En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 5 heures 10 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 6 heures 41 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 9 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 12 heures 24 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 12 heures 36 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 13 heures 28 sec
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 6 heures 2 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 7 heures 50 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 9 heures 45 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 13 heures 5 min
© Martin BUREAU / POOL / AFP
© Martin BUREAU / POOL / AFP
Atlantico Business

Retraite : l’échec du projet de réforme va déboucher sur un désastre économique et un fiasco politique (qui lui fera le lit de la capitalisation)

Publié le 09 janvier 2020
Le gouvernement croyait sortir la réforme du siècle, il va se replier sur une « pseudo réforme » qui va coûter très cher au budget et désespérer politiquement une grande partie de l‘opinion. Mais le comble : cet échec va forcément entraîner l‘émergence des systèmes par capitalisation.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement croyait sortir la réforme du siècle, il va se replier sur une « pseudo réforme » qui va coûter très cher au budget et désespérer politiquement une grande partie de l‘opinion. Mais le comble : cet échec va forcément entraîner l‘émergence des systèmes par capitalisation.

Encore un instant, monsieur le bourreau et on va s’apercevoir que les systèmes par capitalisation vont devenir inévitables. Une partie des assurés sociaux l'a déjà compris qui font de la capitalisation sans l’avouer ou même sans le savoir parce que c’est pour eux le seul moyen de se protéger des aléas de l’avenir. L’échec annoncé de la réforme va officialiser la nécessité de s’équiper en capitalisation.

Le projet présenté par le gouvernement était très ambitieux. Pour les auteurs de l’Elysée et de Matignon, ce projet avait toutes les qualités. Il renforçait le système par répartition actuel en généralisant la retraite par points dans une régime universel, avec des filets de sécurité au niveau du financement en proposant le recul de la date de départ en retraite à 64 ans (l’âge pivot ).

Politiquement, il était théoriquement sans risques, puisqu’il correspondait à une promesse du candidat Macron, et qu‘en plus, il renforçait la solidarité nationale et gommait beaucoup des inégalités qui existaient entre les différentes catégories de retraités. En prime, il rendait aux partenaires sociaux la responsabilité de participer à la gestion globale du système.

Seulement tout cela, c’était la théorie de départ. Quand on a commencé à lancer les logiciels, on s’est aperçu que ça buggait de partout. Que la mise en place était très compliquée, que la suppression des régimes spéciaux devrait être compensée parce que ceux qui allaient perdre leur spécificité avaient des contrats de garantie; que la valeur du point allait servir de variable d’ajustement, que les gagnants du nouveau système n’apparaissaient pas convaincus, que les centrales syndicales allaient perdre une grande partie de leur raison d’être, et que politiquement, la réforme ne trouvait pas de soutien.

Cette réforme par points (d’inspiration très sociale et très étatiste) a finalement été combattue par la gauche et l’extrême gauche qui auraient dû l’épargner. Quant à l’exigence de maintenir les équilibres financiers en fixant un âge pivot, la droite libérale aurait dû la soutenir. La droite ne soutient pas vigoureusement une réforme qui est trop étatiste, mais s’apprête à tomber sur le gouvernement s‘il ne réussit pas à protéger certains totems. Tout cela sous la pression des courants syndicaux les plus radicaux qui tiennent les transports publics à Paris.

Cette situation inextricable se terminera par un compromis mal ficelé au terme duquel le gouvernement acceptera des concessions qui vont couter extrêmement chers au budget et dont le seul objectif sera de débloquer le réseau des transports à Paris et de revenir à une situation un peu apaisée en apparence. On va donc comme souvent glisser la poussière sous les tapis du pouvoir.

Alors, pourquoi cette situation ubuesque qui va coller au débat politique jusqu'à la fin du quinquennat ?

Pour une seule raison, on n’a pas osé dire la vérité, les chefs politiques comme les chefs syndicaux. Et que chacun se retrouve coincé par sa base à qui on n’a pas voulu dire la réalité.

La vérité est très simple : on ne sauvera pas le système de retraite sans introduire une composante de capitalisation. Et on n‘a jamais osé aborder officiellement cette question parce que les élites politiques de droite comme de gauche pensent que pour « le peuple », la capitalisation est une invention du capitalisme sauvage diabolique, instrument d’asservissement et de ruine des salariés.

