En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

05.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

ça vient d'être publié
pépites > International
Explosions
Liban : des dégâts importants et de nombreux blessés après deux fortes explosions au port de Beyrouth, au Liban
il y a 5 min 24 sec
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 3 heures 48 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 4 heures 43 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 8 heures 20 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 11 heures 6 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 22 heures 2 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 3 heures 7 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 4 heures 24 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 9 heures 29 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 10 heures 48 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 21 heures 10 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 22 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

13 novembre 2015 : le désarroi et l’infinie tristesse de Georges Salines, père d’une des victimes du Bataclan, et d’Azdyne Amimour, père d’un des membres du commando terroriste

Publié le 11 janvier 2020
Azdyne Amimour et Georges Salines publient "Il nous reste les mots" chez Robert Laffont. Extrait 1/2.
Georges Salines
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Salines a présidé l'association de victimes 13onze15 : Fraternité et Vérité et milite pour la prévention de la radicalisation. Il est l'auteur de L'Indicible de A à Z (Le Seuil, 2016).
Voir la bio
Azdyne Amimour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azdyne Amimour a exercé plusieurs métiers, dans le commerce, le sport ou le cinéma. Il est le père de Samy Amimour, l'un des trois terroristes du Bataclan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azdyne Amimour et Georges Salines publient "Il nous reste les mots" chez Robert Laffont. Extrait 1/2.

Azdyne Amimour (AA) : Le 13 novembre 2015, je n’avais plus de nouvelles de mon fils Samy depuis plusieurs mois déjà. Parti en Syrie en septembre 2013, il avait fini par couper les ponts, le temps de se préparer certainement. Je crois que, de son point de vue, il désespérait de nous et avait compris qu’il ne nous convaincrait pas. Pour lui, nous étions probablement de mauvais musulmans, irrécupérables, et il n’avait sûrement plus rien à perdre. 

Ce soir du 13 novembre, j’étais à Liège, en Belgique, dans le petit appartement que j’occupais, situé dans l’arrière-magasin d’un commerce de prêt-à-porter que j’avais lancé. J’ai fermé la boutique relativement tôt pour m’installer devant le match France-Allemagne, qui devait commencer à 20 h 30 au Stade de France. J’ai préparé mon dîner et commencé à regarder le match en pensant que j’aurais aimé que mon fils Samy soit à mes côtés. Dans ce match amical, Samy aurait à coup sûr soutenu la France, même si parfois il nous arrivait de supporter l’Algérie. À la deuxième mi-temps, j’ai vu Patrice Évra jouer, puis hésiter, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Le son n’était pas optimal sur ma tablette, mais j’ai pourtant bien entendu les détonations. Sur le moment, comme tout le monde, je n’ai pas saisi ce qu’il se passait, mais j’ai su par la suite que le président François Hollande avait quitté le stade. Bien que toutes les portes aient été fermées, les joueurs ont continué le match jusqu’au bout. Comme des millions de téléspectateurs, je n’ai pas compris sur le coup. Ce n’est que plus tard que j’ai écouté les informations à la radio. 

Georges Salines (GS) : C’est là que tu apprends les fusillades survenues sur les terrasses parisiennes et l’attentat au Bataclan ? 

AA : Effectivement. J’ai contacté ma femme Mouna, qui se trouvait dans notre appartement familial à Drancy, car je savais que notre fille la plus jeune sortait avec ses amies ce soir-là. J’ai demandé à ma femme si la petite allait bien et si elle n’était pas… au Bataclan. Le reste du week-end, j’ai beaucoup écouté les infos à la radio. François Hollande annonçait des perquisitions pour retrouver la piste des complices. À ce moment-là, on ne savait rien officiellement : ni le nombre de terroristes, ni leurs identités bien sûr. Comme tous les dimanches, je suis rentré à Paris. Sur le chemin, j’ai repensé à la déclaration de François Hollande. Avec Samy en Syrie et les perquisitions qu’il y avait déjà eues chez nous, je me suis demandé si la police allait revenir. Dans notre appartement à Drancy, je me suis levé plusieurs fois dans la nuit pour entrouvrir le rideau et regarder par la fenêtre. Rien. C’était la nuit du dimanche 15 au lundi 16 novembre. 

Et toi, Georges, que faisais-tu le 13 novembre 2015 ? 

GS : Le 13 novembre était un vendredi, jour où la fatigue de la semaine se mêle à la satisfaction de voir le week-end arriver. C’était un vendredi 13, mais je m’en moquais bien, je ne suis pas superstitieux et ce qui s’est produit ce jour-là n’y a rien changé. J’ai entrecoupé ma journée de travail par une séance de natation à l’heure de la pause déjeuner à la piscine de la Butte-aux-Cailles, à Paris. J’avais l’habitude d’aller y nager de temps à autre et j’y retrouvais par  fois ma fille Lola. C’est ce qui s’est passé ce jour-là : elle était venue avec son amie Manon, sa voisine de bureau chez Gründ, où elles étaient éditrices. Sa mère, Emmanuelle, et moi voyions Lola presque tous les week-ends. Je l’invitais aussi parfois à déjeuner le midi, depuis que sa maison d’édition s’était installée place d’Italie – où nous nous trouvons aujourd’hui –, à quelques centaines de mètres de mes propres bureaux. 

Je ne suis pas resté longtemps dans le bassin ce jour-là, car j’avais oublié mes lunettes de piscine. Nous avons échangé des banalités avec Lola. Quand on n’a aucune raison de penser qu’on ne se reverra plus, on ne se dit pas les choses qui comptent. Elle m’a dit qu’elle viendrait déjeuner le lendemain à la maison. Je ne savais pas que demain ne viendrait jamais pour elle et que c’était notre dernière conversation. Je ne lui ai pas non plus demandé ses projets pour la soirée. 

AA : Tu ne savais donc pas qu’elle allait au Bataclan ? 

GS : Non. Je n’ai appris que plus tard qu’elle avait été invitée au concert des Eagles of Death Metal par une amie qui avait un billet en trop. Au cours de cette soirée, son amie a pris une balle dans la fesse et Lola en a reçu deux, dont une mortelle. 

AA : Je me demanderai toujours pourquoi ce jour, pourquoi ce groupe, pourquoi ce lieu… 

GS : Tant d’aberrations et d’idioties ont été dites à ce sujet. Des gens peu informés ont pointé des paroles sataniques dans les chansons du groupe et une signification sinistre de son nom. En réalité, ce nom est un oxymore tiré d’une plaisanterie du leader du groupe. À un journaliste qui lui demandait si leur musique était du death metal, il a répondu : « Si ce qu’on fait est du death metal, alors nous sommes les Eagles du death metal » ; sachant que ce genre de musique est plutôt extrême, alors que les Eagles étaient un groupe au son souvent considéré par les fans de rock comme trop sage et sophistiqué. Le nom du groupe était donc simplement un clin d’œil.

Extrait du livre d’Azdyne Amimour et Georges Salines, "Il nous reste les mots", publié chez Robert Laffont

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires