En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 8 heures 15 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 12 heures 15 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 13 heures 17 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 14 heures 27 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 15 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 18 heures 15 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 11 heures 57 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 12 heures 30 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 19 heures 7 min
Donald Trump
Donald Trump
Trump l'anti-Bush

Donald Trump, c’est le contraire de George W. Bush

Publié le 14 janvier 2020
La mort de Qasser Soleimani par un raid américain a sonné comme une trahison pour l'Iran. Le pays a promis de se venger des Etats-Unis mais aussi de toutes les forces impliquées de près ou de loin à la mort du général qu'elle considère comme étant des "terroristes". Que va-t-il se passer entre l'Iran et Donald Trump à présent ?
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mort de Qasser Soleimani par un raid américain a sonné comme une trahison pour l'Iran. Le pays a promis de se venger des Etats-Unis mais aussi de toutes les forces impliquées de près ou de loin à la mort du général qu'elle considère comme étant des "terroristes". Que va-t-il se passer entre l'Iran et Donald Trump à présent ?

Les erreurs d’analyse de la sphère politico-médiatique occidentale

Depuis la nouvelle de la mort de Soleimani, tué par l’armée américaine, une partie du monde médiatique et politique occidental se montre sous son pire visage. Que n’a-t-on entendu sur l’irresponsabilité du président américain, qui allait déclencher la 3è guerre mondiale! Puis nous avons eu droit à des images de l’enterrement du combattant tué, qui devaient prouver que Donald Trump avait réconcilié tous les Iraniens avec le régime de Téhéran. Puis on nous a annoncé que les troupes américaines allaient quitter l’Irak, qu’il y avait des victimes américaines suite aux tirs de missiles iraniens, que Trump allait bombarder l’Iran en représailles. Enfin, on nous a a assuré que l’Iran ne pouvait rien à l’écrasement d’un avion civil à 60 km de Téhéran; et lorsque le régime a fini par avouer qu’il avait abattu l’avion, c’était bien sûr de la faute de Trump, qui avait déclenché la crise. 

Ce qui s’est vraiment passé entre les Etats-Unis et l’Iran

La réalité est toute différente, bien entendu: 
1. l’Iran avait, ces derniers mois, accumulé les provocations, d’abord contre les alliés des Américains (Norvège, Japon, Arabie Saoudite); Trump n’avait pas réagi. Alors les Iraniens ont fait monter la provocation d’un ton en abattant un drone américain puis en attaquant l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad. 
2. Téhéran s’attendait sans doute à ce que les Américains s’écrasent, comme Carter en 1979 lors de la prise d’otages à Téhéran; ou plus récemment, lorsqu’Obama et Hillary Clinton ont subi les attaques contre le consulat américain de Benghazi en Libye. Donald Trump a réagi, alors, de manière absolument ciblée: il a donné l’ordre de tuer le Général Soleimani, organisateur infatigable, depuis des années, de la guérilla terroriste, directe ou indirect des Etats-Unis dans le monde. 
3. Il s’est passé ce qui se passe lorsqu’on vise une armée à la tête et qu’elle perd son chef. Les dirigeants iraniens se sont trouvés en état de sidération. Et ceci au point de paniquer et abattre un avion civil. Ni l’envoi sur des bases militaires américaines en Irak de missiles qui n’ont fait aucune victime; ni les menaces officielles ne peuvent cacher la sidération du régime devant le fait que le président Trump a osé abattre le combattant de l’ombre que ses prédécesseurs avaient toujours épargné malgré la somme des informations sur ses agissements en faveur du terrorisme. 
4. Loin de révéler un pays soudé derrière le régime, nous avons vu des manifestations d’opposants, dans les grandes villes, succéder aux grandes manifestations officielles et obligatoires qui avaient marqué l’élimination de Suleimani. 
5. Loin de se livrer à une surenchère vis-à-vis de l’Iran, Donald Trump a proposé de reprendre les négociations sur le renoncement de l’Iran à l’arme atomique tout en resserrant le garrot des sanctions sur le régime. 

Donald Trump est l’anti-Bush...

On pourrait accepter que les observateurs occidentaux se trompent sur l’Iran, un pays encore semi-totalitaire, dont pas grand monde ne maîtrise la langue. Mais comment peut-on se tromper à ce point sur Donald Trump? Comment ne pas voir ce qui saute aux yeux: le président américain, tout républicain qu’il soit, agit à l’opposé de George W. Bush? 
- Après les attentats du 11 septembre 2001, au lieu de se consacrer à la traque et à l’élimination de Ben Laden, le président Bush a déclenché deux guerres qui ont fait des dizaines de milliers de victimes innocentes: contre l’Afghanistan puis contre l’Irak. Trump, lui, est adepte d’une stratégie classique, consistant à viser les organisateurs du terrorisme: Al-Bagdadi en octobre 2019 puis Soleimani. Sunnites et Chiites extrémistes ont perdu leur chef respectif. C’est une stratégie bien plus intelligente et moins sanglante que les représailles tous azimuts de Bush. 
- George W. Bush avait essayé d’entraîner ses alliés occidentaux dans une « croisade pour la démocratie ». Il avait eu recours à des informations truquées pour faire croire que l’Irak possédait des armes de destruction massive. Donald Trump, lui, fonde sa politique étrangère sur le respect que l’on doit aux Etats-Unis, ni plus ni moins. Il ne croit pas à l’imposition violente de la démocratie. Face aux manifestations iraniennes contre le régime, consécutivement à la destruction d’un avion de ligne, il s’est contenté de donner en modèle le combat courageux des Iraniens pour leur liberté. 
- George W. Bush était convaincu que les Etats-Unis pouvaient intervenir tous azimuts et il a dépensé des centaines de milliards de dollars dans les guerres au Moyen-Orient. Donald Trump souhaite économiser les moyens et les troupes des Etats-Unis. Il mise plutôt sur la modernisation de l'armée américaine, sa capacité à intervenir à la demande avec des moyens modernes. 
- George W. Bush croyait qu’il y avait une vocation impériale américaine; il faisait travailler ses experts sur un « nouveau siècle américain ». Donald Trump croit à la coopération entre nations souveraines. Il lui importe que les Etats-Unis restent la première puissance du monde. Ensuite, il réfléchit en termes d’équilibre mondial: il demande aux Européens de prendre leur part de la défense transatlantique; il souhaiterait une réconciliation avec la Russie; il a renoué un lien fort avec le Japon et voudrait la réunification des deux Corée pour Disposer de points d’appui face à la Chine. 