La sanctuarisation du régime par répartition et la diabolisation de la capitalisation sont très difficiles à comprendre. Mais ce sont de réalités qui verrouillent tout débat, tout échange.

Le système par répartition est une catastrophe. La CGT a beau dire que c’est le meilleur du monde, c’est aussi un système qui, tous les deux ou cinq ans, a besoin d’une réparation ou d’une perfusion financière.

D’abord, c’est un système très injuste. La retraite des inactifs est financée par les cotisations versées par les actifs. C’est très injuste parce que le montant des pensions ne dépend pas de son effort personnel, mais de l’équilibre démographique, de l’ activité et du niveau de l’emploi. Ceux qui sont à la retraite ne sont nullement responsables de la situation. Ils ne l’ont pas choisi et pourtant ils en reçoivent les effets. Alors on a toujours bricolé les pensions, les cotisations et la durée du travail pour limiter les risques de faillite. Certaines professions ont eu la force politique ou la puissance financière de créer leur propre régime de répartition.

Enfin, c’est un système qui n’est pas performant parce que globalement, la santé du système est indexée sur la santé macroéconomique. Sur la croissance. Le retraité ne peut espérer améliorer son pouvoir d’achat que si la croissance économique est forte. Ce qui n’est plus le cas depuis quinze ans. Les pensions ne sont pas ou peu revalorisées. Ce qui pose problème.

Le système par capitalisation s’inspire de la vie quotidienne naturelle. L’homme normalement constitué met de coté un peu d’argent pour sécuriser son avenir. Il prélève une partie de son revenu, le verse à une caisse spécialisée qui avec une banque va gérer cet argent au mieux de ses intérêts à long terme.

Alors ce système est évidemment plus efficace puisque son rendement ne dépend pas de la macro économie, il dépend des placements qui ont été faits. Ajoutons à cela que l’épargne retraite dégagée pendant toutes les années de la vie active sera capitalisée et produira des intérêts. Ce qui n’est évidemment pas le cas dans la répartition.

Alors tous les détracteurs des fonds de capitalisation avancent les risques pris et citent en exemple certaines catastrophes provoquées par la faillite de quelques entreprises américaines. Ceci dit, les exemples ne sont pas nombreux. On a l’exemple de General Motors qui fut sauvé au dernier moment et d’Enron.. Dans ces deux cas, il se trouve que les caisses de retraites avaient principalement investi dans l’entreprise. Les salariés ont donc perdu le même jour et leur job et leur compte de retraite.

Ces cas-là sont rarissimes et contrôlés par les autorités. La grande majorité des fonds de retraite par capitalisation sont remarquablement gérés sous la surveillance des syndicats qui ont évidemment leur mot à dire.

La spécificité de la retraite par capitalisation est qu‘elle contribue à l’individualisation de la retraite. A la limite, le salarié pourrait être libre de fixer le montant de son épargne retraite, libre de choisir son mode de gestion, libre de fixer la date de prise de sa retraite en fonction de ses envies et du montant estimé de sa pension etc... Libre de choisir son mode de sortie en capital ou en rente viagère.

Alors pour beaucoup de responsables y compris de gauche, cette liberté de gestion est porteuse d’inégalités parce qu’on considère que certains sont capables d’assumer cette responsabilité et que d’autres ne le seront pas. C’est toute la différence entre la mécanique assurancielle et la mécanique de solidarité.

D’où la diabolisation de la capitalisation qui serait une invention du capitalisme international. D’où, d’ailleurs très récemment le débat complètement historique autour de Black Rock.

Cette diabolisation est très étonnante et inquiétante.

Il faut relire "Jean Jaurès" et Dieu sait si la gauche moderne se réfère à Jaurès. Il y a plus de cent ans, Jaurès expliquait à ses camarades qu'on pouvait être de gauche et défendre la capitalisation. Dès 1909, il publiait des articles dans l'Humanité dans lesquels il essayait de convaincre le prolétariat que la capitalisation bien gérée, bien contrôlée par des syndicats pouvait servir la classe ouvrière. Pour Jaurès, la classe ouvrière et des salariés avaient intérêt à être à la fois salariée et capitaliste. C’était son droit de recevoir le produit social de son travail.

