En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 55 min 5 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 4 heures 29 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 43 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 7 heures 15 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 9 heures 15 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 2 heures 5 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 3 heures 1 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 6 heures 32 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 44 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 8 heures 33 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 9 heures 20 min
© DR / Gilles Klein
© DR / Gilles Klein
Heurts en fin de cortège

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

Publié le 12 janvier 2020
La fin de la manifestation a dérapé à Paris, jeudi, rue de la Pépinière, à côté de Saint-Lazare.
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fin de la manifestation a dérapé à Paris, jeudi, rue de la Pépinière, à côté de Saint-Lazare.

16h19 - Jeudi 9 janvier, Paris :  rue d'Astorg au bord de la place St Augustin

La place Saint-Augustin, située devant la grande et haute église du même nom qui la domine est intégralement bouclée, à l'exception d'un seul accès : venant de Saint-Lazare, l'étroite rue de la Pépinière, par laquelle les premiers manifestants qui précèdent le cortège syndical "officiel" arrivent dans un cul de sac totalement verrouillé, c'est là que la manifestation doit se terminer. Tout va dégénérer dans moins d'un quart d'heure. Et la violence va durer plus d'une heure sans interruption.

16h32 - Jérôme Rodrigues

Des Gilets Jaunes (on reconnaît, des visages connus, comme le barbu Jérôme Rodrigues, avec sa casquette surmontée d'une mini caméra vidéo, mais sans Gilet Jaune) voisinent avec des manifestants masqués, nerveux, des militants d'extrême gauche, des curieux, des gens de tous les âges. Sur les deux côtés de la rue, la tête du cortège, est escortée par des policiers des BRAV (brigades de répression de l'action violente) reconnaissables à leurs casques de moto blancs, qui interviennent toujours à pied. Ils s'en vont sous les sifflets et les huées.

16h33 - Boulevard Malesherbes vers la Madeleine

Très vite les manifestants tournent en rond face aux hautes grilles métalliques très dissuasives qui ferment intégralement le boulevard Malesherbes en direction de la Madeleine, la rue de la Boétie, le boulevard Hausmann en direction des Ternes d'un côté, et de l'autre, en direction des Grands Magasins, avec un canon à eau en position.

15h51 - Cars affrétés par la CGT, au fond l'église Saint-Augustin

Le boulevard Malesherbes en direction de la porte d'Asnières est fermé par un rideau de camions de CRS serrés les uns contre les autres. Derrière les CRS, jusqu'à la place du Général Catroux, ce boulevard est fermé à la circulation qui y est totalement impossible.

15h55 - Car venu de Mantes (78)

Le boulevard est transformé en un immense parking, sur 1 km, occupé par trois files interminables de cars de la CGT venus de toute la région parisienne, collés les uns aux autres, avant tourné vers la porte d'Asnières.

16h43 - rue de la Pépinière

Les manifestants ne tentent pas de forcer ces accès totalement verrouillés. Ils repartent en arrière rue de la Pépinière, vers la gare Saint-Lazare. Et ils affrontent les forces de l'ordre qui les séparent du cortège syndical. La rue n'est pas large, bordée de commerces dont les vitrines commencent à être défoncées. Jets de projectiles, bouteilles, pierres, insultes, grenades lacrymogènes, cela devient vite très dur.

Des charges repoussent une première fois les manifestants les plus violents, mélangés à des badauds qui les entourent, ou restent à regarder le dos au mur, vers la place St Augustin qui est, elle aussi, noyée de lacrymogènes, l'air est irrespirable.

17h14 - rue de la Pépinière

Puis les manifestants repartent vers Saint-Lazare, pas de CRS ou de Gendarmes Mobiles, mais des policiers (reconnaissables au liseré bleu sur leurs casques). Ils reculent sous la pression dans une cohue indescriptible, attaqués de tous les côtés, sous l'oeil de nombreuses personnes tenant des téléphones mobiles. On ne voit pas de caméras de chaînes nationales ou de chaînes d'infos, restées, semble-t-il, avec le cortège syndical dont le début est bloqué au niveau de Saint-Lazare. Lacrymogènes, grenades de désencerclement.

Les murs se couvrent de tags "Starbuk paye tes taxes" "La police tue, Tue la police" en lettres rouges sur les vitrines explosées d'un Starbucks au coin, rue de la Pépinière, et Saint-Lazare, près d'une vitrine sur deux est détruite ou étoilée.

Modes & Travaux, agence Maaf dont le mobilier sert de projectiles sur les policiers, deux cafés Starbucks, Marks & Spencer, La Poste et son distributeur, Home Dépot, Cuisines Mobalpa, une parfumerie, les abribus, etc... Je suis les manifestations de Gilets Jaunes à Paris depuis le début où les affrontements étaient souvent violents mais plus mobiles, plus brefs, intermittents, se déroulant généralement sur des grands axes ou places, je suis habitué je regarde bien autour de moi avant de cadrer vite fait une photo, j'évite tout signe distinctif, ou équipement de protection, qui peuvent vous transformer en cible pour les uns ou les autres, les journalistes étant mal vus.

J'ai rarement constaté une violence aussi concentrée sur une zone aussi limitée, peut-être plus spectaculaire vu l'étroitesse de la rue. Il y a beaucoup d'affrontements au corps à corps. Les policiers harcelés sont de plus en plus nerveux. Certains manifestants moins violents refusent de reculer malgré les sommations, en criant des insultes et en se laissant bousculer restant de face ou bien le dos collé aux boucliers, pendant que d'autres attaquent, se jettent sur un policier qui tente d'interpeller un manifestant qui l'a frappé, les deux roulent par terre, les coups partent dans tous les sens, au milieu des cris, des insultes des hurlements, policiers et manifestants sont mélangés. Le lendemain on parlera d'une vidéo montrant un tir de LBD (volontaire ou accidentel ?) à très courte distance, je n'ai pas assisté à la scène. Mais les policiers étaient très méfiants, certains avançant l'oeil collé au viseur de leur lanceur, menacés de tous les côtés par des manifestants exaspérés.

Vers 18.15 h, le cortège syndical et ses camions sono arrivent enfin progressivement devant la gare Saint-Lazare, et sur la place Saint-Augustin. Une sonorisation lance le slogan, inlassablement répété "Tout le monde déteste la police". C'est la dispersion, l'accès aux autocars CGT est libéré. Vers 19 h la circulation reprend. A 20 h pas une mention ou une image de ces incidents sur TF1.

Samedi 09h44 - distributeur de billets La Poste rue de la Pépinière

Bilan selon la préfecture de police de Paris : 16 policiers et 20 manifestants blessés, 26 interpellations

Photos Gilles Klein

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 13/01/2020 - 05:33
Les Blacks Blocks attaquent
Les policiers, les racailles de banlieue pille et la police eborgne les Français de province, allez comprendre ce pays?
OLYTTEUS
- 12/01/2020 - 17:38
le peuple français
le peuple de Français malmené, dirigé par des incapables tout comme les policiers d'ailleurs et dont on comprend la fatigue et l'usure.
le pr éfet de police a une stratégie très discutable en organisant des nasses qui exaspèrent les manifestants.
quel gâchis humain!
Louna
- 12/01/2020 - 15:40
Pas vu à la télé
Merci Monsieur pour ce reportage édifiant. Cette violence et ces dégradations sont inacceptables et rien ne peut les justifier. C'est triste de constater que "l'amateurisme" du gouvernement a déclanché ce mouvement devenu quasimment incontrôlable et permanent. Merci aussi à tous ces policiers harcelés, pris à parti , usés physiquement et moralement par plus d'un an de manifestations.