... mais bien peu s’en rendent compte

Si l’on jugeait équitablement le président Trump, on s’apercevrait qu’il est prudent et soucieux d’équilibre, là où George W. Bush se livrait à des rodomontades et cherchait à imposer la domination américaine. Trump est rusé et stratège là où « W » était prévisible et prêt à tout écraser sous un tapis de bombes. Donald Trump préfèrera toujours, s’il a le choix, la négociation au conflit; alors que Bush junior était fasciné par la guerre et bien piètre négociateur. 

Tout ceci devrait sauter aux yeux des observateurs, s’ils n’étaient pas aveuglés par un lourd préjugé, consistant à sous-estimer Donald Trump, à l’accuser de bêtise quand il ne fait rien et le soupçonner de folie quand il agit. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 15/01/2020 - 12:34
Confusion avec le Trump 1ère manière
Celui qui promettait de metre fin aux guerres inutiles et stupides.
Certes il y a avait une ambiguité, parce que Trump promettait " en même temps" de déchirer l'accord sur le nucléaire Iranien.
Mais tout le monde a cru que c'était un contrefeu juste destiné à ne pas se faire de l'establishment un ennemei acharné.
Les partisans anti-guerres de Trump qui ont considéré que cela n'invalidait pas son engagement anti-guerres.
L'establishment républicain, les neo-conservateurs qui l'auront rejeté jusqu'au bout.
Aujourd'hui on a affaire à un véritable chassé-croisé.
Les partisans de la 1ère heure de Trump, les "paléo-conservateurs", les libertariens ne reconnaissent plus leur Trump http://www.ronpaulinstitute.org/archives/featured-articles/2020/january/06/why-i-don-t-trust-trump-on-iran/
philippe de commynes
- 15/01/2020 - 12:33
Confusion avec le Trump 1ère manière (II)
Vous traitez Soleimani de terroriste, mais s'il n'avait pas été là (et ses alliés Kurdes, de l'armée et des milices Irakiennes, de l'armée régulière Syrienne) qui aurait été là pour éliminer les VRAIS terroristes de Daech, al Nosra et compagnie ?
Soleimani a tué Daech, Trump n'a fait que de faire tuer Baghdadi.
Et quand au combat que Soleimani a contribuer à mener un moment contre les forces Américaines en irak, il ne faut pas oublier qu'à l'époque l'Iran était la prochaine cible de regime change,
que les Chiites Irakiens sont assez grands pour ne pas avoir besoin que l'on leur dise de lutter contre l'occupation Américaine pour qu'ils le fassent (quand l'Irak est devenu protectorat Anglais les Chiites ont été les seuls à résister, les sunnites ont collaboré, c'est pour çà qu'ils ont été coopté et qu'ils ont gardé le pouvoir jusqu'à la chute de Saddam)
que les "allés" Séoudiens et Pakistanais aidaient et encourageaient les Djihadistes sunnites et les Talibans sans que personne (même trump) n'y ait rien retrouvé à redire.
philippe de commynes
- 15/01/2020 - 12:32
Confusion avec le Trump 1ère manière (III)
Vous évoquez les menaces que Soleimani faisait peser, mais on quand même eu l'administration Trump qui a évoqué des menaces précises, Et interrogé pompeo a déclaré qu'il y avait des menaces, mais pas précises, pour ensuite se raviser "il était fatigué", en fait si ces menaces étaient précises ... toujours est il que l'administration Trump n'a toujours pas pu fournir de début de preuves ...

Vous nous dites que Trump est rusé et stratège, mais c'est intelligent d'à la fois dire soutenir les Iraniens contre le régime et les traiter de terroristes (le muslim ban, alors que les Irano-américains sont l'une des communautés les plus tranquilles et prospères) et de vouloir , comme Daech en Syrie, détruire leur patrimoine cuturel (les 52 cibles, avant d'être contredit par le secrétaire à la défense Esper : l'armée n'obeirait pas à des ordres contraires au droit international.
Bref Mr Husson , vous en faites de trop, comme disait Talleyrand "tout ce qui est excessif est insignifiant".