Comme Jaurès, le Général de Gaulle avait, lui aussi,  promu l’idée de l'intéressement et de la participation. La loi Pacte très récemment a boosté, elle aussi, les plan retraites par capitalisation.

C’est d’autant plus intéressant que l'économie toute entière a besoin de financement. Le comble aujourd’hui, c’est que les grandes entreprises sont obligées d’accepter à leur capital, l’épargne retraite des salariés anglo-saxons. Parce que les salariés français n’en ont pas.

En dépit du procès qui est périodiquement fait à la capitalisation, la France a sorti des complémentaires retraites qui fonctionnent selon ce principe et dont les montant sont calés sur les efforts individuels. Dans toutes les grandes entreprises, il existe des PER, des plans d’épargne retraite qui sont gérés paritairement par la direction et les syndicats. Il existe des plans d’épargne retraite pour les commerçants, artisans et professions libérales. Dans la fonction publique, il existe la Prefon qui est une retraite par capitalisation ouverte aux fonctionnaires, et même aux anciens fonctionnaires et qui rencontrent un vrai succès. Personne ne s’en plaint. Pas même les syndicats qui participent à la gouvernance de la Prefon.

Mais plus généralement quand on découvre que depuis quelques années les Français sont devenus les champions du monde de l’investissement immobilier locatif, bien que ce soit parce que les taux d’intérêt sont très bas, on sait bien que l’amour de la pierre en France est inébranlable, on sait bien que beaucoup ne peuvent acheter pour se loger, par conséquent ils achètent pour louer et pour se faire des revenus complémentaires au moment de la retraite. Autrefois, on achetait des lingots d’or. Aujourd’hui, on préfère un studio qui sera loué. Le studio va se valoriser (comme le lingot) mais il va aussi produire des revenus. C’est typiquement un compte de capitalisation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 10/01/2020 - 22:48
@evguenié......
Ne ssoyez pae injuste, pour une fois ou JMS dit son fait sur une réforme qui ne peut que nous enfoncer car l'enfer est pavé de bonnes intentions!
Je n'avais pas lu votre billet, mais je constate que le mien est complémentaire des évidences que vous énoncez, mais que par bêtise, ignorance, mauvaise foi, intérêt, égoïsme ou machiavélisme la plupart refusent de voir ou de dénoncer!
pierre de robion
- 10/01/2020 - 22:40
Pour une fois....
JMS est vraiment bon!
Il décille les yeux des aveugles qui pourtant continueront à voter Macron dans l'espoir de ne plus voir les GJ sur les Champs,
il démystifie l'arnaque de cette mesure gauchisante (pensez donc Picketty)
qui maintiendra les privilèges de chouchous de l'Etat,
cocufiera les benêt du régime général,
ruinera un peu plus les finances publiques,
jusqu'au moment où, la confiance étrangère ayant disparu, l'épargant sera appelé à la rescousse pour servir de caution au FMI, notre sortie de l'euro signifiant la fin du système: "to big, to fail", voire!
Mais que ce soit répartition ou capitalisation, la vache ne peut que donner de moins en moins au fur et à mesure qu'elle dépérit: aussi les retraites comme les salaires seront fonction de l'économie! Mais quand l'animal meurt?????
evgueniesokolof
- 10/01/2020 - 22:06
C'est fatiguant de répéter
Répartition ou capitalisation, un système de retraite consiste toujours à prendre une part des revenus des actifs:
dans la répartition par le biais des cotisations , dans la capitalisation par ponction sur la valeur ajoutée au profit des revenus du capital
Contrairement à ce que radote Sylvestre depuis qu'il a été conseiller de Law sous Louis XV , le second pose donc les mêmes problèmes d'acceptabilité par les actifs bénéficiaires de revenus du travail.
Les fonds de pension US fonctionnent car ils vont ponctionner la valeur ajoutée produite par des salariés français par exemple en exigeant un taux de rendement: très malin puisque ce sont les français qui dans ce cas paient les retraites des ricains qui ne paient pas de cotisations. Cela marche aussi dans un contexte de mondialisation où le capital étant plus mobile que le travail on peut réduire la part de la valeur ajoutée allant au travail par menace de délocalisation!
Que vienne une période de protectionnisme ( ce qui se dessine) et la position des salariés dans le partage de la VA va se renforcer et la capitalisation aller au trou !!!!