la CFDT disparaît et s’il ne faut ni baisser les pensions pour préserver le pouvoir d’achat des retraités ni augmenter le coût du travail, c’est-à-dire les cotisations, pour ne pas peser encore plus sur la compétitivité des entreprises ?

La question se pose car dans notre système de retraite par répartition, lequel consiste à chaque échéance à payer les pensions des retraités par les cotisations des actifs, il n’existe pas cinquante façons d’obtenir l’équilibre financier, il n’en existe que trois : augmenter les cotisations, baisser les pensions ou jouer sur l’âge de départ en retraite, ce dernier paramètre pouvant inclure des mesures sur la durée de cotisation.

Mais essayons de reprendre le fil de l’histoire, bien que de l’avis d’Édouard Philippe lui-même le sujet soit « redoutablement technique » (France 2, 20 heures, 12 janvier 2020). Il est certain qu’entre le flou entretenu sur les contours du nouveau système et les multiples épaisseurs « d’acquis sociaux » catégoriels ajoutés et surajoutés au système actuel, rien n’est simple.

Quand Emmanuel Macron a lancé son projet de retraite universelle par points dans son programme présidentiel, projet qui ne s’écarte pas d’un iota du cadre de la répartition, il s’imaginait que la question de l’équilibre financier entre les ressources et les dépenses du système n’était pas un problème. D’où la promesse de ne pas toucher à l’âge légal de départ en retraite de 62 ans en vigueur chez nous – qui est aussi l’âge le plus bas de l’Union européenne, soit dit en passant.

Mais depuis cette époque, le Conseil d’orientation des retraites (ou COR) s’est livré à un certain nombre de calculs savants d’où il ressort qu’à l’horizon 2025, le déficit annuel de notre système par répartition actuel atteindrait de 8 à 17 milliards d’euros selon les différents scénarios envisagés.

C’est pour cette raison que fut introduit le concept « d’âge pivot », dit aussi « âge d’équilibre », afin de parvenir à un équilibre du régime actuel en 2027, date à laquelle le nouveau système par points pourrait démarrer sur des bases financières à peu près saines. Aussi, sans remettre en cause l’âge légal de départ à 62 ans, le bénéfice de la retraite à taux plein n’interviendrait qu’à partir de cet âge pivot, lequel a été fixé dans le projet de texte de loi du gouvernement à 62 ans et 4 mois en 2022 jusqu’à monter progressivement à 64 ans en 2027.

Une disposition qui a été violemment rejetée par la CFDT de Laurent Berger, suivi en cela par la CFTC et l’UNSA, et que le Premier ministre vient d’abandonner afin de recueillir les propositions alternatives des partenaires sociaux pour atteindre l’équilibre d’ici 2027. Édouard Philippe retient donc l’idée de la Conférence de financement suggérée par Laurent Berger, tout en demandant qu’elle rende ses conclusions avant la fin du mois d’avril et non pas juillet 2020, afin de pouvoir en inclure les éventuels résultats dans le projet de loi avant son examen en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Résultat des courses, la CFDT crie victoire, bien que l’âge pivot reste d’actualité dans le cadre du système à points à partir de 2027 et le Premier ministre vante son sens des responsabilités et du compromis – du rarement vu en France, prétend-il. Au passage, il reporte opportunément le sujet qui fâche à l’après-Municipales tout en cherchant à donner l’impression qu’il garde sans faillir son fameux « cap ».

Quant au MEDEF, il a immédiatement fait savoir par communiqué qu’il « s’engagera pleinement dans la conférence de financement » dont les conditions posées par Édouard Philippe de ne toucher ni au niveau des pensions ni au niveau des cotisations le satisfont pleinement. Le syndicat patronal se dit donc prêt à…

« trouver les mesures d’âge justes assurant l’équilibre financier du système de retraites à court, moyen et long terme. »

Mesures d’âge ? Mais quelle horreur ! C’est précisément ce qu’a proposé le gouvernement avec son âge pivot et c’est précisément ce que rejette la CFDT !

Bref, chacun fait son show, mais comment tous ces gens-là vont arriver à s’entendre, c’est une toute autre histoire, car les paramètres habituels de gestion de l’équilibre financier du système par répartition ont été évacués d’entrée de jeu des discussions – de même que l’idée de sortir un tant soit peu de la répartition, mais c’est encore une autre affaire.

Laurent Berger préfère de beaucoup parler de la pénibilité au travail et de l’emploi des seniors, sans oublier le Fonds de réserve des retraites (ou FRR) et ses 32,6 milliards d’euros à fin 2018 (rapport annuel, page 5).

Alors parlons-en, de ce FRR. Constitué en 1999 par des prélèvements sociaux ainsi que par les ressources ponctuelles tirées de privatisations ou de cessions de licences télécoms pour faire face à l’effet « papy-boom » sur le système des retraites, il engrange des produits financiers (ou des pertes, cas de 2018) et verse chaque année 2,1 milliards d’euros à la CADES (ou Caisse d’amortissement de la dette sociale). Cette dernière devant disparaître en 2024, le COR a calculé que le FRR se retrouverait à cette date avec 20 milliards d’euros non affectés.

Sauf qu’avec un déficit structurel des retraites situé entre 8 et 17 milliards d’euros par an, le solde du FRR serait épuisé au mieux en deux ans et demi, laissant le problème entier pour la suite.

La CADES elle-même devant s’éteindre en 2024 (après avoir dû disparaître en 2009, ce qui en dit long sur la gestion des déficits sociaux par les gouvernements successifs), certains esprits très portés sur les taxes ont fait remarquer que ses financements par la CRDS (et une partie de la CSG) devenaient alors disponibles pour d’autres usages. Pourquoi pas pour les retraites, ont-ils susurré avec insistance ?

Autrement dit, attendu que les paramètres d’âge, de cotisations et de prestations ont été exclus de la Conférence de financement et attendu que le Premier ministre a dit et répété qu’il « prendrait ses responsabilités » si les partenaires sociaux ne parvenaient pas à s’entendre, on peut tout à fait parier sur le fait que ces derniers ne s’entendront effectivement pas. Le Premier ministre aura alors le champ libre, peut-être pas pour réintroduire l’âge pivot, ce qui risquerait de relancer les grèves et les blocages, mais pour en passer, « courageusement » n’en doutons pas, par les impôts et taxes pour combler le déficit des retraites jusqu’en 2027, voire au-delà.

Lecteurs, vous la sentez venir cette Contribution retraite, généralisée ou pas, éventuellement concentrée sur les plus hauts revenus pour contrebalancer dans l’opinion post Gilets jaunes le remplacement fort peu populaire de l’ISF par l’IFI – contribution qui prendrait officiellement fin en 2027 mais qui aurait toutes les chances de perdurer ad vitam ?

Voilà qui ferait vraiment plaisir à Laurent Berger qui s’enthousiasmait ces jours-ci à l’idée d’introduire « une contribution supplémentaire » sur les hauts salaires dans le futur système universel. Sans compter toutes les possibilités que les excédents des régimes autonomes tels que ceux des avocats ou des pharmaciens permettent d’envisager une fois qu’ils seront fondus dans le nouveau système. La « solidarité à la française » n’est plus à une petite spoliation près.

Notez que j’espère me tromper. Mais un tel barouf conférenciel sur les retraites évoque surtout des lendemains aussi désespérément français que désespérément dommageables pour notre prospérité : des dépenses, des déficits, de la dette et des impôts. Ça promet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires